Archive du mois : juin 2012

« Il ne peut pas y avoir de traduction objective, parce que c’est quelqu’un qui fait une traduction ». Autour d’André Markowicz, 1 4

« Il ne peut pas y avoir de traduction objective, parce que c’est quelqu’un qui fait une traduction ». Autour d’André Markowicz, 1

Certains jours les conjonctions sont étonnantes. J’écrivais le dernier billet sur la « touche personnelle » du traducteur, comprise dans le sens de la marque imprimée par le traducteur sur son texte, Je finissais en évoquant...

La « touche personnelle » du traducteur. 0

La « touche personnelle » du traducteur.

« Le traducteur a ajouté sa touche personnelle » : voilà une expression que j’ai fréquemment rencontrée dans des copies de commentaires de traduction et que je me suis empressée d’annoter d’un commentaire marginal plus ou moins...

Sur le premier sonnet du chansonnier de Pétrarque. La traduction la plus littérale n’est peut-être pas celle qu’on croit. 5

Sur le premier sonnet du chansonnier de Pétrarque. La traduction la plus littérale n’est peut-être pas celle qu’on croit.

Quelle forme permet la plus grande littéralité dans la traduction de la poésie ? Longtemps, l’alternative devant un texte poétique a été la suivante, pour résumer : soit on traduit en vers réguliers selon les critères...

De la difficulté à citer de mémoire les traductions 0

De la difficulté à citer de mémoire les traductions

Comment, par quels mots, se souvenir en français d’un texte lu et connu en langue étrangère ? Voilà la question que m’inspire la colle que je viens de faire passer sur les Affinités Electives de...