6- Anthologie poétique avec Darwich: Ritsos

J’ai fait ce matin en L3 un bout de cours sur les logiques fondant le travail de l’anthologue, et ai distingué deux types majeurs d’anthologie: d’une part l’anthologie panoramique, visant une forme de représentativité de l’anthologie vis-à-vis du corpus parmi lequel elle sélectionne, et d’autre part l’anthologie programmatique, visant un thème, une approche. Évidemment les anthologies ne sont guère entièrement programmatiques ou entièrement panoramiques. L’anthologie des poèmes de Yeats choisis et traduits par Bonnefoy chez Poésie Gallimard montre à l’usage de sérieux biais subjectifs; Bonnefoy écarte les poèmes politiques de Yeats, retiens plus volontiers les métaphysiques, pour autant son projet n’est pas de faire une anthologie métaphysique de Yeats; simplement le regard de l’anthologue a laissé sa trace. (et à mon humble avis c’est très bien comme ça).

Mais du coup reprenant mon anthologie subjective, je me dis que j’échappe au classement énoncé in cathedra ce matin. Mon anthologie n’est n’est pas représentative d’un objet existant en dehors de l’histoire de mes lectures; je ne vise pas à donner un panorama visant l’objectivité de la poésie au XXe siècle. Elle n’est pas non plus franchement programmatique; son programme étant, faire lire des poèmes. J’invente donc a posteriori du cours une nouvelle catégorie, l’anthologie subjective serendipitesque, du reste parfaitement liée dans sa construction au format web, et ne répondant à aucune autre logique dans sa succession ou sa construction que la suite de mes lectures et le jeu des associations d’idées.

Darwich donc lit et cite de nombreux poètes grecs, et, apprends-je, Yannis Ritsos était un ami personnel de Darwich. Me voici munie de deux recueils de Ritsos, Dix-huit petites chansons de la patrie amère (traduit par Anne Personnaz pour les éditions Bruno Doucey) et Le mur dans le miroir et autres poèmes (Présentation, choix et traduction de Dominique Grandmont, déjà traducteur de Cavafy cité dans le dernier billet). Donc ni une ni deux j’ouvre mes Ritsos tout neufs à la recherche du poème du jour, que je ne choisirai pas en fonction d’une connaissance de l’oeuvre, puisque je découvre cet auteur, mais en fonction du premier poème qui me plaira et qui fera série avec les autres de mon anthologie.

Ce qui est bien dans Dix-huit petites chansons de la patrie amère, c’est que l’édition est bilingue et j’ai encore assez de grec pour réussir à prononcer maladroitement le poème de Ritsos.

capture-decran-2016-10-05-a-23-13-51
capture-decran-2016-10-05-a-23-13-41

Je ne suis pas allée bien loin pour trouver mon poème d’anthologie – la toute première petite chanson. Je l’ai choisi, monomanie traductive encore, mais à cause en fait d’un petit fait de traduction: au deuxième vers en français, Anne Personnaz met « des oiseaux et ils pépient », qui est merveilleux parce qu’il n’est pas ce qu’on attendrait d’un texte en « bon français » – et je suis certains que d’autres traducteurs plus orientés vers la réception limpide d’un texte en langue française auraient mis « des oiseaux qui pépient » – ça n’est pas ce qu’on lit en grec, où l’on a une apposition d’abord, puis une conjonction de coordination, puis ce qui me semble un verbe, à quel temps je ne sais, mais donc le kai grec, et subséquemment le et français, ne relie pas des mots de même nature ce qu’un « et » de bonne famille devrait faire en français. Or ça me semble très grec, très homérique, ce « des oiseaux et ils pépient », cette syntaxe non linéaire, et c’est très bien qu’on l’entende en français.

Pour le reste, ce texte me rappelle vraiment le poème de Heaney Saint Francis and the Birds, qu’un lecteur de ce carnet a été assez aimable pour en proposer une traduction de son cru en fin de ce billet.

Les poètes ont toujours fort à faire avec les oiseaux, et réciproquement. On en trouve moult exemple chez CHar et Darwich, encore que sur des modes différents. Le contexte du recueil est celui d’un exil dans son propre pays: Ritsos (qui compose le recueil en 1973) est assigné à résidence sur l’île de Samos par le régime dictatorial des colonels. Les paroles volent, mais les écrits aussi, avec leurs ailes d’oiseau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *