4- Anthologie poétique. « This is a photograph of me », Margaret Atwood, lue par Jen Campbell

Anthologie double aujourd’hui. Je voulais faire un nouveau billet, mais je ne suis pas chez moi, pas mes livres sous la main, tout ça, et puis les hasards de twitter, la procrastination menant à la sérendipité, voilà que je suis tombées sur la dernière vidéo de la formidabilissime Jen Campbell. Ce billet, c’est autant un billet à la gloire de Jen Campbell qu’à celle de Margaret Atwood.

 

Mais voici le poème en question:

This is a photograph of me

It was taken some time ago
At first it seems to be
a smeared
print: blurred lines and grey flecks
blended with the paper;

then, as you scan
it, you can see something in the left-hand corner
a thing that is like a branch: part of a tree
(balsam or spruce) emerging
and, to the right, halfway up
what ought to be a gentle
slope, a small frame house.

In the background there is a lake,
and beyond that, some low hills.

(The photograph was taken
the day after I drowned.

I am in the lake, in the center
of the picture, just under the surface.

It is difficult to say where
precisely, or to say
how large or how small I am:
the effect of water
on light is a distortion.

but if you look long enough
eventually
you will see me.)

Je ne propose le poème qu’en anglais, d’une parce que je n’ai pas le français sous la main (Margaret Atwood semble assez profusément traduite en français), d’autre part parce qu’à défaut je l’aurais bien traduit moi mais je ne sais jamais trop sur quel pied danser pour la publication ici de traductions de poètes et auteurs vivants – s’il y a un avocat dans la salle, ses avis m’intéressent. J’essaierai d’ajouter la traduction par la suite.

Et maintenant, je ne commenterai pas le poème mais je laisse la parole à Jen Campbell, parce que je ne dirai pas mieux:

J’aime vraiment beaucoup, beaucoup cette youtubeuse, qui parle de livres, d’écriture, parfois de handicap, et qui est drôle, et qui aime visiblement beaucoup beaucoup les livres. Et donc là la voilà partie à faire, ma foi, sa propre anthologie personnelle et à lire et commenter des poèmes en vidéos, et moi j’aime bien quand il y a de l’écho.

Le poème de Margaret Atwood, qu’honnêtement je n’avais jamais lue à ce jour, est très touchant, de mon point de vue. Et, Jen le dit dans la vidéo, il fait partie de ses poèmes (« Helicon personnel » de Heaney aussi), qui une fois arrivé au bout commandent une relecture. Et parce qu’il y a tant de niveaux dans ce poème, et parce que j’aime tant la figure du lac, en poésie et ailleurs. Avez-vous remarqué comment les romantiques allemands et puis tous mes poètes préférés du XXe siècle là, Heaney, Pasolini, etc, font des poèmes sur les lacs et sur les choses inquiétantes qui se trouvent sous la surface calme des eaux? En allemand on dit: Stille Wasser sind tief, les eaux calmes sont profondes, une sorte de non-équivalent à « méfiez-vous de l’eau qui dort ».

 

L’image à la une associée à cet article est de Larry D. Moore CC BY-SA 4.0. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *