Anthologie poétique permanente, subjective et personnelle. Note d’intention.

J’enseigne la littérature comparée. J’ai été recrutée pour, c’était dans la fiche de poste, enseigner la littérature européenne et la poésie, et puis implicitement dans une équipe réduite dans laquelle les autres titulaires sont plutôt francophonistes, je me chargeais des « classiques » – Ovide, Pétrarque, Shakespeare, Louise Labé, Calderon, Cervantes, Goethe, ces gens-là. J’avais fait ma thèse sur l’histoire de la traduction de la poésie biblique: ça aide.

J’aime enseigner la poésie pour des tas, des tas de raison, mais la première, et la meilleure sans doute, c’est celle-ci: j’aime la poésie, et de plus en plus. J’aime la poésie traduite, j’aime la poésie en langue originale, j’aime tous les prismes d’inflexions du sens et du son que procurent les traductions. (Et j’ajoute: je n’ai pas peur de la poésie. Je n’ai pas peur de ne pas comprendre. Je n’ai pas peur de « l’infidélité » des traductions et persiste et m’entête à ne pas comprendre en quoi la poésie serait radicalement distincte de la prose quant aux traductions). J’aime de la poésie je crois surtout deux choses: le rythme (et non la musique, la musique c’est autre chose, la musique c’est des hauteurs, des accords, mais la littérature est monodique, enfin je crois, par contre elle est rythmique) et la condensation, qui fait qu’en trois mots on dit ces éclairs qui sont ceux de la vie vécue, des feuilles dans l’eau l’automne, des oiseaux qui passent, de la peine, de la pensée de la mort, du désir. Je n’invente pas la poudre en disant cela, je dis ce que beaucoup disent, mais voilà, ces beaucoup et moi partageons une expérience sans doute, celui de prendre le langage et d’en faire des briques ou des télescopes.

Et je crois, fondamentalement, si j’aime enseigner la poésie c’est parce que j’aime partager la littérature, et particulièrement la poésie, parce que je crois dans la force de ce mode de dire et qu’il me brûle d’en persuader la terre entière, ou à défaut, et c’est peut-être aussi bien, d’organiser des rencontres entre des auteurs que j’aime et qui me rendent plus riche, et mes étudiants, que j’aime aussi. Et voilà ici un lien vers le discours du Nobel de Heaney, intitulé Crediting poetry, « croire en la poésie » ou « le crédit de la poésie ». Je disais dans le premier billet de l’anthologie que je trouve Seamus Heaney généreux et fraternel, et bon, c’est pompeux comme tout de dire ça, mais j’ai l’impression que partager Heaney avec mes étudiants, ne pas le garder par devers moi, est aussi un geste de fraternité.

L’an prochain je mets au programme de mon presque désormais habituel (après trois rentrée) cours de poésie en S1 de L3 les trois oeuvres que j’étudie aussi avec les agrégatifs, et du coup cela implique de ne pas relire en cours ce poème de Yeats que j’aime beaucoup, Meditations in Time of Civil War, et particulièrement sa section The Stare’s Nest by my Window. Je m’en lamentais sur twitter parce que, même si j’ai quand même l’impression que Yeats a un peu barbé mes ex L3 l’an dernier (qui curieusement, ou pas, ont été vraiment sensibles à Roubaud), j’aurais bien aimé leur faire découvrir Yeats.

Il y a ceci aussi que les étudiants connaissent bien mal les poètes étrangers. La poésie étrangère n’a pour ainsi dire aucune place dans les programmes du secondaire – alors que Cervantes, Shakespeare dramaturge, Goethe dramaturge, Dostoïevski sont des auteurs dont les étudiants connaissent l’existence et quelques éléments de situation, j’ai l’immense joie d’être celle qui, souvent, leur apprend l’existence de Heaney, Yeats, Heine, Darwich, Celan, Akhmatova, Gelman etc.

Mais du coup et puisque pour parodier Brassens, c’est une des pires perversion qui soit que de garder un poème par devers-soi, et aussi pour dérouiller le blog qui fait du stationnaire depuis que devenue titulaire je cours après le temps de cerveau disponible, voilà, j’initie une espèce d’anthologie au petit bonheur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *