1- Anthologie poétique. « Hélicon personnel », de Seamus Heaney

Seamus Heaney est un de mes poètes préférés, et celui peut-être, de mes poètes préférés, pour lequel j’ai le plus de tendresse. Je trouve sa poésie profonde par la netteté des images qu’elle propose, par la façon dont elle tend, souvent, et souvent à la fin du poème, à offrir sa propre clé. Je trouve cette poésie profonde, et lumineuse, et fraternelle, et généreuse – toutes choses qui me rendent le poète extrêmement sympathique. Les jugements qui précèdent sont parfaitement subjectifs. J’ai découvert l’existence de Heaney pendant mon voyage en Irlande en août 2013, je ne sais plus exactement si c’était à la maison des écrivains de Dublin ou au musée national, où j’ai vu une exposition sur les hommes des tourbières, et si ma mémoire le lien c’est parce que j’ai découvert pendant ce séjour le poème The Tollund man qui évoque l’impression que l’on peut avoir devant la contemplation de ces corps d’hommes et de femmes sacrifiés il y a … longtemps … et absorbés par les tourbières, qui ont conservé les corps dans un état surprenant. Et puis le 30 août 2013 Heaney que je venais de découvrir avec enthousiasme m’a fait la mauvaise blague de mourir – je lui en veux un peu.

Le poème que je poste ici est le dernier de son premier recueil, Death of a naturalist (Mort d’un naturaliste), paru en 1966 chez Faber and Faber à Londres. C’est là encore un de mes poèmes préféré, et quand il m’est venu l’idée d’initier une anthologie poétique, c’est le premier qui m’est venu à l’esprit – vous verrez pourquoi, je m’explique à la fin du billet.

Personal Helicon

 

for Michael Longley

As a child, they could not keep me from wells
And old pumps with buckets and windlasses.
I loved the dark drop, the trapped sky, the smells
Of waterweed, fungus and dank moss.

One, in a brickyard, with a rotted board top.
I savoured the rich crash when a bucket
Plummeted down at the end of a rope.
So deep you saw no reflection in it.

A shallow one under a dry stone ditch
Fructified like any aquarium.
When you dragged out long roots from the soft mulch
A white face hovered over the bottom.

Others had echoes, gave back your own call
With a clean new music in it. And one
Was scaresome, for there, out of ferns and tall
Foxgloves, a rat slapped across my reflection.

Now, to pry into roots, to finger slime,
To stare, big-eyed Narcissus, into some spring
Is beneath all adult dignity. I rhyme
To see myself, to set the darkness echoing.

Hélicon personnel

 

à Michael Longley

 

Enfant, j’étais fou des puits,
Des vieilles pompes avec leurs seaux et leur poulies.
J’aimais la chute noire des parois, le ciel captif, les odeurs
D’herbes aquatiques, de moisi et de mousse humide.

Il y en avait un, dans une briqueterie, au couvercle
De bois pourri. Quel délice, le claquement riche du seau
Quand il tombait droit au bout de la corde !
Si profond qu’on n’y voyait pas de reflet.

Un autre, peu profond, sous un fossé de pierres sèches,
Grouillait de vie comme tout aquarium.
Quand on extirpait de longues racines de la
gadoue
Un visage blanc planait sur le fond.

D’autres étaient pleins d’échos et mon appel me revenait
Chargé d’une musique nouvelle et claire. L’un encore m’effrayait,
Car là, du milieu des fougères et des hautes digitales
Un rat surgit qui gifla mon reflet.

 

Maintenant, fouiller dans les racines, tâter la vase,
Narcisse aux grands yeux, scruter le fond d’une source,
Ce n’est point là tâche d’adulte. Je rime
Pour me voir, pour que le noir résonne d’échos.

Traduit par Anne Bernard Kerney

Death of a naturalist est le premier recueil de Heaney, disais-je. La composition du recueil est intéressante: le poème liminaire, « Digging », que l’on trouvera ici lu par l’auteur lui-même, est un poème de filiation et de vocation, si l’on veut. Le poète y évoque son père creusant la terre pour en déterrer les pommes de terre, son grand père creusant les tourbières, et lui même creusant avec la plume, s’inscrivant dans une filiation donc et en même temps déclarant la nature de la tâche poétique: creuser, aller en profondeur. Le poème suivant, qui donne son titre au recueil, « Death of a naturalist », narre, non sans humour (et après quatre jours à fréquenter intensivement René Char je remercie les poètes à humour), comment la vocation de naturaliste de l’enfant futur poète trouva une fin abrupte. Le dernier poème, « Hélicon personnel », clôt donc le recueil, qui pour lui était riche d’évocation de la vie campagnarde, d’une immanence dans la présence des plantes, des éléments, des sensations, de la vie paysanne, par l’affirmation des raisons de la poésie: « I rhyme/ to see myself, to set the darkness echoing ». Death of a naturalist, c’est, si on veut, Le Temps retrouvé mais en quarante poèmes et en cent pages, écrit par un poète irlandais de vingt-six ans, nouvellement et très heureusement marié, professeur dans un établissement technique catholique: comment Seamus devient poète, et comment la poésie saisit le temps qui passe et la présence des souvenirs, l’épaisseur du temps, la permanence de la nature, toutes idées abstraites rendues éminemment sensibles, et dans tous les sens de sensibles, à la lecture du recueil.

Et pour la minute prof: l’Hélicon dont il est question, ça n’est pas l’instrument à vent, mais le mont où, dit-on, se trouvait la fontaine des muses. La fontaine des muses ici se superpose au lac de Narcisse et aux puits de l’enfance; la poésie est ce qui permet au poète adulte de « se voir », et de remplir l’obscurité d’échos.

Un tel programme vaut bien un liminaire.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. JFB dit :

    Je partage avec vous le regret de n’avoir pu rencontrer Seamus Heaney lorsqu’il était encore en vie…

    En cadeau, ma version de Saint François et les oiseaux :

    Quand François devant les oiseaux
    Prêchait l’amour, ils écoutaient,
    Virevoltant, tel le troupeau

    Des mots qui de son cœur sortaient.
    Puis ils tournaient près de sa tête
    Jouaient dans sa bure et battaient

    Des ailes pour lui faire fête.
    Ainsi les images s’envolent.
    Jamais François ne fut poète

    Plus vrai qu’en ces belles paroles.

  1. 21 août 2016

    […] ouvert la présente anthologie permanente par un poème de Seamus Heaney qui dit, si l’on veut, et entre autres, la naissance et la fonction de la poésie – il […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *