La traduction trop visible. Enseigner la littérature étrangère en fac de lettres.

 

Mon précédent billet évoquait l’invisibilisation de la traduction dans les programmes scolaires. Nulle part il n’est précisé que les textes de littérature étrangère sont lus en traduction. Nulle part il n’est proposé aux élèves de confronter des traductions entre elles, ou à leur original. Nulle part il ne leur est demandé de réfléchir à la façon dont on traduit. Pourtant des textes étrangers (Homère, la Bible, pour parler des gros calibres, et, pour la Bible, déclenchant la perplexité de certains parents) sont dans les programmes, donc on les étudie quand même.

Les années passent et nos élèves sont maintenant, pour une portion toujours plus congrue d’entre eux, des étudiants en lettres. L’étude qu’ils font des textes littéraires étrangers a maintenant son lieu : c’est en littérature comparée que ça se passe – et c’est ainsi du reste que je présente ma matière aux L1 : la littérature comparée, c’est la matière où on étudie la littérature pas que française. Et donc, en traduction. Dans la mesure où la maîtrise des outils littéraires s’affine, la question de la possibilité (pragmatique et éthique) d’une étude littéraire des textes traduits se repose avec d’autant plus de force, si l’on part du principe que, comme le posait d’emblée le doyen Philippe Le Guillou que je citais dans le dernier billet, les traductions « présentent cette difficulté de ne pouvoir être le support de ce que nous appelons une “lecture analytique”, une des épreuves anticipées de français au baccalauréat ».

Ce postulat qu’on ne peut faire de lecture analytique que d’un texte en langue originale pèse sur l’épreuve de littérature comparée à l’agrégation, puisqu’à l’oral, les agrégatifs doivent produire un commentaire composé sur un texte qui a statistiquement deux chances sur trois d’être traduit, sans nécessairement accès à l’original.

Soit dit en passant, les agrégatifs de philosophie ou d’histoire imposent également des épreuves de commentaires de texte qui se font très fréquemment sur textes traduits. Or à ma connaissance, les critiques de ces épreuves au motif qu’étudier un texte traduit serait illégitime sont bien plus rares – à mon sens pourtant, le commentaire philosophique ne peut pas faire abstraction de l’élocution du texte, ou du moins, la syntaxe du texte source est essentielle dans la construction de la pensée, et on pourrait, si on était d’humeur suspicieuse, se demander si toute traduction prend la syntaxe en compte. J’avais sur ce sujet écrit ce billet.

C’est finalement la légitimation de la matière qui est en cause. La littérature comparée, comme discipline littéraire, trouve une de ses légitimations dans son rôle important à l’agrégation de lettres (et à mon sens il est nécessaire que les enseignants de lettres aient étudié des œuvres étrangères, et c’est au CAPES qu’il faudrait développer cet enseignement). Mais la littérature comparée trouve aussi certaines de ses critiques virulentes dans l’utilisation quasi systématique qu’elle fait des traductions, y compris et surtout à l’agrégation, où la plupart des étudiants, mais aussi une bonne partie des préparateurs n’ont pas accès au texte original. Darwich est l’an prochain au programme de l’agrégation de littérature comparée. Combien de préparateurs peuvent le lire dans le texte ? Je pense qu’ils se comptent sur les doigts de la main.

Mon postulat est que ce n’est pas grave.

C’est un problème si on prend la traduction pour le texte de Darwich. Si on l’invisibilise de la même façon qu’on fait étudier Homère aux collégiens en leur faisant croire que c’est Homère sans filtre qu’ils lisent, c’est un problème. Si on prend le texte au programme pour ce qu’il est, à savoir, une traduction, faite par Elias Sanbar, ça l’est déjà beaucoup moins. Et puis on trouvera bien des moyens de se renseigner sur l’arabe de Darwich. On parlera aux arabisants par exemple, ça nous fera du bien.

Mais du coup tout ceci nécessite une réflexion sérieuse sur les enjeux de la lecture des textes traduits et leur possible inclusion dans des corpus comparatistes, à différentes échelles. Peut-on faire lire à des L1 des textes traduits sans accès à l’original ? à des M2 recherche ? peut-on enseigner sur des textes dont on ne lit que la traduction ?

Les cours de littérature comparée en premier cycle utilisent par force des traductions dans la mesure où l’on ne peut attendre d’un étudiant en lettres qu’il connaisse toutes les langues – la seule langue apprise par l’ensemble des bacheliers français est l’anglais, dont la maîtrise ne leur permet du reste pas de lire Shakespeare ou Tony Morrison en langue originale. L’usage en revanche est d’imposer aux étudiants choisissant la littérature comparée pour leur master d’étudier les œuvres de leur corpus en langue originale. Ce qui peut du reste limiter l’accès des étudiants à cette discipline. Je cite ici un texte d’un universitaire québécois, David Hayes, sur la place de la littérature comparée dans les cursus canadiens, mais il serait valable en France également :

Le débat interne qui prédomine par rapport à la littérature comparée concerne la traduction. À l’ère de la mondialisation, où une facilité pour les langues est plus importante que jamais, l’anglais est considéré comme langue internationale. Bien que la traduction ait toujours joué un rôle dans cette discipline (aucune comparatiste ne peut se limiter aux trois ou quatre langues qu’il maîtrise), certains prétendent que les étudiants seraient davantage attirés par ce domaine si les préalables linguistiques étaient moins exigeants. À cela, les comparatistes répondent que la capacité de lire un texte dans sa version originale est la clé de cette discipline.

Je reste convaincue qu’un accès à la langue originale des textes étudiés est nécessaire. Mais où placer le curseur des « préalables linguistiques » ? Faut-il attendre un bilinguisme total ? Si oui, ma thèse était illégitime : je ne maîtrise pas parfaitement l’hébreu. Récemment, une étudiante m’a sollicitée pour un master de comparée en me disant que d’autres enseignants l’avaient mise en garde : elle n’est pas bilingue en anglais. Pourtant elle est suffisamment angliciste pour, à défaut d’être parfaitement autonome sur Shakespeare, pouvoir ne pas se contenter de la traduction ou des traductions et comprendre, à l’aide des traductions, comment le texte fonctionne.

De même, l’usage attend de l’enseignant qu’il ne travaille que sur des textes dont il maîtrise la langue originale. Je suis, à titre personnel, dans une petite équipe, et travaille avec des collègues plutôt francophonistes : je n’ai du coup pas de scrupules à mettre au programme des textes espagnols, arabes, grecs, sans parler ces langues : il me semblerait criminel que nos étudiants sortent de l’université sans avoir eu l’occasion de lire autre chose que des œuvres allemandes et italiennes au prétexte que ce sont mes langues. Dans les universités dont les comparatistes se comptent sur les doigts de plusieurs mains, les programmes se répartissent souvent en fonction des compétences linguistiques des uns et des autres. D’où le malaise devant les programmes et les épreuves d’agrégation. Le programme, renouvelé par moitié tous les ans, réunit trois ou quatre œuvres d’un genre littéraire identique autour d’un thème commun. Une de ces œuvres est écrite en français, les autres sont traduites. On n’attend pas des candidats qu’ils lisent les œuvres dans l’original, en revanche les préparateurs, du moins dans les établissements où le nombre des comparatistes est assez nombreux, sont souvent ceux qui ont une familiarité avec les langues originales des textes traduits. On attend implicitement des enseignants qu’ils puissent servir de médiateur entre l’original et les étudiants, en exposant par exemple les méthodes et les limites des traductions étudiées. D’où un désarroi certain des préparateurs lorsque le programme retenu déborde de leurs compétences linguistiques – je pense notamment au programme intitulé « permanence de la poésie épique au xxe siècle » valable pour les sessions 2010 et 2011, qui réunissait des œuvres de Neruda, Césaire, Akhmatova et Hikmet, ces deux derniers auteurs étant peu familiers des préparateurs souvent bien incapables de les lire en russe et en turc, et de ce fait, de par la structure des études comparatistes, bien démunis. Mais il y a là un cercle vicieux qui prend sa source dans l’enseignement des langues à l’école : s’il faut parfaitement maîtriser une langue pour inclure les œuvres rédigées dans cette langue dans un corpus, on aboutit in fine à des corpus comparatistes essentiellement européens ou en langues européennes, sinon toujours en licence, du moins à l’agrégation.

Je ne prétends pas ici que la traduction se substitue à l’original au point qu’il soit inessentiel que le texte étudié soit original ou traduit. Au contraire, je considère capital, quand on étudie un texte traduit, de médiatiser l’existence de la traduction. Mais cette médiatisation selon moi ne va pas dans le sens d’un exposé des « limites » de l’étude sur textes traduits.

Le discours d’Yves Chevrel sur la question est très intéressant. Yves Chevrel, professeur émérite de littérature comparée à Paris IV, a été l’un des premiers en France à théoriser l’importance des études de traduction pour les études comparatistes. Il milite pour la place de la littérature étrangère dans les programmes du secondaire, et subséquemment une formation des futurs enseignants de lettres aux questions de traduction.

Je parle d’Yves Chevrel ici, soit dit en passant, parce que, cherchant de la documentation théorique et méthodologique sur l’enseignement et la lecture des textes en traduction, Yves Chevrel est omniprésent, talonné par la monographie de Danielle Risterucci-Roudnicky, Introduction à l’analyse des œuvres traduites. En 1998, dans un article intitulé « œuvres en traduction : conditions de lisibilité » paru dans les actes du colloque « Patrimoine littéraire européen », Chevrel conclut par la nécessaire conscience de « ses limites, surtout si on étudie une œuvre à la langue originale de laquelle on n’a pas accès ». Ces limites, il est intéressant de le constater, ne sont pas tant celles de la traduction en soi, que celles de l’herméneute. Il propose toute une série de stratégies permettant de compenser l’absence de référence exclusive au texte original :

– selon les principes de Berman, le questionnement de l’œuvre traduite dans son fonctionnement comme texte qui se tienne

– l’analyse des péritextes qui permettent de comprendre les visées de la traduction (traduction philologique ? pour la jeunesse ? grand public ?)

– la comparaison de traductions d’un même texte, dans une même langue (trois traductions de Pétrarque) ou dans plusieurs langues (Darwich traduit en français, anglais, italien…)

– le recours à l’édition bilingue, qui, notons-le, est loin d’être préconisée comme condition, ni même comme recommandation pour l’étude de la littérature étrangère.

Dans des articles plus tardifs, Chevrel franchit un pas supplémentaire, et semble évoluer vers une pensée de l’étude des traductions comme porte d’entrée vers une démarche critique. Autrement dit, l’enjeu de la présence des corpus traduits dans les programmes scolaires, et en littérature comparée à l’université, n’est plus simplement de circonvenir l’obstacle qu’est la traduction dans la voie vers l’original, mais de mettre en relief l’apport des traductions. La médiation des traductions n’est donc plus conçue comme créant un manque, mais comme un apport, en particulier pour ce qui est de mettre en relief une des notions au cœur du comparatisme : la réception des textes étrangers

Les points de vue qui suivent iront peut-être à l’encontre d’idées reçues, car il s’agit non seulement de donner aux œuvres traduites une place mais encore de leur reconnaître une réelle dignité en tant qu’objet d’enseignement. L’essentiel est d’arriver à poser de bonnes questions à un texte traduit, comme à tout texte. Une œuvre traduite est une œuvre « seconde », certes, mais qui peut avoir fait l’objet d’un véritable travail poétique, qu’il s’agit de scruter. Le processus intellectuel de la comparaison, avec d’autres traductions françaises, avec des traductions en d’autres langues, avec l’original, permet d’avancer dans cet examen. Une œuvre traduite est une œuvre manipulée qui, par là même, s’expose à de nouvelles manipulations.

Et, dans le « Que sais-je » intitulé Qu’est-ce que la littérature comparée :

Il n’est pas question de se limiter à établir un relevé des « erreurs » des traducteurs, même si, à l’occasion, il faut marquer et expliquer celles qui font problème. Le plus important est, dans de tels dossiers [d’analyse de traductions, proposés aux étudiants], de cerner la stratégie de chaque traducteur, c’est-à-dire d’apprécier son travail poétique et éthique (Berman, 1995 et 1999). Il s’agirait donc de décrire chaque traduction en cause, en précisant notamment : ses différentes éditions (la comparaison entre la version qu’A. Vialatte donne de La Métamorphose dans La NRF en 1928 et celle qu’il édite en volume en 1938 est très instructive), son rapport chronologique à la version originale et à d’autres traductions dans la même langue-cible, les décisions explicites, ou implicites, du traducteur (rendu des dialectes, recomposition des paragraphes, explicitation ou non de références culturelles, etc.), sort réservé aux éventuelles illustrations de l’original, informations sur le traducteur, intérêt du péritexte éditorial, jugements portés par la critique sur cette traduction, indication des traductions faites dans d’autres langues, problèmes spécifiques posés par l’œuvre originale.

Ce sont donc des pans entiers de la production des textes qui sont mis au jour par l’étude des traductions – et notamment, le rôle de l’édition des textes (mise en page, place des péritextes). On étudie plus seulement le travail linguistique en jeu dans les traductions, mais les conditions de lisibilité des textes – dissolvant du reste un peu l’idée de l’essence d’un texte. De même que Madame Bovary lue à 14 ans n’est pas Madame Bovary relue à 30 ans, Madame Bovary dans la Pléiade n’est pas Madame Bovary en édition commentée pour les scolaires.

Mais pour en revenir au travail propre au traducteur et au transfert interlinguistique, l’étude des traductions a le grand mérite d’exhiber le travail de l’herméneute – d’exhiber une lecture du texte source par un sujet – or c’est ce que fait l’étude littéraire des textes : les lire.

Mais j’ai déjà plus de deux-mille mots dans ce billet. To be continued, donc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *