Le chat, animal méta-taxinomique

 

Il y a bientôt deux mois j’ai adopté un jeune chat, dit sur les internets le Petit Chat. C’est en fait une femelle, que j’ai décidé, après longue méditation onomastique, d’appeler Sütterlin, parce que l’association où je l’ai prise l’avait nommée « Lhine » et que du coup, d’une part, cela sonne de façon similaire et le chat ne serait pas perdu, et d’autre part, je suis germaniste, et ce chat est noir et blanc et long en pattes, donc un nom de graphie allemande était approprié. En réalité, je ne l’appelle jamais Sütterlin, mais Mimi, comme toutes les chattes que j’ai fréquentées jusqu’ici : échec de mes prétentions à l’onomastique pédante.

Outre les chats, une de mes préoccupations dans la vie, c’est les classements. Je fais partie de ces gens qui, invités quelques part, se ruent sur la bibliothèque pour l’examiner, mais en ce qui me concerne ce n’est pas tant le contenu de la bibliothèque qui m’intéresse que le classement des livres. On apprend beaucoup des habitudes de pensée des gens en observant le classement des livres. Par ordre alphabétique strict. Par collections. Par époque de parution. Par genre. Le mien est assez biscornu, j’en ai parlé ici. Du coup je me suis trouvé des affinités fortes avec les autres maniaques de la métataxinomie, par exemple Georges Perec, ou Italo Calvino, et j’en ai parlé et .

Le lien avec le chat, me direz vous.

Une chose qui serait possible, attendu que la fréquentation des chats est commune chez les intellectuels (ce en dépit de la foutue manie desdites bêtes à s’étaler sur le livre qu’on est en train de lire, ou de s’interposer entre l’écran et soi, en marchant, si possible, sur le clavier), ça serait de faire une liste d’écrivains-à-chats. Georges Perec une fois encore. Colette. Soseki. Barbara Cassin. Ce serait un classement à la Calvino : on constituerait une « étagère hypothétique » à partir des relations des auteurs à leur animal favori.

Mais là n’est pas l’effet de mon chat particulier sur ma propre pensée du classement. Le Petit Chat et moi, on s’est bien trouvées. Moi, j’aime bien les classements, elle, elle aime les collections. Si bien qu’elle devient, entre autres, un animal méta-taxinomique, c’est-à-dire que son action vient bouleverser, entériner, et en tout cas me faire repenser mon propre usage taxinomique, mes propres classements. Il y a des chats dont les jeux consistent à attraper un bouchon au bout d’une ficelle, ou, plus gênant en appartement, à bousculer les objets, manger les plantes, avec pour effet de mettre des particules de terre et des éclats de porcelaine partout. Mais mon chat n’est pas de ce genre là. Elle joue certes un peu avec les rubans, pour le reste elle est pataude, méfiante et précautionneuse, s’est cassé la figure moult fois en s’aventurant sur la cheminée, où, si elle parvient jusque là, elle avance avec circonspection en frôlant les objets et, la Sainte Bête, en épargnant mes orchidées. Non, la destruction n’est pas son truc. Elle trouve bien davantage ses plaisirs dans les rapines et la collection. Autrement dit : elle aime par dessus tout s’emparer d’un Truc, et emporter ledit Truc dans l’endroit où, à ce moment, elle aura décidé d’amasser ses trésors.

De là, pour l’humaine qui gère l’espace commun, la possibilité d’une méditation sur le classement induit par la variable Chat.

à La catégorie « objet collecté par le chat » est définie par deux critères

– la taille restreinte desdits objets

– leur nature préhensible pour un chat de sept mois et trois kilos

Capture d’écran 2015-10-09 à 11.51.15

à Appartiennent à cette catégorie des éléments qui, d’un point de vue humain, sont hétérogènes dans leur nature

– lunettes

– élastiques à cheveux

– rubans, ficelles (de nature variées : ruban ayant servi de ceinture à une robe, ruban de papier cadeau matière synthétique…)

– petits blocs de post-it

– boules de papier (taille variée)

– dont: marques pages

– petits filaments en métal enrobé de plastique servant à fermer des sachets de thé

– morceaux de substrat pour orchidée

– chocolats individuels du genre qu’on donne, dans son emballage, avec les cafés

– coquillages

– éléments de décoration (notamment oiseaux)

– bribes de carton

etc.

(bien évidemment les jouets pour chat ad hoc sont traitées par le mépris, de même que les griffes sont faites non sur le griffoir mais sur le tapis de la chambre, épais tapis de marque suédoise dont le nom commence par I. Je suis déjà contente que mon tapis afghan chéri soit épargné)

Je constate que le chat n’applique pas la distinction propre/sale, ni la distinction déchet/objet utile, ni la distinction utilitaire/décoratif, qui prévaut pour l’humain. Le seul critère est la préhensibilité par le chat.

Pour autant, la catégorie « objet collectable par le chat » est très réelle, et en vient à recouper les catégories antinomiques du paragraphe suivant. Peut importe que sur le bureau, un coquillage et un bloc de post-it n’aient pas la même fonction pour moi : l’un et l’autre peuvent soudainement disparaître pour réapparaître un jour dans les lieux de stockage du chat. Cette catégorie est très perceptible à qui cohabite avec le chat. On en vient à voir son appartement sous un jour neuf, et à faire disparaître dans des tiroirs les objets susceptibles d’entrer dans ladite catégorie, sous peine de les retrouver six mois plus tard sous la commode de la salle de bain.

La présence du chat a également un impact sur la perception des lieux de classement.

Lieux de classement félins d’une part. Sont privilégiés par le chat, pour stockage des objets collectés

– le tapis de bain de la salle de bain, lieu de classement en apparence pérenne ;

– le lit, lieu de classement conjoncturel (l’amas d’objets dans le lit, particulièrement entre 4 et 8h du matin, semblant obéir à la nécessité d’éveiller l’attention de l’humaine afin d’en obtenir de la nourriture. C’est ainsi qu’un matin je trouvai dans mon lit : un élastique ; un bidule pour fermer les sachets ; un chocolat dans son emballage ; mes lunettes.

Lieux de classement félin involontaires : sous le canapé. Sous le meuble de la salle de bain. On trouvera volontiers les post-it sous le canapé, attendu que c’est souvent au salon que je lis des livres en les annotant ; de ce fait les post-it ont sur la table basse, et d’un point de vue félin, il est très distrayant de les en faire tomber, au risque ensuite de les coincer sous le canapé sous lequel on (on = le chat) ne peut se glisser.

Conséquence : relecture de l’appartement par le prisme de la vie féline. La salle de bain remonte dans la hiérarchie des pièces en ce qu’elle est davantage investie comme lieu de vie par la bête. Mais le centre de la vie du chat du moins dans son rapport à l’humain semble le lit. Et en effet je passe, somme toute, davantage de temps dans le lit que dans le salon qui est pourtant le centre de ma vie consciente à moi.

Lieux de classement humains d’autre part. Le chat, comme tout chat, a pour passion

– les espaces confinés (la boîte en carton de la livraison de thé, par exemple)

– les espaces chauds et moëlleux (le fauteuil rouge, par exemple)

– les postes de surveillance en hauteur.

Et où y a-t-il des espaces en hauteur accessibles au chat ? (un chat, disais-je, particulièrement pataud) Dans les étagères à livres, pardi, mais pas au delà d’1,50m dans l’étagère noire accessible par le fauteuil, et 1m ailleurs, sinon elle se casse la gueule en sautant. Bilan : existe dorénavant un nouveau critère pour le classement des livres, outre les habituels alphabétiques, thématiques, etc : les livres accessibles au chat. Parmi eux : à peu près toutes les sciences humaines. La littérature anglaise, allemande, arabe, espagnole, mais ni hébraïque, ni italienne. En littérature française, le chat est limitée aux siècles anciens, comme on dit jusque xviiie inclus. Dans le bureau, elle a accès aux dossiers, aux livres de cours, et aux livres dans lesquels figurent mes articles, qui sont tout en bas D’un point de vue humain, ces livres sont à la fois accessibles – on n’a pas à monter sur un tabouret – mais parfois masqués, par les tables. Finalement, ceux que je préfère et compulse le plus souvent (littérature française du xxe siècle, traductologie, littérature italienne) sont hors de portée du chat. Ce n’est pas un fait exprès, mais c’est une heureuse chose, surtout si la bête continue à développer cette fâcheuse tendance à manger les livres qui lui a pris quand je lisais Le salon de Wurtemberg. Mais la preuve du bon goût de cette bête, c’est son voisinage préféré, avec Mozart et Alfred Brendel:

Capture d’écran 2015-10-09 à 11.52.05


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 janvier 2017

    […] se trouve que j’ai un chat, dont j’ai déjà parlé dans ce billet-ci, Le Chat, animal méta-taxinomique. Afin sans doute d’aggraver encore un peu mon cas sur les internets, et parce que tel est mon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *