La Théorie de la boule à facettes

 

Je crois au pouvoir heuristique des métaphores.

Pas à leur vérité intrinsèque : comme le dit à sa femme le personnage d’Eduard dans les Affinités électives, « c’est une analogie qui t’a trompée, mais l’homme est un véritable Narcisse ; il aime à se refléter partout ; il se pose comme tain sous le monde tout entier » – je traduis de mémoire. L’analogie, dans les Affinités, la comparaison des quatre personnages principaux à quatre éléments chimiques mis en présence dans une expérience scientifique, est séduisante parce qu’elle est parlante, mais elle n’est pas « vraie », en ce que les personnes et les éléments sont comparables, mais non identiques.

Mais du coup, à quoi ça sert les métaphores ? Et bien quand même ça sert de « levier heuristique », c’est-à-dire que ça sert à comprendre, par le biais de l’image. D’où l’intérêt pédagogique de cultiver un bon stock de métaphores pour illustrer des propos un peu abstraits – voir à ce propos ce qu’en écrit la tenancière du tumblr « carnets de classe »

Ce préambule étant posé, il est temps d’exposer la Théorie de la boule à facettes.

Disco ball4

Mais en fait non, nouvel excursus méthodologico-autobiographique. La Théorie de la boule à facettes est née à l’été 2011. Je finissais ma thèse, que j’allais conclure par une référence à « La tâche du traducteur », l’essai de Walter Benjamin – en allemand, Die Aufgabe des Übersetzers. J’allais à la BnF tous les jours. Je travaillais très intensément, et j’étais dans un état curieux, à la fois sentant que je puisais dans les réserves ultimes d’énergie, et à la fois d’une acuité intellectuelle rare, quoi qu’un peu hallucinée. Bref. En bas des escalators menant à la bibliothèque de recherche, à la BnF, il y de vastes halls cathédrales aux murs de béton ciré, style industriel chic. Avec des amis doctorants aussi fatigués que moi, hantant la bibliothèque en plein mois d’août, nous était venu ce fantasme de faire une boîte sauvage au pieds des escalators, avec de la musique électro et une boule à facette. Et alors : eurêka. (aka : levier heuristique). La boule à facette : voilà la vérité. Voilà l’image qui me permettait de comprendre l’essai de Benjamin.

Mais de quoi la boule à facette est-elle l’image ?

Walter Benjamin dit en substance ceci (je dis « en substance » : j’écris ce billet sans livre avec à peine une connexion) : que les traductions sont l’incarnation de la vie d’un texte. Que chacune actualise un aspect du texte qui était depuis toujours dans le texte, mais que les autres traductions n’avaient pas rendu sensible, du moins pas comme ça. Que la multiplication des traductions n’est pas le signe de l’échec des traductions précédentes, mais plutôt de la richesse, de la fécondité du texte traduit, qui demande à être relu et retraduit. Puisque chaque traduction est une lecture, est l’incarnation d’une lecture. Par lecture j’entends deux choses. La première : lecture comme prise en compte exhaustive du texte. Le traducteur, au contraire de l’herméneute (ou de l’étudiant rédigeant son commentaire composé), traduit chaque mot. La deuxième : lecture comme prise en compte subjective d’un texte, qui suppose une forme de hiérarchie dans la compréhension du texte – traduire c’est faire des choix, qui varient selon l’époque, la conception que le traducteur se fait de sa tâche, selon la compréhension, sémantique comme stylistique, qu’il se fait du texte. Il n’y a qu’à confronter plusieurs traductions d’un même poème pour s’en rendre compte.

Suivant ce postulat, un texte, ou le sens d’un texte, serait la somme de ses lectures, réelles et potentielles – la somme des traductions passées. Y compris quand ces lectures sont contradictoires.

Autrement dit. Un texte est comme une sphère que ses traductions recouvrent progressivement de facettes. Plus les traductions sont nombreuses, plus la boule à facettes tend à devenir une sphère. Elle tend à : c’est asymptotique, jamais un polyèdre, aussi nombreuses soient ces faces, ne devient une sphère. Et chacune de ses facettes réfléchit une partie de la lumière selon un angle particulier.

La métaphore de la boule à facette peut s’appliquer à d’autres objets que les traductions d’un texte. Les commentaires d’un texte. Les interprétations musicales. Les mises en scènes théâtrales. Les circonlocutions pédagogiques pour faire une séance de méthodologie de la dissertation.

La métaphore de la boule à facette est productive, parce qu’elle permet de penser ceci : que la pluralité des regards n’est pas un échec de l’interprétation mais une richesse ; que les objets littéraires sont intéressants en ce qu’ils sont complexes, plurivoques, ambigus.

Ensuite, donc, cette métaphore a une portée heuristique, elle aide à modéliser, mais elle n’a pas de vérité en tant que telle : bien évidemment, une interprétation d’un texte se laisse bien moins « découper », contourner, qu’une facette miroitante. Bien entendu deux traductions, deux interprétations peuvent se recouper. Il faut donc imaginer l’interprétation des textes comme une boule à facettes mouvantes. Importance de l’imagination.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Scons Dut dit :

    Super 🙂 Vive la Métaphore!

    Il me semble que la métaphore exhibe une identité entre deux structures, chacune prise abstraction faite de certains détails « insignifiants ». Lorsque les abstractions sont bien faites, je crois qu’il y a vérité. Jean tout nu = Jean tout nu.

    Mais ce qui est drôle, c’est de rhabiller un peu ces structures. Le prix du fun, c’est une petite dose de fausseté 🙂 Jean disco « = » Jean sévère.

    Alors, pour la boule à facette, tu dirais plutôt « Soleil à facette », ou bien « Lune à facette » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.