La perte de la langue maternelle

On attire mon attention sur le cas de chercheurs qui, vivant depuis de longues années aux Etats-Unis, sans maîtriser absolument parfaitement l’anglais (en gardant par exemple un fort accent), perdent dans une certaine mesure la maîtrise de leur langue maternelle : on leur signale que « plus personne n’écrit comme cela », on leur demande quand ils parlent s’ils viennent des Etats-Unis, etc.

Cette remarque ne m’étonne pas, mais je manque absolument de documentation scientifique en la matière. Elle ne m’étonne pas parce qu’à ma très modeste échelle, j’en constate les prémices. J’ai passé plusieurs mois en Allemagne à l’adolescence ; j’en suis revenue en cherchant, par moments, mes mots en français. Mais par ailleurs, mon allemand oral date maintenant d’une quinzaine d’années ; les adolescents d’aujourd’hui n’ont pas les mêmes expressions que les adolescents d’ailleurs, et si je parle aujourd’hui en Allemagne comme il y a quinze ans, le décalage sera sensible – qu’on réécoute de vieilles émissions de radio ou qu’on regarde un film avec Arletty et on s’assurera qu’articulation et lexique ont varié en plusieurs décennies, en France métropolitaine.

L’écrivain Aharon Appelfeld représente un cas extrême de l’oubli de sa langue maternelle. Il témoigne, dans Histoire d’une vie, de la façon dont, enfant juif germanophone séparé pendant la guerre de ses parents, survivant en errant en Ukraine – et parlant alors ukrainien – puis vivant en Israël, il a perdu la langue allemande, sans pour autant que l’hébreu l’ait remplacée. Quant au yiddish, langue de ses grands-parents, il en acquiert une maîtrise livresque en suivant les cours du poète Y.S. (non explicitement nommé dans l’ouvrage) :

C’était le poète Y. S. qui nous instruisit (…) Il nous apprenait la poésie et le chant, le tout en yiddish. Il faisait partie des instructeurs dépêchés par Erets-Israël. Ces derniers étaient des tenants de l’hébreu, et lui, du yiddish. Les instructeurs d’Erets Israël étaient  plus grands que lui, beaux, et surtout ils parlaient au nom de l’avenir, au nom de la transformation positive, au nom de la vie qui nous attendait en Palestine. Lui, bien entendu, parlait de ce qui avait été, de la continuité qui serait rompue si on ne parlait pas la langue des suppliciés. Celui qui parle la langue des suppliciés leur assure non seulement le souvenir en ce monde, mais élève un rempart contre le mal et transmet le flambeau de leur foi de génération en génération[1].

Aharon Appelfeld représente ainsi un cas de perte de la langue maternelle non compensée par l’acquisition de la langue seconde – en l’occurrence, pour Appelfeld, l’hébreu est la quatrième ou la cinquième langue apprise, en même temps qu’il a acquis l’écriture, au début de l’adolescence.

Le cas d’Appelfeld, particulièrement spectaculaire et émouvant du fait des circonstances historiques et parce que la perte de la langue maternelle est centrale dans Histoire d’une vie et constitutive de la poétique de cet écrivain, n’est pourtant pas rare. Dans un même registre littéraire, Ovide, exilé par Auguste, craignait lui-même de perdre son latin sur les bords de la mer Noire. Le sort linguistique d’Appelfeld est partagé par bien des immigrants qui, choisissant ou devant par nécessité s’exprimer quotidiennement dans une langue seconde, voient leur maîtrise de leur langue maternelle diminuer, voire dans le cas des enfants, disparaître.

Le phénomène, ai-je donc appris en tentant de creuser rapidement le sujet sur les internets, porte un nom, l’attrition, et semble largement plus documenté en anglais qu’en français. On trouvera ici la page wikipedia de langue anglaise sur le sujet, dont la bibliographie, relativement conséquente, pourra donner quelques pistes.

Sur le site omniglot.com, la traductrice française Céline Graciet, qui vit et travaille en Grande Bretagne, théorise brièvement ce que représente pour elle l’attrition, et comment, dans l’intérêt de la qualité de son travail notamment, elle se doit de juguler ce phénomène, dont elle liste les développements suivants :

  • Language mixing: an English word replacing a French one
  • Syntactic interference: use of English structures which wouldn’t necessarily be used in French (for example, the passive voice, which is more common in English than in French)
  • General ability to pronounce words correctly (both languages seem to use different muscles, and my French-speaking muscles can get a bit out of shape)
  • Literal translation of an English expression into French
  • Static vocabulary: missing out on the evolution of French
  • Cultural references: when referring to shared codes or experiences, the use of English referents in French

  • Mélange des langues : un mot anglais remplace un mot français
  • Interférences syntaxiques : utilisation de structures anglaises qui ne seraient pas utilisées nécessairement en français (par exemple la voix passive, plus commune en anglais qu’en français)
  • La capacité générale à prononcer certains mots correctement (les deux langues semblent utiliser des muscles différents, et mes muscles français peuvent perdre de leur vigueur)
  • Traduction littérale d’une expression anglaise en français
  • Vocabulaire statique : ne pas suivre les évolutions du français
  • Références culturelles : lorsqu’il faut se référer à des codes ou à des expériences communes, utiliser les références anglaises en français.
    (je traduis)

Voilà un bilan dressé par une traductrice : une personne qui, de métier, voit son attention attirée vers les différences linguistiques, vers les usages contrastés, et qui est à même de percevoir et de nommer la façon dont la langue maternelle peut lui échapper.

De mémoire, il me semble que ces réflexions étaient partagées, en tout cas en ce qui concernait le vocabulaire statique, par la traductrice allemande Anne Birkenhauer, vivant à Jérusalem, filmée dans le film de Nurith Aviv, Traduire. Si je me souviens bien, elle racontait comment, traduisant en allemand une littérature israélienne contemporaine mettant en scène de jeunes gens, elle craignait de ne pas maîtriser pleinement le lexique qui aurait été celui de jeunes allemands vivant à son époque en Allemagne, puisqu’elle ne vivait plus depuis longtemps dans ce pays.

(Parenthèse : cherchant le nom de cette traductrice, je consulte le site de Nurith Aviv, et vois qu’autour de Traduire ont été organisées moultes rencontres avec des traducteurs, écrivains, éditeurs, etc, lesquelles rencontres ont été filmées et sont en ligne ici. C’est une mine d’or.)

Une très intéressante intervention de Marc Crépon (à qui l’on doit un de mes livres préférés, Le Malin génie des langues) lors du colloque consacré à Hannah Arendt, Les langues de l’exil, parle de « la voix des émigrants », et de la perte de la langue maternelle subie par les migrants en général, que cette perte soit perte de la capacité à parler, ou perte de la légitimité à parler la langue d’origine lorsque l’impératif du pays d’immigration est l’intégration.

Cette conférence, intitulée « “Et personne ici ne sait qui je suis”, la voix des émigrants, H. Arendt, W. G. Sebald, G. Perec », opère un passage, à mon sens absolument nécessaire, de la littérature et de la philosophie du langage à la pensée politique. Ce qu’a vécu Appelfeld, ce qu’a vécu dans une autre mesure Hannah Arendt qui a choisi de ne plus publier qu’en anglais, langue que par ailleurs elle parlait avec un très fort accent et alors qu’elle continuait à définir son identité en partie par son attachement indéfectible à la langue allemande, cette perte de la langue maternelle, choisie ou subie, est le lot des migrants – ceux d’Ellis Island qui firent l’objet du film de Perec et Bober par l’évocation duquel Marc Crépon ouvre sa conférence. Et qui, c’est moi qui l’ajoute ici, n’ont pas les outils linguistiques et conceptuels de Céline Graciet ou d’Hannah Arendt pour construire, en rempart contre le bouleversement identitaire qu’est la perte de la langue, un processus d’autodéfense intellectuelle. Les témoignages littéraires et philosophiques ne sont qu’une toute petite partie émergée d’un très gros iceberg.


[1] Aharon Appelfeld, Histoire d’une vie, traduit par Valérie Zenatti, Seuil, 2004, p. 87.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *