Du plurilinguisme et des intraduisibles dans les SHS. Sur la traduction du mot « unclean » dans un article en italien de Carlo Ginzburg.

Dans son article « la conversion des juifs de Minorque », paru dans Le Fil et les traces et traduit en français par Martin Rueff, Carlo Ginzburg cite abondamment un ouvrage de l’historien  Peter Brown, intitulé en italien Il culto dei santi. Ginzburg cite le texte dans une traduction italienne, mais il lui arrive de se référer au texte original pour en citer, notamment, un binôme terminologique fondamental : les mots clean et unclean. À ceci s’ajoute l’utilisation de termes latins par Brown, que Ginzburg reproduit tels quels.

C’est avec un tel texte parsemés de mots étrangers, comportant des passages écrits par Ginzburg et d’autres traduits de l’anglais en italien, que le traducteur en français de Ginzburg, Martin Rueff, a dû travailler. L’examen de cette traduction ne manque pas d’intérêt, à la fois dans l’examen de la façon dont les mots étrangers ont été traités en français, et dans celui du rapport aux passages de l’ouvrage de Brown traduit en italien.

Que faire en effet quand un ouvrage étranger comprend des citations de traductions ? Faut-il traduire ces citations directement depuis la langue seconde, faisant ainsi une traduction de traduction, ou bien aller chercher une traduction française préexistante de l’ouvrage cité ?

La première solution était celle qu’adoptait José Guidi, traducteur de Teorema de Pasolini, qui, pour une citation assez longue d’une nouvelle de Tolstoï, francisait les noms russes mais semblait par ailleurs traduire la version de Pasolini ou utilisée par Pasolini, afin peut-être de coller davantage à l’insertion du texte russe dans l’œuvre de Pasolini, qu’elle mettait clairement en abîme. La deuxième solution, celle du recours à la citation d’une traduction française, était celle que choisissait Hélène Prouteau, pour traduire Le pèlerinage de sœur Fidelma, enquête policière rédigée par Peter Tremayne, mettant en scène une religieuse irlandaise de l’an 666. La traductrice recourait (une note l’explicitait) à la Bible de Jérusalem lorsque les personnages citaient la Bible – il faut dire qu’ils le faisaient en anglais contemporain, là où des moines irlandais auraient sans doute davantage cité en latin, voire en gaélique ancien : l’anachronisme n’en est pas un). Une troisième solution existe dans Le Jardin des Finzi Contini, le roman de Bassani traduit par Michel Arnaud : alors que Bassani fait débattre les personnages de Micol et du narrateur d’une traduction d’un poème de Dickinson réalisée par Micol, traduction citée intégralement dans le roman italien, le traducteur reprend dans le corps de la page le texte italien, et en donne dans une note de bas de page deux versions, l’une correspondant à la traduction italienne, l’autre plus proche du texte américain. Façon de ne pas trancher, qui a par ailleurs l’intérêt pour l’herméneute de rendre doublement visible et problématisable le travail du traducteur.

Mais revenons à Ginzburg citant Peter Brown et traduit par Martin Rueff, dans un autre registre en principe, non celui de la traduction littéraire, mais celui de la traduction en SHS. Martin Rueff précise dans une note, à côté de la mention de l’édition française du texte (il s’agit de Le culte des saints, Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, traduit par Aline Roussel, Paris, Cerf, 1984), qu’il cite cette traduction en la corrigeant.

Voici quelques extraits permettant de confronter les trois versions – malheureusement je n’ai pas pu avoir d’accès direct au texte anglais.

Texte de Ginzburg

Questo è un esperimento in corpore nobilissimo. Il culto dei santi di Peter Brown (1981) è un libro splendido : elegante, dotto, pieno d’immaginazione. Anche le perplessità che verro esponendo mostreranno quanto sia profondo il moi debito intellettuale nei confronti dell’opera di Peter Brown.

Alla fine del quinto capitolo (“Praesentia”) Brown illustra il “potere ideale ‘incontaminato’ [clean] ora associato alle reliquie dei santi” con un episodio che segui l’arrivo delle reliquie di santo Stefano a Minorca nell 417.

Traduction de Ginzburg par Rueff

Voici une expérience in corpore nobilissimo. Le Culte des saints de Peter Brown (1981) est un livre splendide : élégant, savant, débordant d’imagination. Il n’est pas jusqu’aux perplexités que j’exposerai ici qui ne témoignent de la profonde dette intellectuelle que j’ai contractée à l’égard de l’œuvre de Peter Brown.

À la fin du cinquième chapitre (« Praesentia »), Brown illustre le « pouvoir idéal pur [clean] maintenant associé à la praesentia des saints » par un épisode qui a suivi l’arrivée des reliques de saint Etienne à Minorque en 417.

Traduction de Brown par Roussel

pouvoir idéal « propre » maintenant associé à la praesentia des saints

Plusieurs remarques sur ces trois passages. D’abord, on constate que Rueff conserve en français l’expression figée « in corpore nobilissimo », qu’il ne traduit pas plus que Ginzburg ne le fait ; le titre de chapitre « Praesentia » en latin dans le texte de Brown ; la mention entre crochets du mot « clean », venant préciser quel terme avait été utilisé par Brown. Dans les deux cas, la citation du terme anglais suit sa traduction, par incontaminato en italien, et par pur en français chez Rueff.

C’est là que la distinction avec la traduction de Brown par Aline Roussel se fait sensible : si la traductrice garde les termes latins à l’identique (praesentia des saints) il n’y a en revanche aucune raison pour qu’elle ne traduise pas clean, et elle ne fait en l’occurrence avec le mot « propre », qui en langue, sinon en discours, correspond bien à clean.

Avant de m’interroger sur les raisons des modifications apportées par Rueff à cette traduction brièvement citée, voici un autre passage où les termes clean et unclean reviennent, et font l’objet chez Ginzburg d’une discussion terminologique. Je fais figurer en gras les termes capitaux.

Texte de Ginzburg

Brown non nega che “violenza e timore di una violenza ancora maggiore svolsero una funzione decisiva” in questi avvenimenti. Ma le sue osservazioni conclusive insistono sull’integrazione di ebrei e cristiani all’interno di un’unica comunità, e non sul prezzo – in termini umani – pagato per raggiungerla. Questa conclusione è preparata dall’uso di analogie negative : “si tratto di una facenda relativamente meno vergognosa di un pogrom puro e semplice” ; l’arrivo di Stefano “sull’isola non fu visto come un’occasione per ‘purgare’ l’isola dagli ebrei”. Anacronismi voluti come “pogrom” o “purgare” non sembrano particolarmente illuminati in un caso come questo, che è uno dei primi esempi di tensioni tra ebrei e cristiani. Dubbi ancora maggiori solleva l’opposizione tra potere clean e unclean, “incontaminato” e “contaminato”, che nella presentazione degli avvenimenti di Minorca fatta da Brown ha una funzione cruciale. “Il lettore deve perdonarmi”, scrive Brown, “se, nel descrivere una faccenda molto sudicia […] mi limitero ad assumere la prospettiva del vescovo Severo, nostra unica fonte, e a parlare del patrocinium di santo Stefano come di un potere ‘incontaminato’ [clean]”. Il problema di metodo sollevato da Brown e ovviamente molto serio. Ma le parole lievamente ambiguë che ho appena citato potrebbero indurre qualche lettore a intendere, erroneamente, che categorie come clean e unclean, “incontaminato” e “contaminato”, derivano dalla fonte stessa. Si tratta invece – per usare la terminologia del linguista americano Pike – di categorie “etic” e non “emic”, ispirate implicitamente da Purity and Danger (Purezza e pericolo) di Mary Douglas, e non dalla lunga lettera di Severo sugli avvenimenti di Minorca. Si tratta di una scelta del tutto legittima, com’è chiaro : anche se qualcuno, alla luce dell’associazione ostile porposta molto tempo tra ebrei e sporcizia, potrebbe obiettare all’idea di inglobare pagani ed ebrei sotto la categoria di potere unclean, “contaminato”.

Traduction de Rueff

Brown ne nie pas que « violence et peur d’une violence plus grande encore jouèrent un rôle décisif » au cours de ces événements. Mais ses observations conclusives insistent davantage sur l’intégration des juifs et des chrétiens à l’intérieur d’une communauté unique que sur le prix qu’il a fallu payer (en termes humains) pour l’atteindre. Cette conclusion est préparée par l’usage d’analogie négatives : « c’était pourtant quelque chose d’un peu moins outrageant qu’un pogrom pur et simple » ; l’arrivée de saint Etienne « sur l’île ne fut pas considérée comme une occasion de purger l’île des juifs ». Des anachronismes délibérés comme « pogrom » ou « purger » ne semblent pas de nature à éclairer le cas en question qui fut un des premiers exemples de tensions entre juifs et chrétiens. Des doutes encore plus grands naissent de l’opposition entre pouvoir « clean » et « unclean », entre pouvoir « pur » et « impur », termes qui jouent un rôle décisif dans la présentation des événements de Minorque proposée par Brown. Le lecteur doit me pardonner, écrit Brown, si, pour décrire une histoire aussi dégoûtante, je me limite à la perspective de l’évêque Sévère, notre unique source, et si je parle du patrocinium de saint Etienne comme un pouvoir pur [clean]. » Le problème de méthode que pose Brown est évidemment des plus sérieux. Mais les propos légèrement ambigus que je viens de citer pourraient amener quelques lecteurs à supposer, à tort, que des catégories comme « clean » et « unclean », « pur » et « impur », viennent de la source elle-même. Il s’agit en fait (pour reprendre la terminologie du linguiste américain Pike) de catégories « etic » et non pas « emic », inspirées directement de Purity and anger (trad. française : De la souillure) de Mary Douglas, et non de la longue lettre de Sévère sur les événements de Minorque. Ce choix est tout à fait légitime, cela va de soi : même si on pourrait, à la lumière de l’association hostile proposée depuis longtemps entre juifs et saleté, rechigner à l’idée d’englober les païens et les juifs sous la catégorie de pouvoir « unclean », « impur »

 

Texte de Brown auquel se réfère Ginzburg, dans la traduction de Roussel

« Ce qui suivit fut violent et fort déplaisant ; le lecteur doit me pardonner si, décrivant une très sale affaire, où la violence et la peur d’une violence plus grande encore jouèrent un rôle décisif, je me limite à la perspective de l’évêque Sévère, notre unique source, et si je parle du patrocinium de saint Etienne comme d’un pouvoir « propre ». (…) C’était pourtant quelque chose d’un peu moins outrageant qu’un pogrom pur et simple. L’évêque Sévère prend soin de présenter ces événements, rétrospectivement tout au moins, comme un élément de l’apparition d’Etienne comme véritable patronus de la cité (…)

Si Ginzburg ici cite en anglais les mots clean et unclean, c’est par ce qu’il entend en démontrer l’usage problématique par Brown. D’une part, ces mots ne sont pas issus de la seule source utilisée par Brown, contrairement à ce qu’il sous-entend, la lettre de Sévère, mais plutôt inspirés par la lecture de Mary Douglas. D’autre part, leur usage, quoi que non inexact, reprend, dans la perspective de l’analyse historique des premières conversions forcées des juifs au christianisme, un vocabulaire qui, dans la suite de l’histoire, a été souvent associé aux discours négatifs sur les juifs, accusés de saleté, d’impureté, de corruption, etc. Selon Ginzburg, l’utilisation des termes de pouvoir clean et unclean est malheureuse.

Aline Roussel quant à elle traduit Brown en traductrice, et non en critique. Sa traduction n’a pas pour but d’analyser et de démonter les connotations qui pourraient être reprochées au discours de Brown. Pour ce qui est de ce couple de termes, on peut noter que son choix terminologique semble du reste davantage orienté vers la signification littérale de ces deux mots que vers leur interaction avec le discours environnant. Certes, clean peut se traduire par propre, au sens de nettoyé, antonyme de « sale ». Mais « propre », surtout dans une expression comme « pouvoir propre » et « pouvoir impropre » peut évoquer non l’idée de propreté vs. saleté, mais celle d’adéquation, d’inhérence du pouvoir à qui le détient.

On comprend donc pourquoi Martin Rueff n’a pas cité la traduction d’Aline Roussel : elle ne va nullement dans le sens de Carlo Ginzburg, qui insiste bien sur les dangers d’un vocabulaire de la saleté, et de la contamination. C’est précisément l’associazione ostile proposta molto tempo tra ebrei e sporcizia, «  l’association hostile proposée depuis longtemps entre juifs et saleté », qui donne la clé du reproche fait par Ginzburg à Brown. Chez Ginzburg, clean et unclean sont traduits par incontaminato et contaminato, littéralement, « non-contaminé » et « contaminé ». Le lexique est celui de la contamination – de l’eau des puits, par exemple, avec l’idée que le judaïsme peut représenter, dans la pensée de la Minorque médiévale, un pouvoir de contamination physique et morale.

Ce n’est pourtant pas une traduction littérale des termes de Ginzburg qu’utilise Martin Rueff, qui met « pur » et « impur ». La connotation est semblable, et surtout son application à des discours racistes ou antisémites est similaires, mais pourtant, ce choix peut surprendre dans la mesure où « pur » et « impur » sembleraient d’une part mieux correspondre à un hypothétique italien puro et impuro, et ne correspondent pas absolument à clean et unclean. C’est plutôt la connotation, le discours, que semble avoir visé Rueff, plutôt que la langue. Dans ce sens, il semble avoir fonctionné davantage sur une lecture analytique du texte de Ginzburg que ne le faisait Aline Roussel du texte de Brown. À cela s’ajoute le fait qu’il est sans doute malaisé de traduire incontaminato et contaminato d’une façon qui permette de rendre l’effet d’un couple d’antonymes immédiatement perceptibles, par leur proximité dans le lexique même. L’opposition entre « pur » et « impur » a le mérite de la clarté, et de faire écho directement au lecteur – au prix éventuellement de ce même anachronisme reproché par Ginzburg à Brown.

Que conclure de cette analyse de quelques passages de Ginzburg citant Brown ? Sans doute, d’une part, que le traduction des textes des sciences humaines n’est pas irrémédiablement distincte de celle des textes littéraires, en ce que, dans le cas des citations d’ouvrages étrangers, fréquentes dans les textes littéraires comme dans les textes de SHS, le traducteur est soumis à la même alternative : utiliser, s’il en existe, une traduction préexistante du texte cité (qui a le mérite de pouvoir renvoyé le lecteur à l’ouvrage en question tel qu’il est traduit dans sa propre langue) ou traduire lui-même la citation. Cette solution permet sans doute une plus grande proximité avec le texte dans laquelle la citation s’insère, et qu’elle est susceptible, comme c’est le cas chez Ginzburg ici, de commenter – de semblables jeux d’échos étaient à l’œuvre dans le passage de Tolstoï cité par Pasolini plus haut). Mais cela revient à faire une traduction de traduction, méthode dont se méfient parfois les traducteurs, soit qu’ils ne s’estiment pas compétents pour traduire, par exemple, un insert poétique, soit qu’ils répugnent à éloigner encore davantage la traduction de son original.

Si quelque chose distingue en la matière textes littéraires et textes des SHS, c’est sans doute davantage la nature des mots qui résistent à la traduction. Dans le cas de Ginzburg, c’est l’opposition historique entre contamination et non-contamination, en relation avec l’histoire de la réception du judaïsme en Occident, qui concentre une charge connotative très forte. Dans un texte comme Le Jardin des Finzi Contini, qui du reste est rédigé par un auteur qui n’est pas sans avoir quelques affinités avec Ginzburg, les mots d’hébreu, de ladino, de vénitien, de ferrarais, bref les mots renvoyant d’une part à l’ancrage géographique de l’action et d’autre part au milieu particulier de la bourgeoisie sépharade du nord de l’Italie, sont insérés tels quels aussi bien dans l’italien que dans la traduction de Michel Arnaud, qui se révèle un traducteur très soucieux de faire entendre l’hétérogénéité linguistique du roman de Bassani. Mais des mots comme « il musafir », traduit par « le musafir », c’est-à-dire l’hôte goy ; ou comme les noms des fruits « les pommes étaient i pum, les figues, i figh, les abricots, i mugnàgh ; les pêches, i persagh », n’ont pas la même charge notionnelle que les oppositions du type pur/impur dans un texte sur la conversion des juifs. En revanche, leur importance est capitale lorsqu’il s’agit de restituer le discours des personnages. Micol en particulier mêle abondamment mots de dialecte ferrarais, d’anglais, l’allemand, d’hébreu, révélant ainsi une identité complexe, plurielle.

Mais de ce fait j’en reviens à un même fondement, celui du discours. S’il est important de prendre en compte de façon particulièrement consciente la traduction des citations et notamment des mots étrangers et des citations de traduction, c’est pour la façon dont elles contribuent de façon essentielle à la construction du discours dans les traductions, dont elles construisent des résonnance avec les autres textes, et avec la culture, les présupposés des lecteurs.

Ceci est un crédo : quelque soit le type de texte, on traduit un discours, pas une langue – quand bien même tout discours est une langue. « pur » n’est pas le même selon qu’on parle du courant d’un onde pure, de la pureté de la neige fraîche, d’une langue pure (qui n’existe pas, d’ailleurs) ou d’idées racistes. En SHS aussi on traduit du discours. Et la traduction n’est pas plus simple, plus automatique, qu’en littérature, absolument pas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *