Le traducteur « jardinier de l’improbable ». Sur quelques métaphores horticoles.

 

Je m’intéresse en ce moment à l’image de la structure végétale dans la construction de modèles de pensée – j’avais évoqué dans ce billet  le possible classement rhizomatique d’une bibliothèque. Pour synthétiser vite fait : il me semble qu’apparaît avec la période moderne une pensée en arborescence, qui procède par subdivisions à partir de racines, d’un tronc, de branches – c’est le modèle de l’arbre, donc, qui préside aux arborescences des descriptions linguistiques (on parle d’arbre syntaxique ). Je constate du reste que la botanique précède de peu la linguistique, du moins la philologie moderne. Linné, Renan : même combat. Les familles de langues sont classées selon des modèles similaires aux familles de plantes.

Figuier, rue de l’Atlas (rue natale de Georges Perec), Paris, avril 2014

Je me suis posé la question suivante : que fait la traduction de la figure végétale, de l’organisation végétale ? Et puis j’ai trouvé via divers liens ce texte sur Le Clavier cannibale, le blog de Claro http://towardgrace.blogspot.fr/2013/11/la-langue-nest-pas-un-train-degonflez-o.html

Claro y évoque la traduction comme culture d’une plante, en ces termes.

Quand je traduis, je pars du français, c’est de lui que je m’élance, à son attraction que j’essaie d’échapper le temps d’un voyage dans une troisième langue (celle de l’auteur, du texte). Je pars du français-terreau pour arriver à un autre français, un français-végétal, qu’il me faut faire pousser en jardinier de l’improbable. Je traduis, pour reprendre la pensée de Meschonnic, une poétique, pas une mécanique. Mon problème n’est donc pas le « foisonnement », mais la fièvre: ce degré d’ébullition auquel a été portée la langue de l’auteur, et que je suis censé « revivre » dans un autre corps.

Bien belle analogie, qui n’est pas complètement nouvelle – sans être non plus complètement ancienne. On trouve des traces d’analogies similaires – similaires seulement, dans le fait que la traduction est pensée à l’aide de l’image végétale, mais sans que les rapports au sein de l’analogie soient les mêmes.

J’ai été faire un tour dans la Bible – je veux dire, pas LA Bible, encore que question végétal, elle se pose un peu là aussi avec l’arbre de la connaissance, la graine de sénevé, le bon grain et l’ivraie, etc. Non, je parle de La traduction en citations, l’excellentissime anthologie de Jean Delisle[1]. À l’index, pas d’entrée « plante » « transplantation » « arbre » ni « rhizome ». Alors j’ai compulsé le chapitre « métaphore », et voici :

Traduire une œuvre littéraire, c’est comme transplanter une plante dans une autre terre et, pour réussir, il faut que la terre de la traduction soit bien cultivée

Katerina Kaenizova, Douzièmes assises, 1996

La force et la vertu des parolles d’un langage à aultre se pert, ainsi que le goust et naïf suc des plantes transportées de lieu en autre, et ne se peut bonnement rendre.

Jean Lalemant, 1549

J’ai toujours estimé des livres traduicts & transplantez, s’il fault dire ainsi, d’un langage en autre comme d’un arbre qu’on transplante d’un lieu en un autre. Car tout ainsi comme un bon mesnager transplante en une terre plus féconde & plus propre l’aigresseau, ou l’arbre fruitier qu’il verra estre en une terre mal-fertile ou mal propre à l’arbre ou aigresson, aussi le bon traducteur prendra un autheur qui ne parlera pas bien en son langage, sera rude, imploy, & scabreux, & toutefois scavant : autrement luy donnera une autre robbe, l’orenera d’un beau langage, & l’accomodera come tout neuf, faisant veritablement l’ofice d’un bon & fidelle interprete.

Jean Poupy, 1580

Un ouvrage dont la traduction enrichit une langue, peut être considéré comme des fruits entés sur un autre arbre ; miratur non sua poma. Plus ces fruits sont délicats, plus cette greffe demande une main habile

(l’arbre s’étonne de voir des fruits qui ne sont pas les siens). Paul Jérémie Bitaubé, 1775.

Quatre citations donc, qui s’étalent sur quatre siècle. Un point commun : la traduction perçue comme culture d’un végétal. Dans les trois premier cas, la traduction, perçue comme activité, est comparée à la transplantation, à l’action donc qui consiste à prendre un végétal dans un lieu A, d’où on le déplante, pour le repiquer dans un lieu B. Somme toute c’est une variation sur la figure du passage : on passe un arbre d’une terre à l’autre comme on passe un bagage d’une rive à l’autre du fleuve. Avec quelques variantes, et notamment la modification potentielle de l’arbre, attendu que l’arbre grandit, là où le bagage non. Il y a là quelque chose qui relève du bon sens : de fait en un sens, traduire c’est déplacer. En bonne part parce que bien souvent, auteur et traducteur ne vivent pas dans le même espace. Heine vit entre Hambourg et Göttingen quand il écrit les Reisebilder, et moi à Paris. Et outre l’espace, le temps s’en mêle. Traduire Heine, c’est le transplanter d’Allemagne en France, de 1827 à 2014.

Mais reprenons l’analogie à la racine – no pun intended. Si traduire c’est transplanter, on suppose tout de même que l’arbre reste le même. Il y a une identité de l’arbre, non seulement dans l’essence mais dans l’individu – c’est non seulement, mettons, un ginkgo biloba, mais ce ginkgo biloba acheté à Weimar en 2005 puis planté dans le jardin en Bretagne.

Je ne suis pas certaine que j’en dirais autant de la traduction. Heine traduit par moi, c’est Heine et c’est autre chose que Heine. C’est un ginkgo biloba qui ressemblerait comme un frère à un autre ginkgo biloba, qui aurait le même nombre de branches, un nombre équivalent de feuilles, mais un coloris un peu différent peut-être.

Enfin j’écris ceci parce que je ne crois pas à l’analogie du passage, puisque l’objet que l’on passe ne subit pas de changement, alors que le texte traduit, lui, change.

Du reste l’arbre transplanté aussi, et c’est le sens des analogies, antagonistes dans leur diagnostic sur la traduction, de deux quasi contemporains, Jean Lalemant et Jean Poupy – j’avoue tout ignorer et de l’un et de l’autre. Le premier construit une analogie de la transplantation dans la lignée des déplorations de l’impossibilité de traduire – quinze ans avant lui Olivétan déplore qu’on ne pourra apprendre à la corneille (la langue française) à chanter comme le rossignol (la langue hébraïque). Pour Lalemant, la déperdition de la traduction équivaut à la perte de goût de fruit de l’arbre transplanté. Quel est le fruit du livre ? On ne sait.

Pour Jean Poupy au contraire, la traduction est comparable à la transplantation, dans la mesure où elle permet une amélioration. De même qu’on peut donner plus de fécondité et de vigueur à l’arbrisseau en le plantant dans une terre riche, de même un livre devient meilleur en changeant de langue – l’analogie est double, au livre / arbre répond la langue / terre. Mais quelle est cette mauvaise terre ? Une mauvaise langue ou un mauvais emploi de la langue ? Le traducteur en tout cas doit améliorer l’œuvre, soit que la langue d’arrivée soit plus digne que la langue de départ, soit que sa tâche consiste à gommer les maladresses du texte de départ.

Sans condamnation ou louange globale de la traduction, on voit chez Katerina Kaenizova une similaire figure de la langue comme terre. La terre bien cultivée, c’est la terre de la langue – que le traducteur doit, je suppose, bien savoir manier afin que l’arbre transplanté garde sa forme et sa fécondité, sans qu’il soit question ici de l’améliorer.

L’analogie de Paul Jérémie Bitaubé, qui inclut une citation des Géorgiques de Virgile, induit une variation conséquente par rapport aux autres citations. La figure de la greffe en effet suppose métissage, mélange. Et de fait Bitaubé introduit-il une idée qui me semble fort originale en France à son époque – et plutôt caractéristique de ses contemporains allemands : l’idée que la traduction enrichit la langue d’accueil. Qu’elle n’est pas déperdition, ou au contraire amélioration d’un ouvrage un peu barbare, mais que par le mélange, qui confine au bariolage arborescent – l’arbre ne reconnaît pas ses fruits (j’avais un arrière grand-père qui greffait deux sortes de pommes, des rouges et des vertes, mettons, sur un même tronc).

Je reviens à Claro. En fait, son propos est différent des trois premières métaphores. La plante, ce n’est pas l’œuvre traduite. Dans son billet de blog, c’est la langue française qui est et la terre et la plante. Il rejoint l’analogie de Bitaubé non tant pour l’idée de greffe, qui n’est finalement pas si loin de l’idée de métissage, que parce que c’est la langue elle-même qui devient la plante à cultiver, à faire fructifier.

Et de fait c’est le français comme vous ne l’avez pas entendu que les traducteurs qui écoutent vraiment le texte de départ cultivent – le français de Camilleri, le français de Pynchon.

(On me dit dans mon oreillette que Camilleri écrit en italien et Pynchon en anglais. Soit. Mais de même que l’italien de Camilleri n’est qu’à Camilleri, le français de Camilleri traduit par Quadruppani n’est qu’à Camilleri-traduit-par-Quadruppani, et de fait traduit par quelqu’un d’autre c’est un autre français).

Quelles drôles de plantes nous faisons là. Je reprends à mon compte la formule de Claro: les traducteurs sont des jardiniers de l’improbables. Ils hybrident, et les plantes ainsi créées sont non duplicables. Fécondes, pourtant. Enfin on n’est pas à un paradoxe près. La traduction, cet art de la conciliation jubilatoire des antithèses et des contradictions.

 


[1] Jean Delisle, La traduction en citations, Presses universitaires d’Ottawa, 2007


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pierre dit :

    Super billet Claire ! La métaphore du vivant est toujours très séduisante (en architecture aussi).

    Cela dit, on peut toujours rappeler la mise en garde de Deleuze :

    « Les signes vocaux ont une linéarité temporelle, et c’est cette sur-linéarité qui fait leur déterritorialisation spécifique, leur différence avec la linéarité génétique […] Au contraire, la linéarité temporelle de l’expression de langage renvoie non seulement à une succession, mais à une synthèse formelle de la succession dans le temps, qui constitue tout un surcodage linéaire et fait apparaître un phénomène inconnu des autres strates : la traduction, la traductibilité, par opposition aux inductions ou transductions précédentes. Et par traduction il ne faut pas seulement comprendre qu’une langue peut en quelque sorte « représenter » les données d’une autre langue, mais plus encore que le langage, avec ses propres données sur sa strate, peut représenter toutes les autres strates, et accéder ainsi à une conception scientifique du monde. »

    Et il souligne sa déterritorialisation : « c’est cette propriété de surcodage ou de surlinéarité qui explique que, dans le langage, il n’y a pas seulement indépendance de l’expression par rapport au contenu, mais indépendance de la forme. »

    L’indépendance de l’expression par rapport au contenu, qu’elle soit intralingue (réécriture) ou interlingue (traduction) explique peut-être la possibilité du paradoxe ? 😉

    Belle journée à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.