à propos d’une tentative de création d’une langue parfaite

 

Merveilles de twitter : je ne sais qui posta le lien vers un curieux et fort intéressant article intitulé « Le curieux destin de l’homme qui inventa une nouvelle langue ». L’article est dû à Joshua Foer, sa version intégrale a paru en 2012 dans le New-Yorker, de larges extraits en sont ici traduit en français par Camille de Chevigny. L’article porte sur l’invention par un employé californien, John Quijada, d’une langue, nommée l’Ithkuil. Quijada, qui avait travaillé seul à l’élaboration de cette langue, mit en ligne en 2014 un document en expliquant le lexique et la syntaxe, et précisant ses inventions. Il s’agissait de – je cite le passage tel qu’il est cité dans l’article :

Essayer de créer ce que les êtres humains, avec les seuls moyens du bord, n’inventeront jamais naturellement, ou alors uniquement par un effort intellectuel conscient  : une langue idéalisée qui vise le plus haut degré possible de logique, d’efficacité, de détail et d’exactitude accessible à l’expression cognitive orale, tout en réduisant au maximum les ambiguïtés, le flou, les illogismes, la redondance et la polysémie (la multiplicité de significations) et plus généralement l’arbitraire qui paraît inhérent aux langues naturelles.

Je ne veux pas redire ce que l’article dit déjà et y renvoie les lecteurs de ce billet– c’est vraiment un article passionnant– et j’en profite pour dire ici combien j’aime le New-Yorker.

Quelques réflexions en marge de cet article.

* éradiquer la polysémie ?

L’ambition de Quijada en inventant l’Ithkuil n’était pas de créer une langue qui serve à la communication effective. Son but était davantage théorique, si je suis bien l’article de Foer. Quijada aurait souhaité, s’il avait eu les moyens de mener à terme des études supérieures, devenir linguiste anthropologue ; il s’intéressait à de nombreuses langues vernaculaires ; l’idée lui est venu de combiner ce qu’il trouvait de plus intéressant dans chacune d’elles, pour créer un système linguistique à la fois complexe et efficace, qui évacue l’implicite. Foer résume ainsi la chose dans l’article :

Les interactions humaines sont gouvernées par un ensemble de codes implicites qui peuvent parfois sembler affreusement opaques et dont une mauvaise interprétation a tôt fait de vous reléguer hors du groupe. L’ironie, la métaphore, l’ambiguïté sont autant de procédés ingénieux qui nous permettent d’en dire davantage sans utiliser un mot de plus. Mais, en ithkuil, toute ambiguïté est éliminée afin de rendre explicite tout ce qui est implicite. Une formulation ironique est marquée de l’affixe ’kçc. Les énoncés hyperboliques sont conjugués avec la lettre ’m.

« Je voulais utiliser l’ithkuil pour montrer comment discuter de philosophie ou évoquer des états émotionnels en toute transparence », explique Quijada.

« C’est la langue idéale pour le débat philosophique et politique, ces forums où ceux qui s’expriment escamotent leurs intentions ou se camouflent derrière le langage », poursuit Quijada. « L’ithkuil vous force à dire ce que vous pensez vraiment et à penser vraiment à ce que vous dites. » […]

L’Ithkuil est ainsi supposé
– circonvenir la polysémie en développant le lexique
– circonvenir la relativité (par exemple, à l’exemple d’une langue australienne aborigène, il n’y a pas de « gauche » et de « droite » mais une situation dans l’espace à partir des points cardinaux)
– expliciter la position du locuteur vis-à-vis de son énoncé : un préfixe vient spécifier son ironie.

L’idée est de créer un système (essentiellement écrit, même s’il est prononçable à l’aide d’un nombre de phonèmes assez conséquent) qui donne au langage les moyens de la clarté maximale. Chaque mot a un unique référent ; les classificateurs sont nombreux ; la morphologie verbale permet d’intégrer une position très fine dans le temps et dans l’espace et d’expliciter les intentions du locuteur.

Ceci afin de pallier les manques des langues naturelles – dans un mouvement qui est somme toute naturel à quiconque connaît plusieurs langues, fait l’expérience de la traduction, et constate que sa propre langue n’a pas de mot pour nommer la Sehnsucht allemande ou de classificateur permettant de dénombrer spécifiquement les objets longs.

La recherche d’une langue parfaite est vieille comme Babel ; l’article de Foer fait un bilan sur un certain nombre de langues artificielles créées dans des buts variables ; à ce sujet, on consultera également l’ouvrage d’Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite[1]. Ce que je trouve intéressant – et effrayant, dans une certaine mesure, à mon échelle – c’est les présupposés qui gouvernent l’élaboration de cette langue parfaite.

La langue parfaite doit être parfaitement explicite. Cela suppose d’une part un effort de la part du locuteur ou de l’utilisateur de la langue, qui doit être parfaitement conscient de ce qu’il veut dire. D’autre part, du moins si l’on suit l’article de Foer, Quijada a voulu éviter l’emploi en Ithkuil de métaphores, après avoir constaté que les langues naturelles, toutes autant qu’elles sont, en utilisent de fort nombreuses (si je dis que Quijada est fou à lier, cela n’a pas pour conséquence de me matérialiser auprès de lui avec une corde pour l’attacher illico). En filigrane, la croyance dans la capacité du langage à représenter objectivement la réalité – que la réalité soit celle du monde matériel ou celle des sentiments.

Toutes choses auxquelles je ne crois pas (et j’utilise le verbe croire à dessein parce que dans la mesure actuelle de mes réflexions et de mes capacités je ne suis pas en mesure d’argumenter scientifiquement). J’aurais tendance à être plus nominaliste qu’autre chose, là où le système de Quijada, pour fonctionner entièrement, suppose une catégorisation du réel opérante. Pour que la clarté de la langue soit parfaite, de deux choses l’une. Soit les catégories existent et sont nommées a postériori par une langue exhaustive, un peu sur le modèle de la botanique qui différencie mala punica (grenadier) de chanomeles (cognassier). Auquel cas, un mot désigne une chose, evvai. Soit au contraire c’est le langage qui découpe le réel en catégories (si chanomeles et mala punica sont assez objectivement distincts, la preuve étant que je ne confonds pas les deux exemplaires d’arbres en pot que j’ai sur mon appui de fenêtre, lorsqu’il s’agit de distinguer ironie de sarcasme, ou morale d’éthique, c’est une autre paire de manche). Il faut alors un consensus pour s’entendre sur le sens des mots, c’est-à-dire une communauté de locuteurs, c’est-à-dire que ce n’est pas la langue en soit qui est claire mais l’usage qu’on en fait.

L’invention de l’Ithkuil me laisse perplexe sur deux choses essentiellement

– la capacité d’une langue, fusse-t-elle crée dans ce but, à tendre à la perfection, la perfection étant entendue comme capacité à l’univocité et à l’explicite. Cela suppose que les catégories existent, et je crains d’être trop relativiste et nominaliste pour aller jusque là.

– la volonté de circonvenir les métaphores. Certes, pour son inventeur, l’Ithkuil n’était pas conçue comme langue de communication, mais comme tentative formelle et théorique de combiner les avantages de différentes langues. Certes les métaphores ne sont pas explicites, ou plus exactement n’établissement pas un rapport direct entre le mot et son référent (si je dis qu’untel a une pomme d’Adam proéminente, je ne parle pas d’un fruit qui lui serait resté en travers de la gorge ; « pomme » est polysémique). Mais les métaphores naissent de l’usage des langues, et de la communauté des représentations partagées par les locuteurs. En admettant que l’Ithkuil soit parlé, je suppose qu’inévitablement son lexique deviendrait polysémique, parce que qu’il y aura toujours, et Dieu soit loué, des gens pour inventer la pomme de discorde, la pomme d’amour, la pomme d’Adam, et pour appeler ainsi des ordinateurs portables.

* L’esprit des langues – clarté utopique et  totalitarisme

L’article du New-Yorker relate les étapes du parcours de Quijada, et note en particulier comment L’Ithkuil a eu un devenir singulier, puisqu’il a intéressé un universitaire ukrainien, Oleg Bakhtiyarov, initiateur d’un courant par lui appelé « psychonétique ». Il s’avère, au grand dam de Quijada, que la psychonétique, science du développement personnel ayant pour but de développer une conscience particulièrement aiguisée, est développée dans les courants d’extrême droite ukrainiens, et que son usage de l’Ithkuil est orienté vers la création d’une sorte de surhomme au langage parfaitement limpide.

L’utilisation de l’Ikhtuil par une organisation proche de l’extrême droite ne m’étonne qu’à moitié. L’idéologie de la langue parfaite, et subséquemment la volonté de maîtriser, de cadrer la langue, dans ses usages et dans ce qu’elle est supposée représenter, me semble aller de pair avec une vision de la société restreignant les libertés intellectuelles, réprimant la diversité d’opinions, d’origines, de comportements. La mise en place d’une langue parfaite est corrélée à la volonté de faire advenir une sorte de surhomme. Singulièrement, les développeurs de la « psychonétique » estiment que la pratique d’une langue univoque et exhaustive est susceptible de développer chez les locuteurs des qualités cognitives au diapason de celles de la langue.

[cela ferait un film de science fiction possible : une armée de surhommes parlant une langue parfaite, à la communication ainsi débarrassée de toute subjectivité, de toute ambiguité. Curieusement, ça ne me fait mais alors vraiment pas rêver]

Mutatis mutandis, on retrouve ici le discours, répandu à la fin du xixe siècle, sur l’esprit des langues. Le français est clair. L’allemand logique. L’italien musical. Subséquemment, le peuple français est clair, le peuple allemand logique, le peuple italien musical. On a écrit un certain nombre d’horreurs sur l’esprit sémite à partir d’analyses linguistiques des structures des langues sémitiques (pour Renan, elles sont impropres à l’abstraction, si bien que leurs locuteurs ne sont pas capable de mener une réflexion philosophique. Descartes ne saurait écrire en hébreu. Bref.)

Pour ma part je ne crois pas que les langues possèdent de propriétés morales. Certes elles diffèrent, et je suis disposée à croire que l’Ikhtuil, par sa morphosyntaxe extrêmement développée, met à disposition de ses locuteurs réels ou fictifs une variété de nuances aspectuelles particulièrement riches. Mais une langue, c’est un instrument de communication : c’est ce qu’on en fait, et je ne crois pas que s’y rattachent des vertus, ni du reste des obligations. Je suis prête à parier que si l’Ikhtuil devenait une langue vivante, il deviendrait polysémique et se prêterait aux métaphores, comme toute langue naturelle.

Et inversement, je crois aussi que les descriptions des langues en termes moraux en disent davantage sur le théoricien que sur les langues elles-mêmes. Sur la capacité à projeter l’esprit, réel ou supposé, d’un peuple sur les caractéristiques d’une langue. Sur la place, surtout, que le théoricien et l’idéologie qu’il véhicule ménagent au sujet.

Parce que si la récupération de l’Ikhtuil par un groupuscule d’extrême droite témoigne d’un vœu totalitariste, c’est en ce que les capacités prêtées à l’Ikhtuil, c’est celle de nier le sujet : non seulement les idiosyncrasies éventuelles, mais l’existence d’un regard personnel sur le monde, qui informe l’usage de la langue (par les images notamment). C’est également nier le style.

Inversement, il est singulier de constater, par contraste, qu’Hannah Arendt, théoricienne du totalitarisme, revendique pour elle-même un style, un usage subjectif de la langue, non tant du reste qu’elle prête aux mots une autre signification et qu’elle veuille désigner un canari lorsqu’elle emploi le mot « pomme », mais dans la façon de manier la langue, dans l’esprit qu’elle lui donne (voir ce billet), qui n’est pas l’esprit allemand, mais l’esprit d’Hannah Arendt (l’ironie notamment) appliqué aux possibilités de la langue allemande. « Der Ton ist der Mensch »: « le ton, c’est la personne » dit-elle.


[1] Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, traduit de l’italien par Jean-Claude Manganaro, Paris, Seuil, 1994 pour la traduction française.


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Jacques Bolo dit :

    L’opposition à la notion de langue parfaite est aussi un vieux cliché romantique (qui est plutôt à l’origine du nazisme). En fait, cette « langue parfaite » est simplement une formalisation du langage. S’il y a un reproche à lui faire, c’est plutôt qu’il mélange langues et langage et choisit donc le Volapuk (tentative antérieure de vouloir intégrer toutes les particularités). Mais c’est parfaitement logique pour éviter l’ethnocentrisme.

    Revendiquer l’ambiguïté au nom de la subjectivité est cependant une erreur (outre le romantisme) qui considère que tout discours est essentiellement ambigu. Au contraire, tout discours est essentiellement déjà parfait (cf. « ordinary language is all right ») : toute ambiguïté correspond plutôt à une erreur de communication, ou d’analyse sur le plan logique.

  2. DM dit :

    Je m’aperçois avec un peu de recul que dans mon commentaire j’ai fait une distinction qui ne va peut-être pas de soit entre le discours (informel ou du moins semi-formel) des mathématiciens travaillant habituellement (qui a en général un sens mathématique bien défini, mais parfois pas, par exemple quand les détails sont sans importance; qui souvent fait appel au lecteur pour compléter ce qu’il serait trop fastidieux d’écrire) et le discours des mathématiques formels, dans lesquels les mathématiciens prétendent (idéologiquement) que l’on pourrait traduire leur discours informel.

    Seul le second a un sens précis, mais en quelque sorte ce sens est tautologique : il discute de ce qui est ou non dérivable formellement à partir d’axiomes. À ce niveau, la question de la pertinence de la différence entre syntaxique et sémantique se pose (J.Y. Girard la rejette, par exemple; mais j’avoue ne pas comprendre ce qu’il écrit, la plupart du temps).

    Je ne suis pas sûr d’avoir été plus clair.

    • Claire Placial dit :

      Merci beaucoup pour vos deux commentaires, qui sont pour moi extrêmement stimulants, et que je ne suis pas certaine de bien comprendre, il faut dire que ma culture mathématique est à peu près proche du néant.
      Ce que je retiens de ce que vous écrivez, dites-moi si c’est une ânerie, c’est qu’il y aurait un discours mathématique formel, qui viserait (mais vous dites qu’il ne peut faire que viser) à une adéquation parfaite avec le monde réel, et un discours informel (celui par exemple d’un professeur qui explique à ses étudiants, de deux mathématiciens qui conversent, etc), qui comme tout discours humain, serait imprécis, subjectif, non exhaustif, etc.
      Ce qui irait dans le sens des langues naturelles ou construites, du reste: les langues construites comme l’Ikhtuil visent la perfection, on peut supposer qu’elles l’atteignent difficilement, mais en tout cas leur utilisation comme une langue vivante, réelle, par des locuteurs qui sont des sujets humains et non des machines, va forcément entraîner des variations dans l’expression, et défaire l’adéquation de ladite langue au monde. (je ne réponds pas vraiment à votre commentaire en disant ceci, je relance un peu ma ratiocination à son contact… merci encore en tout cas de votre passage, qui me donne fort à penser, et qui du coup me fait me poser bien des questions sur ce qu’est la syntaxe et la grammaire en dehors des langues naturelles, dans les mathématiques et l’informatique par exemple: la récurrence de termes issus de la linguistique dans ces disciplines me semble vraiment intéressante)

      • DM dit :

        « c’est qu’il y aurait un discours mathématique formel, qui viserait (mais vous dites qu’il ne peut faire que viser) à une adéquation parfaite avec le monde réel »

        En fait, c’est quand le discours mathématique est vraiment formel qu’il n’y a plus de notion de monde réel. C’est le point de vue hyper-formaliste : le discours mathématique est un jeu sur des symboles qui n’ont pas de sens en eux-même, que l’on manipule via des axiomes. Par exemple, avec un tel point de vue, une preuve mathématique est une succession de symboles syntaxiquement bien formée et telle qu’un certain processus automatisé (informatisable) de vérification dit qu’il s’agit bien d’une preuve. Et, pour tout dire, une preuve hyper formalisée en étapes élémentaires est en général illisible et de peu d’intérêt pour un humain, car on y pinaille considérablement sur des problèmes de peu d’intérêt qui masquent les grandes questions.

        Cependant, aucun mathématicien réel ou presque ne travaille avec un tel discours hyper formel (en fait, en pratique, il faut avoir un ordinateur pour aider à le rédiger; voir les travaux de Georges Gonthier). Le mathématicien réel rédige en anglais ou en français agrément de symboles et de formules. Il peut dire « mutatis mutandis », « clairement », « par un raisonnement semblable à celui du lemme 22.31 » et autres arguments qui font appel à l’intelligence et à l’intuition du lecteur.

        Bien évidemment, si vous dites, en somme, au lecteur: « si vous lisez cet ouvrage, c’est que vous êtes au moins en master recherche dans ce domaine, donc que vous êtes assez grand pour compléter cette preuve fastidieuse », vous n’êtes pas précis et vous pourriez très bien tomber sur un lecteur qui, justement, ne voit pas où vous voulez en venir ou qui comprendra de travers.

        C’est justement quand on essaye de faire hyper-formalisées que l’on découvre que le raisonnement mathématique courant est affreusement laxiste, car bon nombre de petites étapes sont passées sous silence. Mais ce silence est nécessaire, car sinon le texte serait illisible à force de pinaillages.

        C’est pour cela que je doute de la possibilité d’une langue ultra-précise pour décrire le monde, car il y a toujours (mais évidemment je ne l’apprends pas à une linguiste), dans la langue naturelle une part de pragmatique, de contexte, de présupposé qui fait qu’on n’explique pas tout, et que si on veut la supprimer tout va devenir intolérablement verbeux.

        En logique mathématique et en informatique, on parle de syntaxe et de grammaire dans des sens techniques (d’ailleurs pas univoque). On parle de syntaxe quand on impose une structure formelle à une succession de symboles; une grammaire est une description formelle des successions de symboles syntaxiquement autorisés (cf les notions de grammaires, langages etc de Chomsky). On peut ainsi dire que la syntaxe du langage Java est définie par une grammaire hors contexte (« grammaire hors contexte » a un sens technique). On peut aussi parler de « syntaxe abstraite » quand on laisse tomber certains détails et qu’on a ramené la syntaxe a une sorte d’arbre (p.ex. une phrase contient un sujet, un verbe, un complément, une subordonnée de temps qui elle même contient …). Quand on fait de la logique mathématique ou de la sémantique des langages de programmation, on oppose à cette syntaxe (des successions de symboles, ou des arbres ou autres objets similaires) la « sémantique », c’est-à-dire le « sens » que l’on prétend attacher à ces objets.

        Le point que soulève Girard (il fait à ce sujet une blague sur les brocolis) est qu’au delà d’un certain point, on a du mal à définir le sens sans faire appel, en quelque sorte, à une pétition de principe. Par exemple, qu’est-ce que cela veut dire que les entiers naturels? Je peux dire que c’est 0, 1, 2… Mais qui sont 0, 1, 2…? Je peux dire que c’est notre notion usuelle de 0, 1, 2… mais alors cela ne m’avance guère.

        J’ai peur d’être terriblement décousu et de ne guère vous avancer.

      • DM dit :

        Ajoutons que le mot « langage » a un sens mathématique aussi (c’est un ensemble de mots, et un mot est une séquence de lettres sur un alphabet… sauf qu’un alphabet n’est pas forcément A..Z, ni même forcément fini!). 😉

        • Claire Placial dit :

          Merci beaucoup pour toutes ces réponses. Elles m’éclairent vraiment! je ne sais pas pour autant si je comprends bien, mais en tout cas j’ai une meilleure vision de la répartition grammaire/syntaxe/sémantique, et ça me semble pas complètement hétérogène à ce qu’on dit en linguistique (sur twitter on me parle de logique, sur ces questions).

  3. DM dit :

    À noter que le langage mathématique lui-même (j’entends par là ce qu’écrivent normalement les mathématiciens, pas les mathématiques formalisées au sens de la logique ou de la preuve formelle) est souvent assez flou. Les notations dépendent (un peu) du pays, de l’école de pensée et de l’auteur; l’un appelle « compact Hausdorff » ce que l’autre appelle « compact » tout court, etc. Le même terme peut avoir plusieurs sens suivant le contexte (« lattice » qui veut dire « treillis » en théorie des ordres et « réseau » si on parle de sous-groupes discrets de R^n).

    Cependant, et c’est à mon avis une différence cruciale avec les langues humaines, les mathématiciens travaillent avec une espèce de présupposé idéologiques que s’ils en faisaient réellement l’effort (fort fastidieux, pénible et exigeant), ils pourraient traduire leur langage quelque peu informel en un langage parfaitement formel (normalement la logique du premier ordre avec axiomes de la théorie des ensembles de Zermelo-Fraenkel). Bref, ils pourraient rendre parfaitement univoque et précis tout ce qu’ils écrivent.

    Cependant, ce serait peut-être perdre là une partie du discours, celle qui vise à donner une connaissance intuitive des faits. Certains mathématiciens disent « moralement, XXXX » pour dire « ce qui suit n’est pas rigoureusement juste et peut d’ailleurs ne pas avoir de sens mathématiquement bien défini, mais vous donnera l’idée, l’intuition de ce qui se passe: XXXX ». Je pense que l’on pourrait difficilement faire des mathématiques en voulant être absolument précis à tout bout de champ (il suffit de constater comment les gens expliquent des choses devant un tableau, avec des petits dessins, des petites flèches, et des expressions imagées).

    Tout cela pour dire que si une langue formelle et absolument rigoureuse ne suffit pas pour vraiment décrire la « réalité formelle » des mathématiques d’une façon qui soit utilisable par les humains, je ne vois pas comment une langue formelle et absolument rigoureuse pourrait décrire le monde réel d’une façon qui soit utilisable par les humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.