Du danger certaines analogies en traductologie (sur les belles infidèles et le viol de la langue)

 

14 février, la publicité, twitter, les copains qui se préparent pour, les copains qui font des fêtes contre, les émissions de télé, les panneaux d’affichage, tout nous signale que c’est la Saint Valentin. Choisis ton camp, camarade. Corps étrangers, belles infidèles, sont en émoi. Du côté des langues de feu aussi on y va de notre billet couple (auteur-traducteur), et de nos conseils sur les divers usages que l’on peut faire de la langue (dans ta bouche).

(C’est bon, l’accroche est posée, vous avez envie de le lire l’article ? Parce qu’on va pas se marrer tout du long non plus, désolée, ceci était du racolage actif mais la chair traductologique, parfois, est triste, quand bien même on n’a pas lu tous les livres) (depuis que je suis dans une phase Calvino j’ai la main lourde sur les intertextes, vous me pardonnerez)

Tout est parti d’un twitt de @Mlle_Juls[1] :

 

 

J’avoue ne pas tout comprendre à ces quelques lignes de Jean-René Ladmiral. Si ce n’est qu’il est question de viol, commis, selon les systèmes traductologiques, par les « sourciers » sur la langue cible, ou par les « ciblistes » sur la langue source (rappel : Ladmiral appelle ciblistes ceux qui visent le message à transmettre sans bousculer le lecteur de la langue d’arrivée, et sourciers ce qui visent la forme du texte dans la langue source.)

Quant à moi je constate que la traduction est souvent pensée par les théoriciens à l’aide d’une terminologie, et plus exactement d’analogies, comparant la pratique de la traduction à des rapports sexuels ou sexués, de configurations multiples, mais faisant singulièrement la part belle au comportement féminin – de la femme/langue violée à la femme-traduction infidèle.

Si l’on considère, ce que j’essaye de construire ces temps-ci, la traduction comme un acte éthique, inscrit dans un rapport à l’autre et à l’étranger, la prévalence de références dans le discours sur la traduction à la sexualité féminine et à sa moralité – ou son immoralité – a de quoi interroger. Ce billet, donc, pour lancer quelques pistes, que j’essaierai de creuser à l’avenir.

* La belle infidèle

Le terme de « belle infidèle » pour qualifier une traduction élégante, mais éloignée de la lettre du texte de départ, a été popularisé par Georges Mounin en 1955, dans un essai intitulé Les Belles infidèles[2], expression reprise dans le titre de l’ouvrage de Zuber, Les « Belles infidèles » et la formation du goût classique, consacré à la traduction à l’époque classique, en particulier chez Perrot d’Ablancourt. On doit, apparemment, l’analogie à Ménage, disant des traductions de Perrot d’Ablancourt ceci :

Elles me rappellent une femme que j’ai beaucoup aimé à Tours, qui était belle mais aussi infidèle.

Les jeux d’oppositions qui en découlent sont prévisibles. L’alternative est la suivante : la traduction est soit belle et infidèle, soit laide et fidèle. Du moins, ce sont là les deux extrémités du spectre. Si la traduction est trop littérale, trop fidèle, elle sera inélégante, non naturelle, ne retiendra pas le lecteur. Pour qu’elle soit belle, agréable, dirai-je désirable ? il faut qu’elle prenne le risque de l’« infidélité », entendue comme la non littéralité.

L’analogie est très productive. L’excellentissime ouvrage de Jean Delisle, La traduction en citations[3], me permet de constituer le florilège suivant (les numéros indiqués sont ceux des citations dans l’ouvrage de Delisle)

« Belles infidèles » tant qu’on voudra ; mais si elles trahissaient c’était avec un amour dont on voudrait quelques traces sous la revêche fidélité de bien des traductions modernes.
(178 – Jean Schlumberger, 1920)

 Il ne faudrait pas exagérer la retenue des « belles infidèles ». Les bien séances ne sont pas la pudibonderie. Le public du xviie siècle s’effarouche bien moins facilement que ne fera celui du siècle suivant.
(180 – Roger Zuber, 1968)

 Les belles traductions, comme les belles épouses, ne sont pas toujours les plus fidèles.
(182 – Esaias Tegner, 1825)

 Les traductions sont comme les femmes : si elles sont jolies, elles ne sont probablement pas fidèles.
(183 – Steven Seymour)

 Maîtresses et traductions. – Belles malgré leurs infidélités ? Non, grâce à elles.
(185 – François Vaucluse, 2001)

 Les traductions sont comme les femmes : lorsqu’elles sont belles, elles ne sont pas fidèles et lorsqu’elles sont fidèles, elles ne sont pas belles
(187 – Edmond Jaloux)

 Il est rare que les traductions (comme les femmes) soient parfaitement fidèles si elles sont le moindrement jolies.
(190 – Roy Campbell)

 Les traductions sont comme les femmes. Lorsqu’elles sont belles, elles ne sont pas fidèles, et lorsqu’elles sont fidèles, elles ne sont pas belles.
(192 – Tahar Ben Jelloun)

Dans le cadre de ce billet je ne vais pas plus loin dans le relevé, et du reste il n’est pas du tout improbable que le sujet ait déjà été travaillé (possiblement au Québec, où une traductologie féministe et/ou s’appuyant sur les études de genre est développée).

Je me bornerai donc à constater que l’analogie qui consiste à rapprocher la traduction d’une femme est répandue, et que les termes de l’analogie établissent un parallèle entre la plus ou moins grande littéralité de la traduction et la conduite sexuelle et morale de la femme. Plusieurs remarques à ce sujet :

* on constatera sans surprise que les auteurs des phrases sus-citées sont des hommes

* il me semble que le générateur de cette analogie soit l’utilisation pour qualifier les traductions du terme de « fidélité », qui est le tertium comparationis ici. L’utilisation du langage moral pour parler des faits de langue est particulièrement intéressant (ailleurs : la « faute » d’orthographe…), il trouve une concentration particulièrement élevée en traduction, ce qui n’est pas étonnant si on considère que la traduction, en ce qu’elle met deux textes, deux auteurs en rapport, suppose un contact sinon moral du moins éthique.

* le vocabulaire esthétique est intéressant également. Qu’est-ce qui rend un texte beau ou laid ? Y a-t-il, dans le cas de la traduction, corrélation entre la beauté de la traduction et son degré de ressemblance au texte ? Quoi qu’il en soit, l’élaboration de cette caractérisation de la traduction belle ou laide me semble liée à une esthétique de la langue historiquement située – concomitante en effet avec le goût classique et ses prolongements académiques et scolaires.

* somme toute, l’esthétique linguistique et littéraire suggérée ici est parallèle de la morale sexuelle qui lui est contemporaine. à savoir :

– la beauté suppose la séduction, enflamme le désir (de posséder le livre ou la femme)
– la beauté est une valeur féminine. Qu’on valorise la beauté masculine est hors de propos.
– la laideur est le meilleur rempart contre les attaques à la vertu mais procure bien peu de plaisir (et de tentation) au lecteur / à qui jouit de la femme
– la laideur ne peut séduire
– l’infidélité est un danger pour la morale mais une nécessité pour la jouissance

* Dans le parallèle traduction / femme, il y a en définitive un impensé du subalterne. L’homme est à la femme ce que l’original est à la traduction. La traduction et la femme sont dépendantes de l’original et de l’homme (du mari, dans la métaphore conjugale).

Anecdote : lorsque j’ai passé l’oral de la fondation Thiers, on m’a posé la question : quelle traduction du Cantique des cantiques est la plus fidèle ? J’ai entamé la réponse suivante : tout dépend de la conception qu’on se fait de la traduction, s’il s’agit de fidélité à un message biblique ou de fidélité à la forme poétique… On m’a coupé la parole : « Madame, je suis vieux jeu, je ne connais qu’une seule définition de la fidélité dans la traduction comme dans le mariage ». Si je conçois ce qu’on entend par fidélité dans le mariage, à peu près, je ne vois toujours pas quelle peut être la réciproque en traduction.

Surtout, je crois que l’alternative beauté/laideur infidélité/fidélité est fausse. D’autant que la fidélité en traduction peut désigner tout et son contraire. Fidélité à la forme ? au message ? aux deux ? Par quels moyens ? Les traductions de Danielle Carlès, par exemple, me semblent à la fois extrêmement belles et extrêmement « fidèles », je mets des guillemets, parce qu’elles serrent la syntaxe latine de très près, avec pour conséquence l’élaboration d’une langue française inouïe au sens étymologique du terme, et qui a pour moi une force esthétique très importante. Cela en échappant à la vieille dichotomie traduction laide-mais-fidèle en prose de la poésie latine (qui pour moi, par la perte de la forme poétique, est le summum de l’infidélité à ce que le texte est, littérairement), ou traduction infidèle-mais-belle en vers français, mettons. Mais où l’on voit aussi que ce concept de « belle infidèle » en traduction date.

Un peu de lecture

Un article de François Thomas intitulé « Belles infidèles ou belles étrangères ? La critique des traductions françaises par les romantiques allemands ».

Des extraits de l’ouvrage de Marie Vrinat-Nikolov, Miroir de l’altérité, la traduction .

* Viol et consentement

 Qu’écrivait Ladmiral ?

« Mais alors, c’est que les ciblistes ont raison contre les sourciers. Plus précisément : le paradigme métaphorique d’un viol de langue… maternelle (horresco referens), qui est sous-jacent au discours sourcier, ne peut être qu’un adjuvant rhétorique. (…) En matière de langues et de traduction poétique, il n’est de viol fécond que par le rachat de la consentance ».

Ce passage suivait un développement ou, revenant sur les conceptions de « sourcier » et de « cibliste » qu’il développe au cours de sa carrière, il caractérise la traduction sourcière ainsi :

 Mais au-delà d’une alternative entre langue-source et langue-cible, ce qui est en jeu concrètement, c’est le type de rapport que le traducteur entretient avec la langue traduisante, sa langue-cible. Alors que les ciblistes se veulent éminemment respectueux du plaisir des langues, du plaisir propre à la langue dans laquelle on parle (ou écrit), c’est-à-dire en l’occurrence qu’ils entendent respecter la langue-cible, je suis tenté de dire que la logique des sourciers, c’est la logique du viol ! On connaît le fameux principe de Pannwitz, que Benjamin reprend à son compte : « l’erreur fondamentale de celui qui traduit est de conserver l’état contingent de sa propre langue au lieu de la soumettre à la motion violente de la langue étrangère… »

 Je suis très sceptique vis-à-vis de la portée d’une telle critique des sourciers, au de là même du choix problématique de la métaphore du viol, et du rapport sexuel consenti ou non. Prenons par exemple les traductions de Camilleri par Quadruppani. On perçoit à la première lecture que le français n’y est pas français absolument, qu’il est, pour reprendre le discours de la morale linguistique, fautif. Mais c’est que l’italien de Camilleri l’est aussi, en ce qu’il est marqué de traits dialectaux, de prononciations siciliennes. Quadruppani a modifié le français pour que le texte français fasse en français plus ou moins ce que le texte italien fait en italien. Et ce n’est pas du littéralisme. Tous les traits dialectaux ne sont pas traduits ; Quadruppani use de compensations, etc. Je ne vois pas qui est violé, ici. Personne, à mon sens. Je vois plutôt deux langues étrangères produire un bel enfant métis. S’il faut filer la métaphore.

Et cité dans l’ouvrage de Delisle :

Quand on a à traduire et à imiter des phrases remarquables de poèmes grecs, il ne faut pas toujours, dit-on, s’efforcer de traduire totalement tous les mots de la manière dont ils sont dits. Ils perdent en effet pour la plupart de leur agrément quand ils sont transposés pour ainsi dire avec quelque violence malgré eux, sans leur consentement.

 Mais revenons-en à la signification de la métaphore du viol de la langue. La notion de « viol de la langue » me paraît extrêmement problématique. J’ai essayé de trouver des ressources en ligne, en tapant dans un moteur de recherche « viol de la langue française ». J’ai trouvé des choses que je ne mettrai pas en lien tant elles m’incommodent – notamment des accusations contre Rokhaya Diallo et contre Christiane Taubira pour « viol de la langue française », dans un contexte raciste et sexiste déclaré. À Rokhaya Diallo, qui a gagné le procès contre la personne qui avait incité à la violer, il est reproché de se dire « auteure », et un internaute d’appeler à « porter plainte contre R. Diallo pour viol de la langue française ».

Dans des contextes différents, ne s’agissant pas d’attaques ad hominem (ou, en l’occurrence, ad feminam), l’expression « viol de la langue française » est utilisée, ici sur un forum de jeux vidéos  et ici sur un autre, dans un billet d’humeur sur le site du journal La voix du Nord  pour caractériser des attaques contre la langue française, attaques caractérisées par une orthographe défaillante, par une féminisation du mot auteur.e notamment jugée non  conforme à la langue française, ou par l’usage de néologismes.

Je suis très gênée par l’usage du terme de « viol » dans ces circonstances, qui me semble

– assimiler, encore une fois, la langue au corps féminin (et non pas au corps en général: du reste une traductologie pensant au désir, à la pulsion de traduire peut être, en creux, une pensée des rapports interpersonnels, éventuellement sexuels ou sexualisés, mais il me semble que la dichotomie masculin/féminin n’est plus alors nécessaire à la pensée)
– supposer à la langue une intentionalité et une capacité à consentir (ce que l’on retrouve du reste dans les propos de Ladmiral)
– supposer à la langue un impératif de pureté par analogie avec le corps féminin
– avec un soupçon de racisme latent, le métissage de la langue par exemple, via les néologisme, étant assimilé à un viol – puisqu’est alors présupposé que la langue n’est pas consentante.

Et ce n’est pas anodin : comme l’illustre ce billet du blog des correcteurs du monde, Langue sauce piquante la réciprocité de cette notion du viol de la langue semble se trouver dans les périphrases pour désigner le viol – parler de tournantes plutôt que de viol en réunion par exemple. D’un côté on jette l’anathème sur des façons de parler, écrire ou traduire par le biais de l’accusation, très violente, de viol (et sa contrepartie: la souillure de la langue violée); de l’autre on minore le viol réel en le métaphorisant.

La métaphore a un rôle heuristique, certes. Mais il y a certaines métaphores qu’il serait bon d’éviter.

* L’impératif d’une réflexivité

Ce que je conclus de ce trop rapide aperçu (il y aurait là moyen d’écrire quelques thèses), c’est la nécessité du retour réflexif dans la construction d’analogies. Qui en définitive me semblent souvent davantage faire le portrait du théoricien que la description de la chose décrite. De la théorie des belles infidèles (et du présupposé que les belles sont infidèles et que les fidèles sont laides, en traduction), il me semble se dégager une vision historiquement située de la morale féminine, et de la représentation du lien, spécifiquement féminin, entre beauté, désirabilité et conduite sexuelle.

D’où la nécessité de penser ce que notre façon de parler de la langue, lorsque nous l’humanisons, dit de nous.

Et de ce que notre façon de parler de la traduction, dit d’un rapport à autrui.

Pour ma part, je préfère penser la traduction comme rapport éthique plutôt que comme morale ; comme métissage et enrichissement de la langue d’accueil plutôt que comme acclimatation ou assimilation de l’étranger. C’est sans doute représentatif de mes opinions politiques. Par politique, je n’entend pas prioritairement la gauche et la droite et les dynamiques de vote. Mais je crois qu’il n’y a pas de rapport dépolitisé à la langue. L’idéologie de la pureté de la langue est une idéologie politique, au sens où elle engage le rapport à l’autre (la place des femmes, la place des étrangers, la place de ceux qui n’ont pas les habitus linguistiques des universitaires) dans la cité.

 


[1] Le passage est celui-ci Jean-René Ladmiral, « La question du littéralisme. Les ambivalences de la connaissance littéraire confrontées à la rationalité des sciences humaines à la lumière du dispositif analytique de la traduction », in Fiction et connaissance. Essais sur le savoir à l’oeuvre et l’oeuvre de fiction, textes réunis par Catherine Coquio et Régis Salado, Paris – Montréal, l’Harmattan, 1998, pp. 187-200 (sp. p. 197 pour la citation). Merci beaucoup à @Mlle_Juls pour la référence !

[2] Les Belles infidèles. Essai sur la traduction, Cahiers du Sud, 1955 ; Presses universitaires de Lille, 1994

[3] Jean Delisle, La traduction en citations, préface par Henri Meschonnic, Presses de l’Université d’Ottawa, 2007.


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Merci beaucoup pour cet article.
    Pourriez-vous donner la référence exacte de la citation de Taher Ben Jelloun?

    • Claire Placial dit :

      J’ai trouvé la citation dans l’ouvrage de Delisle cité dans les notes, malheureusement je ne l’ai pas sous la main, mais la source du propos de Taher Ben Jelloun y sera sans doute mentionnée. Pardon pour le délai de la réponse, j’avais oublié de traiter les commentaires du carnet!

  2. Purple-pill dit :

    Merci beaucoup pour cet article! Je connais mal la traductologie, mais j’ai été très surprise de trouver ce type d’analogies dans des ouvrages de théorie littéraire, linguistique ou bédéique: l’objet étudié est fréquemment décrit comme une femme-objet de désir, pour des raisons qui m’échappent. Outre les stéréotypes véhiculés par ces métaphores, il me semble que le problème est aussi le sentiment d’exclusion que suscite un discours androcentré et hétérocentré à l’égard des étudiantes, chercheuses ou traductrices.
    Je me permets de reproduire quelques citations remarquables, sans les avoir analysées:
    « Parce que tout est facilité par les liens étroits du texte et du dessin, la bande dessinée a une réputation de « pauvreté » intellectuelle. C’est là une bien grossière erreur. Autant reprocher à une femme d’être laide parce qu’elle est facile. » (P. Fresnault-Deruelle)
    « A quoi bon avoir dressé la statue de dame BD, si c’est pour lui faire faire le trottoir? » (P. Masson)
    « … la loi castratrice des dialogues et du récitatif » (P. Fresnault-Deruelle)
    Et cette magnifique description de la rhétorique par Michel Meyer: « Séduire l’auditoire est le but commun de ces trois démarches: la femme qui provoque le désir ou l’homme qui veut réaliser le sien… » (Que sais-je?, La Rhétorique)

  3. julien selignac dit :

    une question intéressante, qui mériterait d’être plus souvent traitée (en france)
    bel article merci! ça pose plein de questions

  4. « supposer à la langue une intentionalité et une capacité à consentir » : voilà qui est très fort – ton billet suit parfaitement mes propres réflexions du moment – merci

  1. 22 juin 2016

    […] à renfort d’analogies sexuelles ou d’allégories féminines (cf. ce très beau billet sur ces procédés dans les discours sur la traduction). Je ne sais pas vraiment pourquoi ils font […]

  2. 3 juillet 2017

    […] a été longuement commentée par Claire Placial, comparatiste et spécialiste de traductologie, dans un billet passionnant. Je vais tenter de poursuivre ici l’entreprise dans le domaine de la critique et de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *