Sur les traces de Dora Bruder. 2 : les Tourelles, boulevard Ornano.

 

Le dernier billet se rendait sur les lieux de naissance de Dora Bruder, la jeune fille déportée en 1942 dont Patrick Modiano recherchait les traces dans le Paris des années 1990. Aujourd’hui, la suite – dans le désordre. C’est-à-dire dans l’ordre où j’ai vu les lieux : les Tourelles d’abord, le quartier du boulevard Ornano ensuite. Mais les Tourelles, c’est par là que Dora à quitté Paris – pour Drancy, puis Auschwitz.

Un nouveau billet citationnel et photographique. Au prochain épisode, des liens, et des parcelles d’analyse.

* les Tourelles, boulevard Mortier

Patrick Modiano écrit :

Longtemps, je n’ai rien su de Dora Bruder après sa fugue du 14 décembre et l’avis de recherche qui avait été publié dans Paris-Soir. Puis j’ai appris qu’elle avait été internée au camp de Drancy, huit mois plus tard, le 13 août 1942. Sur la fiche, il était indiqué qu’elle venait du camp des Tourelles. Ce 13 août 1942, en effet, trois cents juives avaient été transférées du camp des Tourelles à celui de Drancy.

La prison, le « camp », ou plutôt le centre d’internement des Tourelles occupait les locaux d’une ancienne caserne d’infanterie coloniale, la caserne des Tourelles, au 141 boulevard Mortier, à la porte des Lilas. Il avait été ouvert en octobre 1940, pour y interner des juifs étrangers en situation « irrégulière ».[1]

J’avais sottement aujourd’hui oublié mon exemplaire de Dora Bruder chez moi et c’est un peu au hasard que j’ai essayé de retrouver les lieux – mais ce que j’ai pris en photo, c’était bien le 141 boulevard Mortier. Aujourd’hui encore on dirait une prison : de hauts murs, des piques métalliques en hauts des murs pour ne pas qu’ils soient escaladés, une caméra de vidéo-surveillance.

Pour vérifier l’adresse, pour m’assurer que j’avais bien photographié l’endroit adéquat, j’ai tapé l’adresse dans un moteur de recherche, et j’apprends que les locaux sont maintenant ceux de la DGSE. D’où la sécurité déployée sur ce bâtiment. De l’autre côté, les bâtiments longeant la rue étaient eux aussi protégés de piques en haut des murs, pour autant l’architecture était moins massive, moins carcérale.

Etranges quartiers, partout dans Paris, que ceux qui longent les boulevards des maréchaux. Je pense qu’en 1941, la plupart des immeubles du côté de la porte des Lilas n’existaient pas. Par exemple celui devant lequel à l’arrêt Adrienne Bolland j’ai attendu le tram, qui n’existait pas non plus en 1941 – encore que je me prends à avoir des doutes – il y avait la ligne de la petite ceinture, un peu plus à l’intérieur de Paris, quand a-t-elle cessé d’être en fonction ? En tout cas, quand Modiano s’est mis sur les traces de Dora Bruder, la ligne de tram Porte de Vincennes-Porte de la Chapelle n’existait pas encore.

L’étape suivante sur les traces de Modiano et de Dora Bruder, c’était le quartier du boulevard Ornano. Et entre les deux, il y avait, justement, ce nouveau tram 3b. Immenses églises en brique. Immeubles sortis de terre comme des champignons. Plus d’abattoirs à la Villette, mais encore beaucoup de boucheries. Les deux canaux, celui de Pantin, celui de Saint Denis. La cité de la musique. Sous le pont au niveau de la porte de La Chapelle, un campement Rom, avec des enfants qui jouaient entre les baraques, des tapis aux murs, des poeles à bois de fortune, les parois noircies par la fumée, l’odeur âcre du bois humide qu’on brûle – abstraction faite des conditions dans lesquelles vivent les habitants du campement, une odeur que j’aime parce qu’elle me rappelle l’enfance bretonne et les feux de bois mort à l’automne. Le nord de Paris est encore l’endroit où aujourd’hui, longtemps après la courte vie de Dora Bruder, les gens viennent de l’Est parce qu’on ne veut pas d’eux là où ils sont.

* Boulevard Ornano

 

Dora Bruder quand elle fugue est scolarisée dans le 12ème arrondissement, à cinquante mètre de l’endroit où elle est née, mais ses parents habitent dans le 18ème arrondissement :

On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, 1m55, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron. Adresser toute indication à M. et Mme Bruder, 41 boulevard Ornano, Paris[2].

Je n’ai pas pris de photo de l’immeuble. J’avais oublié de prendre le livre, et n’avais pas noté l’adresse. J’ai en revanche pris en photo le n° 43 de la rue, dont parle Modiano dans Dora Bruder :

J’ai appris plus tard que l’Ornano 43 était un très ancien cinéma. On l’avait reconstruit au cours des années trente, en lui donnant une allure de paquebot. Je suis retourné dans les parages au mois de mai 1996. Un magasin a remplacé le cinéma. On traverse la rue Hermel et l’on arrive devant l’immeuble du 41 boulevard Ornano, l’adresse indiquée dans l’avis de recherche de Dora Bruder. Un immeuble de cinq étages de la fin du XIXème siècle. Il forme avec le 39 un bloc entouré par le boulevard, le débouché de la rue Hermel et la rue du Simplon qui passer derrière les deux immeubles. Ceux-ci sont semblables.[3]

(Après consultation de Google street view, il semble tout de même que j’aie photographié une partie de l’immeuble où habitait Dora. Le –ER en lettres majuscules de l’immeuble tout à gauche de la photo complète les mots « MINA CENTER », nom d’un « bazar boutique » qui est installé au rez-de-chaussée. Selon Modiano, Dora et ses parents « occupaient une chambre avec cuisine au cinquième étage, là où un balcon de fer court autour des deux immeubles. Une dizaine de fenêtres, à ce cinquième étage. Deux ou trois donnent sur le boulevard et les autres sur la fin de la rue Hermel, et, derrière, sur la rue du Simplon[4]. » Pour ma part, j’ai seulement pris la photo parce que la montée de la rue Hermel me semblait photogénique.

Sans doute l’architecture du boulevard Ornano et du quartier de l’enfance de Dora n’a guère changé depuis la fin des années 30. Mais contrairement au quartier de Picpus, je ne crois pas que ce soit encore un foyer de population juive. Les écoles du quartier portent pourtant des plaques commémoratives, signe que la population juive était, au début de la guerre, importante.

Il se trouve que l’école photographiée rue Championnet, en passant pour aller au plus court pour rejoindre le boulevard Ornano, était mentionnée par Modiano :

Enfin, le directeur de l’ancienne école de filles du 69 rue Championnet m’a proposé de venir consulter moi-même les registres. Un jour, j’irai. Mais j’hésite. Je veux encore espérer que son nom figure là-bas. C’était l’école la plus proche de son domicile.

Pour finir l’excursion Dora Bruder, la mairie du 18ème arrondissement. C’est là que ses parents se sont mariés :

Le douze avril mil neuf cent vongt-quatre, onze heures vingt-huit minutes, devant nous ont comparu publiquement en la mairie : Ernest Bruder, manœuvre, né à Vienne (Autriche) le vingt et un mai mil huit cent quatre vingt dix neuf, vingt quatre ans, domicilié à Paris, 17 rue Bachelet, fils de Jacob Bruder et de Adèle Vaschitz, époux décédés, d’une part/ et Cécile Burdej, couturière, née à Budapest (Hongrie) le dix-sept avril mille neuf cent sept, seize ans, domiciliée à Paris 17 rue Bachelet chez ses père et mère, fille de Erichel Burdej, tailleur, et de Dincze Kutinea son épouse.

En présence de Oscar Valdmann, représentant, 56 rue Labat, et de Simon Sirota, tailleur, 20 rue Custine, témoins majeurs, qui lecture faite ont signé avec les époux et Nous Etienne Ardely adjoint au maire du XVIIIème arrondissement de Paris. Les père et mère de l’épouse ont déclaré ne savoir signer.

La mairie du XVIIIème ne saurait avoir outre mesure changé. En 1941 cependant je ne pense pas qu’on y trouvait aux premiers jours de l’année de grands sapins de Noël chargés de décoration rouge.


[1] Dora Bruder, édition Folio, 1999, p. 60.

[2] Annonce dans France Soir, 31 décembre 1941, p. 7 dans Dora Bruder, ouvrage cité.

[3] Ibid., p. 12.

[4] Ibid., p. 13


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 novembre 2016

    […] again for a few weeks; finally, she was arrested and interned, first in the Tourelles prison (now the headquarters of the DGSE, France’s MI6), and subsequently at the deportation camp Drancy. There she was reunited with her father Ernest […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.