Où finit le travail du traducteur? Entre traduction et édition des textes anciens. Fragment.

 

Où s’arrête un commentaire de traduction ? Un étudiant présentait hier un exposé dans un de mes cours : un très bon exposé, bien documenté, sur la traduction que Renan fait du Cantique des cantiques. Il ne parle cependant pas d’un élément que je jugeais important (le fait que Renan perçoit dans le Cantique la présence de deux personnages masculins et non d’un seul). Quand je lui en fais la remarque, il dit qu’il ne savait pas s’il fallait en parler, parce que j’avais dit qu’il devait, après avoir présenté le traducteur dans son horizon[1], commenter la traduction. Donc il n’a pas commenté les changements que la répartition des paroles des personnages fait subir à l’action. En un sens, il n’avait pas tort – et c’est moi qui aurais dû davantage expliciter où je portais les limites de la traduction.

Dont acte. Un billet pour reformuler cette interrogation que mon étudiant a fait ressurgir – et on ne dira jamais assez à quel point enseigner est important quand on cherche : il n’est pas rare un étudiant pour, tels les persans de Montesquieu, nous obliger à contrôler les angles morts de notre pensée. (Donc A., si d’aventure vous me lisez : merci !)

Et histoire de faire un peu de rhétorique, reprenons les catégories de la critique des traductions, et intéressons-nous à l’horizon, non plus du traducteur, mais du critique. Cela engage les représentations même que l’on se fait à tel ou tel moment du rôle du traducteur.

* Horizon du critique de traduction, 21ème siècle, université française.

Qu’est-ce que traduire, au 21ème siècle, dans une université française ? C’est opérer un transfert linguistique d’un texte d’une langue A vers une langue B, en visant l’invariance du sens et du genre littéraire. L’invariance du sens : identifier les référents. Si on parle d’une pomme dans la langue A, c’est une pomme dans la langue B, non une grenade. D’un point de vue de la version, cela suppose de connaître du vocabulaire.

(et je ne préfère pas entrer ici dans le débat vertigineux sur l’existence ou non d’une équivalence terme à terme entre les langues. Est-ce que Brot et pain sont synonymes, pour reprendre l’exemple de Benjamin ? On postulera, pour la version de langue étrangère, que Brot = pain, ce qui du reste n’est pas contre-intuitif)

Invariance ensuite du genre littéraire. Si le texte est théâtral, on le traduit comme tel. Si on traduit un extrait des Affinités Electives, on n’en fait ni un sonnet, ni une scène de théâtre.

Tels étaient, je suppose, les présupposés de mon étudiant, ou du moins l’« horizon » dans lequel il s’inscrit. Donc, « commenter la traduction », dans ces circonstances, cela signifie : regarder quels choix de vocabulaire ont été faits, si la syntaxe est modifiée, comment les noms propres ont été traduits.

Et de fait, quand on travaille sur une traduction récente en commentaire de traduction, du moins pour des textes posant des difficultés d’interprétation non insurmontables, c’est par cela qu’on passe au départ – avant éventuellement d’introduire des catégories comme « traduction sourcière », etc.

* Horizon du critique de traduction philologue et positiviste, 19ème siècle

La conception que Renan se fait de la traduction est différente. Surtout face à un texte aussi difficile, aussi elliptique, que le Cantique des cantiques. Renan estime que le texte lui parvient dans un état non satisfaisant, et que son travail de traducteur est de délivrer aux lecteurs francophones « un texte qui s’explique de lui-même » :

La traduction se trouve en ce volume imprimée deux fois, une première fois sans aucune addition explicative et sous une forme qui ne laisse rien présager quant au plan du poème, les seules coupes qu’on y trouve étant celles qui frappent au premier coup d’œil un lecteur attentif, et ces coupes d’ailleurs n’ayant qu’un caractère provisoire[2] ; une seconde fois avec les coupes et les explications qui résultent de la discussion à laquelle je me suis livré dans l’étude sur le plan du poème. Si je m’étais borné à la première forme, j’aurais manqué au devoir le plus essentiel du traducteur, qui est de donner au lecteur un texte qui s’explique de lui-même. Si je n’eusse donné que la seconde forme, on m’eût reproché avec raison d’imposer mon hypothèse avec ma traduction ; il eût été difficile de faire abstraction des coupes et des indications scéniques ; le texte nu ne se fût pas suffisamment dégagé. Au contraire, dans le parti que j’ai adopté, la liberté du lecteur est pleinement respectée ; il peut, si bon lui semble, en ne lisant que la première version, chercher à bâtir une hypothèse meilleure que celle que j’ai proposée.

Renan donc traduit une première fois le texte reçu (dans un français en tout point conforme au génie national), puis donne une deuxième traduction « qui s’explique d’elle-même »

Mutatis mutandis, c’est comparable à ce que Loève-Veimar a fait subir à Hoffmann en éliminant le récit cadre des Serapionsbruder pour ne garder que les Contes qui originellement sont des récits insérés. Ou à la façon dont Dostoïevski a été introduit en France : corrigé, allégé. Ou à une hypothétique traduction de Shakespeare sous forme de roman, parce que cela conviendrait mieux à l’action de Macbeth que la pièce qui rompt les unités de temps et de lieu.

D’un point de vue de l’étudiant du 21ème siècle, cela, ce n’est pas de la traduction.

D’un point de vue du philologue positiviste du 19ème siècle[3], c’est précisément cela, la traduction. Surtout avec un texte ancien, étranger aux critères esthétiques français, comme l’est le Cantique des cantiques.

C’est à dire que traduire, pour Renan, dépasse les bornes du transfert interlinguistique. Traduire, pour le philologue, c’est également éditer. Et la philologie, justement, s’applique à l’édition et la critique des sources. Cette édition, pour un positiviste comme Renan, ne se borne pas à confronter un texte principal édité à partir de tel ou tel manuscrit et de dresser un relevé des variantes. Editer, pour Renan, c’est reconstituer. C’est estimer que le texte ancien qui nous est transmis est, tel les ruines de Troie, incomplet, et que l’éditeur, par les instruments de la linguistique et de la raison, reconstitue ce qu’il pense être son état premier.

En l’occurrence, pour le Cantique des cantiques, Renan pense qu’il s’agit d’un drame (et il ajoute un appareil dramatique absent des manuscrits hébreux), et que ce drame qui doit donc reposer sur une action, met en scène deux hommes luttant pour l’amour d’une femme – on quitte la relation hétérosexuelle binaire, polarisée, qui semble celle du texte en première et dernière instance.

* Quand les étudiants du 21ème critiquent le philologue du 19ème siècle

Ce que l’étudiant qui faisait son exposé ne pouvait faire, faute d’une connaissance approfondie de l’hébreu, c’est de voir sur quels critères précisément Renan fonde la reconnaissance d’une distinction entre deux personnages masculins. Des critères fondés sur une observation réelle du texte. L’instance féminine pour désigner l’instance masculine dit hammelek, « le roi », et dodi, mon chéri. L’instance masculine dit rayati, ma compagne, et ‘ahoti kallah, ma sœur fiancée. Renan conclut de ses appellatifs contrastés qu’il y a deux hommes, l’un, le roi Salomon (« le roi »), qui l’appelle « ma compagne », l’autre le berger qu’elle aime (« mon chéri »), qui lui dit « ma sœur fiancée ».

Et une autre étudiante de relever : « mais avec les mêmes arguments il aurait pu prouver exactement le contraire ». En effet.

C’est le souci de ce genre d’interprétations. Des conclusions hasardeuses sont tirées de prémisses vraies. A l’époque de Renan, le Cantique est traduit comme un drame cohérent de trois, cinq actes, ou, à l’opposé d’un point de vue de la cohérence textuelle, comme une collection de poèmes ou de chants indépendants. L’observation des appellatifs peut aussi bien conduire à supposer qu’il n’y a pas de cohérence textuelle, mais plusieurs unités distinctes arbitrairement réunies.

La prudence voudrait alors peut-être qu’on s’abstienne de trancher. Ce en quoi on est bien un relativiste de la fin du 20ème. Mais disons que c’est là mon horizon.


[1] J’utilise en cours les notions définies par Antoine Berman : « l’horizon du traducteur » (compris comme contexte historique, idéologique, comme ensemble des outils du traducteur, qui viennent informer sa façon de traduire) et le « projet de traduction » (comme reconstitution de la lecture que l’auteur fait du texte d’après les moyens mis en place pour traduire)

[2] La vieille division en chapitres et en versets, qui n’a aucune valeur critique, mais qui sert pour les citations, est marquée d’après l’hébreu à la marge de la première traduction.

[3] Qu’à titre personnel je suis disposée à envoyer rôtir dans le même cercle de l’enfer que les idéologues de l’intraductibilité.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sophie L dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie pour cet article très intéressant.
    Je me permets de relever un point et de vous communiquer mon expérience de traductrice, à toutes fins utiles.

    « Si on parle d’une pomme dans la langue A, c’est une pomme dans la langue B, non une grenade. »

    OUI, enfin pas si sûre.

    Quand je traduis un livre de cuisine, c’est la valeur dénotative de la pomme qui m’intéresse, donc je traduis bien par pomme.

    Et encore, non ce n’est pas vrai.
    J’ai traduit un livre sur le sushi. J’ai donc fait des recherches, parfois longues pour trouver le nom des poissons mentionnés dans ce livre écrit en anglais. Et après les avoir trouvés, en concertation avec l’éditeur, il a été décidé de ne pas les utiliser. A quoi bon les conserver puisque ces poissons ne sont pas disponibles aux étals des poissonniers? Nous avons donc cherché des poissons de chair de la même couleur, de texture similaire, pour permettre au lecteur de faire les recettes.

    Mais quand je traduis du littéraire, c’est peut-être la valeur connotative que je vais privilégier. Donc si je traduisais vers une langue et pour une culture dans laquelle un autre fruit que la pomme, peut-être géographiquement absente, présente des caractéristiques semblables, par exemple celle d’être liée à une figure de la tentation dans une autre religion ou mythologie, il me semblerait peut-être plus pertinent, après mûre réflexion, de traduire pomme par le nom de cet autre fruit.
    Vieille notion de l’équivalence culturelle. Je tenterais simplement de communiquer à mon lecteur en langue B, ce que la pomme communique en langue A. Et si pour mon lecteur en langue B, la pomme est un fruit quasiment inconnu, rare ou cher, je ne suis pas sûre d’obtenir l’effet voulu avec ma pomme.

    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *