Retour à Phèdre. Traduisant Schiller traduisant Racine.

Hier soir, André Markowicz m’a écrit : il me demandait si je voulais bien lui traduire mot à mot les premiers vers de la traduction, ou adaptation, à ce stade là c’est dur de décider, que Schiller a fait de Phèdre de Racine. André Markowicz écrit en ce moment sur le pentamètre iambique, c’est à lire presque quotidiennement sur sa page facebook, c’est une parole de traducteur et de lecteur en construction permanente, c’est fascinant et touchant, et le dialogue s’instaure sous ses longs posts, il faut aller lire cela incessamment.

Donc me voilà doublement piquée : qu’André me demande un coup de main alors que j’ai une telle admiration pour son travail ; et puis la curiosité intellectuelle qui fait que j’aime toujours faire l’expérience de la traduction, pour voir ce que cela fait et comment ça marche. Et alors là je ne suis pas déçue du voyage, parce que pour le très très peu que j’en ai vu ce texte de Schiller traduisant/refaisant Racine en pentamètre iambiques est fascinant, et parce que faire le mot-à-mot demandé par Markowicz permettait de faire apparaître l’essence, rythmique et sémantique du passage (je me méfie du mot « sémantique », j’expliquerai cela ensuite.) L’un dans l’autre, ce que Berman appelle le « système ».

Je reproduis ici le fichier préparé hier. D’abord, une traduction très littérale, non retravaillée. Ensuite, un mot-à-mot en interlinéaire, selon la présentation empruntée à Danielle Carlès dont j’admire beaucoup le travail sur, notamment, Horace et Virgile. (J’aime dans le travail de Danielle la très sensible attention à la syntaxe, comme marque du style plus que de la langue, enfin de ce qui est propre à l’auteur et au texte traduit, et non à la langue). Sous chaque mot allemand sa possible traduction. En gras, les syllabes accentuées – je ne garantis rien, je ne suis pas une référence en terme de prosodie, j’y vais à l’oreille.

Enfin des notes pour préciser ce que j’entends dans certains mots allemands. Je dis bien ce que j’entends : je n’avais pas hier de dictionnaire sérieux, j’ai fait avec le pons en ligne, et mes souvenirs de lecture. Mes souvenirs de lectures sont complètement partiales, un peu anachroniques : devant un texte de Schiller en 1804, j’entends le Faust de Goethe de 1808, et le lexique des Affinités Electives.

 

Traduction littérale

C’est décidé, je m’en vais Théramène,
Je m’en vais de l’aimable Trézène ;
Je ne supporte pas plus longtemps de demeurer ici oisif,
Dans ces doutes qui m’angoissent.
Depuis six lunes mon père demeure déjà éloigné ;
Rien ne se fait entendre au sujet de sa chère tête,
Rien au sujet de l’endroit même, qui le dissimule.

Traduction interlinéaire

Beschlossen (1)         ist’s,    ich       gehe    Theramen,
Décidé                          c’est      je         vais      Théramène

Ich       scheide (2)     von     dem     lieblichen       Trözene;
Je        pars                   de         l’           aimable           Trézène

Nichtiger                   länger                                    trag‘ ich’s,                   müßig             hier     zu weilen,
En rien                        plus longtemps                    je le supporte,             oisif                ici        de demeurer

In        diesen             Zweifeln (4), die       mich   ängstigen.
Dans   ces                    doutes,            qui       m’       angoissent.

Sechs Monde            weilt               mein    Vater   schon entfernt;
Six       lunes                demeure          mon     père     déjà     éloigné

Nichts will                von      seinem            theuren           Haupt            verlauten,

Rien    ne veut            de        sa                        chère               tête                   résonner

                                                                                                                                se faire entendre

Nichts von     dem     Orte    selbst,             der       ihn      verbirgt.

Rien       du                    lieu      même,              qui       le         dissimule.

Notes

(1) Beschossen : décidé (idiomatique), même racine que schliessen (fermé, enfermer)

(2) Scheiden : maintenant : (se) séparer. En 1800 : aussi, partir (de quelque part), prendre congé.

(3) Forme intensive de nichtig, nul/nullement (adjectif pouvant être utilisé comme adverbe). Je n’avais jamais vu la forme, elle n’est pas dans le pons en ligne, je ne suis pas chez moi et ne peux voir ailleurs, enfin pour le sens je ne crois pas qu’il y ait grand mystère.

(4) Zweiflen, doute, mot très courant. On y entend « zwei », « deux ». Un peu plus tard chez Goethe, Mephistophélès : ich bin der Geist, der stets verneint, l’esprit qui toujours nie. Le désespoir : Verzweiflung – être désespéré : verzweifelt sein. (jouant ainsi sur les racines j’ai l’impression que l’allemand est de l’hébreu)

 

Ce que je trouve admirable dans cette première réplique de Thésée (d’un point de vue purement textinner, comme on disait en explication de texte allemand, d’un point de vue interne au texte abstraction faite de son contexte et surtout du fait qu’il s’agisse d’une traduction/adaptation de Racine en allemand), c’est l’impression que Schiller déploie un maximum de signification avec un minimum de matériel lexical. (Et, yet again, schon wieder, je ne louerai jamais assez la répétition en littérature.)

Deux voire trois réseaux de répétition sont à l’œuvre. Je les illustre en reprenant les quelques vers et en les faisant apparaître en couleur.

Beschlossen ist’s, ich gehe Theramen,
Ich scheide von dem lieblichen Trözene;
Nichtiger länger trag‘ ich’s, müßig hier zu weilen,
In diesen Zweifeln, die mich ängstigen.
Sechs Monde weilt mein Vater schon entfernt;
Nichts will von seinem theuren Haupt verlauten,
Nichts von dem Orte selbst, der ihn verbirgt.

* Nichtiger/Nichts en début de vers, dans trois vers sur six. Dans les deux dernier, l’anaphore en début de vers ainsi formée est redoublée, en fin de vers, par des verbes composés sur le préfixe ver-, créant ainsi une forme d’écho entre verlauten, résonner, et verbergen, dissimuler. (C’est sans doute hors-sujet dans le contexte, mais poétiquement pas insensé : j’entends verlauten et verbergen, entre les deux Ort, il y a le double système d’écho, et je pense au topos de l’écho dans la poésie allemande, particulièrement dans les textes piétistes. La cantate profane de Bach par exemple : Treues Echo dieser Orten, et j’écris cela aussi parce que l’écho, ce qui résonne, verlauten, se fait entendre dans les endroits où on se verbirgt, où on se cache : dans les grottes, dans les montagnes, Bergen). Enfin toujours est-il : il y a de l’écho.

Et avant l’écho, il y a la répétition martelée de la négation : Nichtiger/nichts/nichts, qui entraîne une inversion de l’accent, un anapeste, un spondée, un anapeste.

Le même procédé de déplacement de l’accent sur la première syllabe du vers est présent au quatrième vers : Sechs Monde, spondée. Six lunes : la durée de l’absence de Thésée. La durée du Nichts, du rien, sur lequel le rythme de la réplique insiste. Les syntagmes concernés sont souslignés.

La durée, parlons-en. Et cette répétition magnifique, ce mot extraordinaire de l’allemand : weilen.

Nichtiger länger trag’ ich’s, müßig hier zu weilen,
(…)
Sechs Monde weilt mein Vater schon entfernt;

Rien ne me fait plus supporter de demeurer ici oisif
(…)
Six mois déjà que mon père demeure éloigné.

Ce n’est pas le demeurer d’habiter, c’est un demeurer qui implique une forme d’état stationnaire, dans l’espace et dans le temps. (En fait, « rester » serait aussi bien). Eine Weile, un moment (qui peut être long), comme dans die Langeweile, l’ennui. Hippolyte ne supporte plus d’être statique à Trézène dans le rien, tandis que s’écoute le temps, (en creux : die Weile) de l’absence de Thésée. Thésée weilt, Thésée est dans un ailleurs indéterminé qui se mesure en absence, en temporalité : Sechs Monde, six lunes (spondée : on les sent passer, les six lunes. Et je me dis, en traduisant il faut sentir ce poids des six lunes).

Entre Hippolyte qui ne supporte plus de rester, de weilen, qui ne supporte plus le statisme du Nichts, du rien, et Thésée qui reste, qui weilt dans l’indistinct (où règnent les échos), il y a ce terme : Zweifeln. Les doutes, pragmatiquement : l’inconnu sur le sort de son père. Où est-il, est-il vivant, on ne le sait. Du doute au désespoir, il n’y a en allemand qu’un préfixe. Zweifeln, verzweifeln. Ce préfixe qu’on trouve à la fin à deux reprises. Et pourquoi doute-t-on ? Parce qu’on est deux mais deux irréconciliables. Dans Zweifeln, il y a zwei, deux. (D’où le souvenir que j’ai eu de Méphistophélès, quatre ans plus tard : Ich bin der Geist, der stets verneint, je suis l’esprit qui toujours nie). La séparation, l’absence, est la cause du doute, du Zweifel.

Alors comment traduire ? Ce qui suit n’est pas une traduction finale – y a-t-il jamais de traduction finale? Mais une traduction revue à la lumière de ce que je viens d’écrire.

C’est décidé, je m’en vais Théramène,
Je m’en vais de l’aimable Trézène ;
Rien ne me laisse plus rester oisif ici,
Dans ces doutes qui m’angoissent.
Six lunes déjà que mon père reste éloigné ;
Rien de sa chère tête ne s’est plus fait entendre
Rien de l’endroit même, qui le dissimule.

(et je suis bien embêtée parce que j’ai refait des alexandrins alors que le but du jeu c’est justement de n’en pas faire

Epilogue

Il faut faire les louanges des réseaux sociaux. L’usage abusif, l’étalage de vie privée, la logorrhée – dont je suis atteinte sur twitter – ne leur sont pas intrinsèque, et dépendent de l’usage que nous en faisons, donc de nous. Pour autant, que de belles rencontres, que de belles lectures, grâce à twitter et dans une moindre mesure à facebook ! Sans le blog, je ne serais pas entrée en contact avec André Markowicz et c’est via facebook que nous avons échangé sur Schiller. Sans twitter, je n’aurais eu vent sans doute de Danielle Carlès.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. andré markowicz dit :

    Je pense vraiment, Claire, que ce travail auquel a donné lieu ma demande est passionnant — et, oui, les réseaux sociaux peuvent être formidables (twitter est un peu trop court pour moi, je crois — malgré le récent roman d’Alain Veinstein). Il peut être, lentement, tranquillement, le début d’une vraie réflexion sur la valeur historique du mètre dans la poésie européenne, — vous comprenez « l’ampleur de l’étendue » comme dit l’autre.
    Quant à la note de Danielle Cariès, elle vient de me donner le sujet de mon prochain post !… — qui me détournera un peu d’Hamlet.

    • Claire Placial dit :

      Oui, en fait, en prose je suis à l’aise, pour la traduction, mais en vers pas du tout encore – si Meschonnic était vivant il m’engueulerait en disant que c’est pareil, mais quand même non, du moins dans la perception que j’en ai pour l’instant. A cause de cette histoire du mètre qui fait que je n’arrive pas penser dans un mètre, encore. Je suppose qu’il y a un travail à faire de ressassement, de rumination, dans le train en effet pourquoi pas (quand je n’aurai pas des paquets de 60 copies, j’ai hélas n temps un peu fragmenté pour que la décantation se fasse en continu).

      Ah, twitter, même quand on est prolixe (la brevitas n’est pas trop mon truc, comme vous voyez), on peut s’y faire. L’avantage que j’y trouve c’est la rencontre de gens qui travaillent sur toute autre chose (Marie-Anne, les deux Benoît, Caroline, les deux Stéphanie, sentez-vous visés) et qui font lire des choses auxquelles je serais venue peut-être mais plus tard et autrement. Et aussi les réseaux de traducteurs qui se mettent en place: @PierreMalherbet, @MagnEstelle

  2. Et dans ma (certes courte) « carrière » universitaire jamais je n’ai pu trouver quelqu’un qui s’intéresse à la métrique. Mais FB et twitter l’ont fait ! Merci pour cet article, Claire, et de relancer ainsi une réflexion qui échappe désormais à l’isolement.

    • Claire Placial dit :

      à vrai dire l’intérêt de la métrique il vient à peine chez moi, mais il est éveillé par les échanges avec toi, avec André, par la lecture de Meschonnic, et par l’étude des textes (cf Louise Labé l’autre fois) comme on faisait avec Michel Charles. Et, aussi, via l’enseignement. Parce que je trouve que la meilleure façon de circonvenir le délire interprétatif et d’engendre une lecture serrée, précise du texte, en licence, et au lycée déjà, c’est regarder de très très près comment ça marche. Sur Racine c’était frappant. Pas un mot important dans son sens qui ne soit pris dans une métrique. Au début je n’appelais pas ça métrique, j’appelais ça syntaxe. Parce que ça marche pour la prose aussi du coup. Enfin il faut continuer la réflexion et l’échange!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.