Le narrateur parle-t-il sicilien?

Une des questions du devoir de lecture donné en L1 cette semaine était : « citez deux personnages parlant le sicilien » dans Le tour de la bouée, roman d’Andrea Camilleri au programme du cours. J’avais montré en cours comment la traduction française de Serge Quadruppani permet de reproduire en français l’étendue du feuilletage linguistique. Camilleri joue en effet avec trois niveaux d’italien : italien standard (traduit en français standard), italien sicilianisé (traduit dans un français reproduisant, entre autres, les particularités syntaxiques et les déformations phonétiques du texte source) et sicilien, reproduit tel quel, puis traduit, dans la traduction française. Parmi les réponses possibles à cette question, j’attendais avant tout les personnages dont les paroles au style direct sont reproduites en sicilien dans le texte français : le marin Ciccio Albanese et sa femme ; le vieux témoin du meurtre, la bonne Adelina. J’acceptais aussi Catarella et Montalbano, même si c’était plus délicat. Et dans une (bonne) copie, je trouve : « Ciccio Albanese et le narrateur parlent le sicilien ».

Comme je ne suis pas une femme de tout-ou-rien, j’ai mis 0,75, un demi-point pour Ciccio, un demi-demi-point pour le narrateur. Sachant que le narrateur n’est pas un personnage : récit à la troisième personne dans ce cas. Un prof plus rigoureux que moi aurait compté faux parce que, justement, le narrateur n’est pas un personnage (et n’aurait du reste pas passé la moitié de la soirée à gamberger dessus au point d’écrire un billet de blog).

N’empêche, le narrateur parle-t-il le sicilien ?

Faisons de la narratologie-fiction. Considérons que le narrateur existe comme personnage au même titre que les personnages du roman, dont on peut dire s’ils parlent ou non sicilien (Ciccio : il parle sicilien. Livia, la fiancée génoise de Montalbano : elle ne parle pas sicilien. Fazio, l’adjoint de Montalbano : on ne le lit pas parler sicilien dans le discours direct, on peut supposer que, si Fazio existait, il parlerait sicilien, mais comme il n’existe que par l’écrit dans le livre, et que dans le livre on ne le voit pas que je sache parler sicilien, on ne peut pas dire qu’il parle sicilien).

La langue de la narration dans les romans de Camilleri, autrement dit la langue du narrateur est un italien sicilianisé. C’est perceptible dans l’incipit du roman, que nous avions étudié en cours, où ce fait avait été relevé, d’où, je pense, la réponse de l’étudiant :

Il s’agissait de noires pensées qui l’avaient submergé après qu’il eut entendu une nouvelle au journal télévisé national. All’anigatu, petri di ‘ncoddru : « au noyé, une pierre par derrière », tel était le dicton populaire qu’on lançait quand une insupportable série de déveines s’abbattait sur quelque malheureux.

Donc en effet, la narration utilise le sicilien, sur le même mode que les personnages : dans la traduction française, le sicilien est cité sans être traduit, en italiques, puis traduit en français, ici entre guillemets, dans la traduction.

Parmi les personnages qui parlent le sicilien, Adelina :

Dans la cuisine, il entendit la voix d’Adelina, la bonne.
– Réveillé vous êtes, dutturi ?
– Oui, mais j’ai mal à la tête. Tu veux voir que la vieille me l’a fêlée ?
A vossia la testa nun ci rumpinu mancu i cannunati, à votre seigneurie, même les coups de canons, ils lui fêlent pas la tête.

Même procédé, aux guillemets près, que plus haut dans la narration à la troisième personne : le sicilien est reproduit en italiques, puis traduit.

Mais qui traduit ? Ce n’est pas Adelina qui s’autotraduit. Le rôle de traducteur est endossé par la narration – donc par le narrateur. (Je n’ai pas le texte italien sous les yeux, je crois me souvenir que cela fonctionne de la même façon dans l’italien, c’est du moins un procédé employé par Camilleri, la paraphrase, ou traduction, dans le texte italien lui-même, des passages en sicilien.

J’en conclus donc que le narrateur parle sicilien, puisqu’il sait traduire le sicilien en italien.

Plus sérieusement, le maniement de l’italien sicilianisé dans la narration participe sans doute beaucoup de la sensation pour le lecteur d’avoir affaire à une voix individuelle. Le concept de voix narrative semble ici particulièrement sensible, quand bien même il n’est pas possible dans le roman de définir « qui » parle puisque la narration n’est pas assumée par une première personne personnage de l’historie – en termes genettiens, le narrateur est hétérodiégétique.

On lit ainsi au premier chapitre, lorsque Montalbano trouve un cadavre dans l’eau, et peine à le rapporter à terre :

Il était comme un poteau planté au milieu de l’eau, un poteau auquel était amarré un catafero. Sur la plage, on n’apercevait pas âme qui vive, personne à qui demander de l’aide. Tu veux voir que tout ça, c’est un rêve, un cauchemar ?
« Maintenant, je m’aréveille », se dit-il.
Mais il ne s’aréveilla pas. Disispéré, il pencha la tête en arrière et poussa un hurlement à s’en faire tinter ses propres tympans.

Deux marques de sicilianisation d’une narration dont le cadre linguistique reste l’italien standard

– la présence d’un mot de dialecte sicilien, en italiques, non traduit, catafero, au lieu de cadavere/cadavre.

– la déformation du français, « aréveiller », « disispéré », pour reproduire en français la déformation de risvegliarsi > arisvigliarsi, et de disperato > dispirato.

La narration n’est pas rédigée en sicilien, mais sa sicilianisation suppose, si l’on personnifie le narrateur, un narrateur qui de fait soit suffisamment imprégné de l’idiolecte régional pour que son discours en soit coloré.

À ceci s’ajoute l’oralisation de ce passage, comme de bien d’autres. La voix narrative se confond souvent avec celle du personnage principal, celui de l’enquêteur, à travers les yeux de qui l’action est vue. Les interpellations à la deuxième personne participent de cette oralisation de la voix narrative, et de l’implication du lecteur.

D’où la pertinence du terme de « voix » : on entend un discours se construire – un idiolecte, un langage particulier et propre à cette voix narrative, composé de sonorités siciliennes, sur fond italien standard, et d’un travail de l’oralité. C’est bien un travail : rien de plus travaillé, de plus consciemment construit, de plus délibérément significatif, que la sicilianisation de la narration. Ce n’est pas l’enregistrement de l’homme de la rue, mais l’expression du style de l’auteur Andrea Camilleri.

Qui parle, dans la voix narrative ? Le personnage de Montalbano ? L’auteur Camilleri ? Une instance narrative fictive ? Sans doute un peu des trois – et je me plais à penser que Camilleri parle et pense vaguement comme il écrit, j’ai tort peut-être. Enfin toujours est-il que le narrateur est (choisir un terme) le représentant – le relai – la marionnette dirigée par Andrea Camilleri.

En quelque sorte, en tant que créature de fiction, construite par l’auteur Camilleri, le narrateur parle sicilien.

De fait, le narrateur parle sicilien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.