« Je suis noire et belle ». Sur les traductions de Ct 1,5, et sur l’importance du mot « et »

Dans un précédent billet, je défendais l’abondant usage que faisait Jérôme Ferrari de la conjonction « et » dans son Sermon sur la chute de Rome. Le mot « et » a pour lui la polysémie et l’imprécision. (Je considère en effet la polysémie et l’imprécision comme potentiellement bonnes).

Ce présent billet sera une défense et illustration de l’emploi du mot « et », dont l’intérêt me paraît manifeste dans ce verset du Cantique des cantiques : « je suis noire et belle » (Ct 1,5). Ou plus littéralement (il n’y a pas de verbe « être » équivalent en hébreu et en français) : « noire, moi, et belle ». L’hébreu chehora ani ve nava (transcription de Meschonnic) emploie la particule vav, dont les usages recoupent ceux du « et » français et latin.

Mais Jérôme dans la Vulgate traduit Nigra sum sed formosa : « Je suis noire mais belle ». Il introduit une opposition là où l’hébreu n’opère qu’une coordination. Certes le vav hébreu peut porter l’opposition et/ou l’enchérissement. Mais tel est le cas du « et » français comme, encore davantage, du « et » latin. Timeo Danaos et dona ferentes : on peut traduire cette phrase célèbre par « Je crains les grecs surtout quand ils apportent des cadeaux », ou « même s’ils apportent des cadeaux ». Dans le texte de Ferrari utilisé pour le précédent billet, dans la phrase « le recul du fusil lui meurtrissait l’épaule ET son bonheur était parfait », le et est polysémique en ce qu’il introduit une contradiction, de façon plus subtile que si on lisait « cependant son bonheur était parfait ».

Donc Jérôme pouvait tout aussi bien, s’il comprenait les deux termes chehora (noire, noircie) et nava (belle) comme contradictoires, mettre « et », qui en latin pouvait garder l’opposition, réelle ou supposée, entre ces deux adjectifs. Or il ne l’a pas fait – il a explicité ce qui était dans le texte de départ pas même implicite : l’opposition sémantique entre l’idée de noirceur et celle de beauté.

Et quinze siècles de chrétienté d’enchérir :

– Je suis brune mais plaisante (Olivétan, 1535)

– Vrai est que je suis brunette: mais je suis autant jolie (Castellion, 1555)

– Je suis noire, mais je suis belle (Port-Royal, 1701)

– Je suis noire, mais cependant je suis belle (Calmet, 1726)

– Je suis brune, mais de bonne grâce (Ostervald, 1744)

– Je suis noire, mais je suis belle (Renan, 1860)

– Je suis noire, mais je suis belle (Segond, 1874)

– Je suis noire, mais belle (Crampon, 1938)

– Je suis noire, et pourtant belle (Bible de Jérusalem)

L’échantillon est prélevé dans les traductions du Cantique des cantiques citées dans Le Grand livre du Cantique des cantiques, que j’utilise avec les étudiants qui suivent le cours sur les langues bibliques. Je n’ai retranché aucun contrexemple. À l’échelle de cet ouvrage, sur 8 traductions chrétiennes citées, aucune ne traduit « noire et belle » là où l’hébreu dit « noire et belle ». J’ajoute à cet échantillon :

– Je suis noire, mais jolie (Pléiade, 1956)

– Je suis noire, mais charmante (Osty, 1973)

– Je suis noire, moi, mais jolie (Traduction œcuménique, 1976)

– J’ai beau avoir le teint bronzé,/ Je suis jolie (Bible en français courant, 1982)

– je suis bronzée,/ et pourtant, je suis belle (Bible du Semeur, 1992)

On trouvera tout de même un contrexemple : la Bible des écrivains, conspuée par d’aucuns pour un prétendu manque de rigueur philologique. Force est de constater que c’est, à l’échelle de l’échantillon, la seule traduction qui prenne le vav hébreu au pied de la lettre :

– Je suis noire et magnifique (Bible des écrivains, 2001)

Notons bien que toutes ses traductions sont loin d’être effectuées sur le latin. Certes c’est la Vulgate (donc « sed formosa ») que traduit Port-Royal, mais Crampon, Segond, les traducteurs de la Pléiade, de la Bible de Jérusalem, de la TOB traduisent l’hébreu. Voient un vav. Qui est la copule qu’on peut, en principe, et sans autre forme de procès, traduire par « et ». Or ils explicitent la proposition.

Que voit-on du côté juif ? Semblablement la même chose :

Je suis noire, et (pourtant) belle (Cahen, 1848)

Je suis noircie, gracieuse pourtant (Rabbinat, 1899)

Noire, moi, mais harmonieuse (Chouraqui, 1985)

Henri Meschonnic cependant, dans sa traduction des Cinq Rouleaux, traduit « Noire je suis et belle à voir, et dans Poétiques du traduire, il justifie ainsi sa traduction tout en dénonçant celles qui l’ont précédé et que je viens d’évoquer :

Mais l’énoncé du sens peut être détruit même par les traductions qui ne visent que le sens : là où, vers le commencement du Chant des chants, dans Les Cinq Rouleaux, j’ai traduit « Noire je suis et belle à voir », ce que dit exactement l’hébreu, chehora ani ve nava, toutes les autres traductions françaises, depuis la Vulgate, de Le Maistre de Sacy à la TOB, opposent la noirceur à la beauté, par un mais, « noire mais belle », sauf celle de Chouraqui : « Moi, noire, harmonieuse. » Il est vrai qu’elle a aussi effacé le et, qui portait tout le problème »[1].

Je ne sais pas quelle traduction de Chouraqui cite Meschonnic ici : celle de 1985 parue dans la Bible intégrale porte « mais harmonieuse », les trois précédentes (1953, 1970 et 1975) que j’ai consultées divergent de « moi, noire, harmonieuse » ici cité.

Toujours est-il que, comme dit Meschonnic, le problème est dans le « et ».

Pourquoi le « et » est-il escamoté au profit du « mais », « cependant » et autres « pourtant » ? Pourquoi noirceur et beauté sont-ils incompatibles ? On touche là à un double (au moins) problème, théologique et socio-esthétique, disons. (Mille merci à qui trouve un qualificatif plus efficace).

D’un point de vue théologique, l’antagonisme de la noirceur et de la beauté est à trouver du côté des lectures allégoriques du Cantique des cantiques, qui voient dans l’union des deux locuteurs du texte, l’homme et la femme, les figures de Dieu et de l’âme, ou de Dieu et de son peuple. Or ailleurs – chez Osée par exemple – le peuple d’Israël est comparé à l’épouse infidèle qui revient vers son mari. La superposition de l’allégorie d’Osée et de celle du Cantique rend possible une lecture du Cantique (et singulièrement de Ct 1,5) comme signifiant le retour de l’épouse infidèle, la noirceur étant alors la marque de l’infâmie – comme lorsqu’on parle de la noirceur de l’âme. Ecrire « noire mais belle » reviendrait à sous entendre « j’ai été infidèle, mais maintenant je suis revenue à la fidélité ». Le fait est que cette lecture est facilitée par la suite du Ct : l’instance féminine est noire parce que le soleil l’a brûlée lorsqu’elle gardait les vignes d’autrui au lieu de garder sa propre vigne.

Mais faut-il chercher aussi loin pour comprendre la raison de cette multiplication des « mais », et de l’ignorance réitérée de l’absence d’opposition explicite dans le texte hébreu ? Ignorance qui prend les aspects d’un aveuglement collectif. Ne faut-il pas voir dans « je suis noire mais je suis belle » la représentation courante de la beauté, dans l’Occident chrétien, comme étant liée à la blancheur ? On pourrait multiplier les exemples à loisir de textes illustrant cette adéquation, dans les représentations, de la beauté à la blancheur, et de la laideur à la noirceur. De ce fait, il est inconcevable pour les traducteurs ci-dessus cités que la noirceur ne soit pas un obstacle à la beauté. Le fait même que la représentation de la noirceur comme diminuant la beauté puisse poser problème semble ne pas leur venir à l’esprit. Et les péritextes de souligner à l’occasion que la locutrice, étant bronzée, pourrait être enlaidie, etc.

Nous avons ici un cas proportionnellement assez énorme d’aveuglement collectif des traducteurs devant la littéralité du texte. Irréductiblement, quelque soit la représentation qu’on se fait de la beauté, le texte dit : « noire et belle ». Quand bien même les rédacteurs du texte pensaient, avec l’occident blanc et chrétien, que la beauté ne peut être que blanche, toujours est-il qu’ils ont écrit « noire et belle ».

Il faut ainsi donner raison à Meschonnic lorsqu’il écrit de ces traductions : « Mais l’énoncé du sens peut être détruit même par les traductions qui ne visent que le sens ». Ces traductions, qui mettent « noire mais belle » ou toute autre solution approchante, ne traduisent pas le texte. Elles traduisent les présupposés qu’elles prêtent au texte. Elles traduisent en réalité leurs propres présupposés.

En d’autres termes, ce qui apparaît dans ces traductions, c’est cinq siècles d’idéologie, disons-le, raciste, qui estiment que le noir n’est pas beau. Ou que s’il l’est, il y a surprise et contradiction.

Ce n’est pas ce que dit le texte biblique ici[2]. Qui dit je suis noire et belle. Notons bien que traduire ainsi n’interdit aucune lecture, y compris une lecture allégorique, y compris une lecture raciste qui supposerait une valeur adversative au « et ». Le « et » reste polysémique, là où le « mais » était monosémique.

Traduire « et belle » par ailleurs permet d’être plus proche du fonctionnement du texte, et aussi de remettre en question ce qui semble être un tenace présupposé des idéologies occidentales. Que « Noire et belle » perturbe encore les traducteurs chrétiens du second vingtième siècle me semble particulièrement problématique.

Et si a eu lieu le mouvement Black is beautiful en marge du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis, il me semble, à première vue – je ne suis nullement spécialistes des questions raciales ni des Etats-Unis – que c’est pour contrer ce présupposé, pour le déconstruire, pour montrer que ce présupposé est raciste. Ce qui ne va toujours pas de soi : le présupposé du dominant blanc de culture européenne, peut être intériorisé par le dominé lui-même, d’où la valorisation éventuelle chez les noirs eux-mêmes des peaux claires, des yeux clairs…

 

Un exemple littéraire, parce que c’est ce dont je peux parler en me sentant davantage légitime : Toni Morrison dans un entretien avec Angela Davis évoque un de ses personnages dans The Bluest Eye, une jeune fille noire qui souhaiterait avoir des yeux bleus, pour qui des yeux bleus représenteraient davantage de beauté. L’auteure montre ainsi comment les représentations racistes de la beauté déterminée par les codes esthétiques européens sont intériorisées par ce personnage. Les choses ne sont pas si simples qu’un pur renversement: Morrison du reste prend ses distances avec l’assertion « Black is beautiful », non que ce soit une assertion fausse, mais parce qu’à ses yeux il s’agit d’un renversement de la logique européenne blanche raciste, continuant à réduire une personne à ses qualités physiques – voir à ce sujet les pages consacrées à The bluest eye dans Speaking the unspeakable. Mais il convient, pour une intellectuelle comme Morrison, de déconstruire les présupposés, les impensés construits par les catégories occidentales blanches. Il me semble que Toni Morrison construit son œuvre sur des affirmations similaires à :« je suis noire et belle » – belle pouvant être élargi : j’ai une place dans l’histoire, j’ai une voix. Je crois du reste que les intertextes avec le Cantique des cantiques sont importants chez Morrison. Un de ses romans ne s’appelle-t-il pas The Song of Solomon, (traduit par Le Chant de Salomon), titre anglais du Cantique des cantiques ? C’est là une piste à explorer plus tard.

Mais retenons la leçon philologique : je suis noire et je suis belle.

 


[1] Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 128.

[2] Anecdote. Lorsque l’an dernier deux élèves de seconde sont venues me voir pour me demander si c’était vrai que la Bible était raciste, je leur ai cité ce passage. Je leur ai dit que le Cantique des cantiques disait « je suis noire et je suis belle », et que c’est en revanche la tradition, la réception du texte par les sociétés occidentales, qui associe le noir au mal. Pas le texte, en tout cas pas le cantique. Bon, certes, il y a l’histoire de Cham, etc. Mais c’est du Cantique que j’avais envie de leur parler.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Yann dit :

    Bonjour, je tombe sur votre article car j’ai appris il y a quelques jours l’existence de cette phrase dans la Bible et je voulais en savoir plus. Je ne suis donc pas un grand spécialiste mais je souhaite néanmoins vous faire 2-3 remarques qui me viennent à l’esprit.

    – vous dites que Saint Jérôme « a explicité ce qui était dans le texte de départ pas même implicite : l’opposition sémantique entre l’idée de noirceur et celle de beauté ». Pourtant il suffit de lire le texte pour voir qu’il est écrit 2 versets plus loin « Ne prenez pas garde à mon teint noir: C’est le soleil qui m’a brûlée. » Face à cela je ne vois pas comment on peut dire que le texte d’origine ne contenait pas cette opposition sémantique.

    – vous dites aussi « L’hébreu chehora ani ve nava (transcription de Meschonnic) emploie la particule vav, dont les usages recoupent ceux du « et » français et latin. » mais de quel manuscrit parlez-vous ? Sauf erreur il n’existe pas d’Ancien Testament en hébreux datant d’avant Jésus Christ n’est-ce pas ? Les Bibles en hébreux, et donc celle qu’a utilisé Saint Jérôme, résultent de travaux des premiers siècles de l’ère chrétienne.Il aurait donc été intéressant de voir ce que disent les premiers manuscrits grecs.

    – sur le fond « je suis noire et pourtant je suis belle » est plutôt une charge contre les préjugés ; peut-être le premier énoncé anti-raciste de l’humanité. Dommage de le censurer.

    • Claire Placial dit :

      Très rapidement:
      La Septante, antérieure au Nouveau Testament, ouvrage, comme vous savez, des juifs hellénisés d’Alexandrie, porte en grec « Μέλαινά εἰμι καὶ καλή », le « καὶ » pouvant être traduit par « et ». Du reste, si la vocalisation des manuscrits hébreux est postérieure au Nouveau Testament, et même à Jérôme, en revanche le texte consonnantique est remarquablement stable. Il serait très étonnant que le waw, qui est une consonne (et sans doute la particule la plus utilisée de la Bible hébraïque) ait été modifié au cours du temps. Or la plupart des traductions que je cite sont faite sur l’hébreu, et en principe, un traducteur traduit, n’amende pas le texte reçu au prétexte qu’il est plus ou moins ancien (ou alors c’est une édition critique, avec un appareil critique, ce qui n’est pas le cas des versions citées)
      Peu m’importe ce que dit le verset suivant. Traduire un « et » par un « mais », c’est, et reste, apporter une nuance adversative, et soulever une opposition. Il ne s’agit pas de « censurer » le « mais » ou le « et pourtant », mais de rétablir une cohérence philologique. L’exégèse fait son travail ensuite. Libre à vous d’interpréter le verset comme vous le faites, mais il me semble que l’exégèse gagne à ne pas se défaire d’une approche philologique rigoureuse en première instance.

      • Maïeul dit :

        pour ce qui concerne la LXX, la position du καὶ après le verbe tend à donner une valeur adversative plutôt que conjonctive. Une traduction conjonctive aurait été “εἰμι Μέλαινά καὶ καλή”

      • Maïeul dit :

        précision : d’après la base de donnée ds textes de Veteres Latinae (traductions latines antérieures à la Vulgate, sur la base de la LXX la plupart du tps) de Brepols
        « Nigra sum, sed formosa »

        Bon, il n’y a qu’un seul témoignage dans cette base de donnée. Je regarde demain si on a une édition plus complète en bibliothèque.

        • Yann dit :

          Bonjour, donc la traduction correcte dans les plus vieux textes connus de la Bible est plutôt « je suis noire mais je suis belle » et non pas pas « et je suis belle » n’est-ce pas ?

          • Claire Placial dit :

            Non, puis que les textes latins sont eux mêmes des traductions depuis l’hébreu ou le grec qui mettent l’équivalent de « et ».

          • Yann dit :

            Ma question portait sur les plus anciennes versions connues du texte (en grec par conséquent).

      • Maurice Lucas Sarr dit :

        Magnifique article: félicitations ! Sans avoir fait de l’hébreu, mais en me fondant seulement sur des comparaisons entre les traductions en français, latin, grec ancien, et dans les langues africaines que je parle (wolof et sérère,) j’en etais parvenu à la même conclusion, grâce notamment à une lecture contextuelle du passage.
        La Reine de Saba, ne l’oublions pas, répond en effet directement aux « filles de Jérusalem », qui s’offusquaient de ce que Salomon fût avec une noire. On peut aisément concevoir la nature des affirmations qui pussent mériter telle répartie : manifestement, et nécessairement, elles comportaient un dénigrement explicite de la « noirceur » de la Reine, puisque c’est sur ce point que porte spécifiquement la réponse de cette dernière.
        Dès lors, l’antagonisme que l’on a pu voir dans l’expression, permise par la polysémie du « et » (point corrboré par l’éclairage que vous apportez sur la traduction), quand bien même elle serait implicite en raison du contexte, apparaît plus vraisemblablement porter ici non pas sur quelque opposition supposée entre la noirceur et la beauté (qui est, c’est aussi mon sentiment, davantage dans l’esprit des traducteurs que dans la bouche de la Reine de Saba), mais bien sur une opposition plus générale et plus tranchée (et au demeurant explicte dans le passage) entre la Reine Saba (« Noire ET belle) d’une part, et d’autre part les filles de Jérusalem (« Moins belles, MAIS, ET POURTANT, CEPENDANT, TOUTEFOIS , NONOBSTANT… vertes de jalousie », si je puis plaisanter ainsi).
        Merci encore ! Votre article est lumineux…

  2. Sam dit :

    Bonjour, un chaleureux merci pour ce billet très instructif !

  3. celina dit :

    — On touche là à un double (au moins) problème, théologique et socio-esthétique, disons. (Mille merci à qui trouve un qualificatif plus efficace).– > RACISTE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *