Michel de Certeau et « L’idée de traduction de la Bible »

Un article plus que tout autre m’a éclairée pendant que je préparais ma thèse, et continue de m’éclairer. C’est un article de Michel de Certeau, paru en 1978 dans le n° 66 de la revue Recherche de science religieuse, intitulé « L’idée de traduction au XVIIème siècle ». L’article porte sur la Bible de Port-Royal (traduite essentiellement par Lemaistre de Sacy) et sur Richard Simon ; sur les conceptions différentes que Simon et Lemaistre ont des conditions de possibilité de la traduction, et au delà, sur l’idée de la langue et du langage qu’ont ces auteurs.

Je voudrais ici donner à lire des extraits de ce texte, que je trouve important pour quiconque s’intéresse à la traduction, à la théorie de la traduction, et à la pensée du langage en général.

Sur la théorie de la langue de Port-Royal, qui distingue des idées universelles, et des signifiants arbitraires :

[L]a difficulté [de communiquer le sens par la traduction] ne suppose pas l’inquiétante absence d’une « conformité d’idées » derrière le décor des mots. Elle peut avoir plusieurs raisons : ou bien le signifiant est un accord inadéquat à l’idée qu’il représente (il est confus, obscur, etc) ; ou bien il fait partie d’un système de conventions que nous n’avons pas repéré ou que nous ignorons (…), ou bien il n’y a pas encore de signifiant qui corresponde à une idée en attente (…). Mais de cette façon l’obscurité reste un phénomène de surface, et toute ambiguïté peut se ramener à une obscurité. Une traductibilité est donc garantie par une théorie de la langue, où se reconnaît d’ailleurs la projection d’une théologie.

Sur l’obscurité du texte biblique, et sur la part que lui ménage la traduction :

Traduire, ce sera maintenir ce rapport, naviguer entre les lumières et les ténèbres, travailler à la transparence du message mais sans effacer les traces obscures de son auteur. Ce respect spirituel de la lettre est d’autant plus difficile qu’une insurmontable ambiguïté s’attache aux opacités du texte. D’une part, il doit y avoir de  l’obscurité (principe général relatif à la nature de l’auteur), mais d’autre part, en chaque cas particulier, comment savoir si l’obscurité relève de ce principe ou d’une simple ignorance (grammaticale, lexicale, historique) de la lettre ? En fait, n’est-ce-pas le déficit du savoir qui localise dans le texte les marques de l’Esprit ? (…)

Il n’y a pas de solution (le traducteur est toujours coupable), mais seulement des palliatifs. Ils consistent à réintroduire de l’obscurité sur les bords de la clarté, à créer un tremblé de la traduction  même. Ce sera en adjoignant à la version retenue les sens différents dont l’original est susceptible, ou en faisant apparaître un feuilletage de l’original par la traduction des variantes hébraïques, grecques ou latines du même passage. Dans la mise en page, une combinaison spatiale du texte central et des marges (ou notes) compense l’excessive clarté du discours continu par une proliférante pluralisation sémantique ou critique. Ces alentours microbiens instaurent une « pluri-isotopie » du texte. Ils rendent au « vouloir dire » de l’auteur son inaccessibilité. Par l’encadrement érudit de sa traduction, par ces bas-côtés de notes marginales, Sacy ajoute une indétermination, mais secondaire par rapport à la détermination qu’il a imposée au texte. L’ombre adjacente d’une polysémie remplace donc l’obscurité propre du texte. (…)

L’inquiétude de Port-Royal vis-à-vis du langage est immense. Une langue est à l’esprit ce que le corps est à l’être : la borne irréductible, le signe de l’imperfection. Et pour autant la langue est le seul vecteur possible de l’esprit. Là où Richard Simon s’abîme dans l’impossibilité de traduire – les originaux sont perdus, le retour à la source est impossible, traduire est un exercice de la perte – Port-Royal, sans penser possible la traduction en soi (parce que l’Ecriture est par principe obscure du fait des bornes de l’esprit humain, et des outils de la langue) exhibe la distance qui sépare le texte source du texte traduit, par un « feuilletage » qui rend manifeste son statut secondaire.

Nous avons sans doute beaucoup à apprendre de Port-Royal.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.