Sur le sonnet XIII de Louise Labé

Je disais deux choses à mes étudiants de licence 2, la semaine dernière, qui ont inspiré ce billet. La première était que j’aurais aimé inclure dans le corpus un texte de Louise Labé, mais que pour traiter des « échos poétiques du Cantique des cantiques » ça ne s’y prêtait pas. Et je me suis rendue compte que nombre d’entre eux ne connaissaient pas Labé, ce qui m’a fait regretter de ne pas avoir tout de même fait en sorte de l’intéger au corpus.

Et puis plus tard dans la séance, où nous étudiions un sonnet de Spenser, j’ai dit qu’il n’y avait rien de mieux pour décortiquer un sonnet que de se demander si la syntaxe collait avec la prosodie. Le temps manquait, je n’ai guère pu illustrer mon propos. J’avais en tête les cours inoubliables de Michel Charles sur Du Bellay, Ronsard, Labé, ces moments pour moi d’illuminations absolue, où sans nullement jargonner, sans entrer de prime abord dans des études thématiques, nous commencions d’abord par regarder: les phrases (principales, subordonnées). Les rimes. Les strophes. La juxtaposition de ces éléments. Et les discordances, et c’est dans ces discordances que « le poème se lève » (j’emprunte l’expression à Daniel Arrasse, qui disait que « le tableau se lève » quand les éléments interprétatifs s’assemblent et font sens.

J’ai voulu aller plus loin que ces deux allusions rapide et ai préparé pour les étudiants un document mis en ligne sur la page du cours, que je reproduis ci-dessous.

********************************

Louise Labé, sonnet XIII

 

Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots et soupirs resister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre :

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :

Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.

 

Le sonnet, ainsi que l’ensemble des œuvres poétiques de Louise Labé, est à lire sur ce site

 

Défense et illustration[1] de l’étude du schéma de la syntaxe et des vers dans ce sonnet.

NB : pour l’instant, on ne se concentre que sur la distribution de la syntaxe (la construction des phrases) des rimes. L’étude des thématiques, des références, du sens du texte n’est évidemment pas exclue, c’est vers cela qu’on tend. Mais le sonnet est une forme poétique très contrainte, qui suppose des jeux d’équilibre très subtils en un très petit nombres de vers. Partir de ces contraintes, les démonter, nous permet de voir comment les poètes s’en jouent pour mettre en scène le sens du texte.

 

 

Répartition des rimes dans les strophes Répartition des phrases dans les strophes
Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots et soupirs resister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre :
Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.

Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots et soupirs resister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre :
Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.

Bilan :
Quatrains : rimes embrassées (traditionnel) abba abba
Tercets : ccd ede. Ce qui entraîne la création d’un couple de rimes plates et d’un quatrain de rimes alternées : la structure des strophes 4433 est contredite par la structure des rimes 4424.
Les vers 9 et 10 apparaissent isolés, mis en valeurs, par la rime (seuls vers de même rimes à voisiner dans une même strophe)
Bilan :
à Deux phrases seulement. On s’attendrait à ce que le découpage syntaxique coïncide avec celui des strophes, ce n’est pas le cas. à Le pivot se fait à la strophe 3 entre les vers 9 et 10. Ils étaient déjà mis en valeur par la rime, mais là où la rime les unissait, la syntaxe les sépare par la ponctuation la plus forte de tout le poème.
à Le vers 9, particulièrement mis en valeur par la prosodie, l’est d’autant plus qu’il contient la proposition principale de cette première phrase (en gras).

 

Répétitions Rejets et enjambements
Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu‘aus sanglots et soupirs resister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre :
Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.

Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots et soupirs resister
Pourra ma voix
, et un peu faire entendre :
Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut
, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante 
:
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.

Bilan :
Double système de symétrie.
à à l’intérieur du poème : Quatrains : structure par groupes de 2 vers, articulés par « tant que/et que », chacun comportant un des 4 éléments qui reviennent dans les tercets
à reprise dans le même ordre de yeux/voix/main/esprit, donc //, mais resserrés à l’extrême sur 3 vers
Bilan :
Dans les quatrains, deux rejets de structure identique, qui ont pour conséquence l’exposition en début de vers de la « voix » et du « mignard lut », et parallèlement, en fin de vers, de verbes liés au chant et à l’expression.
L’autre enjambement, plus long, dans la deuxième partie du sonnet, synchrétise ce que signifiaient le lut et la voix : « montrer signe d’amante »

 

Et maintenant, le sens…

Un vers est clairement mis en vedette, encore plus que la pointe (on appelle « pointe » le dernier vers, ou les deux derniers vers d’un sonnet, qui en principe opère un retournement) : le vers 9, au centre de tous les jeux formels du sonnet : « Je ne souahite encore point mourir ».

Pourquoi l’instance lyrique ne veut-elle pas encore mourir ? Parce qu’elle peut encore chanter, au sens large : elle peut créer, elle peut écrire, elle peut créer, fût-ce pour déplorer l’amour perdu.

Que dit le sonnet, dans le fond ? Tant que je peux chanter (tant que je peux écrire), je ne veux pas mourir. Quand je ne pourrai plus chanter, je mourrai. C’est sur cette dichotomie que repose l’ensemble du poème, et les effets de parallélisme (répétition des termes, mais aussi répétitions à l’intérieur d’une même moitié de poème) viennent renforcer cette opposition du chant au silence, de la vie à la mort, qui est dans le fond absolument banale.

Ce qui l’est moins, c’est la maîtrise du cadre prosodique, qui part des effets de décalage rythmique, et permet de signifier le déséquilibre des deux parties, dans un sens structurel (9 vers vs 5 vers) comme dans un sens symbolique : la vie, et le chant, l’emportent encore. Jusque quand ? Mais le fait est que la poétesse écrit : l’instance lyrique prouve, en écrivant, ce que le poème annonce. Et c’est en effet « je ne souhaite encore moins mourir », au centre de tous les jeux structurels, qui s’impose.

Je n’ai pas encore abordé la question amoureuse. Que chante la voix, le lut de l’instance lyrique ? Ils chantent les regrets de « l’heur passé », ce qui signifie « le bonheur passé » (et non l’heure passé, mais en un sens c’est presque équivalent : le temps du bonheur n’est plus, c’est maintenant le temps des regrets, des larmes et des plaintes). Le chant ici, auquel se lie la vie, n’est pas lié à l’amour triomphant mais au souvenir, au regret et à la plainte. Un signe en est la nature des quatre éléments récurrents : yeux / voix / main-lut / esprit : que chantent la voix et le lut ? les larmes des yeux, la permanence du souvenir de l’aimé dans l’esprit. Le chant se confond donc avec le souvenir, le chant, dans la structure du poème, est inclus dans le souvenir.

Ce sonnet illustre un paradoxe crucial dans le cycle poétique de Labé : la perte de l’amour, la plainte amoureuse est la condition de la naissance même de la voix lyrique, fondamentalement élégiaque, donc (voir les trois élégies incluses dans les œuvres complètes). « Le plus grand plaisir après Amour, c’est d’en parler », dit Apollon sous la plume de Labé dans le Dialogue de Folie et Amour qui précède les élégies et les sonnets dans les œuvres complètes ; il semble qu’Apollon ait ainsi posé les bases d’un programme de lecture qui donne à lire les sonnets comme l’illustration de la naissance d’une parole poétique. Il faut alors redéfinir la nature de « après Amour » : non tant que le plus intense plaisir soit l’amour, et le second dans l’intensité, la parole. Mais premièrement, dans la chronologie, vient l’amour, puis, ensuite, « après », la parole, le chant.

*******
Cette lecture est partielle, bien sûr. Elle ne se prétend pas la lecture absolue du texte, et elle découle d’une méthode débattue – partir des structures, refuser l’herméneutique en première instance.
Là où ce type de travail me semble en tout cas opérant, c’est dans la mesure où l’étude des structures n’est pas le but en soi: on ne se tient pas à leur description. Mais on se sert d’elles comme levier des sens possibles du texte. Dans le cas d’un sonnet, forme contrainte s’il en est, le « comment », la disposition, sont largement aussi important que le « quoi », le propos; et en tout cas ils participent largement du sens.

[1] J’emprunte cette expression à la Défense et illustration de la langue française, de Joachim Du Bellay (1549) : Du Bellay défend la langue française en l’illustrant, c’est-à-dire en l’utilisant au maximum de ses capacités rhétoriques ; j’essaye ici de montrer l’utilité de ce genre d’étude préliminaire d’un sonnet en en réalisant une qui fonctionne.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. FB dit :

    Juste techniquement tes rimes des tercets sont cc dede et non aa bcbc, puisque tu as déjà appelé a et b les rimes des quatrains. C est le sonnet français par rapport au sonnet dit italien. Ronsard utilise parfois la même rime ab dans les tercets comme dans  » comme on voit sur la branche » mais c est plus rare.

    • Claire Placial dit :

      oups en effet! Je rectifie. MC quand on avait Labé au programme d’agreg avait fait des tas d’hypothèses et statistiques sur les variations des tercets. Labé était pas comme les autres mais je sais plus trop exactement pourquoi! 🙂

  2. C’est une méthode qui est mienne, et un « calcul » de la structure qui intervient à chaque pas de la traduction.
    Merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *