Sur la traduction des noms propres.

 

Faut-il traduire les noms propres ? On lit parfois que le nom propre est « un signifiant sans signifié » : il désigne un référent, mais le mot est vide de sens. C’est inexact. Je m’appelle Claire Placial. Mon prénom et mon nom existent comme adjectifs, en français et en anglais respectivement. Et au delà de cette existence des mots de mon nom en dehors du nom propre, ce nom connote un nombre certains de chose, sur le type de prénom que mes parents m’ont choisi, sur l’origine géographique – périgourdine : le lieu dit « Placial » est sur la commune de Molières, ce qui ne s’invente pas – trompeuse, du reste, pour ce qui est des dernières générations.

Il est d’autres noms propres au signifié patent. Des toponymes. « Le Chêne Amoureux », en Bretagne, près de chez mes parents. Des anthroponymes aussi.

Dans Le Jeu des perles de verre (Das Glasperlenspiel), de Hesse, qui est un des plus beaux romans de formation qui soit, sur l’art, sur le savoir, sur l’enseignement, sur le sens qu’on confère à son travail et à sa vie, bref, dans Le Jeu des perles de verre, le héros s’appelle Joseph Knecht. C’est-à-dire, Joseph Valet. Ou pas. C’est en tout cas ainsi que traduit Jacques Martin, le traducteur dans l’édition disponible en français.

L’idée d’écrire un billet sur la traduction des noms propres m’est venue de l’achat, ce midi, de la traduction française du roman de Toni Morrison, The Song of Solomon, que j’ai en anglais. La traduction française, chez 10/18, est réalisée par Jean Guiloineau. Je ne peux pas juger de l’ensemble de cette traduction, ne m’y étant pour l’instant que peu plongée et n’ayant pas sous les yeux le texte français. Néanmoins ouvrant le livre dans la librairie, je vois que l’un des personnages est appelé Macon Mort. Un autre, surnommé Laitier. Et je me rappelle que dans le texte anglais, ces personnages s’appellent Macon Dead, et Milkman (qui tient son surnom du lait de sa mère qu’il tète encore petit garçon, et qui coule sur son menton).

Ma réaction alors : chercher une note. Il n’y en a pas. Chercher un avertissement du traducteur. Il n’y en a pas non plus. Et je me rappelle avoir promis à Canan Marasligil un billet en défense des notes de bas de pages quand elle a écrit son billet contre les notes de bas de page, billet en anglais ici, relayé par Claro là.

Du reste je suis largement d’accord avec Canan lorsqu’elle écrit qu’il n’y a pas besoin de notes pour expliquer ce qu’est un mot turc : le contexte montre assez que c’est un petit pain, et du reste le lecteur n’est pas sot, il sait qu’il lit un roman turc, y trouver des mots turcs ne devrait pas trop le perturber.

En revanche, lorsque le traducteur fait le choix inverse – traduire là où il aurait pu ne pas, traduire les noms propres, j’aimerais, je souhaiterais une note, un avertissement, quelque chose, même si je sais que je viens de poser que le lecteur n’est pas sot, pour signaler qu’un choix de traduction a été fait ici : celui de traduire les noms propres qui ont un signifié en langue. Appeler en français Joseph Knecht Joseph Valet, et Macon Dead Macon Mort, c’est de fait un choix appuyé sur le fonctionnement du texte dans sa langue d’origine : ces mots ont un sens, avec lequel l’auteur joue de bien des manières possibles, en explicitant par exemple la méfiance qu’avait le père de la fiancée de Macon à la voir épouser un homme ainsi nommé.

Mais je ne peux m’empêcher de penser que débaptiser-rebaptiser Macon Dead, c’est comme si, en allemand, on m’appelait Klar Örtlich. Du moins presque. Un tel nom serait absurde en allemand, Klar n’y est pas un prénom. Et par ailleurs je ne suis pas un personnage de fiction, dont le nom a sciemment été choisi pour s’insérer dans un récit (pour nous autres personnes réelles, le nom est plutôt support du récit a posteriori mais c’est une autre histoire).

Instinctivement, et j’ai un peu de mal à le justifier, mes choix iraient vers l’absence de traduction des noms propres. Macon Dead. Joseph Knecht. Parce que le premier est un personnage noir de Caroline du Nord. Parce que le second est un personnage germanophone d’un pays imaginaire appelé Castalie et qui ressemble beaucoup, par les langues qu’on y parle, à la Suisse.

Dans le cas du Jeu des perles de verre, j’ai des arguments plus développés : les personnages de Castalie sont, donc, locuteurs d’allemand, de français, d’italien, avec des noms à l’avenant : allemands, français, italiens. Les traduire tous, si tous signifient quelque chose, suppose de ne plus avoir des noms que dans une seule langue. Le lecteur, d’accord, saura que Knecht signifie « valet ». Mais il ne sentira pas (a fortiori si l’édition ne comprend pas de notes) que la polyglossie touche jusque l’onomastique et figure quelque chose du pays imaginaire, semblable tout de même à la Suisse, qu’est Castalie.

Mais Castalie, qu’on traduise ce nom (en allemand : Kastalien) ne me gêne pas, à cause de la tradition ancienne de traduction : la fontaine de Castalie est un lieu mythologique de la littérature grecque, on le reconnaît quelle que soit la langue adoptée, et on reconnaît la référence grecque au travers de la traduction.

Dans le cas du Chant de Salomon la question est un peu différente. Pas de polyglossie dans le roman – si ce n’est dans la variété des sociolectes intégrés à l’écriture romanesque, typiques de l’écriture de Morrison, et en général sous-traduits en français – il faut dire que la traduction des marques d’oralisation, notamment, est une gageure. Mais si l’allemand n’est que peu connu du lecteur français moyen (qui n’existe pas, du reste), l’anglais en revanche l’est davantage. Surtout pour des mots comme « Dead ». « Milkman ». Surtout étant donné le travail de justification de l’imposition des noms, extrêmement détaillé dans ce roman particulièrement. Le lecteur comprendra bien ce que ça veut dire – et pas besoin de note de bas de page. Je pense ici à Quadruppani, quand il reporte à l’identique le sicilien : le texte italien de Camilleri, qui glose le sicilien pour le rendre entendible[1], est lui-même traduit en français, on s’y retrouve.

Ensuite, certes, ne pas traduire « Milkman » fait que l’on rompt la continuité – l’anglais noir américain – de Morrison.

On ne s’en sort pas.

Enfin cette rupture, cette étrangeté dans le texte français, me paraît préférable à l’aplatissement qui tend à faire des noirs de Caroline du nord des français comme les autres – et j’entends d’ici Coluche « c’est l’histoire d’un mec… un mec normal… blanc ». Garder une part d’étrangeté me semblerait bon. Les personnages sont des noirs américains. Ils parlent tel qu’une auteure noire américaine entend les noirs parler et le met en forme, en voix, dans son texte. Il ne sont rien d’autre que ça.

Et concernant les notes de bas de page : Je n’ai pas le sentiment qu’elles seraient nécessaires pour la compréhension si le traducteur mettait « Milkman », « Macon Dead », dans la mesure où le texte par ailleurs permet jusqu’au lecteur le moins anglophone qui soit de comprendre le signifié derrière le signifiant. En revanche, j’en apprécierais dans l’édition telle que je la vois – il se peut fort que la décision de n’en pas inclure soit imputable à l’éditeur, plus qu’au traducteur. Non qu’il faille alors semer le textes de notes multiples, mais j’aurais aimé une notice d’intention expliquant quels noms propres – ceux des lieux sont aussi traduits – on entend dans le texte d’origine.

Etant donnée l’importance de l’onomastique, de l’ancrage géographique, de la représentation sociologique, dans les romans de Morrison et dans celui-là en particulier, il me semble primordial que le lecteur puisse en prendre la mesure dans le texte français – fût-ce au prix d’une américanisation, d’une noir-isation, si je puis dire, du texte, qui le rende perceptible tel qu’il est : africain-américain.


[1] Ceci n’est pas un néologisme, je le pique à Castellion (1555)


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Astrée dit :

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre blog absolument passionnant. Moi-même traductrice italien/anglais > français, les problématiques de traduction que vous soulevez m’intéressent au plus haut point (en particulier celles que vous évoquez dans votre papier sur Quadruppani).

    Je tenais juste à vous remercier!

    Astrée

  2. Nathalie Mège dit :

    Il y a parfois plus créatif : trouver un nom à consonance du pays d’origine – donc anglo-saxonne dans le cas de « Milkman » -, qui possède un signifié possible en français. Autour de « lait » on pourrait avoir, par exemple… « Lecter ». Lecteur qui boit du petit lait ?

  3. Jacques Bolo dit :

    Il est simplement faux de dire qu’on ne doit pas traduite milkman par laitier. Et c’est franchement idiot de dire qu’on doit mettre une note pour indiquer qu’on le traduit (d’autant qu’il est manifeste que l’origine du surnom est bien indiquée!).

    La réalité est simplement qu’on parle très souvent anglais et qu’on pourrait comprendre (mais ce n’est évidemment pas vrai pour tout si on n’est pas spécialiste), et surtout conserver l’original pour faire couleur locale!!!

    Bref, un délire de traducteur pro snob, mâtiné de l’idéologie romantique de la langue comme identité culturelle (http://www.exergue.com/h/2006-08/tt/traductibilite01.html)

    • Claire Placial dit :

      « il est simplement faux »: c’est vous qui le dites. Je pense qu’il serait possible (et non « vrai ») de le conserver, comme vous dites, pour faire « couleur locale », ou, je préfère, pour rendre à César ce qui est à César et à Morrison ce qui est à Morrison: l’ancrage du roman dans un lieu.
      Pour le reste je crois que mêler Heidegger (cf votre lien) et le romantisme (lequel? l’historique, celui de Schleiermacher?) c’est conceptuellement glissant. La pensée de Heidegger sur la langue, que je connais très mal du reste, est récusée par bien des traducteurs pros, oserai-je dire snobs.

      • Jacques Bolo dit :

        C’est bien ce que je dis. « il est faux » de dire qu’on « ne doit pas ». Par contre, c’est « possible », mais c’est un truc pour se dire qu’il existe une différence culturelle qui, en l’occurrence, n’existe pas, PUISQUE c’est un surnom.

        De plus, si on peut conserver le terme anglais, c’est uniquement parce qu’il est simple, et qu’on suppose que tout le monde le comprend. Ce qui n’est évidemment pas le cas des non anglophones, et fait donc bien référence à une possession de la langue (et son correspondant plus ou moins mystique – « ancrage » – du romantisme).

        Je ne veux pas dire qu’il faut traduite, parce qu’un nom ne renvoie pas forcément à son sens: on ne pense pas forcément à une pierre pour le prénom Pierre, sauf pour le jeu de mot chrétien classique (au passage, je ne connaissait pas le sens de votre nom de famille).

        Mais dans cet exemple du Milkman, on peut au contraire dire qu’il faudrait traduire. L’exemple est donc mal choisi. Ce qui est souvent le cas d’une pensée confuse sur un sujet donné, alors que justement, ce qu’il faut, c’est distinguer les CAS où l’on doit traduire (c’est ça le rôle du traducteur).

  4. Merci pour ce billet hyper intéressant. Je n’arrive pas à comprendre ce choix de traduction, surtout pour un roman de Toni Morrison. Je suis tout à fait d’accord qu’il n’y a aucun mal (c’est même nécessaire) de rester fidèle à la voix, à l’âme du texte en gardant les noms originaux. Pour moi, Macon Mort ne peut pas être un African-American from North Carolina, ça n’a aucun sens… Ce besoin de tout traduire, à tout prix, me fait même parfois peur, j’avoue.
    J’ai moi-même fait cette erreur, lorsque j’ai commencé à traduire le roman « Ali et Ramazan » de Perihan Mağden pour la première fois il y a un peu plus de deux ans, j’avais traduit le prénom Ramazan, en Ramadan, car c’est ainsi que le mois de Ramadan (Ramazan en turc) est traduit en français. Mais je n’avais pas assez réfléchi, j’avais agi trop rapidement, car c’est à l’identité de ce garçon que je touchais, à Ramazan. C’est inutile car dans la « vraie vie », on ne traduit pas les noms. Si Ramazan décide de s’installer en France, il restera Ramazan. Tout comme je suis Canan Marasligil et non Chérie/Amour de (la ville de) Maraş. Seules les lettres turques ont disparues de mes papiers belges : Maraşlıgil est devenu Marasligil, mais le c de Canan est resté, même si en turc, ça se prononce « Dj » (Djanan). Et ces identités m’appartienent, ce Marasligil sans les lettres turques, c’est mon identité belge aussi, le C dont j’explique chaque jour la prononciation est mon identité turque. Si un jour, je deviens un personnage de fiction, j’aimerais qu’on garde Canan Marasligil dans toutes les langues… Sauf en turc ou toujours, je redeviens Maraşlıgil 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *