“Passque là dedans, pirsonne est un salaud” – Quadruppani traducteur de Camilleri, et la déconstruction de l’idéologie du “bon français”

 

Serge Quadruppani, dont je connais le travail uniquement par les traductions qu’il a faites des romans d’Andrea Camilleri, est un traducteur extrêmement intéressant, de ceux qui contribuent à faire bouger les lignes de la traduction – et de là, celles de la langue française, précisément parce qu’il récuse l’impératif de traduire « en bon français ».

Le français Quadruppano-Camillerien en deux lignes (résumant ce que Quadruppani explique, entre autres, ici) :

– Camilleri écrit dans un italien sicilianisé, à plusieurs niveaux : sicilien « pur », italien standard, et tout un entre-deux qui va de l’utilisation de mots extrêmement communs dans tout le sud de l’Italie (taliare plutôt que guardare : regarder ; minchia plutôt que cazzo : bite) à une incorporation dans le récit même, et non seulement dans les dialogues, de déformations phonétiques si bien qu’est écrit le sicilien – littérairement reconstitué ) qu’on peut entendre  à Agrigente : pirsona plutôt que persona, les e tendent au i, les b au v, etc.

– Quadruppani essaye de reproduire cette richesse, cette polyphonie du texte, sans adapter le texte italien dans un folklore local français (pas de transposition provençale, par exemple). Donc, il fait ce que le texte fait : notamment, quand Camilleri déforme, il déforme. Il met pirsonne pour pirsona là où il met personne pour persona.

Si bien qu’à mes yeux, ou plutôt, à mes oreilles, il réussit ce prodige de faire entendre le sicilien en français.

J’ai souvenir de Quadruppani intervenant en conférence plénière lors d’un colloque à Cefalù[1], et notant qu’il avait eu la chance de publier chez un éditeur grand public (Pocket, en l’occurrence) qui ne lui a pas imposé de normaliser la langue française de ses traductions. Que sont en revanche adressées à lui et à son éditeur des lettres de protestation de lecteurs mécontents de la langue qui s’y écrit.

J’avais depuis longtemps dans l’idée d’écrire un billet sur Quadruppani, sans passer à l’action. Ce qui m’a décidée cette fois, c’est la recherche d’articles en français sur Camilleri à faire lire à mes étudiants, qui m’a fait tomber, sur internet, sur des blogs et forums abordant, du point de vue des lecteurs, la langue de Camilleri traduit en français par Quadruppani. Et avant cela, l’opinion de mon frère, épisodique lecteur de romans policiers, que les néologismes, mots déformés, incorrections, gênaient dans sa lecture. Mon frère est en cela rejoint par un certain nombre d’internautes – ce qui donne des envies éphémères d’entreprises de gonzo-sociologie de la lecture, mais c’est une autre histoire.

Ainsi l’avis de Manu, blogueur/se qui tient un blog de lecture très actif (cinq livres chroniqués en août 2013[2]), et qui éprouve à la lecture du Tour de la bouée les sensations suivantes :

Pour le négatif, et c’est ce qui a définitivement gâché ma lecture et m’a empêché d’apprécier le roman à sa juste mesure, c’est le langage utilisé par l’auteur et que le traducteur a essayé de restituer en français sans en trahir le style. Il l’explique d’ailleurs en introduction. Ca donne un style auquel il est difficile de s’habituer et qui alourdit la lecture, que ce soit au niveau des tournures de phrases, des mots transformés (vras à la place de bras, vouche pour bouche, … ) ou des mots ou phrases en sicilien. Il faut en effet savoir que Camilleri a inventé sa propre langue dans ses romans, qu’il emploie ses propres mots, utilise le sicilien, … pour le plus grand plaisir de ses lecteurs italiens. Cela a du être une grande difficulté pour le traducteur français. Mais je ne sais pas s’il a choisi la bonne option. En tout cas, personnellement, je ne poursuivrai pas l’exploration de l’œuvre de cet écrivain malgré la qualité de ses intrigues. Pourtant le contexte politique et la découverte du fonctionnement en Sicile était intéressant. Dommage !

Voilà une personne que la particularité du langage de Camilleri, tel qu’il est traduit par Quadruppani, gêne dans sa lecture. Ce qui est singulier, c’est que l’auteur-e de la chronique suppose que la langue de Camilleri fait « le plus grand plaisir de ses lecteurs italiens », alors qu’en français cela « alourdit la lecture », et j’écris « cela » délibérément et non « la traduction » parce que la traduction n’est pas mise en cause ici. C’est bien « le langage utilisé par l’auteur » qui a empêché la progression dans la lecture. L’italien aurait des possibilités, les italiens des capacités, que le français et les français n’auraient pas ? Si ce n’est vrai en soi – je ne crois pas au génie des langues – c’est sans doute vrai pragmatiquement, en terme d’habitudes de lecture, formées par, en sous-main, une idéologie de la langue. Il n’y a de bon français que grammaticalement correct. Ce n’est pas ce que dit l’auteur-e du billet, ce n’est pas ce que dit mon frère non plus, néanmoins, tous deux sont gênés dans leur lecture par une langue grammaticalement incorrecte au vu des principes académiques.

Il existe bien-sûr des contrexemples. Ainsi, dans un forum – la question initiale est de trouver des romans policiers sardes – une lectrice en vient à commenter sa découverte de Camilleri :

Ca n’est pas le dernier écrit mais je crois qu’il a été traduit l’an dernier ou du moins édité et imprimé en Français en 2009.
J’en ai lu plusieurs aussi. “la forme ,de l’eau” “le chien de porcelaine” “la concession du téléphone” et un autre qui était constitué de nouvelles avec des conclusions très inattendues pour les non italianisants.
J’aime beaucoup le rendu de la traduction – tout un art!

Sur la Sardaigne je ne sais pas, mais je peux poser la question. Je connais un bibliothécaire d’origine Sarde il faut juste que j’y pense quand je le verrai.
Est-ce que tu peux me dire qui tu as lu, ça m’intéresse.

Je me souviens d’avoir lu une traduction de Camilleri qui ne m’avait pas accrochée du tout.
Le rôle de la traduction est très important. Preque une seconde oeuvre.

Cette lectrice a apprécié différemment les traductions des œuvres de Camilleri, l’une d’entre elles « ne l’a pas accrochée », et il est intéressant de noter qu’elle estime que c’est la traduction qui ne l’a pas accrochée, non le livre. Elle ne précise pas le titre de l’œuvre en question, ni le nom du traducteur ou de la traductrice, mais de fait Camilleri a, à ma connaissance, au moins deux traducteurs en français, et peut-être est-ce une traduction qui n’était pas de Quadruppani que cette lectrice n’a pas appréciée.

Du reste les lecteurs de Camilleri qui s’expriment sur la toile sont, dans l’ensemble, très sensibles à la médiation de la traduction. On lit ici cet éloge : « Bel exemple de conscience professionnelle du traducteur. S. Quadruppani »

Les avis des lecteurs sur Amazon (qui, honteusement, ne précise pas dans la fiche du livre l’identité du traducteur) louent également assez fréquemment la traduction. Ainsi lit-on, à propos de La forme de l’eau :

« Pour qui aime la Sicile, son ambiance, les polars, donc le Commissaire MONTALBANO est d’une lecture agréable et passionnante très bien traduit car écrit à l’origine en italien mais avec des expressions siciliennes, celles qui donnent un ton particulier à ces romans, il fallait par conséquent un traducteur connaissant bien les deux, c’est le cas »

À propos du Tour de la bouée

Je n’ai pas tout à fait terminé la lecture de ce “polar” succulent par son récit et la traduction qui en est faite du “patois” sicilien!

et de L’Excursion à Tindari

Des personnages très attachants, une intrigue très bien ficelée. L’écriture de Camilleri est tout simplement jouissive et bravo au travail du traducteur. Après quelques heures passées avec Montalbano et son équipe, on a une seule envie : acheter toute la collection

Et

Moi qui suis une inconditionnelle de Maigret, voilà un commissaire sicilien tout ce qu’il y a de séduisant .
Mille bravo pour la traduction , éminemment réussie . Un vrai régal .

Quelques considérations conclusives à l’emporte pièce.

D’abord, les utilisateurs d’Amazon sont plus intelligents qu’Amazon (dont la politique à ce sujet varie de page en page il est vrai) : ils ont, eux, compris qu’il y a un traducteur qui est pour beaucoup dans le texte qu’ils ont lu. En effet Amazon omet de préciser l’identité du traducteur sur les pages de ces romans, ce qui est éthiquement condamnable. Le texte français vendu sur le site n’est pas entièrement de Camilleri, il n’existerait pas sans la médiation de Quadruppani (j’espère, du coup, ne pas me tromper en lui attribuant l’auctorialité de ces trois traductions).

Ensuite, les lecteurs sont, tout court, moins cons qu’on ne s’imagine lorsqu’on affirme que la traduction doit se faire dans un « bon français », pour respecter le génie de la langue (position à la Ernest Renan, typique du XIXème siècle, encore répandue par exemple en cours de version latine), et pour ne pas perturber le lecteur (le pauvre) (position dont je trouve des occurrences extrêmement fréquentes dans les péritextes des traductions de la Bible, que pour le coup je connais mieux que les péritextes des traductions de littérature populaire, aussi parce qu’il est rare que la littérature populaire entoure ses traductions de péritextes – là aussi il faut reconnaître aux éditions Pocket un certain anticonformisme, puisqu’elles ont permis à Quadruppani d’accompagner ses traductions d’un Avertissement du traducteur, parfois d’une longueur non négligeable : quatre pages pour Le Tour de la bouée, dont pas une n’est consacrée, comme souvent dans de tels avertissement, à l’explicitation des realia siciliens, mais qui expose le fonctionnement de la traduction avec clarté).

Il ne faut pas prendre les lecteurs pour des imbéciles. Certes pour qui a grandi dans l’idée qu’il faut écrire un bon français, et qu’un livre en mauvais français est un mauvais libre, la langue de Camilleri traduite par Quadruppani peut surprendre. Extrait (Le tour de la bouée, Pocket, p. 15-16, première intervention du personnage de Catarella, particulièrement remarquable d’un point de vue de l’idiotisme) :

– Ah, dottori dottori ! dit Catarella en le voyant entrer. Des dégueulasseries, ils nous ont écrit cette nuit !

Montalbano ne comprit pas tout de suite :

– Qui nous a écrit ?

– Je ne suis pas à connaissance de qui fut qui nous a écrit pirsonnellement di pirsonne.

Mais merde, qu’est-ce qu’il voulait dire, Catarella ?

– C’était une lettre anonyme ?

– Oh que non, dottori, elle était pas gnonme, dottori, murale, elle était. C’est justement à cause de cette muralité que Fazio, ce matin dès de bonne heure, il m’envoya appeler les peintres pour les affacer.

(…)

– Passque là dedans, pirsonne est un salaud ou un asasin, à commincer par vosseigneurie, dottori, et à finir par moi que je suis la darnière roue du carrosse.

Mais le fait est que Camilleri écrit un italien bariolé. Le traduire par un français correct, normalisé, fût-ce par une transposition dans un patois régional quelconque, serait ne pas traduire Camilleri, c’est-à-dire, ne garder du roman policier que l’intrigue, qui est loin d’être l’intérêt principal de la série des Montalbano, et perdre la défense et illustration de la Sicile dont ces livres sont le vecteur.

Et où est l’intérêt de faire « comme si la traduction avait été rédigée directement en français » ? Déjà, c’est faux. La nature de la traduction est d’être une lecture-écriture produit par un sujet, le traducteur, qui allie à sa connaissance de la langue, de la culture source un stock linguistique artisanal dans la langue source, et qui va faire en sorte, s’il est consciencieux, et si son éditeur veut bien, de faire dans la langue cible ce que le texte source fait dans la langue source (concrètement, pour arrêter de jargonner : s’il néologise, il néologise. S’il déforme, il déforme. Etc.)

Penser que le lecteur ne s’y retrouverait pas à moins d’une traduction en « bon français », en « français correct », est faire insulte à l’intelligence des lecteurs, qui, si j’en crois du moins les critiques postées sur les pages Amazon, louent la saveur sicilienne du texte.

Le lecteur n’est pas intrinsèquement perturbé par une traduction en « mauvais français ». Il est perturbé s’il n’a que l’habitude de lire en « bon français », et si on lui a appris que le « mauvais français » est mauvais, quoi qu’il arrive. S’il a intériorisé le lien entre langage et morale, et le dégoût de la faute linguistique.

Les lecteurs français pourront bien s’habituer à ce qu’on traduise comme les auteurs ont écrit : patoisant, néologisant, avec des ruptures de constructions, avec des répétitions, avec des longueurs.

De fait je ne sache pas que les lecteurs boudent les traductions de Camilleri par Quadruppani, ou, dans un autre genre, celles de Dostoievski par Markowicz. Les lecteurs sont moins bêtes que les présupposés.

Et de ce fait je crois que des traducteurs comme Serge Quadruppani jouent un rôle immense dans la conception que l’on se fait de la langue. La traduction, en cherchant à faire en français ce que le texte étranger fait dans sa langue peut-être moins rigidement codifiée que le français par quatre siècles d’Académie, permet de faire bouger la langue française. (Nous avons sur ce point été devancés de deux siècles par les Allemands, qui s’ils est vrai disposaient d’une langue plus jeune et encore un peu dans la matrice : pour Voss, pour Hölderlin, traduire c’est constituer la langue allemande au contact de la grecque, non conserver la langue allemande.). Quadruppani et consorts contribuent à déconstruire l’idéologie de la langue correcte. C’est-à-dire, à montrer que le français n’a pas pour propriété la clarté et la correction en soi, que l’idéologie du génie de la langue est une idéologie, est construite.

Les lecteurs le voient bien.


[1] Anecdote autobiographique gratuite et expérience culinaro-linguistique. Je lis Camilleri en italien. Je comprends l’ensemble, mais il arrive que des termes précis m’échappent. Ainsi, les triglie, dont se délecte le commissaire Montalbano. J’ai donc commandé au restaurant des triglie. Ce sont des rougets, qui en l’occurrence étaient grillés, et parsemés d’anis. Rarement j’aurai aussi bien mangé qu’en Sicile.

[2] Toute mon admiration à l’auteur-e pour sa constance dans la lecture et dans la chronique !


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Carole Bdn dit :

    Superbe publication, qui rejoint des trucs dont j’avais discuté avec des étudiants à propos de ce péritexte du Tour de la bouée. Ca rend un peu curieux de savoir ce que tu entends par “italien bariolé”, du coup. Et très désireux d’assister à tes cours! <3

  2. Alexia dit :

    “un livre en mauvais français est un mauvais libre” C’est fait exprès ? Ça m’a fait sourire. En fait ça m’a fait penser à mon grand-père, Père-Grand, qui parlait un mélange de français et de provençal, et un peu d’anglais et de yiddish prononcés à la française. Il inventait souvent des expressions, et il y en a une que j’aime beaucoup, je ne sais pas si elle est de lui ou provençale : “tu es superbe libre”.

    • Claire Placial dit :

      ah oui, c’est un superbe lapsus absolument pas volontaire mais que je garde! Les lecteurs, qui ne sont pas cons, donc, auront rectifié. Merci de ton passage, et merci pour l’expression du grand-père. Les ancêtres et les langues, encore toute une histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.