Soeur Fidelma cite la Bible – sur la traduction des citations bibliques dans un roman policier

Lectures de vacances, je m’immerge, retour d’Irlande oblige, dans le stock de romans policiers de mon père, et dans les aventures de sœur Fidelma, série policière de Peter Tremayne.

Fidelma vit en 666, dans les dernières enquêtes que j’ai lues. Elle appartient au clergé celtique, à une époque où même le clergé romain autorisait encore les mariages des prêtres. C’est une juriste érudite : elle est dalaigh de « droit brehon », et instruit les enquêtes. Charge non incompatible avec le statut de religieuse. Et, comme il se doit, Fidelma connaît également excellemment les écritures, qu’elle cite en latin ou … en anglais dans le texte de Tremayne, expédient nécessité par la rédaction d’un ouvrage dont l’action se passe si loin dans le temps. Mais Fidelma parle irlandais, naturellement.

Je me suis posé la question de savoir quelle Bible cite Fidelma (ou son auteur – ou les traducteurs) en lisant Le pèlerinage de sœur Fidelma, dans lequel l’héroïne est à plusieurs reprises engagée dans des joutes verbales théologiques avec un désagréable quoi que fort savant frère Tola, partisan de l’exclusion des femmes des hautes fonctions religieuses, et du célibat des religieux.

Le frère Tola, dans la traduction française d’Hélène Prouteau, cite la Bible ainsi :

 

A présent, fils, écoutez-moi,

    prêtez attention aux paroles de ma bouche :

Que ton cœur ne dévie pas vers ses chemins,

    ne t’égare pas dans ses sentiers,

car nombreux sont ceux qu’elle a frappés à mort

    et les plus robustes furent tous ses victimes

Sa demeure est le chemin du shéol,

    la pente vers le parvis des morts.

J’ai reproduit la disposition du texte : dans le livre, il est en italiques, les versets disposés chacun sur deux lignes, sans indication du numéro de verset. Le lecteur, par cette spécificité formelle, identifie immédiatement le passage comme distinct du reste du texte : à vue d’œil, c’est une citation, ou alors un poème, une chanson insérée. Mais la citation est prestement explicitée, et Tremayne glisse alors une indication quant à l’érudition de Fidelma, puisque c’est elle dans la reprise du discours direct qui énonce l’origine de la citation, non précisée par le pédant frère Tola :

« Décidément, le Proverbe 7 vous tient très à cœur, susurra Fidelma. Vous le mettez souvent à contribution ? »

Quel texte cite Fidelma en français ? – Ou plutôt, que fait la traductrice devant une citation de la Bible ? Ce que je vais écrire maintenant est extrêmement spéculatif, puisque je n’ai pas sous les yeux le texte anglais de Peter Tremayne.

Ce qui semble certain, c’est qu’Hélène Prouteau n’a pas traduit le texte anglais de la Bible qu’elle a trouvé dans l’ouvrage en anglais de Peter Tremayne. Manifestement, du moins pour les citations longues, elle a recouru à la citation de la Bible de Jérusalem : une recherche par mot nous fait tomber sur le texte numérisé de cette traduction. Et là, je dois avouer que j’ai été un peu vite : si aucune note ne précise en bas de page l’origine de la traduction française de la Bible, une note de la traductrice, précédant à la p. 8 la « note historique » introductive, précise que « Les citations bibliques sont celles de la Bible de Jérusalem (éditions du Cerf, 1998) ».

Une modification cependant a été apportée, du moins si j’en crois la mise en page de la Bible de Jérusalem telle qu’on la voit dans Google Books : les versets dans Le pèlerinage de sœur Fidelma sont disposés sur deux lignes, dans ce passage, ainsi que dans tous les autres nombreux passages où interviennent de longues citations bibliques. (Du reste une NdT vient préciser l’identification de la citation quand le texte ne le permet pas). Il est possible que la traductrice ait ainsi reproduit la disposition dans le texte anglais, ce qui semble adéquat afin de permettre au lecteur d’identifier la forme du texte de manière identique à ce qui se présente dans l’original.

Un effet de traduction cependant à propos de ce passage des Proverbes : je suis prête à parier que le texte anglais ne suppose pas de lire « le Proverbe 7 », mais « Proverbes, 7 », façon de citer le texte biblique – on dirait plus volontiers « le septième proverbe » ou « le chapitre 7 des proverbes », abrégé en Pro., 7.

Reste le mystère : quel texte est utilisé en anglais ? Par la force des choses, en 666, il n’existait pas de traduction anglaise de la Bible, Tremayne ne peut pas choisir de se fonder sur un texte anglais qui aurait existé à l’époque où se déroule l’action. La traductrice n’ayant pas traduit l’anglais qu’elle trouve dans le texte, mais choisi d’utiliser une traduction existante, il n’est pas possible de déterminer d’après l’anglais quelle est la version utilisée, si tant est que Tremayne ait cité une traduction préexistante, et n’ait pas réécrit les passages qui l’intéressaient. Mais Fidelma parlant couramment le latin, et citant les poètes latins, en latin, de mémoire, il est vraisemblable que, si elle existait réellement, c’est le latin de Jérôme qu’elle ait cité. Apparemment, la première traduction en irlandais (en gaélique) de la Bible, ou plutôt du Nouveau Testament, est contemporaine des premières traductions en allemand et en français : elle est entreprise au milieu du XVIème siècle. Fidelma, si elle avait existé, n’aurait pas cité la Bible en gaélique, à moins de traduire elle-même les citations souhaitées.

Ce qui repose la question de départ : cela ne nous dit pas ce qu’a fait Tremayne pour la citation de la Bible.

Du reste cela pose la question de la vraisemblance linguistique, et, au delà, de la vraisemblance philologique, dans les fictions historiques. Fidelma aurait parlé le gaélique de l’an 666 de même que les héros de la série Rome auraient parlé le latin populaire.

Or ils s’expriment en anglais contemporain, pour les spectateurs et lecteurs de notre temps. (Et dans la série Rome, il n’est pas anodin de constater que le jeune homme qui deviendra Auguste parle avec le meilleur accent d’Oxbridge, là où le légionnaire Pullo a quant à lui un accent britannique populaire). Convention de la fiction, acceptée sans autre forme de procès. Je parle de vraisemblance philologique, parce que la question de la citation savante se pose de façon particulière. L’exactitude philologique vis-à-vis de la période représentée dans la fiction (dans le cas de Fidelma, la citation en latin ; du reste Jérôme traducteur de la Bible est plusieurs fois évoqué – et critiqué – par l’héroïne).

Utiliser une traduction contemporaine – la Bible de Jérusalem est dans le domaine français sans doute la plus utilisée par les traducteurs, et la plus consensuelle – est certes un anachronisme au vu de l’époque représentée dans la fiction. Mais cela permet la continuité linguistique : les personnages, dans la traduction, s’expriment en français contemporain ; la traduction de la Bible qu’ils citent est, elle aussi, en français contemporain. Qui plus est, citer une version présente dans un bon nombre de foyers français permet d’assurer l’effet citationnel. Le texte peut être attesté par le recours à la consultation de la Bible. Il ne s’agit pas d’une paraphrase, mais d’une citation.

Qu’importe alors l’anachronisme : la cohérence avec le contexte narratif est sans doute primordiale.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maïeul dit :

    – la Bible de Jérusalem est dans le domaine français sans doute la plus utilisée par les traducteurs, et la plus consensuelle –

    Pas sur qu’elle soit la plus consensuelle. Je pense que la TOB peut autant revendiquer le titre. La BJ a comme avantage (et comme inconvénient) de rester une bible catholique romaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.