Esprit, es-tu là ? Notes sur la traduction du syntagme « Geist der Sprache »

J’ai sous-titré les Langues de feu « Les traducteurs et l’esprit des langues ». J’ai trouvé la formule très rapidement, quand j’ai rempli les formulaires d’hypothèses pour la demande d’ouverture du carnet. Je ne savais pas trop où je me dirigeais alors, la thèse était à peine soutenue, et elle portait sur une étude de cas plus restreinte que cette bien flottante notion d’esprit des langues. En fait, utiliser ce syntagme me permettait deux choses :

– de parler, sous un terme sonnant bien, de la façon dont les traducteurs appréhendent la diversité des langues, en évitant le terme « génie des langues », un peu idéologiquement chargé à mon goût

– de garder une sorte d’arrière-plan biblico-hégélien. Toute athée que je suis, celui que je préfère dans la trinité, c’est l’Esprit ; j’aime infiniment cette image du deuxième verset de la Genèse, qui fait, dans la traduction de Segond : « il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux », bref, l’esprit, qui donne forme à l’informe, dont procède la parole – le Verbe, et le mouvement, l’esprit est une notion qui me fascine. L’esprit des langues, donc.

Esprit ou génie des langues?

Je retourne à cette notion non problématisée a priori à l’ouverture du carnet, pour essayer de lui donner une cohérence, et voir dans quelle mesure elle est partagée par des théoriciens (il semble que ce ne soit pas vraiment le cas).

En revanche existe en allemand le syntagme Geist der Sprachen, depuis au moins Humboldt, qui dans l’introduction à l’Agamemnon d’Eschyle (1816) parle du Geist des nations et des langues grecques et allemandes[1].

Comment traduire en français Geist der Sprachen ?

Ici, conflit entre, non pas tant deux sens du mot que deux traditions de traduction.

D’un côté, la tradition, pour abréger, biblico-messianico-hégélienne : Geist => « esprit ». C’est par Geist et « esprit » que sont traduits, en général, le mot hébreu [ruah], le latin spiritus, le grec [pneuma].

D’un autre côté, la tradition issue de la terminologie grammairienne française : depuis le milieu du xviie siècle[2], la notion couramment employée pour désigner le caractère spécifique d’une langue, et du groupe dont elle émane, c’est le « génie », notion à la fois esthétique (le génie, c’est l’ingenium, la puissance d’invention) et idéologique, puisqu’elle aboutit à une essentialisation des caractéristiques de la langue, sensément au diapason des caractéristiques du peuple, de la nation dont elle est l’idiome[3]. Du reste, il n’est pas impossible que le syntagme allemand ait été forgé sur le français « génie des langues ».

Comment donc traduire Geist der Sprachen ? En s’attachant au sens premier de Geist, plus ou moins synonyme d’esprit, de spiritus ? Ou en recourant à la notion de « génie des langues », lexicalisée en français à l’instar de Geist der Sprachen, quand bien même Geist équivaut très imparfaitement à « génie » ?

Un rapide survol des solutions adoptées semble indiquer que les traductions de ce syntagme reflètent l’oscillation, dans la terminologie française, entre une conception hégémonique du « génie des langues » et une notion plus plastique d’esprit des langues, assortie d’un littéralisme renouvelé par les conceptions « sourcières » de la traduction.

Trois exemples concrets.

* Le premier trouvé dans le texte de Stefan Zweig que je citais dans mon dernier billet. Dans la traduction française, récente, de Serge Niémetz, on lit :

Suivant le conseil de Dehmel, à qui j’en suis encore reconnaissant aujourd’hui, j’employai mon temps à des traductions de langues étrangères, ce que je tiens encore pour le meilleur moyen dont peut disposer un jeune poète pour saisir le génie de sa propre langue de façon plus profonde et plus créatrice.[4]

Ce « génie de la langue française » – j’en aurais mis ma main à couper en lisant la traduction française avant l’allemand – traduit Geist der eigenen Sprache[5]. Il ne faut pas voir là une intention spécifique de la part du traducteur, qui somme toute opte pour l’expression lexicalisée en français. Néanmoins, alors que la traduction de Geist par « esprit » est canonique pour traduire Hegel, le traducteur n’opte pas pour cette solution ici, qui aurait été possible – d’autant que la notion de « génie des langues » désigne à mon sens une poétique de la traduction qui n’est pas celle de Zweig.

* Deuxième exemple, et recul dans le temps. Cherchant à examiner les ouvrages conservés à la BnF et comportant Geist der Sprache ou der Sprachen dans leur titre, je consulte un ouvrage intitulé Die Metaphern. Studien über den Geist der modernen Sprachen, publié en 1878 par Friedrich Brinkmann. L’exemplaire conservé à la BnF porte, vis-à-vis de la page de titre, une inscription manuscrite, sans doute réalisée au moment de l’acquisition de l’ouvrage, et qui en traduit le titre. On lit alors :

« Les métaphores. Etudes sur l’esprit génie des langues modernes »

Manifestement, la première traduction, littérale, a été corrigée, après remords immédiat du traducteur ou par un correcteur autre, afin de coller davantage à l’expression consacrée de « génie des langues ». Cela procède à mon sens précisément de la conception qu’ont beaucoup de traducteurs français, particulièrement de l’époque de la publication dudit ouvrage, de la nécessité de respecter le « génie de la langue française », quitte à adapter légèrement le concept à une réalité culturelle qui est française, mais qui n’est pas allemande.

* Troisième exemple : un contrexemple. Denis Thouard, dans sa traduction des écrits sur le langage de Humbold, traduit systématiquement Geist par « esprit ». Dans le contexte des textes de Humboldt, cela me semble adéquat, pour deux raisons :

– à cause de la conception de Humboldt des possibilités des traductions, et du rôle de ferment qu’a pour lui la pratique de la traduction sur le développement de la langue cible. Traduire « Geist » par « génie », c’est ramener le dissemblable au semblable, c’est transformer un concept allemand en un concept français, alors que précisément la théorie humboldtienne de la traduction n’est pas celle du génie de la langue, dans la mesure où la langue cible – l’allemand dans le cas de la traduction d’Eschyle n’est pas perçu comme intangible, fixé dans ses normes et ses usages. Le rôle de la traduction est de faire bouger les lignes de la langue cible, de développer en elle les possibilités qui sont latentes. En revanche, dans l’histoire de la traduction française, faire appel au génie, c’est en général fonder sur le constat de l’hétérogénéité des langues (dans leur aspect syntaxique notamment) et des cultures la nécessité d’adapter, dans ce qu’Antoine Berman appelle la traduction ethnocentrique.

– autre raison de traduire Geist par « esprit ». Humboldt, dans l’introduction à l’Agamemnon, revendique pour lui-même la plus grande littéralité possible. Raison de plus pour traduire ses textes selon les principes mêmes qu’il expose dans le texte allemand.

Pour finir, un extrait de cette « Introduction à l’Agamemnon », dans l’excellente traduction de Denis Thouard. Ce texte de 1816 n’a rien perdu de son actualité.

À chaque reprise de mon travail je me suis efforcé de m’éloigner toujours plus de ce qui n’était pas immédiatement dans le texte. L’incapacité d’atteindre les beautés particulières de l’original conduit trop facilement à lui prêter des atours qui lui sont étrangers, d’où il se produit dans l’ensemble une couleur décalée et un ton différent. J’ai cherché à me garder des barbarismes et des obscurités, mais à ce dernier égard, il ne faut pas avoir des exigences injustes, contrariant des qualités plus grandes. Une traduction ne peut ni ne doit être un commentaire. Elle ne doit contenir aucune obscurité qui proviendrait d’un emploi bancal des mots ou d’accords louches ; mais là où l’original ne fait que suggérer, au lieu d’énoncer clairement, là où il se permet des métaphores dont le rapport est difficile à saisir, là où il saute des idées intermédiaires, le traducteur aurait tort d’introduire de lui-même une clarté altérant le caractère du texte.

(Wilhelm von Humboldt, “Introduction à l’Agamemnon“, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, présentés, traduits et commentés par Denis Thouard, Paris, Le Seuil, 2000, ici p. 41)

Bei jeder neuen Bearbeitung habe ich gestrebt immer mehr von dem zu entfernen, was nicht gleich schlicht im Texte stand. Das Unvermögen, die eigenthümlichen Schönheiten des Originals zu erreichen, führt gar zu leicht dahin ihm fremden Schmuck zu leihen, woraus im Ganzen eine abweichnde Farbe, und ein verschiedener Ton entsteht. Vor Undeutschheit und Dunkelheit habe ich mich zu hüten gesucht, allein in dieser letzteren Rücksicht muss man keine ungerechte, und höhere Vorzüge verhindernde Forderungen machen. Eine Übersetzung kann und soll kein Commentar seyn. Si darf keine Dunkelheit enthalten, die aus schankendem Wortgebrauch, schielender Fügung entsteht ; aber wo das Original nur andeutet, statt klar auszusprechen, wo es sich Metaphern erlaubt, deren Beziehung schwer zu fassen ist, wo es Mitteliedeen auslässt, da würde der Übersetzer unrecht thun aus sich selbst willkürlich eine der Charaktere des Textes verstellende Klarheit hineinzubringen.



[1] Voir Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, présentés, traduits et commentés par Denis Thouard, Paris, Le Seuil, 2000.

[2] Lors du colloque « Génie national et traductions en français aux siècles classiques (1610-1815) », l’émergence de la notion de « génie national » et son importance variée selon l’époque et les textes, dans la traduction en langue française, a fait l’objet d’un travail collectif important. Les actes du colloque, édités par Yen-Mai Tran-Gervat, sont à paraître aux Presses de la Sorbonne Nouvelle.

[3] Henri Meschonnic a critiqué virulemment l’idée de « génie de la langue française », qui, s’il a eu son heure de gloire au xixe siècle, connaît toujours des prolongements, particulièrement sensibles dans les exercices universitaires de version, souvent perçus comme des exercices de français avant tout, où on ne saurait heurter le « génie de la langue » en déviant des usages établis. Voir H. Meschonnic, De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Paris, Hachette Littératures, 1997.

[4] Stefan Zweig, Le monde d’hier, traduit de l’allemand par Serge Niémetz, Paris, Le Livre de poche, 2010, p. 146.

[5] « dem Rate Dehmel, dem ich noch jetzt dafür dankbar bin, entsprechend, nützte ich meine Zeit, um aus fremden Sprachen zu übersetzen, was ich noch heute für die beste Möglichkeit für einen jungen Dichter halte, den Geist der eigenen Sprache tiefer und schöpferischer zu begreifen »


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 6 janvier 2013

    […] J’ai sous-titré les Langues de feu « Les traducteurs et l’esprit des langues ». J’ai trouvé la formule très rapidement, quand j’ai rempli les formulaires d’hypothèses pour la demande d’ouverture du carnet. Je ne savais pas trop où je me dirigeais alors, la thèse était à peine soutenue, et elle portait sur une étude de cas plus restreinte que cette bien flottante notion d’esprit des langues. En fait, utiliser ce syntagme me permettait deux choses :- de parler, sous un terme sonnant bien, de la façon dont les traducteurs appréhendent la diversité des langues, en évitant le terme « génie des langues », un peu idéologiquement chargé à mon goût- de garder une sorte d’arrière-plan biblico-hégélien. Toute athée que je suis, celui que je préfère dans la trinité, c’est l’Esprit ; j’aime infiniment cette image du deuxième verset de la Genèse, qui fait, dans la traduction de Segond : « il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux », bref, l’esprit, qui donne forme à l’informe, dont procède la parole – le Verbe, et le mouvement, l’esprit est une notion qui me fascine. L’esprit des langues, donc….  […]

  2. 6 janvier 2013

    […] on languesdefeu.hypotheses.org Share this:Like this:LikeBe the first to like this. This entry was posted in NewsPage. Bookmark […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.