Sur la traduction d’un texte de Gramsci


J’ai traduit hier un texte de Gramsci intitulé “Qu’est-ce que l’homme?”, publié sur le Festin de Babel. Traduisant il m’est venu de réfléchir sur la façon dont je procédais, spécifique en partie à l’écriture gramscienne. Ce billet vient mettre en forme ces réflexions.

* Que traduire est une écoute du style

À vrai dire, les idées de Gramsci alors que je traduisais me sont passées un peu au dessus de la tête. Je ne peux pas dire avoir traduit le texte en essayant de me pénétrer primordialement de son sens. Pour tout dire, voilà comment j’ai décidé de traduire ce texte. C’était le premier anniversaire du Festin de Babel ; le premier texte que j’y ai publié était le poème « Interrogations » (Fragen) de Heine. L’instance lyrique s’y demande : « Dites moi, que signifie l’homme ? ». J’ai voulu un an plus tard traduire un texte italien ; j’avais un bon souvenir de la traduction d’un texte de Gramsci ; j’ai donc cherché dans le vaste corpus gramscien numérisé un texte qui me plaise ; et constaté a posteriori que le texte que j’avais traduit, intitulé « Qu’est-ce que l’homme ? » faisait un écho opportun au poème de Heine. Je ne connaissais pas le texte avant de le traduire, je l’ai trouvé en ligne, il m’a plu pour l’énergie des premières lignes, et je me suis engagée dans la traduction sans même avoir intégralement lu les deux pages concernées.

Ce n’était donc pas un intérêt pour la pensée de Gramsci qui a motivé primordialement ma traduction, même si je n’aurais pas traduit le texte si le propos m’avais répugné.

Ce qui a retenu mon attention, c’est avant tout le style – la notion est vaste. Le style, c’est-à-dire ici, la redondance extrême qui pour moi contribue à la force du texte, et qui du reste est sans doute à l’image du développement du propos de l’auteur.

Les redondances à l’échelle de ces deux pages de texte italien concernent à la fois les notions centrales et certaines formes syntaxiques.

Dans le premier cas, par exemple, notons le syntagme singolo uomo qui revient à de multiples reprises, et est proche – mais distinct – du terme individuo. Traduisant individuo par « individu » il m’importait de ne pas traduire « singolo uomo » par individu, qui m’aurait bien arrangée, puisque singolo en italien n’a pas je crois la nuance de « étrange, remarquable » que peut avoir « singulier » en français, que j’ai pourtant choisi, par littéralisme en un sens, par refus de varier lorsqu’il existe en français un terme très proche étymologiquement de l’italien. C’est pourtant un point qui ne me satisfait guère dans la traduction : je trouve qu’il manque à « homme singulier » l’idée de l’homme individuel, de la monade, en quelque sorte, pour utiliser ici un terme philosophique bien éloigné du vocabulaire de Gramsci qui reste extrêmement quotidien.

En tout cas, il me semble percevoir dans l’italien de Gramsci une recherche de la répétition, de la reprise des termes, que ce soit sur l’ensemble du texte ou de phrase en phrase. La pensée semble se déployer à partir d’un matériau lexical congru et utilisé avec une extrême conscience et des répétitions, et du sens apporté par les variations d’une répétition à l’autre. Il me semble alors absolument capital de traduire un terme italien par un terme français, et le calque me paraît alors plus tolérable que dans d’autres contextes.

Mais le style redondant, ressassant, ne se réduit pas à la répétition d’un lexique clé, il se retrouve également dans les structures syntaxiques. En particulier, Gramsci utilise de façon quasiment invasive la formule cioè pour introduire une précision, une reformulation d’un premier énoncé. Autrement dit, une proposition A est glosée dans une proposition A’ introduite par cioè, utilisé quatorze fois en deux pages de texte Word. Là aussi, il me semblait capital de reproduire par la traduction la forme même de cette auto-glose, sa régularité, qui indique d’une part l’absence chez Gramsci d’un souci de variation, voire une forme de systématicité dans les modalités de l’explicitation. J’ai donc systématiquement traduit cioè par « c’est-à-dire ».

* Que la forme, c’est le fond

 Je commençais ce paragraphe en disant que je ne me suis pas préoccupée de la pensée de Gramsci. Ce que je viens d’écrire tendrait à montrer le contraire, ou du moins que je me préoccupe de la forme de la pensée de Gramsci, de la méthode que prend exposition de sa pensée. Mais ce qui me semble frappant dans l’analyse que je fais à présent, a posteriori, de l’expérience de cette traduction, c’est que ces réflexions que je propose maintenant ont émergé par la traduction, et n’ont pas été un préalable. C’est cette « lecture verticale », pour reprendre le terme de Markowicz, que suppose la traduction, qui me rend sensible ce trait de l’écriture gramscienne que je suppose en lien avec la structure de son raisonnement. D’où du reste le fait qu’affirmer que je ne me préoccupe pas des idées de Gramsci est une boutade. Se préoccuper de la forme que prend un discours c’est nécessairement se préoccuper du fond du discours, dans la mesure où les traits stylistiques frappants disent quelque chose des préoccupations de l’auteur : à qui il destine son texte, ses lectures et ses références éventuelles, la façon dont il envisage la démonstration de ses thèses.

Car finalement, que retenir de ce souci de traduire prioritairement les récurrences, les redondances stylistiques, dans ce texte ? Ne parvient-on pas ainsi, par ce chemin (par cette « méthode ») à une interprétation possible du texte, de son « fond » ? D’une part, l’importance des termes singolo uomo distingué d’individuo ; cet autre terme non encore évoqué ici, rapporto ; il s’agit sans doute d’une interrogation sur l’homme en tant que monade – une version marxisante de la monade – dans son rapport avec les « autres hommes », la « nature » ; des rapports dynamiques, processuels, et non mécaniques.

Voilà des idées avec lesquelles je me trouve des affinités. Et a posteriori, je m’interroge : quel est la part de lien entre l’intérêt stylistique et l’intérêt intellectuel que j’ai pour ce texte ? Je l’ai traduit véritablement pour sa langue dans les premières lignes ; l’ayant traduit je constate que j’assens à ce qu’il raconte. Sans doute parce que chez Gramsci, comme chez Heine (comme peut-être chez tout auteur digne de ce nom, mais pour l’instant je me borne à le constater chez les auteurs que j’aime et que du coup je traduis) le style n’est absolument pas séparable du propos.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. V. dit :

    Merci pour ce billet très intéressant!

    “La forme et le fond sont aussi indivisibles que la chair et le sang. Le sang, c’est de la chair coulante ; la forme, c’est le fond fluide entrant dans tous les mots et les empourprant. Pas de fond, pas de forme. La forme est la résultante. S’il n’y a point de fond, de quoi la forme est-elle la forme ?” (V. Hugo, in Proses philosophiques 1860-65, “Le Goût”)

    Hugo a bien évidemment sa théorie sur la traduction. Je vous recommande http://fr.wikisource.org/wiki/Proses_philosophiques/Les_Traducteurs (“Une traduction est une annexion…”)

    V.

    • agregatifdecu dit :

      merci, je viens de comprendre pourquoi j’ai loupé cette épreuve à l’agrég 2013… je suis parti sur de la métaphysique alors qu’il s’agissait d’une référence à l’esthétique… le sujet était de quoi la forme est elle la forme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.