Parution du premier tome de l’Histoire des traductions en langue française

Paraît aujourd’hui chez Verdier le premier tome de l’Histoire des Traductions en Langue Française (HTLF) codirigée par Jean-Yves Masson et Yves Chevrel. La série comportera quatre tomes ; le premier s’intéresse au XIXe  siècle.

Ce billet ne saurait être un compte-rendu de l’ouvrage : outre qu’il compte 1376 pages et qu’il me faudra pour en prendre connaissance extensivement plus de temps que je n’en dispose pour ce billet, j’ai été associée à ce projet quasiment depuis son lancement. Je ne peux faire preuve de cette « neutralité bienveillante » si chère à Jean-Yves Masson lorsqu’il s’agit d’examiner une traduction, et si j’écris ce billet c’est pour dire mon enthousiasme à l’idée qu’aboutisse enfin ce travail considérable, qui a mobilisé des années durant des chercheurs, comparatistes pour beaucoup d’entre eux, mais aussi historiens, linguistes, etc.

Les éditions Verdier mettent en ligne un entretien avec Jean-Yves Masson avec Catherine Andreucci, paru dans Livres Hebdo. « Nous avons fait ce livre parce qu’il n’existait pas », dit Jean-Yves Masson. Il est vrai que les bibliothèques étaient dépourvues d’une somme qui synthétise l’histoire des traductions – existent depuis quelques années des monographies sur les traductions de tel ou tel auteur, mais l’intérêt pour l’histoire des traductions est relativement nouveau, de même que la conscience de leur historicité, du fait que n’existe pas une traduction unique possible. Ce livre « n’existait pas », et il m’a bien manqué lorsque je préparais ma thèse sur l’histoire des traductions du Cantique des cantiques. J’aurais profité de synthèses par exemple sur la professionnalisation des traducteurs au cours des derniers siècles, sur le développement de l’enseignement des langues, sur l’évolution du « canon » littéraire qui peut être déterminé à l’aune des traductions.

Dans l’entretien cité plus haut, Jean-Yves Masson revient sur cette idée qui m’est chère : le texte de la traduction n’est pas l’original. Il a été réécrit par le traducteur. Il dit : « Une traduction, c’est troublant. De qui est le texte que vous lisez ? De l’auteur de la langue originale ou du traducteur ? Eh bien, les deux, et il faut l’apprendre. Notre idée était donc d’attirer l’attention sur ces acteurs un peu invisibles, méprisés de l’histoire littéraire, que sont les traducteurs. Notre entreprise a un petit côté militant qui est de dire : la langue française ne serait pas ce qu’elle est si elle n’était pas aussi une langue de traduction. »

« La langue française ne serait pas ce qu’elle est », et la littérature non plus. Les recherches menées pour l’Histoire des traductions, ainsi du reste que les travaux monographiques menés sur les traductions de telle ou telle œuvre, réservent des surprises qui font en partie l’intérêt d’une telle Histoire. Jean-Yves Masson cite le cas du premier traducteur à avoir traduit en vers libres un texte poétique : « Léon de Wailly présente en 1843 sa traduction du poète écossais Robert Burns en vers blancs, c’est-à-dire sans rime, sans mètre, exactement comme on le ferait aujourd’hui. C’est sidérant. Les traducteurs ont été conduits à des innovations formelles par la pression de l’original. » Dans la même décennie, en 1847, Perret-Gentil[1] dispose en lignes non rimées les livres estimés par lui poétiques de l’Ancien Testament. On n’a pas attendu Rimbaud pour écrire des vers libres, seulement, les premiers textes français disposés en vers non rimés, sans régularité métrique, n’étaient pas des textes originaux mais des traductions.

Les découvertes de ce genre s’appuient sur ce qui fonde à mes yeux l’intérêt méthodologique principal de l’Histoire des traductions : il ne s’agit pas d’une recension bibliométrique – même si certains chapitres s’appuient sur des données statistiques de ce genre. Les traductions ont été davantage que dénombrées : elles ont été lues. Comment, à partir du moment où l’on pose que la traduction est le produit du travail d’un sujet traducteur, qu’elle est réécriture, qu’elle n’existe pas absolument et qu’elle est historique, comment, donc, se borner au dénombrement et ne pas lire ?

Sur ce point, je me rends compte ce que je dois, dans la construction de ma réflexion sur la traduction, à l’équipe qui m’a formée. J’étais la doctorante de Jean-Yves Masson, mais en réalité j’étais formée par tous les collaborateurs avec qui j’ai eu à échanger, pour l’écriture des volumes auxquels je participe, et lors des colloques. En un sens, je me sens la doctorante de l’HTLF. It takes a village to raise a child. Et mon credo méthodologique – centrer l’analyse des traductions sur la recherche des traces du sujet traducteur, par l’analyse du texte des traductions – découle des méthodes de l’HTLF employées dans ma thèse : repérer les traductions ; les lire ; les comparer au texte source ; les comparer entre elles ; les confronter aux textes théoriques qui ont été connus voire écrits par les traducteurs.

C’est dans le fond pour cette raison avant tout que j’écris ce billet pour annoncer le début de la parution de l’Histoire des traductions. Les billets que j’ai écrits dans ce carnet n’auraient pas existé, du moins pas sous cette forme, si outre mes lectures habituelles (qui du reste m’ont pour certaines été conseillées par Jean-Yves Masson) je n’avais pas été impliquée dès le tout début de ma formation à la recherche dans l’HTLF. Certains de mes questionnements scientifiques ont sans doute des fondements personnels anciens et complexe – la recherche des traces, partagée avec les penseurs qui me tiennent à cœur en dehors du domaine traductologique, Ginzburg, Arasse… – mais s’ils ont trouvé à s’épanouir dans un cadre scientifique, c’était parce que j’ai bénéficié de cette formation par l’exemple et par la pratique, et que j’ai bénéficié de la confiance de ceux qui m’y ont engagée.

Ce livre qui sort, outre ses qualités scientifiques dont je suis convaincue mais sur lesquelles je ne peux me prononcer sans être juge et partie, est aussi le résultat d’une entreprise collective qui a fonctionné admirablement, et qui aura été enrichissante sur le plan humain autant que sur le plan scientifique.



[1] La seconde partie de l’Ancien Testament, comprenant les Hagiographes et les Prophètes, traduction nouvelle d’après l’hébreu par H.-A. Perret-Gentil. Neuchâtel, Samuel Delachaux, Editeur, 1866.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 5 octobre 2012

    […] Paraît aujourd’hui chez Verdier le premier tome de l’Histoire des Traductions en Langue Française (HTLF) codirigée par Jean-Yves Masson et Yves Chevrel. La série comportera quatre tomes ; le premier s’intéresse au XIXe  siècle.   Ce billet ne saurait être un compte-rendu de l’ouvrage : outre qu’il compte 1376 pages et qu’il me faudra pour en prendre connaissance extensivement plus de temps que je n’en dispose pour ce billet, j’ai été associée à ce projet quasiment depuis son lancement. Je ne peux faire preuve de cette « neutralité bienveillante » si chère à Jean-Yves Masson lorsqu’il s’agit d’examiner une traduction, et si j’écris ce billet c’est pour dire mon enthousiasme à l’idée qu’aboutisse enfin ce travail considérable, qui a mobilisé des années durant des chercheurs, comparatistes pour beaucoup d’entre eux, mais aussi historiens, linguistes, etc.   Les éditions Verdier mettent en ligne un entretien avec Jean-Yves Masson avec Catherine Andreucci, paru dans Livres Hebdo. « Nous avons fait ce livre parce qu’il n’existait pas », dit Jean-Yves Masson. Il est vrai que les bibliothèques étaient dépourvues d’une somme qui synthétise l’histoire des traductions – existent depuis quelques années des monographies sur les traductions de tel ou tel auteur, mais l’intérêt pour l’histoire des traductions est relativement nouveau, de même que la conscience de leur historicité, du fait que n’existe pas une traduction unique possible. Ce livre « n’existait pas », et il m’a bien manqué lorsque je préparais ma thèse sur l’histoire des traductions du Cantique des cantiques. J’aurais profité de synthèses par exemple sur la professionnalisation des traducteurs au cours des derniers siècles, sur le développement de l’enseignement des langues, sur l’évolution du « canon » littéraire qui peut être déterminé à l’aune des traductions.   (…)   Claire Placial  […]

  2. 5 octobre 2012

    […] Paraît aujourd’hui chez Verdier le premier tome de l’Histoire des Traductions en Langue Française (HTLF) codirigée par Jean-Yves Masson et Yves Chevrel. La série comportera quatre tomes ; le premier s’intéresse au XIXe  siècle.  […]

  3. 20 décembre 2012

    […] l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.