“Maïa l’Abeille”, pour le Magasin des Enfants

Mathilde Lévêque, rédactrice du carnet Magasin des enfants, avait lu mon billet sur la traduction des poèmes de Heine du cycle Dichterliebe de Schumann ; elle m’a demandé de l’aider à retraduire un poème inclus par l’auteur Waldemar Bonsels dans Maïa l’abeille “roman publié en 1912, et qui n’a que peu de rapports avec l’adaptation télévisée des années 1970 » (je la cite). Cette traduction, ainsi que le texte allemand et une première traduction ancienne, assez éloignée, sont en ligne dans le billet qu’elle leur a consacré. À mon tour de faire un billet de cette expérience, sur le mode de l’auto-commentaire de traduction, pour rendre compte des choix de traductions adoptés pour.

Mathilde Lévêque  disposait du texte allemand et de la première traduction de G. Maury. Elle ne me contactait pas pour comprendre le texte, dur este elle lit l’allemand. Son souhait était le suivant : « Plus précisément, en tentant de ressaisir les enjeux esthétiques du roman, je souhaiterais que le lecteur, peut-être spécialiste de littérature de jeunesse mais pas nécessairement germaniste, puisse avoir une idée du genre poétique utilisé par Waldemar Bonsels ».

À vrai dire je ne me sens pas de capacités spéciale pour traduire la poésie, les quelques poèmes de Heine publiés sur le Festin de Babel sont les seuls textes versifiés que j’aie jamais traduits ; ils le sont en vers libres, je n’ai pas cherché à rimer ni à obtenir de métrique régulière, ma priorité allait à la conservation des images et des répétitions ainsi qu’à la reproduction autant que possible de la distribution des éléments syntaxiques dans les vers ; ce que ces traductions ont de plus « poétique », c’est que j’ai fait attention à ce que la longueur et le rythme des vers ne soit pas disproportionné en français.

J’ai fait un peu autrement pour la traduction du poème de Waldemar Bonsels, parce que Mathilde Lévêque souhaitait que la traduction rende l’aspect de comptine du texte allemand. Et aussi parce que cette demande de Mathilde venait au moment où je m’intéressais aux traductions d’André Markowicz, qui traduit Onéguine de Pouchkine, et les poètes russes dans l’anthologie Le Soleil d’Alexandre, en vers rimés, partant du principe qu’il rime quand ça rime. Je me suis dit que si Markowicz le fait, lui dont les propos sur la traduction m’inspirent tant, c’est donc que c’est possible. Pourquoi pas essayer. Et Maya l’Abeille était un terrain moins risqué pour moi que Heine, et puis cela répondrait à la demande de Mathilde.

Voici le texte allemand :

Alles steht in Gold und Grün
warm und sommerlich.
Nur solange die Rosenblühn,
ist es schön für mich.

Meine Heimat weiss ich nicht,
köstlich ist mir dies:
dass ich so im Rosenlicht
meinen Tag geniess.

Wenig weiss ich von der Welt,
wo ich glücklich bin.
Wenn die Rose welkt und fällt,
muss ich auch dahin.

Le texte allemand comporte trois strophes de quatre vers chacune. Les rimes sont alternées et changent à chaque strophe. Les vers impairs sont des tétramètres, les vers pairs des trimètres. Ponctuation forte tous les deux vers, sans majuscule en début de vers en milieu de phrase. Le vocabulaire est simple à l’extrême ; certaines expressions très courantes, plutôt du registre oral (muss ich auch dahin : c’est quasiment « il faut que j’y aille »). La rose revient dans chaque strophe au troisième vers : au pluriel (die Rosen, v. 3) ; dans un substantif composé (Rosenlicht, « lumière de rose » ou « des roses », v. 7) ; au singulier enfin (die Rose, v. 11). Voilà le matériau de base qu’il fallait conserver ou reproduire.

Tout est or et tout est vert
temps chaud  de l’été,
Tant que la rose est en fleur
Existe la beauté

Je ne sais pas ma patrie,
voici mon délice :
Dans la lumière de rose,
de mon jour j’ai joui.

Je sais peu de choses du monde
où je suis heureux.
Quand la rose flétrit et tombe,
Moi aussi je meurs.

J’ai commencé par faire une traduction littérale vers par vers, que malheureusement j’ai effacée et ne peux plus citer. Je ne voulais pas, sous prétexte d’introduire une rythmique régulière et des rimes ou assonances, m’éloigner trop du sens littéral, et suis partie de cette première traduction en essayant d’en varier le moins possible.

Je n’ai pas défini a priori de cadre métrique. J’attendais de voir à la traduction ce que ça allait donner. S’il s’était agi de traduire tout un recueil en vers à peu près réguliers, je suppose que le choix aurait dû être fait plus tôt, afin que l’homogénéité de la traduction française soit semblable à celle du texte allemand. Mais pour un poème de douze courts vers, je pouvais attendre de voir si quelque chose se dégageait tout seul. J’ai trouvé un rythme qui marchait je ne sais plus à partir de quels vers ; peut-être les v. 9-10, Wenig weiss ich von der Welt,/ wo ich glücklich bin., traduits par « Je sais peu de chose du monde/ où je suis heureux », ce qui reste tout de même très littéral. Cela donnait en français deux vers de respectivement sept et cinq syllabes ; le même nombre de syllabes qu’en allemand – même si la poésie allemande est accentuelle et non syllabique –, et la somme des deux donnait un alexandrin. Partant de là, j’ai essayé de reformuler la traduction de l’ensemble du poème en vers de sept et cinq syllabes, avec sinon des rimes, du moins des assonances. Cela a bien marché pour les première et dernière strophes (vert/fleur ; été/beauté ; monde/tombe ; heureux/meurs), mais moins pour la deuxième (patrie/délice/rose/joui : le schéma est davantage embrassé que croisé). Pour la deuxième strophe, j’étais embêtée par « rose », que je voulais forcément conserver puisque le mot revient dans les trois strophes ; et ne pas le mettre à la rime aurait supposé une gymnastique syntaxique tordue contraire à la simplicité de l’énonciation en allemand. J’aurais alors pu remplacer « patrie » par quelque chose qui rime ou assonne avec « rose », mais je trouvais dommage de ne pas traduire Heimat par « patrie » : le mot est trop lourdement chargé de sens pour le passer à la trappe pour des raisons versificatoires.

Pour le reste, il aura fallu reformuler largement, c’est-à-dire, s’écarter d’une traduction littérale qui non seulement s’attache au sens de chaque mot, mais aussi à sa fonction grammaticale.

Je ne suis pas, d’habitude, une grande adepte de la transposition – est entendu par ce terme le remplacement d’une catégorie grammaticale par une autre, souvent à partir du même lexique. Je trouve que cette solution, utilisée souvent à des fins de fluidité, d’idiomatisme, souvent d’ailleurs à raison, mérite de ne pas être présupposée comme l’outil stylistique de base pour le traducteur[1]. Mais pour traduire le poème et garder une métrique à peu près régulière et le plus possible le sens littéral de chaque vers, la variation syntaxique était sans doute le passage obligé.

Voici un exemple typique de transposition : j’ai traduit köstlich ist mir dies par « voici mon délice ». Plus littéralement, le vers pourrait être traduit par « ceci m’est délicieux », avec cependant un ordre des mots en allemand qui permet le jeu des accents et qui souligne l’adjectif köstlich. Traduire par « voici mon délice » permet de garder le matériel de base, et les cinq syllabes, en le reconfigurant syntaxiquement : il y a là le présentatif, la marque de première personne, l’idée de délice.

D’autres reformulations opérées sont plus problématiques si l’on vise la littéralité. Au premier vers, je traduis « Tout est or et tout est vert » l’allemand Alles steht in Gold und Grün. Je réduplique « tout », à des fins de rythme. Le sème de stehen en revanche disparaît. Il faut dire que stehen est une des plaies du traducteur de l’allemand : il signifie « se tenir », de là « se trouver », peut assez bien être paraphrasé par « être » s’il s’agit de situer un objet dans l’espace, mais on perd alors le sème de verticalité qui l’oppose à liegen, « être étendu ». Littéralement dont « tout se tient dans l’or et dans le vert ». Où l’on voit que Gold et Grün ne sont pas des adjectifs attributs mais des substantifs, dans un complément de lieu. La configuration des objets évoqués n’est pas la même. En allemand, « tout » se trouve dans l’or et le vert, mais n’est pas or et vert. Mais je n’ai pas trouvé mieux pour rendre le rythme, et j’avoue que là, j’ai traduit selon l’esprit plus que la lettre, partant du principe que le vers évoque les couleurs estivales, une impression générale de tonalité colorée, et mon vers français à ce titre convient.

Autre modification à la fin de cette strophe, qui d’un point de vue de la restitution de la lettre de l’allemand est celle qui me satisfait le moins : « existe la beauté » est plus soutenu que l’allemand ist est schön für mich (littéralement, « c’est beau pour moi), et surtout, on perd la marque de la première personne du singulier.

Une explicitation à la fin : « moi aussi je meurs » rend muss ich auch dahin. Là, j’ai succombé à une tentation que je traque souvent en commentaire de traduction : traduire explicitement ce qui dans le texte n’est qu’implicite. L’allemand, dans une langue très quotidienne, enfantine, dit peu ou prou « je dois aussi y aller ». J’ai conservé un peu le niveau de langue en mettant en début de vers le pronom tonique, « Moi aussi », mais l’idée de la mort que j’introduis, « je meurs », n’est pas explicite en allemand, même s’il est clair que dahin, pour l’abeille, c’est l’au-delà, à la fin de l’été, quand fânent les roses (pour le coup, « quand la rose flétrit et tombe » est très proche de wenn die Rose welkt und fällt). Mais, encore une fois, cette solution avait le mérite de permettre l’assonance avec « heureux », dans un vers de sept syllabes.

Intéressant exercice que de tenter de mettre rime et mètre là où il y a rime et mètre (et en toute logique, si je suis ce précepte de « faire ce que le texte fait » en traduction, il faudrait garder rime et mètre, autant que faire se peut). Je ne pense pas que le sens général du poème soit absolument bouleversé par les quelques arrangements syntaxiques. Pour autant ces arrangements ne me satisfont pas. Du moins ont-ils le mérite d’avoir été faits en conscience, et je crains, traduisant la prose, de me laisser aller parfois un peu automatiquement à chercher la tournure heureuse, sans avoir tenté mieux ou plus longtemps.

Cette tentative, ainsi que la lecture de Markowicz, me poussent à repenser la façon dont je traduis les extraits en vers des Reisebilde. La Mer du Nord est en vers non rimés, non réguliers : le vers libre français ira bien. Mais les passages versifiés du Voyage dans le Harz sont en vers réguliers : j’essaierai sans doute quelque chose qui le fasse sentir en français.


[1] Dans la prose de Heine, je fais des adjectifs utilisés adverbialement des adjectifs apposés, ce qui est certes une petite transposition mais dérivant des différences de la syntaxe française et allemande, en tout cas je ne périphrase pas ; le texte français sera peut-être un peu chargé en apposition, mais puisque Heine a cette tendance à la récurrence des adjectifs d’usage adverbial, qui confine presque au tic, ma traduction a, elle aussi, des tics.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. A. A. Popova dit :

    Si je puis me permettre…

    … je ne m’y connais pas suffisamment en allemand, mais la version française est très loin d’être régulière, surtout si c’est l’objectif affiché :

    “Existe la beauté” : 6 syllabes au lieu de 5 (et je trouve “existe”… existentialiste, peu naturel ou poétique).

    La rupture de construction au vers 2 est également gênante : elle ne me semble pas être dans l’original.

    “Je sais peu de choses du monde” et “Quand la rose flétrit et tombe” : 8 syllabes au lieu de 7.

    Par ailleurs, il n’y a pas vraiment de rimes ici (une seule !). Non seulement il en faudrait, mais l’alternance rimes consonantiques/vocaliques (ou masculines/féminines) me paraît également nécessaire, bien que sur ce dernier point Markowicz ne soit pas rigoureux (par exemple http://remue.net/cont/markowicz4pouchkine.html).

    Cordialement.

    • Claire Placial dit :

      Vous pouvez vous permettre. Vous avez raison de dire que la version française n’est pas régulière. Elle ne l’est pas.

      Je suis comme vous embêtée par le vers 4, et par ce “existe”. Je n’ai pas trouvé mieux pour l’instant (mais cette traduction n’est pas gravée dans le marbre, ni même sur le papier, et je ne m’interdis pas d’éditer le billet).

      Il y a plusieurs vers de 6 ou 8 syllabes selon une métrique rigoureuse, vous les avez vus. Je me suis satisfaite d’un effet de 5 ou 7 syllabes, si l’on ne prononce pas les e atones. Dans la mesure où il s’agissait ici de reproduire la tonalité d’une comptine, traduisant un texte inclus dans un livre pour enfant, j’ai pensé que cela suffisait. Du reste je ne revendique pas, je crois, dans mon texte, la régularité de la traduction en terme de métrique française, que ce soit pour le compte des syllabes ou a fortiori la rime. Je parle de “garder une métrique à peu près régulière”, d’utiliser “sinon des rimes, du moins des assonances”.

      Quand vous dites qu’il faudrait des rimes consonantiques et vocaliques alternant, c’est juste si l’on veut se conformer aux usages de la métrique française. Mais outre que la métrique allemande est différente, voilà la quadrature du cercle. Je n’arrive pas à faire en sorte que le schéma métrique soit entièrement rigoureux, et, en même temps, qu’il corresponde vraiment au sens du texte allemand. C’est sans doute largement faute de temps passé sur ce texte. Je préfère l’approximation métrique, à l’inexactitude sémantique flagrante pour les besoins de la rime. L’idéal serait évidemment de concilier les deux, je n’y suis pas encore.

  1. 26 juillet 2012

    […] la remarquable auto-analyse de Claire Placiat, publiée dans un billet des “Langues de feu”, son carnet de recherches. Je suis surprise de constater à quel point la traduction d’un […]

Répondre à A. A. Popova Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.