Un os dans la traduction. À propos de la côte d’Adam (Genèse 20,21-22)

Un billet de Pierre Barthélémy publié le 11 juillet sur Passeur de Sciences, blog hébergé par le site du Monde, a déjà beaucoup circulé (le 12 juillet en début d’après-midi, c’était l’article le plus partagé du site). Ce billet, intitulé « Quel os Dieu a-t-il vraiment pris à Adam pour créer Ève ? », fait état, sur un ton non dénué d’humour et de prise de distances, de l’hypothèse développée par Scott Gilbert, professeur de biologie au Swarthmore College, avec l’assistance de Ziony Zevit, spécialiste de langues sémitiques. Ève n’aurait pas été créée à partir d’une côte d’Adam, mais à partir du baculum, os pénien que possèdent certains mammifères (dont le gorille) et qui facilite l’érection, mais que l’homme n’a pas, comme on sait ; l’évocation du mot « côte » résulterait d’une erreur de traduction.

Plusieurs amis m’ont relayé l’information ; de fait, l’alliance de traductologie biblique, d’« improbabologie » pour reprendre le nom de la chronique de Pierre Barthélémy, et de grivoiserie n’est pas pour me déplaire.

Me voici donc à ajouter un billet au billet, et à élucubrer sur l’os traductologique (ou autre) duquel est issue Ève notre mère à tous (depuis ma campagne bretonne, sans dictionnaires d’hébreu, concordances, bibliothèques, Bibles imprimées : la scientificité de ce qui suit est relative).

La côte d’Adam dans les traductions françaises

Pierre Barthélémy amorce son billet par « Dans la Genèse, il est dit que l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme ». J’ai failli faire une remarque acerbe sur le manque de précision de la citation (dans la Genèse où ? De qui est cette traduction ?) avant de voir qu’un lien intertexte est inclus au paragraphe, et renvoie au site « La Sainte Bible ». Je ne sais pas comment l’auteur de l’article a procédé pour choisir la traduction qu’il a reprise, et s’il a médité son choix, en tout cas le lien choisi est intéressant, puisque la page en question met en regard trois traductions du même verset. Trois traductions protestantes en l’occurrence, celle de Louis Segond[1], reprise dans l’article :

Alors l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.

Celle de Darby[2] :

Et l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, et il dormit; et il prit une de ses côtes, et il en ferma la place avec de la chair. Et l’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et l’amena vers l’homme.

Et enfin celle de David Martin[3], qui est une révision de la Bible de Genève de 1588, qui a servi de matrice aux traductions protestantes :

Et l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur Adam, et il s’endormit; et [Dieu] prit une de ses côtes, et resserra la chair dans la place [de cette côte]. Et l’Eternel Dieu fit une femme de la côte qu’il avait prise d’Adam, et la fit venir vers Adam.

Quoi qu’il en soit, c’est toujours bien la côte qui est mentionnée. Et de fait, une rapide exploration des principales traductions françaises de la Bible semble indiquer que la côte est relativement consensuelle. C’est ce mot que l’on trouve dans la Bible du rabbinat ; dans la Bible de Jérusalem  (catholique) ; dans la traduction œcuménique de la Bible, dans la Bible en français courant et la Bible parole de vie

L’unanimité dans les traductions française est relativement surprenante, d’autant que les traductions évoquées ci-dessus émanent de confessions différentes et d’orientations éditoriales variées – je pense ici notamment à la Bible en français courant et à la Bible parole de vie qui sont conçues comme des Bibles grand public, rédigées dans un français le plus simple possible.

Qu’en est-il des textes sources, et tout d’abord, des versions anciennes ?

La tradition de traduction française, selon laquelle Dieu tire Ève de la « côte » d’Adam, provient sans doute de la médiation de la Vulgate ; Jérôme en effet utilise le mot costa, qui selon le Gaffiot signifie dans un sens premier « côte », et dans un sens second « flanc, côté ». Jérôme suit semble-t-il la leçon des Septante, selon laquelle Dieu ἔλαβε μίαν τῶν πλευρῶν αὐτοῦ ; « prit une de ses côtes » ou « un de ses côtés », puisqu’il semble que le mot πλευρα soit tout aussi polysémique que le mot costa.

Ce qui est curieux, c’est que les traductions françaises choisissent majoritairement le terme « côte », relativement précis anatomiquement, et ce quel que soit le texte source utilisé, Vulgate latine ou hébreu biblique. Le mot hébreu qui figure en Genèse 2, 21-22 est צלע ; [tselo‘]. Faute des ouvrages nécessaires sous la main je ne saurais détailler le sens précis de ce terme, son étymologie, ses possibles interprétations. Je me borne à constater un consensus massif dans les traductions consultées. Je suis certaine néanmoins que l’on trouverait des traductions alternatives chez certains anciens traducteurs qui tendent à s’écarter sciemment des traditions de traductions quand elles sont dictées davantage par l’habitude que la philologie (Castellion, Charles Le Cène notamment) ; et surtout, plus près de nous, aux traductions de Meschonnic, et de la nouvelle Bible Bayard. Pour ma part – il faudrait néanmoins que je sache mieux de quoi il retourne en hébreu – je crois que j’aimerais traduire « le côté », ou « le flanc », qui évoquent moins un image de côtelette, qui permettent davantage au travail métaphorique de se faire (la femme serait alors issue non d’une côte, mais d’un entier hémisphère d’Adam) (J’ouvre une autre parenthèse : il serait également intéressant de regarder si les traductrices féministes de la Bible, relativement nombreuses aux Etats-Unis, traduisent Genèse 2,21. Je serais prête à parier qu’elles ne mettent pas rib.) Je suis étonnée de constater que Chouraqui, qui bouscule les habitudes pour le reste du verset, garde « côte » :

 21 IHVH-Adonaï Elohîms fait tomber une torpeur sur le glébeux. Il sommeille. Il prend une de ses côtes, et ferme la chair dessous.

Bref, la côte a la vie dure, dans les traductions françaises du moins.

La quête infinie des realia biblique

Ce petit parcours traductologique ne nous éclaire en rien. Que désigne ce mot hébreu, tselo‘, traditionnellement traduit par « côte » ? Une côte au sens anatomique du terme ? Si non, quoi ? Le côté de l’homme, la chair de l’homme ? Aurions-nous perdu le référent originel précis qu’entendait désigner indubitablement le rédacteur de la Genèse ? Cette côte est-elle, oui ou non, un baculum, un os pénien, extirpé par la divine main hors du viril membre ? (et Gilbert de constater que, je cite l’article de Pierre Barthélémy, « il y a bien une magnifique suture tout le long de l’organe reproducteur mâle, le raphé périnéal, ligne qui parcourt tout le dessous du pénis, le scrotum et le périnée » : cicatrice de l’opération.

Je me garderai bien de trancher (si je puis dire).

Ce que je constate en revanche, c’est que la volonté de reconstituer, par des méthodes variées, les référents visés par la Bible hébraïque, est vieille comme la traduction biblique. Le baculum de Scott Gilbert vient ici s’ajouter à la longue cohorte des realia dont la traduction est déduite du contexte, faute d’explication philologique probante. Et ici, il semble bien que dans une certaine mesure, l’anthropologie, la sociologie, la biologie, etc., viennent prendre le relais de la philologie, essentiellement dans les cas où les textes posent des difficultés linguistiques, davantage que lorsqu’ils posent des questions exégétiques.

Ces difficultés linguistiques tiennent en bonne part au fait que la Bible hébraïque est rédigée dans une langue dont elle est quasiment l’unique témoignage : le corpus de l’hébreu biblique est par définition réduit au corpus biblique ; et il n’existe pas de dictionnaire contemporain des rédacteurs de la Bible, ce qui fait écrire à Augustin Calmet, auteur d’un vaste Commentaire littéral de la Bible :

L’ignorance de la langue des Hébreux, est l’un des plus grands obstacles à la parfaite intelligence de l’Ecriture. Il n’en est pas de cette langue comme des autres langues mortes ; par exemple, la Grecque & la Latine. Il nous reste un grand nombre de livres écrits dans ces langues, & l’on peut par une étude assidue en connoître toute la force, & savoir l’exacte signification de leurs termes. Mais nous n’avons pas le même avantage en Hébreu ; il n’y a d’Hébreu pur que ce qui est dans les Bibles Hébraïques. L’on n’a pas la commodité de comparer ensemble plusieurs passages ni plusieurs auteurs où le même mot se trouve ; l’on n’a ni Scholiaste, ni Glose, ni Commentaire, ni Dictionnaire assez ancien pour nous marquer au juste la signification d’un terme ; il faudroit pour cela qu’ils fussent du tems où l’Hébreu étoit encore vulgaire.[4]

La signification des mots hébreux est largement obscure ; il faut pourtant traduire, d’où un relatif arbitraire. Sébastien Castellion, traduisant en 1555 la Bible depuis l’hébreu, en est bien conscient :

Quant aux mots à part, la difficulté êt le plus souvent en ceux qui signifient choses, dêquelles il êt peu souvent fait mencion, ou desquelles il est seulement fait mencion, en telle sorte que par la sentence on ne peut savoir ce que c’êt : comme sont la plûpart des noms des arbres, herbes, e bêtes: item, ês mots des ouvrages des hommes, desquels ouvrages la façon se change par succession de tems, ou êt diverse en diverses nacions: comme sont les habillements, e vaisseaux, e outils. De tels mots maintefois nous ne savons bonnement qu’en dire, non plus que d’ici a mill’ans on ne saura que veut dire palletot, casaquin, vertugalle, martingalle, mandoce, pistolet, e tels autres, si la façon en change, et qu’on ne les treuve sinon en écrit, beaucoup moins si la langue françoise se perd comme l’Ebraïque et autres, tellement qu’elle ne soit plus qu’en papier e encre. E pourtant, quand en quelques lieux je translate cormoran, héron, chauve-souris, javelot, houx, e tels autres, je ne veux pas qu’on se fie toutallement en ma translacion: tant seulement je sui ce qui me semble vrai semblable, priant qu’on m’ait à pardonner, mêmement veu qu’en telles choses le faillir n’êt pas fort dangereux. Mais j’entend ceci ês mots translatés d’Ebrieu. Car, quant au grec, nous y sommes beaucoup plus asseurés, à cause que le grec êt plus hanté, et se trouve beaucoup plus de livres, qui nous déclarent de tels mots.[5]

Cela ne signifie pas pour autant que la si récurrente « côte » d’Adam soit une erreur de traduction ; simplement, il est bien téméraire d’affirmer qu’elle ne puisse être autre chose. D’où la possibilité, amplement exploitée par Scott Gilbert à ce qu’il semble, de reconstituer à partir des connaissances scientifiques modernes, ce qui pouvait vraisemblablement être le référent visé par le mot traduit, à tort ou à raison, par « côte ». Si l’exploration de la question par son versant biologique est nouvelle, en revanche la méthode est ancienne qui consiste à reconstituer le contexte probable de la rédaction du texte. Le même Calmet cité plus haut développait toute une justification de sa traduction de Ct 5,4, qui pose problème parce qu’il comporte la mention d’un « trou » (hébreu massorétique : חר [ḥōr] ; Vulgate : foramen) dans lequel l’instance masculine passe la main, et dont il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un trou architectural ou d’un trou dans le corps de la femme. Calmet écrit :

L’Hébreu est plus court : Mon bien-aimé a mis la main par le trou de la porte, & mes entrailles ont été emuës sur lui. Je ne puis plus résister à ma compassion de le voir si longtemps à ma porte ; je me levai pour lui aller ouvrir. Quelques uns entendent ce trou de la fenêtre […] car alors, & dans ce pays là, il n’y avoit point de vitres aux fenêtres. […] Quelques anciens ont crû que l’Epoux avoir porté sa main sur le ventre de l’Epouse au travers de la porte : Venter meus intremuit ad tactum ejus. Mais ce sens n’a rien de probable. Le lit nuptial n’étoit pas près de la porte ; & la construction du Texte ne souffre point qu’on l’entende de cette sorte.

Pour Calmet, comme pour la plupart des traducteurs français qui l’ont précédé[6], ce « trou » est une ouverture dans la maison où se trouve la figure féminine. Ce fait est présupposé ; reste à savoir la nature exacte de cette ouverture : il peut s’agir d’une porte ou d’une fenêtre, et il faut déterminer si cette ouverture était assez proche du lit pour que l’époux, passant la main dans le trou, puisse atteindre le ventre de l’épouse[7]. C’est par reconstruction mentale, imagination du bâtiment évoqué dans le verset, que le traducteur agit ; c’est en vertu de l’image ainsi obtenue (il s’agit d’une porte, placée loin du lit) qu’il traduit « Mon bien-aimé passa sa main par l’ouverture de la porte », ajoutant donc à « ouverture », traduisant foramen, un complément « de la porte », transcrivant en français le résultat de la spéculation du traducteur, fondée sur la recherche du référent vraisemblable[8].

Cet exemple pourrait être multiplié ad libitum tellement les tentatives de reconstitution des référents bibliques sont nombreuses, variées, plus ou moins fantaisistes. Et il est inévitable qu’elles le soient, dans la mesure où il n’est pas possible de se satisfaire entièrement des traductions reçues, et pas possible non plus de reconstituer avec certitude les divers référents d’un texte dont la langue, toute glosée et analysée qu’elle ait été au cours des siècles, nous échappe encore largement. La spéculation, scientifique ou pseudo-scientifique, sur les os d’Adam, la nature du poisson qui avale Jonas, le passage de la mer rouge, a encore de beaux jours devant elle.


[1]  La Sainte Bible, Paris, agence de la société biblique protestante, 1877.

[2]  La Sainte Bible, traduction de l’hébreu et du grec par John Nelson Darby, La Haye, C. Blommendaal, 1885.

[3] La Sainte Bible, qui contient le Vieux et le Nouveau Testament, expliquez par des Notes de Théologie & de Critique sur la Version ordinaire des Eglises Réformées (…) par David Martin,  Amsterdam, chez Henry Desbordes, Pierre Mortier, Pierre Brunel, Libraires, 1707.

[4] Augustin Calmet, Commentaire litteral sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, Paris, chez Emery 1707-1716, p. vi dans la réédition de 1724 chez Emery.

[5] Sébastien Castellion, La Bible nouvellement translatée (…) Bâle, pour Jehan Hervage, 1555, p. 4 v°. [8] Je cite ici le texte dans l’édition récente, Paris, Bayard, 2005, p. 105.

[6] On lit ainsi notamment chez Olivétan : « Mon amy a advance sa main par le pertuys » ; de même chez Castellion : « Mon ami a mis sa main par un pertuis » ; dans la Bible de Port-Royal : « Mon bien-aimé passa la main par l’ouverture de la porte » ; chez Ostervald « Mon bien-aimé a avancé sa main par le trou de la porte ». Cahen est moins explicite : « Mon bien-aimé étendit sa main (du côté) de l’ouverture ».

[7] L’idée que ce trou puisse ne pas être architectural n’est pas évoquée, et semble ne pas même être venue à l’esprit du commentateur, qui par ailleurs se défend des possibilités d’interprétations érotiques de certaines images.

[8] Cette façon de procéder n’est pas très éloignée des consignes données aux étudiants en cours de version, surtout lorsque l’accès aux dictionnaires est interdit : il faut s’efforcer de construire un texte français qui soit vraisemblable, à l’aide de la représentation mentale de l’objet décrit, et en partant du principe que le texte source n’est pas absurde. De fait, la réalité du travail traductif impose souvent ce genre de procédé lorsque le référent est difficile à identifier précisément.


Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. Nileb dit :

    Ceci n’est pas une réponse, mais une question…
    S.V.P. Qui est l’auteur du « Tableau » : « Genèse, Ève créée à partir de l’os pénien d’Adam » ?
    En quel lieu est conservé et visible cette œuvre ?
    MERCI.

  2. Nevoltris dit :

    Aucun os, la traduction est défaillante: Dieu pris un coté d’Adam et non pas une cote. En simplifiant c’est le coté qui lui permet de prendre conscience de lui en temps qu’être différencié d’avec le reste mais aussi en lui même. Conscience et inconscience forme l’Adam et c’est pour cela que Dieu le met dans un sommeil (image de l’inconscient) pour faire apparaitre ce coté de lui qui par principe ne peu que lui être invisible, inconnu, sauf si on lui présente telle une révélation. Le serpent d’ailleurs parle à ce coté la de l’homme …

  3. Pourtant, Adam s’explique et se répéter : « côte à côte », »la chair de ma chair, les os de mes os » qui conduit à envisager la création d’un androgyne. D’autant qu’en Gn 3:12 Adam donne même une précision sur ce point en disant « la femme que tu m’as donnée, LIÉE à moi » (עִמָּדִי). Elle est d’autant moins distincte de lui qu’apparaît dans la suite du verset un pronom épicene
    הִ֛וא נָֽתְנָה־לִּ֥י מִן־הָעֵ֖ץ וָאֹכֵֽל
    <> les consonnes sont au masculin (forme correcte : חוּא) et la vocalisation est celle du féminin (forme correcte : חיִא) . C’est un jeu de mots pour alerter le lecteur ; les théologiens de langue anglaise se demandent pourquoi on ne le traduit pas au neutre.
    Les traductions respectables se déchaînent :
    * Darby  évite de voir ce qui est écrit : <<Et l'homme dit: La femme que tu m' as donnée pour etre avec moi, -elle, m'a donne de l'arbre; et j'en ai mange. ”
    * Segond est plus sobre : <<L'homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé. ”
    * tout comme Maredsous <>
    * Certains (Prions en église: http://www.prionseneglise.fr/Les-textes-du-jour/Lecture/Lecture-du-livre-de-la-Genese-3-9-24 ) dans des lectures liturgiques rajoutent du texte sans préciser entre crochet pour éviter de penser ce qui est écrit : <>. Or, l’usage liturgique est l’occasion la plus fréquente d’entendre la Bible plutôt que de la lire, en milieu catholique comme en milieu protestants de nos jours.
    En cherchant l’image d’une enluminure qui montre un tronc d’Eve solidaire du tronc d’Adam avec les jambes en commun,je suis tombé sur cet article « Entre la figue et la pomme : l’iconographie romane du fruit défendu » de Hilário Franco Júnior contenant ce texte :
    <<En essayant d’expliquer comment l’interdiction du fruit faite à Adam impliquait aussi Ève, Pierre Comestor affirmait qu’à travers l’homme elle fut transmise à la femme129 ; il sous-tendait ainsi implicitement l’unicité des deux personnages, l’androgynie de l’être auquel il fut interdit de manger le fruit ” La note 129 renvoie à un auteur du 11ème siècle (Voir article complet ici http://rhr.revues.org/4621#tocto1n4 )
    A partir du 12ème siècle , l'accusation de la femme sera la règle ; on y verra une justification à sa subordination contre le texte où cet androgyne que la consommation du fruit de la connaissance du bien et du mal sépare, dirait plutôt que, si c'est la même bête, alors il ne peut être question de hiérarchie.
    Il en résulte que l'interprétation en conjugo éternel, construite à partir du seul verset Gn 2:24 fait fi du récit. Il serait bon de rappeler que le découpage en versets est tardif et ne date que de 1533. Vu d'ici, la compréhension en "explication de l'attraction sexuelle" me semble une préoccupation d'homme post-freudien. L'enjeu de ce texte me semble plus important que de réduire les femmes à un tuppence.

  4. Comme notre hôtesse, je pense qu’il ne faut pas lâcher le signifiant pour ne s’occuper que du signifié, surtout quand ce signifiant nous offre un morceau « d’humour biblique à 4 temps » basé sur la polysémie.
    Dans la situation de Gn 2, quand Mr. Dieu fait faire le tour du propriétaire à Mr. Adam, il le fait en mode paternel « TU peux manger de ceci, TU ne mangeras pas de cela  » où Adam joue le rôle du jeune qu’on éduque.
    Puis, Mr. .Dieu crée une femme à Mr. Adam à partir d’une côte. Le lecteur auditeur devrait garder en tête le double ou triple-sens parmi lesquels le battant de porte. En genèse 2 ;18, souvent y traduit par « il n’est pas bon que l’homme soit-seul », le texte dit « לְבַדּ֑וֹ  » dont le Brown-Driver-Briggs nous dit que l’expression signifie « properly in a state of (see below לְ) separation » puis du fait du suffixe possessif 3ème personne, » en état de sa séparation ». Le verset 2:21 se termine par « וַיִּסְגֹּ֥ר בָּשָׂ֖ר תַּחְתֶּֽנָּה » c’est dire « et il referma la chair dessous ». Il n’y a pas de possessif ; on ne sait donc ni « dessous quoi » ni de quelle chair il s’agit. Les traductions honorables rendent « dessous » par « à sa place » qui évite de se poser la question.

  5. benjamin dit :

    Bonjour,

    vous avez raison, il ne s’agit pas d’une côte. déjà la genèse est mal traduite.

    si vous regardez bien en hébreux le mot « adam » n’est pas un homme, mais l’humanité « homme et femme »
    le coté ou le vis à vis etc qui à permis de créer « EVE » qui n’est pas l’épouse d’adam non plus. vu que ADAM = humanité. EVE = conscience ou son âme. le mot employer pour femme ou épouse en hebreux n’est pas EVE vous pouvez faire une recherche…. et vous verrez.

    à christ seul soit la gloire

  6. en Genèse 2, 21-22 est צלע ; [tselo‘]. Faute des ouvrages nécessaires sous la main je ne saurais détailler le sens précis de ce terme,

    Ces outils sont en ligne et vous donnent la multiplicité des formes et des traductions de ce mot selon les divers contextes de ce mot.

    On vous dit donc « côte », « coté« , »bord« , « mur d’en face« , c’est à dire « vis à vis« . Le texte hébreu du premier testament étant plein de vannes, de calembours, d’homophonie imitatives, de jeux de mots et de sous-entendus, je vous propose de garder tous ces sens en tête quand vous lisez le texte biblique. Cela me semble d’autant plus nécessaire que le texte de Gn 3 qui suit et dont on se demande bien pourquoi il est séparé de Gn2 , raconte la séparation d’un androgyne pour peu qu’on soit attentif à la circulation des pronoms et à leur succession en nombre puis en genre. Mon hypothèse pour la séparation entre Gn 2 et 3 est la taille des peaux de mouton et c’est regrettable parce que ces deux récits n’en font qu’un.

  7. Campos dit :

    Bonjour,

    Je pense que vous avez tout faux. En génétique la différence entre un homme d’une femme c’est la 23 ème paire de chromosomes chez l’homme XY et chez la femme XX. De plus les ovules de la femme sont systématiquement X alors que les spermatozoïdes eux peuvent être X ou Y. Donc on peut dire que génétiquement la femme est un coté de l’homme puisse quelle n’a que des chromosomes X alors que le mâle lui à les deux X et Y. Donc sa me paraitrais plus logique que la femme à été crée à partir d’un coté d’Adam mais pas au sens littéral du terme c’est à dire coupé en 2 mais plutôt au sens génétique qui est le code servant à programmer le fonctionnement du vivant. Les traducteurs de l’époque ne connaissant pas la génétique ont traduit par ce qui semblais le plus logique pour eux à savoir une côte.

  8. C’est incroyable! La plupart des véritables commentateurs qui ont expérimenté cette « tardémah » savent parfaitement que cet os est le SACRUM. On y fait allusion avec la ville de « Lous » , Bethel, appelée aussi amande. C’est là qu’on teignait le TECHELET. Rabelais y fait allusion en disant « jusqu’à L’OUS ». Cette sortie d’Êve est connue aussi de ceux qui savent ce qui sort d’ILION en flammes chez les Grecs.Cette EVA convertie en AVE est la base de la connaissance, c’est-à- dire de la gnose dont la négation a fait perdre toute compréhension expérimentale de ce riche enseignement.

  9. augustin dit :

    l’homme DE NOTRE époque a totalement perdu l’authenticité de la bonne compréhension profonde de la signification vraie de cette affirmation à savoir que la femme est l’os de mes os et chair de ma chair.c’est la bonne explication,la bien meilleur compréhension profonde de la signification vraie de cette affirmation qui est capable de nous apporter l’harmonie,la sérénité dans notre structure profonde qui est le noyau atomique de notre personnalité concrète.

  10. pièce détachée dit :

    Un second commentaire, moins infertile : pour 2,22, la traduction Osty-Trinquet donne : «Yahvé Dieu bâtit en femme la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena à l’homme». En note : «bâtit (et non : « fit » ou « créa ») en femme : image unique» — un hapax dans le registre métaphorique, si nous comprenons bien. À toutes fins utiles, la suite de la note inclut ceci : «L’homme est sans cesse à la recherche de quelque chose qui lui a été ravi, tandis que la femme vit dans la nostalgie de la carrière de chair d’où elle fut tirée».

  11. pièce détachée dit :

    Un second commentaire, pour la version Osty-Trinquet. 2,22 est traduit : «Yahvé Dieu bâtit en femme la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’a

  12. pièce détachée dit :

    Juste une remarque (mesquine) sur ce billet impeccable : Genèse 20,21-22, en gros dans le titre, fait un peu mal aux yeux ; lisons plutôt 2,21-22.

  13. Marpillat dit :

    Que devient, dans tous ces belles phrases, la théorie de l’évolution des especes. Je comprends mieux maintenant que certains groupes religieux(Evangélistes) revendiquent que soit supprimé des programmes scolaire cette théorie de l’évolution et qui prétendent et soutienent que dieu à créé la terre t’elle que nous la connaissons actuellement, qu’il ne faut rien changer!!!!!!!!. Un peu de bon sens serait certainement plus util à l’humanité pour son évolution spirituelle

  14. Vous vous étonnez de l’unanimité des traducteurs de la bible pour traduire צלע par « côte » alors que selon par exemple le dictionnaire de Brown, Driver, Briggs, ce terme désigne aussi bien le côté que la côte. Ce rapprochement existe aussi tant en grec qu’en latin et il est arrivé jusqu’en français où l’on déclare que des gens sont « côte à côte » pour marquer qu’ils sont à côté les uns des autres ou que quelqu’un peut avoir un « point de côté », c’est-à-dire précisément une douleur à la hauteur des côtes.
    L’explication se trouve au verset suivant où est utilisée l’expression, à propos de la femme : « celle-ci, cette fois, est l’os de mes os et la chair de ma chair » (traduction Osty Trinquet). L’expression est traditionnelle on la retrouve dans plusieurs endroits de la bible (voir les références à 1 Samuel 5,1 dans Osty Trinquet) pour exprimer une parenté étroite. Or dans ce cas la racine utilisée ﬠצּﬦ désigne bien l’os d’une personne ou d’un animal.
    C’est l’usage de ce terme au verset 23 qui explique l’unanimité des traducteurs au verset 22. D’ailleurs, « côte » ou « coté » peu importe, car le but du texte est d’expliquer l’attirance entre les sexes par le fait que quelque chose de l’un lui a été pris pour former l’autre.
    Se demander quel os Dieu a réellement pris est un gag post-moderne dans la mesure où on utilise la bible sans chercher à savoir ce que le rédacteur voulait dire, ce qui est pourtant l’attitude minimale à avoir face à tout texte.
    Philippe Cibois
    http://enseignement-latin.hypotheses.org/

    • Claire Placial dit :

      Je vous rejoins en bonne part sur le jugement que vous portez sur le fondement de la recherche de « l’os que Dieu a réellement pris »: cette histoire de baculum est largement fantaisiste en effet, je ne crois pas qu’il faille lire autrement l’hypothèse de Scott Gilbert, qui se prend bien moins au sérieux sans doute que les chercheurs de réalia qui peuplent les traductions bibliques de l’époque positiviste.
      Pour le reste, je serais plus nuancée que vous sur l’indifférence à traduire « côte » ou « côté ». Qu’on dise côte pour côté dans « côte à côte », qu’on dise côté pour côte dans « point de côté » (et encore, dans ce cas) ne prouve pas pour autant que ces mots aient en toutes circonstances le même poids. Je suis peut-être bêtement littéraliste, enfin tout de même je ne vois pas la même image selon que la femme est créée d’une côte, ou d’une hémisphère.
      Ensuite, bien sûr que le symbole est primordial, et ce quand vous dites qu’il s’agit « expliquer l’attirance entre les sexes par le fait que quelque chose de l’un lui a été pris pour former l’autre », je trouve que c’est juste. Mais je me rappelle aussi les leçons de Jean-Louis Backès, qui disait des métaphores que l’herméneute en vient à voir le signifié et à rejeter le signifiant comme inessentiel, ou comme un simple moyen pour une fin. Oui, צלע et costa sont polyémique. Cela n’implique pas que leurs possibles traductions soient synonymes et interchangeables. L’image, pour moi, n’est pas la même.
      Quant au vouloir dire du rédacteur, biblique ou non – il s’agit en effet de l’attitude à avoir face à tout texte – je ne sais pas si c’est cela que doit chercher, en l’occurrence ici le traducteur. Ce qui ne veut pas dire du tout qu’il ne faut pas s’en préoccuper. S’interroger sur les intentions du rédacteur est nécessaire. Mais je crois que le vouloir dire n’est pas dissociable du dire, surtout quand un texte est riche, complexe, tissés d’échos – vous rappelez 1 Samuel 1,5: c’est le cas de la Bible. Pour moi – mais vous pouvez vous rassurer, je ne traduis pas les textes bibliques – je m’en tiens à ce que dit Markowicz de Dostoievski – sous forme de boutade, puisqu’évidemment il s’en préoccupe des idées de Dostoïevski: « Moi les idées de Dostoïevski, je ne les connais pas, par contre la langue de Dostoïevski je peux en parler”

  15. Laurent dit :

    Merci pour cet approfondissement de la question, c’est très intéressant. Malheureusement, après vérification, les féministes américaines de la NIV ne semblent pas se détourner de la « côte » (rib), et se contentent de mettre une note précisant que ce peut être le côté de l’homme : http://www.biblegateway.com/passage/?search=Genesis+2&version=NIV Un consensus étonnant pour un passage aussi connu, commenté et perturbant (la signification symbolique de la côte n’étant pas clair et aucune différence anatomique n’étant apparente à ce niveau entre hommes et femmes) !

    • Claire Placial dit :

      Merci pour cette référence, étonnante en effet, et ce alors que la NIV est très contestée par les théologiens conservateurs… Il faudrait creuser davantage les traductions anglaises, terrain que je connais très mal, pour voir si des contrexemples existent. En tout cas, je constate ici que, comme souvent, les passages qui font le plus parler d’eux d’un point de vue théologique ou exégétique ne sont pas nécessairement ceux qui donne lieu aux plus grand nombres de traductions différentes (en revanche, la note de la traduction est intéressante! c’est souvent dans les notes qu’on voit les débats)

    • DavidLeMarrec dit :

      Bonsoir !

      (Oui, propos passionnant en effet…)

      Cette solution de traduction traditionnelle + note semble être étrangement privilégiée, on la trouve aussi dans la Bible du Semeur… alors que, comme vous le souligniez, une traduction qui s’affranchit de la tradition n’a pas forcément lieu de parler de la côte pour une région du corps aussi vaste…

      Et que même Chouraqui (qui n’en était pas à une obscurité coquette près) n’y touche pas, ça tient du mystère.

      [J’en profite pour vous remercier pour les lectures passionnantes que vous fournissez depuis l’ouverture de cet endroit…]

      • Dennin regis dit :

        l’ évolution a apporté à l’ être humain l’ intelligence, la raison et la pudeur, avec en plus par rapport au règne animal, l’ aptitude à l’ orgasme pour la femme, ce qui est un fait unique dans le monde du vivant sur terre. ——-que dit la bible sur ce sujet remarquable?—-« -il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie ». alors Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’ homme qui s’ endormit, prit une de ses cotes, et referma la chair à sa place, Dieu format une FEMME de la cote.–EXPLICATION:———une des cotes du corps humain est l’ organe qui, depuis sa racine à l’ extrémité, ressemble le plus au sexe masculin en érection. il représente ainsi symboliquement l’ aptitude au plaisir et à l’ orgasme transposé à la femme (femelle), à la plus grande satisfaction d’Adam. le long sommeil d’Adam représente le temps nécessaire à cette bienveillante évolution grâce a laquelle il se doit d’ affirmer: le clitoris est le seul organe du monde vivant dont la seule fonction est le plaisir.—–LE MYTHE EST DEVENU REALITE— voir plus sur demande–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *