“L’obscurité sur les bords de la clarté”. Sur les notes du traducteur

« Les notes du traducteur sont le signe de l’échec de la traduction ». Voilà une assertion souvent entendue en cours de version. L’exercice de version a ses normes (aussi contestables qu’elles puissent paraître parfois) : on y demande à l’étudiant de choisir[1]. Pour autant, je ne pense pas que ce précepte ait une applicabilité générale.

C’est partant de cette idée que je m’apprêtais à consacrer un billet aux notes du traducteur. Une exploration internautique rapide me montre qu’innombrables sont les travaux et articles consacrés à la question. La revue de traduction Palimpseste a consacré son vingtième numéro au rapport de la traduction au commentaire ; dans ce numéro, Pascale Sardin est l’auteur d’un article intéressant, intitulé « De la note du traducteur comme commentaire, entre texte, paratexte et prétexte » ; l’article à mon sens est intéressant en ce qu’il part de la question de la fonction de la note du traducteur, sans condamner ni louer de prime abord ces notes.

Les fonctions envisagées le sont de plus suffisamment largement pour éviter une catégorisation trop étroite et difficilement applicable. Pascale Sardin distingue une « fonction exégétique » d’une part : les notes du traducteur viennent en effet souvent expliquer une donnée culturelle, une référence intertextuelle, etc., susceptible d’éclairer le sens du texte. D’autre part, elle évoque une « fonction méta- », qui ici fonctionne comme un retour réflexif du traducteur sur le processus même de la traduction, et avant tout sur les points d’achoppements. Cet article dit, mieux que je n’aurais su le dire dans le cadre d’un billet de blog, la plupart des choses que j’avais envie d’écrire – et notamment ceci, qui fait que je rejoins très largement la perspective de Pascale Sardin :

La note dans sa fonction « méta- » interroge aussi le fonctionnement des langues et du langage ; quand, dans Tristram Shandy, Charles Mauron commente sa traduction de ass par « âne » en disant que le « même mot anglais désigne à la fois âne et cul » (Sterne, 1982 : 527), il ne fait rien d’autre (omettant d’ailleurs le fameux « jeu de mots intraduisible ») qu’une leçon sur la polysémie du signe et sur la non-concordance des signifiants d’une langue à l’autre.

 Je change donc mon fusil d’épaule, et repense mon billet du point de vue non tant de la traductrice que de la lectrice – cela dit, voilà deux substantifs qui ne qualifient pas des activités hermétiquement séparées. D’abord parce que le traducteur est, nécessairement, par définition, un lecteur : on traduit ce qu’on lit. Ensuite parce que je lis, du moins les traductions, avec un questionnement continu sur la façon dont c’est traduit, en cherchant, quand je connais un peu la langue source et que l’édition n’est pas bilingue, à reconnaître l’original derrière la traduction.

Je trouve dans l’excellent ouvrage La Traduction en citations[2], cette citation d’Albert Bensoussan, issue de Confessions d’un traître[3] :

Redisons qu’en matière de traduction la note en bas de page, outre qu’elle gêne la lecture, est surtout jugée comme un aveu de faiblesse ou d’échec. Le texte doit se présenter au lecteur en parfaite lisibilité, sans nul écran, sans l’intervention active du traducteur qui n’est jamais meilleur que lorsqu’il est effacé, absent (apparemment) au texte.

 Je ne suis absolument pas d’accord avec ces quelques lignes, qui du reste, comme elles figurent dans un recueil de citations, ne sauraient être prises comme la position absolue de leur auteur : il se peut tout à fait que je les cite hors-contexte. Néanmoins, je conteste cet idéal d’effacement apparent du traducteur dont j’estime erroné de postuler qu’il a pour pole opposé l’arbitraire et l’appropriation du texte par son traducteur narcissique. Enfin ce n’est pas tant cette chose là qui m’intéresse aujourd’hui, mais la « lisibilité » du texte. Albert Bensoussan dit que la note en bas de page « gêne la lecture ». Le fait est que la note de bas de page modifie la lecture (dire qu’elle la « gêne » relève déjà de l’interprétation). Mettons qu’on lise un roman ; que ce roman, dans le texte original, mettons l’anglais, ne comporte pas de note, et que dans sa traduction française, le traducteur insère des notes, qui figurent en bas de page, pour préciser des faits culturels (fonction exégétique) ou des problèmes de traduction (fonction méta-) : évidemment, le rythme de la lecture sera un peu différent.

Ici, il conviendrait de distinguer, entre les différentes traductions, leurs différentes visées. La présence de notes du traducteur, leur nature, leur volume est susceptible de variations importantes, qui ici ne touchent pas à la seule traduction, mais aussi à l’édition du texte. Une édition critique d’un texte classique comporte nécessairement des notes sur la traduction, qui, comme l’évoque Jacqueline Henry dans un article intitulé « De l’érudition à l’échec : la note du traducteur », dans revue Méta, sont de nature mixte, puisque le traducteur est aussi bien commentateur et introducteur du texte.

Mais il est vrai que les notes de bas de page peuvent gêner le rythme d’une lecture. C’est le principal inconvénient que je leur vois, à titre personnel, dans mon expérience de lectrice. Et je préfère du coup les notes réunies en fin d’ouvrage, avec ou sans appel de note dans le corps du texte. C’est du reste une solution qui est parfois choisie par les éditeurs. Mais de fait, les notes du traducteur sont souvent en bas de page ; sans doute pour plusieurs raisons : elles sont tout de même relativement rares en général et ne risquent pas d’occuper une proportion trop importante de la page ; et on peut estimer utile au lecteur qu’il ait l’explicitation sur la page même qu’il est en train de lire. Si je pouvais choisir, je crois que j’aimerais autant pouvoir annoter libéralement ma traduction, mais que les notes figurent à la fin, laissant au lecteur le choix d’interrompre ou non sa lecture dans son élan. Pour le coup, si les notes doivent être en bas de page, j’aurai une annotation sans doute plus parcimonieuse.

Pour le reste, je crois, au contraire de ce que dit Albert Bensoussan, qu’il est bon que le lecteur sache que la traduction est une traduction, et la rencontre occasionnelle d’une note du traducteur peut avoir pour fonction de matérialiser l’écran qu’est, par définition, la traduction. Une traduction n’est pas le texte original, quel que soient les efforts du traducteur pour qu’elle lui ressemble le plus possible (les formules sont nombreuses : « dire presque la même chose » selon Eco, « faire ce que le texte fait » selon Meschonnic, etc.) Et il est bon que le lecteur le sache. Ce qui ne veut pas dire que le traducteur doive constamment rappeler sa médiation. Mais l’effacement de cette médiation ne peut pas être autre chose qu’une fiction. Il y a un écran, qui est peut-être davantage un verre bien poli qu’un écran opaque, mais il y a un écran entre le texte original et le lecteur de la traduction.

Par ailleurs, je relativiserais l’affirmation selon laquelle la note du traducteur est le signe de l’échec de la traduction, surtout lorsque la note entre dans la « fonction méta- » évoquée par Pascale Sardin. Poser l’échec est supposer la possibilité du succès. Or j’en doute. Je crois que souvent, et surtout dans les cas problématiques, qui appellent les notes de bas de page (les écarts culturels ou temporels importants ; les intertextes ; les jeux de mots et proverbes…), il n’y a pas une solution idéale, mais plusieurs modérément imparfaites (pour d’innombrables insensées). S’abstenir absolument de note, c’est potentiellement présenter le texte issu de la traduction comme conforme à l’original, comme non problématique, et ce alors même que le traducteur a butté sur une difficulté. Alors oui, la note est le signe d’une difficulté, mais elle n’est pas le signe d’un échec ; et s’abstenir de la note, c’est un peu cacher la difficulté sous le tapis.

Mardrus, cité par Delisle dans La Traduction en citations, dit ceci des notes du traducteur, en marge de sa traduction du Coran :

Il faut avoir la discrétion de garder dans ses tiroirs les matériaux et les outils du travail, pour ne servir au lecteur confiant que le résultat du travail, lequel seul importe. Si ce résultat n’est pas clair et satisfaisant par lui-même, ce ne sont point les notes qui l’amélioreront. Nous nous sommes fait un devoir de les proscrire[4].

Est-ce que seul le résultat importe ? Pour beaucoup de lecteurs, oui, sans doute. Pour moi qui m’intéresse depuis toujours, je crois, à la traduction, je goûte beaucoup, quel que soit le texte lu, les propos du traducteur expliquant la fabrique de la traduction. Il est vrai que les notes de bas de page peuvent m’être agaçantes. Mais les préfaces, postfaces, notes d’intention du traducteur me sont toujours passionnantes. Il y a un intérêt réel, à mon sens, à connaître « les matériaux et les outils du travail », ne serait-ce que parce qu’ainsi on connaît quelque chose de la façon dont le texte étranger est devenu, dans mon cas, français ; quels choix poétiques et linguistiques ont été faits, pour quelles raisons… Toujours dans l’idée que le texte traduit n’est pas le texte original, même s’il lui ressemble beaucoup.

De plus, les notes du traducteur, quand elles proposent des solutions alternatives de traduction (absolument interdites dans les cours de version), ont un intérêt autre, qui est de donner à entrevoir l’écart qui sépare les langues, de matérialiser autour d’une même traduction cet intérêt que perçoit Walter Benjamin, dans l’essai sur « La tâche du traducteur », à la multiplication des traductions d’un même texte, qui dans la mesure où chacune des traductions procèdent d’un même texte, donnent à voir les différentes facettes d’une même entité. Certes il n’est pas réaliste d’attendre de la traduction d’un roman policier lu sur la plage l’été qu’elle soit une mise en application d’une réflexion relevant de la philosophie du langage (encore que je suis persuadée, pour le pratiquer empiriquement, que la réflexion philosophique ou réflexive sur le langage trouve dans les romans policiers lus sur la plage l’été un beau terrain d’expérimentation). Mais, par exemple, en marge des textes sacrés traduits dans une perspective confessionnelle par des traducteurs estimant que le texte est dépositaire d’une parole divine, la multiplication des traductions possibles répercutées par les appareils de notes est la représentation de la multiplicité des incarnations possibles, en langue, d’une même parole – c’est tout le principe de la Pentecôte, et de la descente des langues de feu : la même parole s’incarne dans différentes langues. Il reste que cette Pentecôte peut être intralinguale. Michel de Certeau, dans son article (à mon sens indépassé) sur « L’idée de traduction au xviie siècle », expose ainsi la raison d’être de la prolifération, dans les notes marginales et infrapaginales des traductions bibliques de Port-Royal, des solutions alternatives :

Il n’y a pas de solution (le traducteur est toujours coupable), mais seulement des palliatifs. Ils consistent à réintroduire de l’obscurité sur les bords de la clarté, à créer un tremblé de la traduction  même. Ce sera en adjoignant à la version retenue les sens différents dont l’original est susceptible, ou en faisant apparaître un feuilletage de l’original par la traduction des variantes hébraïques, grecques ou latines du même passage. Dans la mis en page, une combinaison spatiale du texte central et des marges (ou notes) compense l’excessive clarté du discours continu par une proliférante pluralisation sémantique ou critique. Ces alentours microbiens instaurent une « pluri-isotopie » du texte. Ils rendent au « vouloir dire » de l’auteur son inaccessibilité. Par l’encadrement érudit de sa traduction, par ces bas-côtés de notes marginales, Sacy ajoute une indétermination, mais secondaire par rapport à la détermination qu’il a imposée au texte. L’ombre adjacente d’une polysémie remplace donc l’obscurité propre du texte[5].

 D’où l’écho que je perçois avec les propos de Marc de Launay, cité par Pascale Sardin dans l’article de la revue Palimpsestes : « l’intraduisible n’est jamais inintelligible – il fait souvent même la fortune de la note du traducteur, il en est la justification ». La note du traducteur en effet, là où la traduction est impossible, du moins là où le sentiment de la perte est le plus flagrant, alors même que le texte source est pour le traducteur parfaitement intelligible, permet d’instaurer entre le texte en traduction et la note la polysémie du texte source, de rendre sensible, peut-être, la différence entre les langues, le fait que toutes désignent le même monde, mais avec des regards différents.


[1] J’avais déjà à dix-huit ans une furieuse tendance au méta, et ai perdu un nombre considérable de points parce que je mettais une note pour proposer des alternatives « on aurait pu comprendre aussi ceci » ou analyser grammaticalement les phrases. En fait, je ne perdais pas des points qu’à cause de ma manie de la note, mais aussi parce que de fait souvent je mettais une note parce que j’avais mal compris. Néanmoins je crois qu’était déjà en germe cette croyance, une de mes plus fermes en matière de traduction, selon laquelle une traduction n’est pas identique au texte original, ne peut se donner pour lui, et résulte du travail d’un traducteur, qui a le droit de se rendre visible par ses notes. Dieu sait, s’il existe, que je n’ai pas aimé la version. Je passe un peu mon temps à prendre revanche de la version. En écrivant une thèse qui était en un sens un long commentaire de traduction, et en médisant de la version en note de bas de page de mon blog.

[2] Jean Delisle, La Traduction en citations, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2007

[3] Albert Bensoussan, Confessions d’un traître, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995.

[4] Joseph Charles Mardrus, Le Koran qui est la guidance et le différenciateur, Paros, Eugène Fasquelle, 1926.

[5] Michel de Certeau, « L’idée de traduction de la Bible au xviie siècle », dans Revue de Science Religieuse, 1978, p. 84.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pilar Ortiz Lovillo dit :

    Je suis professeur de traduction à l ´Université de Veracruz, au Mexique, et j´aimerais beaucoup traduire votre texte a l´espagnol avec mes élèves pour le publier après dans une revue de la même université. Vous pouvez me donner votre permission ?
    J´aimais beaucoup votre article.
    A bientôt et merci.
    Pilar Ortiz

Répondre à Pilar Ortiz Lovillo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.