Sur le premier sonnet du chansonnier de Pétrarque. La traduction la plus littérale n’est peut-être pas celle qu’on croit.

Quelle forme permet la plus grande littéralité dans la traduction de la poésie ? Longtemps, l’alternative devant un texte poétique a été la suivante, pour résumer : soit on traduit en vers réguliers selon les critères de la métrique française, soit on traduit en prose – un paragraphe de prose correspond alors à une strophe. C’est ainsi que les traductions du Cantique des cantiques sont jusqu’au milieu du 19ème siècle majoritairement en prose, et, dans quelques cas d’éditions séparées du seul Cantique, en vers réguliers, mais il s’agit alors plutôt d’une imitation, de ce que l’on considérerait maintenant davantage comme une adaptation, destinée à illustrer les qualités de versificateurs du traducteur[1]. Pour ce qui est du Cantique des cantiques, il faut attendre 1847 et la traduction d’Hector Perret-Gentil[2] pour trouver une traduction en lignes non métriques – je ne parle pas de vers libre puisqu’au sens strict, le vers libre apparaît en poésie ultérieurement. Pour les textes littéraires, les traductions en vers libres apparaissent plus tard. La première traduction de l’Odyssée en vers non métriques est celle de Jaccottet, qui a paru en 1955 ; elle avait été précédée par dans un premier temps des traduction en vers (Pelletier du Mans, 1571), puis essentiellement en prose (dont la première, celle d’Anne Dacier, en 1708, et celle toujours bien distribuée de Victor Bérard, 1931). Assez naturellement, il a fallu que le vers libre s’impose en poésie française pour que les traductions des textes poétiques soient fréquemment traduits en français en vers libres. Ce qu’Henri Meschonnic, écrivant à propos de la Bible, formule ainsi :

Chaque époque d’écriture enrichit la possibilité de traduire. Chaque époque de traduction enrichit la possibilité d’écrire. Le français n’est plus ce qu’il était avant le surréalisme. (…) Par comparaison avec la versification française classique, est ici canonique la structure interne facultative du vers. Et c’est en quoi ces rythmes coïncident avec les structures rythmiques de la poésie moderne en français. Car à partir du vers libre, elle est aussi le retournement du facultatif interne en canonicité variable, multiple. (…) Ainsi s’est faite une coïncidence du français moderne et de textes bibliques, à saisir, pour assurer le français dans des rythmes où il se reconnaît en se créant[3].

J’en viens à la question de la traduction du premier sonnet du Chansonnier de Pétrarque. J’ai constaté en cours d’année que mes étudiantes italianistes de L1 n’avaient pas de notions de prosodie italienne. Il faut dire que les cours dispensés au lycée sont des cours de langue italienne et non de littérature. Histoire qu’elles finissent l’année en ayant appris l’existence des hendécasyllabes, et puisqu’il s’agissait d’un cours d’histoire d’histoire de la traduction, j’ai réuni un petit corpus de traductions du premier sonnet de Pétrarque (et je remercie l’ami qui a fait office de documentaliste Galliconaute et m’a rapporté une pleine moisson de traductions au « style varié »). Mon but premier était d’exposer très brièvement le fonctionnement prosodique d’un sonnet pétrarquiste, puis de montrer quelles ont été, historiquement, depuis la Renaissance, les principales options formelles disponibles. Et puis les chemins de Serendip étant ce qu’ils sont, ce n’est pas tant à la constatation de l’évolution des formes que la séance a abouti, mais à l’idée que, du moins dans l’échantillon réuni, la traduction la plus littérale n’était pas là où on l’attendait ; autrement dit, la traduction en prose était moins littérale que les traductions en vers, du moins pour certains vers.

Le sonnet de Pétrarque est le suivant :

Voi ch’ascoltate in rime sparse il suono
di quei sospiri ond’io nudriva ‘l core
in sul mio primo giovenile errore
quand’era in parte altr’uom da quel ch’i’ sono,

del vario stile in ch’io piango et ragiono
fra le vane speranze e ‘l van dolore,
ove sia chi per prova intenda amore,
spero trovar pietà, nonché perdono.

Ma ben veggio or sí come al popol tutto
favola fui gran tempo, onde sovente
di me mesdesmo meco mi vergogno;

et del mio vaneggiar vergogna è ‘l frutto,
e ‘l pentersi, e ‘l conoscer chiaramente
che quanto piace al mondo è breve sogno

 J’avais réuni par ailleurs trois traductions, choisies à dessein pour illustrer l’évolution historique des formes poétiques adoptées en traduction, et prises parmi les traductions encore diffusées et consultables. Nous avions donc un exemple d’imitation en vers (Clément Marot, 1535) ; un exemple de traduction en prose (F.-L. de Gramont, 1842 ; il s’agit qui plus est de la traduction encore diffusée dans la collection Poésie Gallimard), et enfin la traduction en vers blancs (alexandrins non rimés) de Pierre Blanc (1988, traduction rééditée par les Classiques Garnier en 2004).

Il existe bien d’autres traductions du Chansonnier, sans compter les traductions isolées de tel ou tel sonnet. On en trouve un aperçu ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Canzoniere

Ce qui m’a frappée, c’est à quel point la traduction en prose de Gramont est loin d’être strictement littérale. Non que je pose la littéralité comme idéale. Mais, me semble-t-il, si ce traducteur en 1842 opte pour la prose (comme Nerval traduisant l’Intermezzo lyrique de Heine, à la même époque), c’est sans doute dans l’idée qu’il est impossible de traduire un poème en vers. Non que Gramont – et a fortiori Nerval – ne soit capable de versifier. Mais parce que c’est alors une adaptation et non une traduction qui en résulte, ne serait-ce qu’à cause de la contrainte de la rime qui en résulte.

La traduction de Gramont est la suivante :

Vous qui écoutez, aux rimes que j’ai répandues, le son de ces soupirs dont je nourrissais mon coeur, dans l’égarement premier de ma jeunesse, quand j’étais en partie un autre homme que je ne suis ;

Pour ce style dans lequel je pleure et je raisonne, et qui flotte des vains espoirs à la vaine douleur, je compte trouver pitié non moins que pardon chez tous ceux qui connaissent l’amour par expérience.

Mais je vois bien aujourd’hui comment pendant longtemps j’ai été la fable de tout le monde ; aussi souvent, en face de moi, je me fais honte de moi-même :

Et de mes vanités la honte est le fruit que je recueille, avec le repentir et l’éclatante conviction que tout ce qui charme ici bas n’est qu’un songe rapide.

 Quelques observations sur le non littéralisme de cette traduction – encore une fois il ne s’agit pas d’une critique, mais d’un constat.

– on note des variations syntaxiques : l’introduction d’une relative au premier vers qui développe l’épithète italienne (rime sparse à « rimes que j’ai répandues ») ; même procédé pour traduire le vers 6 qui en italien correspond à un comprément circonstanciel de lieu (fra le vane speranze à « et qui flotte… »)

– d’un point de vue lexical, la traduction oscille entre littéralisme (ond’io nutriva ‘il core, v. 2 à « dont je nourrissais mon cœur » ; pietà et perdono traduits par « pitié » et « pardon ») et variations entraînant parfois des glissements de sens non négligeables (al popol tutto v. 9, littéralement « à tout le peuple » à « tout le monde »).

– l’infernal (d’un point de vue traductologique) vers 11, di me medesmo meco mi vergogno, qui enchaîne trois formes pronominales de la première personne du singulier, est paraphrasé : « en face de moi, je me fais honte de moi-même », encore qu’à bien y regarder, on y retrouve bien dans le texte français ces formes pronominales – auxquelles s’ajoute le pronom personnel sujet non exprimé en italien. Mais disparaît de la traduction l’assonance, les quatre mots successifs commençant par la lettre « m ». Il faut bien dire qu’ici la traduction achoppe sur la difficulté à reproduire en français l’enchaînement des pronoms. On pourrait imaginer « De moi-même avec moi je me fais honte », mais ce n’est pas plus heureux pour autant, et on perd de même la chaîne des « m ».

– par ailleurs l’ordre des mots est très largement bouleversé dans la traduction de Gramont. C’est sans doute lié au choix de la prose, qui d’une part supporte moins bien que les vers des inversions par rapport à l’ordre dit naturel des mots en français.

La traduction de Pierre Blanc est sensiblement différente :

Vous qui au fil des rimes éparses écoutez
le son de ces soupirs dont j’ai repu mon cœur
lors de ma juvénile et première erreur
quand j’étais en partie autre homme que ne suis,

de ce style divers où je pleure et je parle
entre les vains espoirs et la vaine douleur,
auprès de qui saurait par épreuve l’amour
j’espère rencontrer pitié sinon pardon.

Mais ores je vois bien comment de tout le peuple
je fus souvent la fable ; de sorte que souvent
la honte de moi-même au fond de moi me prend.

Et de ma déraison la vergogne est le fruit,
et le repentir, et la connaissance claire
que ce qui plaît au monde est un songe éphémère.

La traduction de Pierre Blanc, qui pourtant s’astreint à l’alexandrin, est plus littérale du moins d’un point de vue lexical. On lit ainsi « rimes éparses » pour rime sparse, « ma juvénile et première erreur » pour il primo giovenile errore ; « tout le peuple » pour al popol tutto, « le repentir » pour il pentersi, « la connaissance » pour il conoscer (la transposition verbe substantivé à substantif étant par ailleurs difficilement évitable dans ce dernier cas). Il me semble que le traducteur a été particulièrement attentif au choix du lexique autour duquel se concentre le sens du poème. On notes certes quelques variations lexicales non nécessaires (sinon parfois pour atteindre les douze syllabes de l’alexandrin), ainsi nudriva à « repu » et non « nourri », ragiono à « je parle » et non « je raisonne ». Ce n’est pas cependant sur la traduction d’un mot isolé que les variantes sont les plus importantes, à mon sens, mais plutôt sur les phénomènes d’échos lexicaux qui apparaissent ou disparaissent à l’échelle du sonnet entier. Ainsi le jeu mi vergogno/vergogna disparaît avec la traduction par « la honte »/ « la vergogne » ; en revanche l’écho entre les deux occirrences de « souvent » au vers 10 ne reproduit aucun écho dans l’italien, alors que par ailleurs l’écho au sein d’un même vers fait partie des faits stylistiques importants dans le poème (ainsi vers 6 : fra le vane speranze e ‘l van dolore, traduit « entre les vains espoirs et la vaine douleur »). À mon sens, les solutions adoptées par Pierre Blanc sont adéquates : l’écho perdu ici est recréé là sans pour autant que le sens du poème en pâtisse, ni même que l’équivalence formelle en souffre grandement puisqu’on se retrouve avec un matériaux stylistique globalement équivalent.

Quelques mots pour finir du choix de l’alexandrin. Si l’on accepte d’entendre par « littéral » autre chose qu’une approche lexicale et grammaticale des textes, mais aussi une prise en compte de leur forme d’origine, il me semble que la solution adoptée par Pierre Blanc permet précisément une littéralité que la traduction en prose ne permet pas. D’abord parce qu’à la vue, on a un sonnet : ce n’est pas rien, quand on traduit un sonnet. Ensuite parce que la traduction en vers permet de conserver une équivalence un vers = un vers, et partant de là, de conserver quelque chose de la syntaxe de Pétrarque. Mais ces deux points étaient réalisables avec le vers libre. L’alexandrin a sans doute été choisi parce que d’une part c’est le vers classique français là où l’hendécasyllabe est le vers classique italien, et d’autre part parce que, légèrement plus long que le vers italien, il est plus propice que le décasyllabe à une traduction exhaustive du texte (Marot traduisait en décasyllabes, mais le fait que l’état de langue du 16ème siècle rende non obligatoire la présence des articles définis permet de gagner quelques syllabes). Tel que Pierre Blanc le traite, l’alexandrin n’est aucunement un frein à une traduction littérale du sonnet, attentive au lexique, à la syntaxe, aux effets de répétition présents dans l’original. Je prends pour ma part le parti de traduire les vers mêmes réguliers en vers libres, mais je dois dire que la traduction que donne Pierre Blanc de ce premier sonnet du Chansonnier force mon admiration.

Une dernière remarque. J’avais le Chansonnier au programme de l’agrégation, dans cette même traduction de Pierre Blanc. Je n’avais pas spécialement apprécié la traduction à l’époque – je ne me rappelle plus trop quelles étaient mes raisons. Mais se passe ici ce qui s’était passé pour l’examen de la traduction des Affinités Electives par Pierre du Colombier : des traductions qui ne m’avaient pas convaincues à la lecture, une fois que je les analyse relativement au texte original, me semblent bien meilleures, parce que je perçois l’immense rigueur des traducteurs, qui ont pesé chaque terme, et se sont refusés à la paraphrase décorative.


[1] On peut notamment citer une traduction en vers du Cantique par l’abbé de Marolles, grand traducteur des élégiaques latins, qu’il traduit paradoxalement en vers. Sur Marolles traducteur des élégiaques, voir Marie-Claire Chatelain, « Marolles traducteur des élégiaques latin »,  dans Théorie et pratique de la traduction aux xviie – xviiie siècles actes de la journée d’étude du Centre de recherches sur l’Europe classique, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 22 février 2008, Michel Wiedemann (éd.), Narr Francke Attempto Verlag, Tübingen, 2009.

L’exemplaire de la BnF est numérisé : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55681406

[2] H-A. Perret-Gentil, La seconde partie de l’Ancien Testament, comprenant les hagiographes et les prophètes, traduction nouvelle d’après l’hébreu, Neuchâtel, Imprimerie de Henri Wolfrath, 1847. Rien dans les péritextes de cette traduction ne vient justifier cette disposition

[3] Henri Meschonnic, Les Cinq rouleaux, Paris, NRF Gallimard, 1970, p. 9-10.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Bonjour,
    J’aimerais trouver une traduction du sonnet 283 (Discolorato hai, Morte, il più bel volto).
    Où la trouver ? D’avance merci !
    Gérard Zinsstag, compositeur

  2. Francois RAYMOND dit :

    Bonjour
    Je vous remercie vivement de votre réponse.
    J’ai trouvé ces traductions dans les œuvres poétiques complètes de la Pléiade, tome 1
    Je vous donne quelques indications de l’appareil critique qui les accompagne
    « Cinq sonnets de Pétrarque avec une eau-forte de Picasso et les explications du traducteur » furent publiés en 1947 sans date précise d’ « achevé d’imprimé » A La Fontaine de Vaucluse, nom d’une maison d’édition imaginaire. Cet in-quarto broché, orné d’une eau-forte originale de Picasso, imprimé sur les presses de J. Dumoulin à 110 exemplaires a paru sans nom de traducteur.
    Les explications du traducteur (Aragon) sont passionnantes
    Aragon destinait cette plaquette à ses amis, a écrit de sa main, à la fin de chaque exemplaire, un proverbe différent – par exemple « Septembre est le Mai de l’automne » ou « C’est l’amour qui fait les fronts pâles » Les textes originaux italiens étaient disposés en regard de leur traduction.
    Dans Les Lettres françaises n° 203 du 8 avril 1948 a paru séparément, sous le surtitre « Le sonnet de la mort » le cinquième sonnet traduit par Aragon, accompagné par la traduction inédite d’un autre sonnet intitulé « Le sonnet de la Rencontre » Si le nom du traducteur n’était pas précisé, une note mentionnait cependant le « livre très rare et très précieux » de 1947 présenté comme « l’un des trésors de la bibliophilie française »
    Les cinq sonnets ont de nouveau été publiés dans « Œuvres poétiques 1, t.XI p. 89-103 dans une disposition analogue à celle de l’édition originale. Cette collection des Œuvres poétiques est publiée au Livre-club Diderot, elle est rare et coûteuse. Mais avec un peu de chance on peut la trouver chez des bouquinistes sur internet à un prix encore acceptable.
    Le plus simple est de les lire dans la Pléiade t. 1, page 1033 à 1054, l’appareil critique est aux pages 1570-1574, signé par Jean-Baptiste Para.
    Aragon a reconnu en 1960 la paternité des traductions. Il ne parlait quasiment pas l’italien
    Une bonne étude de Franck Merger sur la réception de Pétrarque en France et l’exemple d’Aragon :
    http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article108
    Je serais heureux de poursuivre ces échanges, je connais un peu d’italien et suis un grand lecteur d’Aragon
    J’écris aussi quelques poèmes dans une association d’amoureux de la poésie
    Encore merci, et bien cordialement à vous

    Je me risque à copier-coller les 5 traductions, j’espère que ça va passer

    Aragon a utilisé l’édition bilingue de Ginguené de 1875 qui donne des titres, Pétrarque n’en donnait pas

    Chant I

    Proemio di tutto il canzoniere, nel quale il poeta si scusi degli amorosi vaneggiamenti

    Voi ch’ ascoltate in rime sparse il suono
    Di quei sospiri, ond’io nudriva il core,
    In su’l mio primo giovenil errore,
    Quand’ era in parte altr’uom da quel ch’i’ sono.

    Del vario stile in ch’io piango et ragiono,
    Fra le vane speranze e ‘l van dolore,
    Ove sia chi per prova intenda amore,
    Spero trovar pietà, non che perdono.

    Ma ben veggi’ or, si come al popol tutto
    Favola fui gran tempo, onde sovente
    Di me medesmo meco mi vergogno;

    E del mio vaneggiar vergogna è ‘l frutto,
    E ‘l pentirsi e ‘l conoscer chiaramente
    Che quanto piace al mondo è breve sogno.

    Prélude à tout son chant où le poète s’excuse des égarements de ses amours

    Vous qui surprenez dans mes vers le bruit
    De ces soupirs dont j’ai nourri mon cœur
    Dans ma première et juvénile erreur
    Quand j’étais homme autre que je ne suis

    Aux tons divers dont je plains mes ennuis
    Suivant l’espoir vain, la vaine douleur
    Si l’un comprend l’amour par son malheur
    J’attends pitié non point pardon de lui

    Mais je vois bien comme je fus la fable
    Du peuple entier longtemps et le tourment
    Au fond de la moi de la honte m’en ronge

    Jours égarés j’en garde seuls durables
    Ce repentir et clair entendement
    Tout ce qui plait au monde n’est qu’un songe

    Chant 176

    Che passando par la selva ardenna, nel ritornar da Cologna, egli non temeva, e che prendeva gran piacere pensando a lei

    Per mezz’i boschi inospiti, e selvaggi,
    Onde vanno a gran rischio uomini ed arme,
    Vò sicur’io, che non puo spaventarme
    Altri che ‘l sol c’hà d’amor vivo i raggi;
    E vò cantando (o pensier’ miei non saggi!)
    Lei che ‘l ciel non poria lontana farme;
    Ch’i’ l’ho negl’ occhi; e veder seco parme
    Donne e donzelle, et sono abeti et faggi.
    Parmi d’udirla, udendo i rami e l’ore,
    E le frondi, e gl’ augei lagnarsi, e l’acque
    Mormorando fuggir per l’erba verde.
    Raro un silenzio, un solitario orrore
    D’ombrosa selva mai tanto mi piacque,
    Se non che del mio sol troppo si perde.

    Que passant par la forêt d’Ardenne à son revenir de Cologne il n’avait crainte et prenait grand plaisir pensant d’elle

    Dans ces forêts hostiles et sauvages
    A grands risques vont les hommes armés
    Moi j’y vais sûr, que peut seul alarmer
    L’amour soleil qui me perce et ravage

    Et vais chantant Ô pensers mien non sages
    Celle qu’un ciel ne me saurait damer
    Mes yeux la voient entre dames mimées
    Au vrai qui sont arbres de ce boisage

    Ce m’est l’ouïr ouïssant bruire l’aure
    En la ramure Et les oiseaux Et l’eau
    Murmurant fuir à travers l’herbe verte

    Aucun désert aucun silence encore
    Qui m’ait tant plu que l’ombre qui m’enclôt
    Sauf que mon soleil m’y parvient à perte

    Chant 187

    Commenda la sua donna, ma si duole che non pareggia me sue lodi co’l suo canto

    Giunto Alessandro alla famosa tomba
    Del fiero Achille, sospirando disse:
    O fortunato, che si chiara tromba
    Trovasti, et chi di te si alto scrisse!

    Ma questa pura, e candida colomba
    A cui non sò, s’ al mondo mai par visse,
    Nel mio stil frale assai poco rimbomba
    Cosi son le sue sorti a ciascun fisse;

    Che d’Omero dignissima, e d’Orfeo,
    O del pastor ch’anchor Mantova onora,
    Ch’andassen sempre lei sola cantando,

    Stella difforme, e fato sol qui reo
    Commise à tal che ‘l suo bel nome adora,
    Ma forse scema sue lode parlando.

    Il parle de son amour mais se lamente que ne l’égalent ses louanges à son chant

    Jouxt Alexandre à la fameuse tombe
    Du fier Achille en soupirant s’écrie
    Ô bienheureux qui la si claire trompe
    Trouva qui t’ait si hautement écrit

    Mais cette pure et candide colombe
    A qui ne sait si paire au monde ai vu
    Mon style frêle à sa gloire succombe
    Ainsi chacun du sort reçoit son dû

    Digne à la fois d’un Homère et d’Orphée
    Ou du berger qu’encor Mantoue honore
    Allant toujours d’elle seule coiffé

    Etoile infirme et sa marraine fée
    Commise à tel qui l’encense et l’adore
    L’enfantas-tu pour ma voix étouffée

    Chant 102

    Dice che tal or canta, e ride per celare il suo pianto, del quale teme d’esser ripresso

    Cesare, poi che ‘l traditor d’Egitto
    Li fece il don dell’onorata testa,
    Celando l’allegrezza manifesta
    Pianse per gli occhi fuor, siccome è scritto;

    Ed Annibal, quand’ all’ imperio afflitto
    Vide farsi fortuna si molesta,
    Rise fra gente lagrimosa, e mesta,
    Per isfogare il suo acerbo despitto.

    E cosi avien che l’animo ciascuna
    Sua passion sotto ‘l contrario manto
    Ricopre con la vista or chiara, or bruna.

    Però, s’alcuna volta i’ rido, o canto,
    Facciol, perchi’ non hò se non quest’una
    Via da celare il mio angoscioso pianto.

    Il dit qu’ainsi lui arrive chanter et rire pour cacher sa plainte dont il craint être repris

    Lorsque César reçoit de Ptolémée
    Le don funèbre et la tête du mort
    Cachant sa joie et jouant le remords
    Pleure ses yeux comme une bien-aimée

    Et qu’Annibal sur l’empire en fumée
    A grand douleur soi-même remémore
    Pour enfouir le chagrin qui le mord
    Lui prend fou rire aux larmes de l’armée

    Advient ainsi que notre âme chacune
    Sa passion d’un contraire cachant
    Donne à ses traits figure blonde ou brune

    C’est la raison de mon rire et mes chants
    Je n’en fais mais qui n’ai manière qu’une
    Dissimuler le malheur me touchant

    Chant 283

    Uolsi che morte abbia estinto il sol dell’ umana bellezza, e che egli non ha altro conforto che di vederla, o in sogno o nell’ imaginazione

    Discolorato hai, Morte, il piu bel volto
    Che mai si vide, e i più begli occhi spenti,
    Spirto più acceso di virtuti ardenti
    Del più leggiadro, e più bel nodo hai sciolto.

    In un momento ogni mio ben m’hai tolto
    Posto hai silenzio a più soavi accenti,
    Che mai s’udiro, e me pien di lamenti,
    Quant’ io veggio, m’è noia, e quant’ io ascolto,

    Ben torna a consolar tanto dolore
    Madonna, ove Pietà la riconduce,
    Ne trovo in questa vita altro soccorso;

    Et se com’ ella parla, e come luce,
    Ridir potessi, accenderei d’amore,
    Non dico d’uom, un cor di tigre, o d’orso.

    Il se plaint que la mort ait éteint le soleil de l’humaine beauté et qu’il n’ait plus autre confort que de la voir en songe ou en imagination

    Tu as décoloré Mort le plus beau visage
    Eteint les plus beaux yeux que l’on ait jamais vus
    L’esprit le plus ouvert à l’ardente vertu
    Séparé du plus bel et subtil assemblage

    En un moment tu m’as ôté tout mon bagage
    Imposé le silence à ce chant qui s’est tu
    Jamais plus entendu et que m’infliges-tu
    Ce que je vois me tue et que j’entends m’outrage

    Il arrive parfois que pour me consoler
    Ma dame m’apparaisse ou pitié la ramène
    Je n’ai dans cette vie aucun autre secours

    Ah si des mots qu’elle a la lumière inhumaine
    Je pouvais la redire en seraient aveuglés
    Non pas l’homme d’amour mais le tigre, mais l’ours

  3. Bonjour

    Je lis votre analyse des traductions du sonnet 1 de Pétrarque.
    Je souhaite faire travailler la problématique de la traduction aux amis de notre groupe de poètes.
    Voici celle d’Aragon. Comment la situez-vous?
    Merci, Bien cordialement

    Vous qui surprenez dans mes vers le bruit
    De ces soupirs dont j’ai nourri mon cœur
    Dans ma première et juvénile erreur
    Quand j’étais homme autre que je ne suis

    Aux tons divers dont je plains mes ennuis
    Suivant l’espoir vain, la vaine douleur
    Si l’un comprend l’amour par son malheur
    J’attends pitié non point pardon de lui

    Mais je vois bien comme je fus la fable
    Du peuple entier longtemps et le tourment
    Au fond de la moi de la honte m’en ronge

    Jours égarés j’en garde seuls durables
    Ce repentir et clair entendement
    Tout ce qui plait au monde n’est qu’un songe

    • Claire Placial dit :

      Pour la « situer », il faudrait en savoir plus: quand cette traduction a-t-elle été écrite? Où a-t-elle été publiée? Je sais qu’Aragon a publié bon nombre de poèmes en traduction dans la revue Europe, est-ce le cas? (du reste, vous m’apprenez avec votre commentaire qu’Aragon a traduit Pétrarque: merci beaucoup!)

      Je crois que, si l’on peut observer beaucoup de choses en partant du texte seul d’une traduction (les allemands appellent cela l’explications « textinner », interne au texte, sans contexte), il est également intéressant de regarder le contexte, à commencer par le livre/recueil/journal dans lequel la traduction paraît. Cela déjà vous en dira beaucoup sur les intentions d’Aragon: essai isolé? Ou mise en place d’une poétique du traduire plus vaste?

      Pour le reste, ce qui saute aux yeux c’est la versification. Aragon, à une époque où majoritairement on ne traduit pas les vers réguliers en vers réguliers, adopte un schéma versifié qui est celui d’un sonnet régulier: rimes abba abba cdecde. Et, fait intéressant, il traduit en endécasyllabes, sont il importe le mètre italien, qui est classique en italien mais pas en français. Certains vers sont très littéraux (j’ai envie de dire: quand il a pu), d’autres moins. Sans doute la priorité allait-elle au schéma poétique.

      Votre commentaire éveille ma curiosité: où avez-vous trouvé cette traduction? Aragon a-t-il traduit d’autres poèmes de Pétrarque? Savait-il l’italien?
      Et cette réponse que je vous rédige maintenant m’inspire des billets à venir sur le rapport au contexte!
      Merci de votre passage.

  4. dictionnaire dit :

    Bonjour,
    La traduction littérale est plus souvent difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *