“Pour un plat de lentilles” heurs et malheurs d’un élément de langage, le saviez-vous? biblique

Après l’annonce par Emmanuel Macron de la dissolution de l’Assemblée nationale, on a vu fleurir chez les personnalités politiques un élément de langage qui en a déconcerté plus d’un: au gré des alliances qui se font en vue des législatives à venir, Untel ou Unetelle auraient vendu quelque chose, leur âme, leur conscience, leur intégrité, “pour un plat de lentilles”. Cela part de la droite et du centre-droit, ambiance printemps républicain anti-LFI, pour dénoncer l’alliance à gauche des socialistes et écologistes avec LFI dans ce qu’on commence à appeler un “Front populaire”

Et, encore plus à droite, visant cette fois Sandrine Rousseau:

Mais à la faveur de la tentative de rapprochement d’Éric Ciotti en direction du Rassemblement national, le plat de lentilles est repris pour dénoncer cette nouvelle alliance, à la gauche de Ciotti cette fois

Voire dans les rangs mêmes des Républicains:

Bref, les pauvres lentilles prennent cher ces jours-ci, et en viennent à figurer la veulerie, l’opportunisme, les pires qualités morales du monde politique, surtout dans la bouche de quiconque souhaite décrédibiliser un adversaire en délégitimant les alliances qu’il élabore pour parvenir au pouvoir (ou, pour empêcher l’autre camp ou le pire camp d’y parvenir). Mais qu’ont fait ces innocentes et nutritives légumineuses pour être ainsi marquées d’infamie? Les internautes s’interrogent:

 

Certains avances des éléments d’explication, qui sont non seulement bien vagues, mais inexacts:

et il est temps maintenant de la GRANDE RÉVÉLATION. Qu’est-ce que c’est donc que cette obsession des lentilles? Pourquoi des lentilles? Qu’est-ce qu’ils ont tous à se vendre pour des lentilles?

via GIPHY

Et bien, chères et chers amis, si vous ne le saviez pas, maintenant vous le saurez: ces lentilles sont des lentilles bibliques. Dans quelle mesure Valérie Pécresse, Rachel Khan, François Vincent, Laurent Joffrin, Jérôme Godefroy, Hervé Morin ont-ils et elles toutes et tous consciemment à l’esprit qu’elles et ils se réfèrent implicitement à un épisode de la Genèse? Je ne sais pas. Mais en tout état de cause, le plat de lentilles vient de là. Voyez un peu. Je recopie ci-dessous deux traductions de Genèse 25, 27-34. Il s’agit de l’héritage d’Isaac, qui a deux fils jumeaux, Ésaü qui précède de très peu Jacob. Isaac, Jacob, comme dans “le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob”: ce sont des patriarches qu’il s’agit ici, Jacob étant ensuite nommé Israël après son combat avec l’ange, et père de douze garçons qui sont, selon la Genèse, à l’origine des douze tribus d’Israël.

25:27 Ces enfants grandirent. Ésaü devint un habile chasseur, un homme des champs; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes.

25:28 Isaac aimait Ésaü, parce qu’il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.

25:29 Comme Jacob faisait cuire un potage, Ésaü revint des champs, accablé de fatigue.

25:30 Et Ésaü dit à Jacob: Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué. C’est pour cela qu’on a donné à Ésaü le nom d’Édom.

25:31 Jacob dit: Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse.

25:32 Ésaü répondit: Voici, je m’en vais mourir; à quoi me sert ce droit d’aînesse?

25:33 Et Jacob dit: Jure-le moi d’abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d’aînesse à Jacob.

25:34 Alors Jacob donna à Ésaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Ésaü méprisa le droit d’aînesse.

Traduction de Louis Segond (traduction protestante depuis l’hébreu, texte copié depuis cette page)

27 Les garçons grandissent.

Ésaü est un chasseur, un homme des champs. Jacob est un homme bien et vit sous la tente. 28 Isaac préfère Ésaü, comme lui amateur de gibier. Rébecca préfère Jacob.

29 Jacob prépare un bouillon quand Ésaü rentre des champs, épuisé. Il dit à Jacob:

– Ah! laisse-moi engloutir de ce roux, de ce roux oui! Je n’en peux plus! (C’est la raison du nom Édom)

31 – Vends-moi d’abord ton droit d’aînesse! répond Jacob.

32 – Oh je vais mourir! dit Ésaü. Je n’ai rien à faire d’un droit d’aînesse.

33 – Jure-le moi d’abord! demande Jacob.

Ésaü s’exécute et vend son droit à son frère. 34 Jacob lui donne alors du pain et un bouillon de lentilles. Il mange, il va, il se lève et s’en va – il a méprisé son droit d’aînesse.

Traduction de Frédéric Boyer et Jean L’Hour dans la Bible Bayard dite “des écrivains”, Paris, 2001/réédition 2023

Voilà qui clarifie les choses, et notamment l’objet précis de la transaction, bien confus dans les tweets susvisés. Si je paraphrase le texte de la Genèse. L’aîné, Ésaü, le préféré de son père, est un homme d’action, d’extérieur, de mouvement. Il cultive, chasse, se fatigue le corps, et j’ajoute au vu du co-texte: c’est un vrai bonhomme, bien musclé, bien poilu. Jacob lui est plus tendre – oserai-je dire plus féminin? – il vit dans les tentes, est le favori de sa mère, il est aussi plus fin et plus rusé qu’Esaü, plus ambitieux sans doute. Il profite – certes légalement, ouvertement – de la faim d’Ésaü pour lui acheter son droit d’aînesse pour un plat de lentilles, ou un bouillon de lentilles. Plus tard, il trompe en outre son père Isaac devenu aveugle et se fait bénir par lui en portant sur son bras une peau de bête de sorte à ce que Isaac, lui touchant le bras, pense sentir le bras velu d’Ésaü. Les patriarches sont de sacrés filous et pas toujours bien moraux, la preuve qu’on serait mal avisé d’imiter les personnages de la Bible dont la vertu est souvent bien vacillante et qui passent quand même un temps assez infini à se berner les uns les autres (ce qu’a fait Abraham à Sarah en Égypte n’était pas joli joli, par exemple).

Le droit d’aînesse, dans un contexte patriarcal, ça n’est pas rien. En principe, la fortune et l’autorité sur la famille ou la tribu se transmettent du père au fils aîné. En vendant son droit d’aînesse à son frère, Ésaü lui cède le pouvoir. Le corpus biblique est coutumier néanmoins de ces transferts de droits d’aînesse: Jacob par la suite privilégie Joseph sur son premier né Ruben, avant cela, Abraham a privilégié Isaac, son deuxième fils né de Sarah, sur son premier né Ismaël né de Hagar la servante de Sarah, etc: l’entorse à la règle patriarcale est la norme et est aussi complètement signifiante. Dans le cas de Jacob et d’Ésaü, c’est aussi la prééminence du rusé sur le laborieux un peu rustre qui est établie par la narration.

Mais revenons-en à l’élément de langage de Pécresse et compagnie. Pécresse ne se rend peut-être pas bien compte, ou bien elle a oublié les détails, qu’elle fait référence à l’épisode du droit d’aînesse des fils d’Isaac, parce qu’elle parle, pour Olivier Faure et le PS, de “vendre son âme” à LFI. Elle fait sans doute un mélange avec l’histoire de Faust, qui vend son âme à Méphistophélès (autrement dit, le diable) en échange de la jeunesse éternelle. Du reste aucun des commentateurs, je pense, ne prêtent une réelle attention à la signification du passage biblique auquel ils empruntent l’expression “contre un plat de lentilles”, et à la nature de ce qui est vendu – dans la Bible, le droit d’aînesse, même si de fait se joue ici une question de pouvoir. Faure donnerait le pouvoir à Mélenchon, Ciotti à Le Pen contre des lentilles, à savoir, un ministère? pourquoi pas.

Mais ce qui m’intéresse ici c’est surtout ce qu’on pourrait appeler un effet de sous-marin biblique. L’élément de langage se transmet de politique en politique, essentiellement au sein d’un arc centre-droit qui voit l’union des gauches comme une menace, et qui fait une sorte de syncrétisme Jacob/Méphisto de LFI et de la figure de Mélenchon (à qui certes, on peut reprocher bien des choses). Mais, comme on dit en linguistique, l’élément de langage me semble démotivé. En linguistique, plus précisément en sémantique, on appelle “démotivé” un terme dont on n’entend plus l’étymologie. Par exemple le fromage vient de “formage”, de quelque chose qu’on moule dans une forme, mais plus personne n’entend le mot “forme” en se tartinant de l’époisse sur du pain. De même, l’origine des lentilles est majoritairement oubliée, ou en tout cas non activée. J’entends par là que si les locuteurs qui utilisent l’élément de langage “plat de lentille” peuvent connaître son origine biblique, ils s’explicitent pas leur recours à une image biblique en l’utilisant, ils ne sont pas dans un régime d’administration de la preuve par argument d’autorité biblique. Et du reste la plupart des internautes sont perplexe devant ce plat de lentilles.

Ça sera pour un prochain colloque: de la permanence des images bibliques dans la communication politique. On pourrait appeler ça “l’inconscient biblique des sociétés laïques”. Jdçjdr.

Image mise en avant: Matthias Stom, Ésaü et Jacob, huile sur toile, v. 1640


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Placial (12 juin 2024). “Pour un plat de lentilles” heurs et malheurs d’un élément de langage, le saviez-vous? biblique. langues de feu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t8h


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search