“As I walk through the valley of the shadow of death” (elle est chiante cette chanson, parce qu’elle reste)

Cette semaine avait lieu notre colloque sur la postérité de la Bible nouvelle traduction (BNT) dite des écrivains. Nous avons entendu beaucoup de très belles choses, plusieurs communications portant sur les usages de la BNT. Parmi elles, une communication du pasteur luthérien Philippe François, qui utilise régulièrement la traduction des Psaumes par Olivier Cadiot et Marc Sevin.

Inviter un pasteur, quand on a nolens volens des habitudes de catholiques, c’est vraiment éclairant. Dans un contexte liturgique, les catholiques n’ont pas le choix de la traduction: c’est la traduction liturgique qui est lue. Cette traduction, préparée justement en vue de son oralisation, et d’une réception par l’oralisation par les personnes présentes, est susceptible d’entraîner des habitudes d’écoute. Les pasteurs en revanche ont toute latitude pour choisir les textes qu’ils lisent, et les traductions dans lesquelles ils les lisent. C’est ainsi que Philippe François utilise, dans certaines occasions, les Psaumes de la BNT, co-traduits par Olivier Cadiot et Marc Sevin. Mais ce choix d’une traduction très littéraire, et non confessionnelle, reste rare parmi les pasteurs, comme en témoigne la petite enquête qu’il a menée, qui fait apparaître que la plupart des pasteurs utilisent la Bible Segond, ou la Traduction oecuménique de la Bible (TOB)

Philippe François, dans sa communication, expliquait qu’il lit deux Psaumes aux enterrements, le Psaume 90 et le Psaume 23. Le Psaume 90, dans la traduction de Cadiot/Sevin, le Psaume 90 dans celle de Segond. L’utilisation de deux traductions différentes accompagne le moment de la cérémonie, et la fonction du Psaume. 

Petit pas de côté, à ce stade du billet, pour exposer rapidement en quoi les traductions de Segond et de Cadiot/Sevin diffèrent.

La Bible traduite par le pasteur genevois Louis Segond paraît, pour la première édition de l’Ancien Testament dont les Psaumes, en 1874, en général c’est la version de 1910 qui est utilisée. Segond a visé une traduction philologiquement exacte, et rédigée dans un français correct et fluide. C’est une version qui fait consensus dans le monde protestant francophone, et qu’on pourrait dire de facture très classique.

La BNT vise à faire de la Bible un objet littéraire contemporain. Chaque livre est traduit par un·e exégète et un·e écrivain·e qui travaillent de concert, sans cahier des charges terminologique ou stylistique – ils sont par exemple libres de traduire en vers, dans le vers qu’ils veulent, etc. La poétique de chaque livre varie évidemment en fonction du texte source qui n’est pas le même, mais aussi en fonction du binôme qui le prend en charge. Les Psaumes sont traduits par Cadiot et Sevin de façon extrêmement concise, dans un style coupé ou heurté – lors du colloque, Olivier Cadiot qui était présent répond à quelqu’un qui fait une remarque sur son utilisation du vers libre “ça n’est pas du vers libre, c’est du vers un peu oppressé”

Je reviens à mon point de départ. Philippe François préfère Cadiot/Sevin pour le Psaume 90, lu au début de l’enterrement, dans un moment qui peut laisser place à la colère: il en trouve la nature sèche, heurtée, plus adéquate que le liant que Segond met dans l’ensemble de ses traductions. Cela donne ceci – je ne cite que des extraits

Traduction de Segond (version de 1910) Traduction de Cadiot/Sevin, BNT, 2001
3 Tu fais rentrer les hommes dans la poussière,
Et tu dis: Fils de l’homme, retournez!
4 Car mille ans sont, à tes yeux,
Comme le jour d’hier, quand il n’est plus,
Et comme une veille de la nuit.
5 Tu les emportes, semblables à un songe,
Qui, le matin, passe comme l’herbe:
6 Elle fleurit le matin, et elle passe,
On la coupe le soir, et elle sèche.
7 Nous sommes consumés par ta colère,
Et ta fureur nous épouvante.
8 Tu mets devant toi nos iniquités,
Et à la lumière de ta face nos fautes cachées.
9 Tous nos jours disparaissent par ton courroux;
Nous voyons nos années s’évanouir comme un son.

Tu fais retourner l’homme à la poussière
tu dis à l’homme allez retourne

Mille ans à tes yeux sont comme hier qui passe

Une seule veille
dans la nuit

Tu les emportes en sommeil

Et le matin
ils sont comme une herbe qui change

Au matin
en fleur et verte

Le soir coupée sèche

Nous sommes anéantis par ta colère
nous avons peur de ta fureur

Tu poses nos fautes devant ta face

Nos secrets
à la lumière de ta face

Tous nos jours se détournent
dans ta grande colère

Nos années se terminent dans un soupir

En fin de cérémonie, alors qu’il convient sans doute de proposer aux endeuillés des mots de consolation, c’est la traduction de Segond qui est préférée pour le Psaume 23. J’en cite ici le début:

Traduction de Segond Traduction de Cadiot/Sevin
1 Cantique de David.
L’Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
2 Il me fait reposer dans de verts pâturages,
Il me dirige près des eaux paisibles.
3 Il restaure mon âme,
Il me conduit dans les sentiers de la justice,
A cause de son nom.
4 Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi:
Ta houlette et ton bâton me rassurent.
5 Tu dresses devant moi une table,
En face de mes adversaires;
Tu oins d’huile ma tête,
Et ma coupe déborde.

Psalmodie de David

Yhwh
mon berger

Je ne manque de rien

Grâce à toi
couché dans l’herbe des prés verte

Guidé vers les eaux calmes

Tu me redonnes des forces
tu m’indiques le sentier le plus juste

Oh à cause de ton nom

Engagé
sans malheur dans vallée obscure

Tu es avec moi
Ton bâton et ta canne me protègent

Pour moi seul tu dresses une table face aux ennemis

Huile sur ma tête
et les coupes débordantes

Si je suis bien l’exposé de Philippe François, l’intérêt de Segond ici est pluriel. D’abord, s’il y a un psaume que les communautés protestantes francophones connaissent par coeur, c’est celui-là, et dans cette traduction-là: il s’agit à ce moment là aussi de faire communauté autour d’un texte qui est dans les mémoires et les oreilles. Ensuite – ici c’est moi qui propose l’analyse – si le texte est dans les oreilles et les mémoires, c’est sans doute aussi parce qu’il sonne bien. Notamment, on y trouve pas mal d’alexandrins:

Il me fait reposer dans de verts pâturages

Il me conduit dans les sentiers de la justice

Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi:

Tu oins d’huile ma tête, / Et ma coupe déborde.

C’est une réflexion que je m’étais faite en travaillant sur le Cantique des cantiques: à quel point les versets qui sont le mieux mémorisés tendent à être, en français, des alexandrins, des décasyllabes, des vers pairs – par exemple, Ct 2,1 en contexte catholique depuis la Vulgate est très fréquemment traduit par “Je suis la fleur des champs et le lys des vallées”: je me demande si le fait que le sens du texte source se coule naturellement dans l’alexandrin n’est pas un facteur capital dans la conservation de ce même vers d’une traduction à l’autre.

Mais l’autre jour, écoutant Philippe François parler, c’est de l’anglais qui m’est revenu à la mémoire – et j’en viens maintenant à expliquer le titre de ce billet. En entendant, chez Segond, “Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort”, j’ai entendu, avec les oreilles de ma tête, As I walk through the valley of the shadow of death, et même, je dirais, As I walk through the valley of the shadow of death, avec des accents sur les syllabes que je reporte en gras. Ça me semblait être un souvenir musical et être un rap mais je ne me rappelais pas ce qui venait ensuite, sinon que je savais le scander, mais sans les paroles. Il m’a fallu un bon dix minutes, et le café à la pause, pour avoir l’illumination:

C’était donc Gangsta’s Paradise, la chanson de Coolio, sur un sample de Stevie Wonder (Pastime Paradise). Le titre est sorti en 1995 et figure dans la BO du film Esprits rebelles, j’étais collégienne à sa sortie, pas spécialement fan de rap, mais disons que c’est la BO musique de fond de mon adolescence, qui traîne dans ma mémoire sonore passive. Voici le début des paroles:

As I walk through the valley of the shadow of deathI take a look at my life and realize there’s nothin’ left‘Cause I’ve been blastin’ and laughin’ so long thatEven my momma thinks that my mind is gone
 
Que veux-je dire ici? Plusieurs choses:
 
1) que les Psaumes sont partout, y compris dans le rap américain – en 1994, un an avant Gangsta’s Paradise, on pourra se rappeler le personnage de Samuel L. Jackson dans Pulp Fiction qui prétend citer Ezéchiel 25-17 avant d’abattre ses ennemis – il s’agit en fait non d’une citation textuelle mais d’un développement dans le genre d’Ezéchiel, vaste sujet auquel je retournerai plus tard, ou pas. Enfin bref: les Psaumes sont partout, y compris dans le rap. Pourquoi les Psaumes sont partout? Parce que dans ce titre, comme dans les Psaumes, il est aussi question du sens de la vie, de la vie comme chemin vers les ombres de la mort, de la façon dont ce chemin est interprété – de façon plus sombre chez Coolio que dans le Psaume 23
 
2) Parce que cet exemple – le fait que Coolio cite ce verset, comme le fait que je m’en rappelle – sont aussi des illustration de ce qu’on pourrait appeler une mémoire citationnelle. Tout un chacun a la tête pleine de bouts de textes, comme des textes à trous mais avoir peu de textes et beaucoup de trous. Les bouts de textes qui émergent ont sans doute un impact particulier – d’image, de sens, mais aussi et surtout dans ce cas précis, de son – qui les rend mémorisables. Cela vaut pour l’alexandrin conjoncturel dans des traductions en vers libres chez Segond – ou, mutatis mutandis, dans des poèmes en proses de René Char, par exemple “Le Martinet”.
 
Bref, il y a une mémoire biblique qui est aussi, qui est surtout, une mémoire poétique.
 
 
 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Placial (9 juin 2024). “As I walk through the valley of the shadow of death” (elle est chiante cette chanson, parce qu’elle reste). langues de feu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sbx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search