« Madame, mais le traducteur, il a le droit… ? » L’éthique du traducteur en cours de commentaire de traduction.

 Le questionnement continu et progressif de mes opinions sur la traduction est souvent relancé par les questions des étudiants, en cours de commentaire de traduction. Et c’est vraiment une des choses que je préfère dans ce métier : quand une question, en apparence naïve, en apparence incongrue, déclenche chez moi une chaîne d’interrogations, et révèle chez l’étudiant des représentations du langage, de la traduction, d’autant plus intéressantes que, pour les L1, ils n’ont pas encore beaucoup rencontré de théoriciens de la traduction dans leurs cours et leurs lectures.

Voici donc deux des questions qui m’ont été posées, qui ont trait à ce que le traducteur et l’éditeur ont « droit » de faire, et qui ont été pour moi – et pour la classe, j’espère – source féconde d’interrogations sur ce que peut être l’éthique du traducteur.

Madame, mais le traducteur, il a le droit de faire ça ?

Cette question là, je crois l’avoir entendue au moins une fois dans chacun des cinq groupes, à propos de traductions ponctuelles qui n’étaient manifestement pas littérales, mais à des échelles différentes de mon point de vue. La question « le traducteur a le droit ? » a porté aussi bien sur des transpositions du type  after her milk was stolen à « après le vol de son lait » (et non pas, « après que son lait avait été volé », la nominalisation réalisée dans la traduction ici est un procédé très commun en traduction littéraire, utilisé sans même y penser pour éviter le groupe verbal perçu comme lourd en français), que sur des traductions posant un réel problème de sens et/ou de style (ainsi l’incipit de Beloved : 124 was spiteful à « Le 124 était habité de malveillance »), ou encore sur des ajouts ou élisions conséquents, comme c’est le cas dans la traduction de la nouvelle de Hoffmann Der unheimliche Gast qu’étudient les germanistes.

De la récurrence de cette question, je remarque de prime abord que mes étudiants sont plutôt littéralistes. J’en suis la première surprise. Je me plais (je me complais ? tendance à surveiller) à croire que je suis plus littéraliste que la moyenne ; c’est sans doute vrai si je me positionne en rapport aux théoriciens (Ladmiral[1], Lederer, Nida[2]) qui ont fondé une traductologie prescriptive orientée vers la restitution du message ou du sens des textes. ça l’est moins si je me place dans le champ de la critique des traductions de Meschonnic[3] et Berman[4], dont je me sens plus proche. Bref, je pensais être plus littéraliste que les étudiants, je pensais qu’ils auraient tendance à aller spontanément vers une reformulation, vers une adaptation aux idiomatismes français. Et bien non. Encore que je ne peux pas dire qu’ils soient systématiquement littéralistes. Mais en tout cas, l’écart à la lettre, quel qu’il soit, ne va pas de soi pour eux, du moins pour ceux d’entre eux qui posent la question. Et, c’est ce que je trouve le plus intéressant, l’écart par rapport à la lettre leur pose autant problème quand il ne modifie pas le sens global de la proposition, que quand il le change. J’ai d’ailleurs beaucoup de mal à leur faire comprendre qu’il faut hiérarchiser les transformations qu’ils relèvent dans les traductions, d’une part parce que quand on construit un commentaire pour un exercice universitaire français, on doit distinguer des parties et des sous parties ; d’autre part parce qu’il y a effectivement des classements à proposer ; les trois exemples cités plus haut ne me semblent pas équivalents. Mais néanmoins, la pulsion littéraliste des étudiants me pousse à déconstruire moi-même mes propres présupposés : jusqu’où les transformations opérées dans la traduction ne sont pas équivalentes, et sont-elles être innocentes ? Je maintiens qu’elle ne sont pas équivalentes (il faudra que je m’emploie à l’argumenter), mais il y a sans doute un présupposé linguistique à considérer que la nominalisation ne change rien au sens (du reste les étudiants pour certains se sont employés, dans leurs copies, à montrer que la nominalisation en faisant disparaître les verbes d’actions fait perdre au texte son dynamisme. C’est eux qui l’ont trouvé tout seuls, je n’ai rien dit de ce genre en cours).

L’autre chose que je trouve intéressante dans la question « le traducteur, il a le droit ? », c’est précisément la question du droit. La réflexion sur la traduction se place, chez les théoriciens que je connais le mieux, sur (je schématise) le plan de la langue (la fin, ie. la restitution du message justifiant plus ou moins les moyens mis en œuvre) ou du style (faire ce que le texte fait selon Meschonnic, ne pas détruire les réseaux rythmiques, sémantiques, chez Berman). Les sociologues de la traduction apportent un autre éclairage, lorsqu’ils abordent la question des déterminismes sociaux et économiques qui font que le traducteur est contraint (par l’éditeur qui définit certaines normes, par le temps qui presse pour honorer le contrat…). Mais la question est rarement posée en termes de droit et d’éthique. Anthony Pym réhabilite la question de l’éthique[5] d’une façon intéressante, notamment parce que la notion de responsabilité qu’il introduit permet de circonvenir le serpent de mer, ou devrais-je dire l’hydre à sept têtes, de la fidélité en traduction, notion particulièrement floue et polysémique. La responsabilité du traducteur ne signifie du reste nullement l’absence de contraintes – imposées par l’éditeur notamment. Mais il me semble que cette notion de responsabilité aille davantage dans le sens d’une auctorialité seconde que d’une position éthique intersubjective vis-à-vis de l’auteur du texte source. Or c’est ce que mes étudiants ont en tête quand ils demandent si le traducteur « a le droit ».

Mais l’éditeur, il peut vraiment changer le texte ? Il peut modifier le travail du traducteur ? C’est pas respectueux !

À la question du « droit » du traducteur à changer telle ou telle chose (la ponctuation, les catégories grammaticales, le sens de tel mot) s’ajoute celle des droits de l’éditeur à imposer quoi que ce soit au traducteur. C’est une question qui suit souvent la précédente, quand je dis que le traducteur ne fait pas toujours ce qu’il veut. Il est en principe exhaustivement relu par un éditeur qui garde un œil sur le texte source ; cette lecture a pour fonction d’éviter les contresens, certes, mais surtout de s’assurer du bon fonctionnement du texte français, selon des impératifs qui peuvent varier d’un éditeur à l’autre, et selon l’ascendant qu’à l’éditeur sur le traducteur. Là encore, j’en viens à me dire qu’il y a chez mes étudiants une conception informulée du traducteur comme auteur second. Ils trouvent « irrespectueuse » l’intervention de l’éditeur (le terme a été prononcé par une italianiste), mais je suppose qu’il ne leur paraîtrait pas par principe irrespectueux qu’un cadre reprenne le travail d’un subordonné (quelle que soit l’intime conviction du subordonné de la valeur de son travail et de son bon droit). L’idée que le traducteur est subordonné à l’éditeur, qui est très présente dans les études à dominante sociologique sur la traduction, échappe aux étudiants ; il faut dire aussi qu’ils ont une très mauvaise connaissance du marché du livre. Je leur ai donc transmis les quelques notions que j’en ai, et notamment leur ai expliqué que pour la littérature contemporaine (typiquement, pour la traduction de Beloved) c’est l’éditeur qui embauche le traducteur, et non le traducteur qui seul dans son coin se met à traduire un roman de Morrison ; l’éditeur au préalable a acquis les droits de l’ouvrage. Donc oui, je ne sais pas s’il « peut » au sens moral (ob er darf), mais au sens pratique, il peut (er kann), et le fait, de façon plus ou moins autoritaire, et plus ou moins bien acceptée par les traducteurs.

Je raconte souvent des histoires de traducteurs aux étudiants. Outre que cela permet de détendre l’atmosphère, je crois que ces histoires sont de fausses pauses : je donne l’impression de faire un excursus récréatif, et en fait il se dit des choses importantes, et je crois réellement que ce sont dans ces moments là que des mécanismes de pensée se décoincent ou s’embrayent chez eux.

Je leur raconte l’histoire d’un traducteur français de Camilleri, Serge Quadruppani (Dominique Vittoz, a également traduit Camilleri) rencontré en colloque, que l’éditeur a laissé libre de traduire le mélange complexe d’italien et de sicilien dans une langue française pleine de déformations phonologiques inspirées du sicilien (plutôt que d’adopter un patois français, le provençal par exemple. Vittoz écrit ainsi « pinser » à la place de « penser » là où les personnages siciliens disent pinsare et non pensare) ; son éditeur a, pour reprendre les termes des étudiants, « respecté » ses choix ; mais Vittoz et Fayard reçoivent des lettres de protestations disant que la traduction n’est pas en bon français, n’est pas correcte.

Je leur raconte l’histoire d’un ami traducteur littéraire, qui traduit pour Actes Sud des romans écrits en anglais, et ses rapports cordiaux, pour ce qui m’en paraît, avec son éditrice qui suggère les modifications plus qu’elle ne les impose, et qui est apparemment particulièrement sensible aux habitudes ou, au contraire, aux inconstances que le traducteur peut avoir. Pour ce qui est des inconstances, il faudrait faire un long développement sur la nécessité (ou pas) de l’esprit de système en traduction : ce sera pour une autre fois. Pour les habitudes en revanche, il me semble logique qu’un traducteur puisse en avoir qui lui soient propres, de même que toute personne qui écrit peut avoir des tics ou des habitudes. Il peut être bon que l’éditeur, ou tout lecteur – s’il a du tact, c’est mieux – repère dans la traduction ce qui est un tic de traduction si ce n’est pas dans le texte. J’ai le sentiment qu’il reçoit avec un réel intérêt intellectuel et sans crispation de principe le retour de son éditrice ; pour d’autres traducteurs toute intervention, toute suggestion de l’éditeur sur leur texte est perçue très douloureusement ; mais la question est complexe, parce que se mêlent positions théoriques, rapports interpersonnels : je suppose que si l’on tombe sur un éditeur grammaticalement puriste et sans tact, on passe un sale quart d’heure, et, comme disent les étudiants, on ne se sent pas « respecté ». Alors que le retour mesuré, argumenté, de l’éditeur ou de tout autre lecteur relève proprement du respect à mon sens.

Ces questions sur le « droit » et le « respect », portent sans doute encore l’écho de l’adolescence, et des revendications au respect, au droit de faire ce qu’on veut, de la volonté d’exister comme sujet en quelque sorte. Je les trouve d’autant plus touchantes qu’elles sont infiniment sincères. Et en définitive, d’un point de vue théorique et pratique, pour la traduction, je les trouve juste. D’abord parce qu’elles m’extraient un peu du linguistique et du stylistique, des catégories dualistes de la lettre et de l’esprit, de la source et de la cible, de la forme-sens, pour poser la traduction comme un travail, une action accomplie par un sujet responsable, et responsable de son propre texte autant que du texte de l’autre. Et – c’est là qu’Alfred Brendel, le pianiste, dont j’ai parlé , m’aide à penser la traduction – c’est aussi en se concevant comme un sujet éthique et conscient, ou du moins travaillant à l’être, que le traducteur rend le plus justice au texte qu’il traduit. Du reste la notion du droit est souvent présente en creux quand on traduit : on se pose souvent la question de jusqu’où on peut aller trop loin dans un sens ou dans un autre. En tout cas, la question du droit, perçue comme un problème éthique plus que juridique, me semble d’autant plus importante qu’on traduit un texte qui a un autre sujet – et je me rends compte que cet autre sujet, l’auteur, est constamment évoqué par les étudiants, et beaucoup moins par moi, qui raisonne plus en termes de texte. Mais tout de même, le traducteur se fait le double, le Doppelgänger de l’auteur, et lui doit, pour reprendre un terme qui est cher à un autre ami, les égards qu’il doit à tout autre sujet.

 

 

Addendum

 

Il m’a fallu des années avant de me rendre compte il y a une semaine où deux que la collection allemande des éditions Verdier, dirigée par mon directeur de thèse, Jean-Yves Masson, s’appelle Der Doppelgänger, et que oui, le traducteur est un double, et que par dessus le marché, le fameux lied de Schubert est composé sur un poème de Heine, que je m’en vais de ce pas traduire.


[1] Voir notamment Jean-René Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard, 1994.

[2] Par exemple Eugene A. Nida, D’une langue à l’autre. Traduire : l’équivalence fonctionnelle en traduction biblique, traduit de l’anglais par Janine de Waard, Villiers-le-Bel, Alliance Biblique Universelle, 2003

[3] Voir notamment nouvelle Poétique du traduire (voir Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, mais aussi, sur l’idéologie de la clarté de la langue, De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Paris, Hachette Littératures, 1997.

[4] Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

[5] Pour une éthique du traducteur, Arras, Artois Presses Université, 1997.


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Ce n’est pas simple de faire la traduction. Traduire mot par mot ne sert à rien et traduire le message exactement comme il est compris dans une autre langue est presque impossible. C’est bien que plusieurs personnes revoient une traduction avant de la faire passer.

    • Claire Placial dit :

      « traduire le message »: est-ce cela qu’on traduit? J’aurais tendance à dire que je traduis des textes (littéraires, en ce qui me concerne,pour les textes non littéraires, pour l’interprétation, les choses sont un peu différentes). Je ne pense pas traduire le message.
      « PLusieurs personnes revoient une traduction avant de la faire passer », vous voulez dire par « faire passer, « publier? » dans le meilleur des cas des éditions papiers, oui. Ce n’est pas si systématique, et on pourrait d’autre part arguer que la traduction peut être le lieu d’une rencontre entre deux sujets, l’auteur et le traducteur, dans la fabrique d’un texte nouveau, et que les révisions successives ne vont pas nécessairement dans le sens d’une lecture avec sa part de subjectivité. Cela dépend du contexte, du type de texte, de la définition qu’on donne à la traduction, dont je persiste à croire qu’elle n’a rien d’évident.

  2. ALiCe__M dit :

    Merci de parler d’éthique en traduction. Je pense à cette célèbre phrase de Barthes : « Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. », et me dis que ce que j’aime particulièrement dans les traductions, (surtout celles de langues que je ne connais pas) c’est sentir un peu l’odeur de l’autre langue sur celle du français. C’est peut-être en contradiction avec ce que les professionnels de la traduction considèrent comme une « bonne » traduction, mais, pour moi, ce léger décalage, ce parfum de l »étrangeté », cette étrangeté consubstantielle à la traduction, je la trouve belle, et j’aime la retrouver dans une traduction française : cela peut ressembler à de la maladresse, mais c’est une maladresse respectueuse, intéressante, parfumée, et, oui, je le crois : éthique.

    • Claire Placial dit :

      Je ne sais pas si les professionnels de la traduction pensent tous que la bonne traduction est celle qui est indécelable, c’est du moins quelque chose que j’ai beaucoup entendu comme position de principe, en cours de version, et lu dans les ouvrages théoriques (Nida, Ladmiral notamment). Du reste je suis tout à fait d’accord avec vous, subjectivement, sur le parfum de l’étrangeté. J’ai connu les traductions françaises de Camilleri (par Quadruppani donc) avant d’apprendre l’italien et de lire Camilleri en italien-et-sicilien, et avais aimé cet avant goût de la spécificité sicilienne qui passait dans la traduction, et, en général, cette façon on on s’imagine l’autre langue inconnue lorsque la traduction « frotte ».

      Pour cette belle citation de Barthes (merci beaucoup!), elle me rappelle ces mots de la première scène de la Mort de Danton de Büchner: « Wir wissen wenig voneinander. Wir sind Dickhäuter, wir strecken die Hände nacheinander aus aber es ist vergebliche Mühe, wir reiben nur das grobe Leder aneinander ab, – wir sind sehr einsam », que je m’en vais traduire à l’emporte-pièce: « Nous savons peu l’un de l’autre. Nous avons la peau épaisse, nous tendons les mains l’un vers l’autre mais c’est peine perdue, nous ne faisons que frotter notre cuir épais l’un contre l’autre, – nous sommes très seuls. »
      Et bien, pas complètement: il y a tout de même ce frottement.

      • ALiCe__M dit :

        OH ! j’adore cette citation de Büchner ! je ne peux apprécier votre traduction, car je ne lis pas l’allemand, hélas, mais elle fait un chouette écho (et prolongement) à celle de Barthes, merci merci, maintenant j’ai envie d’en lire plus !

  3. FroguetteMiNote dit :

    C’est toujours intéressant de découvrir l’expérience des autres. Tutrice d’étudiants en master pro de traduction littéraire, je me faisais la réflexion en vous lisant que je n’ai pas du tout constaté les mêmes comportements chez « mes » étudiants, au contraire, plutôt trop de prises de liberté face au texte et autres « je cache la poussière sous le tapis » – moi qu’on a parfois qualifiée de « cibliste » 😉

    Quelques petites rectifs :

    « Je leur raconte l’histoire du traducteur français de Camilleri, Dominique Vittoz » : en dehors du fait que DV est une femme, la virgule est de trop dans cette proposition, DV n’étant pas la seule personne à transposer Camilleri en français.

    Un autre (l’autre ?) traducteur, premier en date, et (il me semble) introducteur de Camilleri en France, Serge Quadruppani, a eu lui aussi à rendre « l’effet sarde » par des écarts d’avec la langue françoise, et s’est fendu d’un avertissement expliquant ses choix en introduction du premier roman de la série des Montalbano. Quoi qu’il en soit, il se peut que les fans de Camilleri (dont je suis) soient habitués au rendu labellisé SQ des termes et structures « exotiques » camilleriennes, mais à ma connaissance, c’est SQ qui a mis au point ce « pinser », souvent lu sous sa plume dans les Montalbano sans que personne n’y trouve à redire.
    (Peut-être grâce au fameux avertissement du début, peut-être parce que SQ a su donner une voix et une patte bien à lui à Camilleri… ou peut-être parce que, pour des raisons évidentes, l’argot provençal et marseillais passe mieux pour rendre du patois sarde que l’argot lyonnais – la logique « géographique » de ce choix renforçant le pacte de lecture au lieu de casser la « suspension de l’incrédulité » ?)

    • Claire Placial dit :

      Mais où avais-je la tête, vous avez raison de me reprendre c’était à Serge Quadruppani que je pensais quand je faisais référence à « pinser », et c’est lui qui avait présenté, dans un colloque à Cefalù, sa façon de sicilianiser le français. Un lien ici:
      http://www.livesicilia.it/2008/10/29/traduzioni-cosi-montalbano-riesce-a-parlar-francese/

      Merci pour cette rectification, j’édite l’article de ce pas.

      Pour ce qui est des étudiants, en fait, j’ai le sentiment d’un écart entre ce qu’ils disent en commentaire de traduction, et ce qu’ils font dans les quelques lignes qu’ils ont à traduire (ce ne sont pas des étudiants en traduction, mais des L1 de lettres modernes qui ont une épreuve de commentaire de traduction dans le cadre de leur module de littérature comparée). D’un côté ils sont très critiques des écarts même infimes par rapport à ce qu’ils considèrent la lettre du texte. D’un autre côté, les traductions qu’ils proposent sont parfois extrêmement littérales, parfois au contraire assez éloignées par volonté d’élégance et/ou d’équivalence, chez ceux qui par ailleurs ont bien compris le texte source et manient le mieux le français. Mais en commentaire de traduction, j’entends beaucoup « il peut? » « il a le droit? » « il déforme », etc.

    • Orignal Québécois dit :

      Un petit rectif à propos de votre expression entre guillemets « effet sarde »!! Pour Camilleri « effet sarde »? Ne serait-il pas « l’effet sicilien »? Merci!

  4. bituur esztreym dit :

    il y a cette notation de Joseph Joubert sur la traduction, dans ses Carnets, à la date du 25 février 1799, que je trouve à la fois d’une grande rigueur et tout en nuances ; on le croirait plus littéraliste que personne, mais il marque bien ce que la lettre doit servir :

    « De la traduction. Son but est de faire connoître. Son mérite est de ressembler. Faut-il traduire mot à mot ? Oui : et non pas seulement mot à mot, mais encore, si cela se peut, son par son et lettre par lettre, à moins que cette exactitude ne défigurât les traits que l’on veut reproduire. »

    • Claire Placial dit :

      Quelle belle citation! Merci beaucoup de votre commentaire. J’ai du mal à en juger d’après quelques lignes seulement, mais ce lien avec l’idée de traduction comme mimésis est intéressant. J’avoue que je ne connaissais pas Joubert. A-t-il beaucoup parlé de traduction? Wikipedia me dit qu’il est publié par Chateaubriand, et alors que la traduction au 18ème (cf. Voltaire) est rarement littérale, Chateaubriand lui adopte, à vue de nez, une position semblable à celle de la citation que vous citez. C’est très intéressant, à creuser. Merci!

      • bituur esztreym dit :

        je n’ai pas (re)mis le nez dans ses Carnets depuis longtemps, et ne connais que cette note de Joubert sur la traduction, j’ai un marque page à cet endroit. ces « quelques lignes » compose la note intégrale sur ce sujet à cette date. je n’a pas souvenir d’une autre note sur le même sujet, m’enfin, les Carnets sont un énorme volume de 660 pages, et courant sur cinquante ans..
        sa Correspondance, éditée chez William Blake & Co éd., occupe quant à elle 3 tomes de plus de 200 pages chacun..
        de l’époque, c’est un des esprits les plus suggestifs, déliés, dont l’acuité et le style n’ont pour moi d’égal que la nonchalance et la bonté, oui. un être étonnant.

  5. Laura dit :

    Bonjour,
    merci pour ce post et en cadeau, Schubert en russe: http://www.youtube.com/watch?v=_WcVnn4dpPQ

    • Claire Placial dit :

      Merci Laura pour le lien! Je connais bien ce lied, et l’entendre en russe m’a vraiment surprise, je m’attendais à entendre « fremd bin ich eingezogen… » Quel beau lied, je ne sais plus où j’ai lu, et qui disait, que Schubert réussissait à aller plus loin dans la mélancolie dans le majeur final que dans le mineur.
      Que pensez-vous de la traduction russe? (langue que je ne comprends absolument pas)

  1. 14 avril 2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } languesdefeu.hypotheses.org – Today, 8:09 […]

  2. 1 juin 2012

    […] au sens le plus large : parler et penser sa problématique de thèse, son expérience du terrain, les enjeux de l’enseignement, de certains types de contenus, de la relation aux étudiants, prolonger les réflexions initiées […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *