“C’est ici qu’on récolte la moitié du sel allemand” – traduire Heine à l’heure d’internet

Les plus memologues de mes lecteurs auront reconnu, dans le titre de mon billet, ce meme qui a fait trois fois le tour de Twitter, tiré de l’émission C’est pas sorcier consacrée à la récolte du sel de mer, et qui a permis d’illustrer toutes les fois où un·e internaute ou une personnalité se montrait particulièrement salé -c’est-à-dire incisif et méchant et parrhésiaste.

Heine est incisif, méchant (avec ses ennemis politiques) et parrhésiaste, comme on dit aussi sur les réseaux, “il tire à balles réelles”, sauf que ce n’est pas à balles réelles, bref, en le traduisant je me dis constamment: mais quel troll velu celui-là alors.

Je traduis en ce moment pour les éditions GF Allemagne, un conte d’hiver; j’en fais une édition susceptible d’être achetée par un public universitaire, et donc: substantielle introduction, appareil de notes, édition bilingue. J’ai fini ma première version de la traduction récemment et attaque de façon concomitante la révision de la traduction et les notes. En faisant la première version je consulte des dictionnaires et des bases de données en ligne (essentiellement le Pons, Linguee pour son gros corpus de traductions, et le très précieux dictionnaire des Grimm), mais je ne prépare pas d’emblée les notes, ni ne consulte l’édition critique, sauf si vraiment le sens m’échappe complètement. Les dictionnaires ne sont pas ma seule source: pour comprendre les realia par exemple, une recherche Google, ou wikipedia, ou Google image, est souvent très utile. Par exemple au chapitre 4 il est questions de trois Körbe von Eisen: les mots ne posent aucun problème: corbeilles de fer, paniers de fer. Mais le contexte (on y met des gens et on les accroche à des tours) m’a fait regarder en ligne et donc: ce sont des cages de fer, ce que m’apprend la fiche wikipedia de Jean de Leyde (l’anglaise, la française est moins détaillée) et le lien hypertexte vers l’Église Saint Lambert de Münster permet de voir une photo des cages, toujours accrochées à l’Église, mais maintenant vides, où ont été laissés à décomposer les corps des anabaptistes mentionnés par Heine. Et donc c’est la photo qui me fait décider pour “cage de fer” plutôt que “panier de fer”

Dans un deuxième temps je reviens donc au texte pour faire deux choses: établir les notes d’une part, qui doivent non tant justifier la traduction que donner aux lecteurs et lectrices francophones une compréhension du contexte. Mais comme je fais moi-même ma V1 très vite, pour essayer de capter l’énergie du texte et avoir une vision la plus globale possible de l’oeuvre, cette annotation est aussi une entreprise de compréhension du contexte pour la traductrice elle-même. Je me fonde d’une part sur l’édition critique de Winfried Woesler, parue dans le volume 4 de la Historisch-kritische Gesamtaufgabe, et d’autre part sur internet. Il y aura une dernière phase de travail pendant laquelle je rédigerai l’introduction de 50 000 signes, et là j’irai plus loin dans la biblio, mais pour l’instant ce qui m’importe c’est d’éclaircir tel point. Par exemple, on lit au chapitre 4:

Ici Hoogstraaten, le Menzel de Cologne[1]
A écrit ses dénonciations venimeuses.

La flamme du bûcher a ici
Dévoré les livres et les gens[2],
Tandis qu’on sonnait les cloches,
Et qu’on chantait Kyrie eleison.

[1] Jacob van Hoogstraten (c. 1640-1527) est un théologien et controversiste flamand, qui fut grand inquisiteur de Cologne, Mayence et Trèves. Il se montra particulièrement opposé au judaïsme et au luthéranisme et fit, de fait, brûler et des livres, et des gens. Wolfgang Menzel (1798-1873) était un féroce opposant du mouvement Jeune-Allemagne, dont les auteurs, dont Heine, furent interdits de publication par le Bundestag de Francfort à cause de leur hostilité envers la religion chrétienne, entre autres.

[2] Dans Almansor Heine écrivait déjà : « là où on brûle des livres, on finit par brûler des gens ».

Dans ma V1, j’avais gardé les noms propres – Hoogstraaten, Menzel, en me doutant bien que Hoogstraaten faisait partie de l’alliance du sabre et du goupillon que Heine pourfend dans le Conte d’hiver et particulièrement dans les chapitres sur Cologne, mais sans aucune foutue idée de qui c’était précisément, et de même pour Menzel. L’édition critique m’en donne quelques idées synthétiques, que complètent la consultation de Wikipedia.

J’en viens maintenant à mon point du jour, à savoir, traduire Heine à l’heure d’internet. C’est en fait un double point. Le premier sur les outils des traducteur·ices. Mais comment diable faisaient les traducteur·ices avant internet? Ils et elles devaient, d’une part, passer plus de temps en bibliothèque, et les éditions critiques devaient être leur référence principale (ce qui pose une autre question: mais comment diable faisaient les éditeurs critiques avant internet?). Mais sans aucun doute ils et elles devaient manquer davantage de choses que nous, de nos jours. D’autant qu’aux ressources diverses (dictionnaires, bases, concordances, encyclopédies, articles de recherche, banques d’images…) s’ajoute le crowdsourcing, qui m’a plus d’une fois tirée de la panade quand je ne comprenais pas tel mot – par exemple c’est un twitto qui m’a appris le mot “porion” et sa signification. Il y a parfois un effet rabbit hole à chercher des ressources en ligne: cette histoire de cages de fer m’a fait cliquer de lien en lien pour explorer l’histoire des anabaptistes, qui ils sont, ce qu’ils prêchent, comment ils ont été réprimés. De même, me renseignant sur Frédéric-Guillaume IV de Prusse, qui en prend pour son grade sous la plume de Heine, j’ai cliqué sur 78889 liens pour reconstituer les alliances matrimoniales, en arrivant jusque Sissi, puis en me demandant si tous ces gens étaient des aïeux de la reine Victoria et donc d’Elisabeth II. Bref, la production d’une trentaine de notes dans la journée a été accompagnée de quelques heures de procrastination utile.

Mais il y a un point dans le point: le fait que les recherches faites aujourd’hui me permettent de percevoir de façon particulièrement frappante le fonctionnement du texte de Heine. Le texte de Allemagne, un conte d’hiver est d’emblée extrêmement politique et critique. Pour le résumer très vite, dans le premier chapitre l’instance lyrique y proclame le programme suivant: “Des petits pois pour tout le monde”!, dans le sens où

Un chant nouveau, un chant meilleur,
C’est ça, amis, que je veux écrire !
C’est ici que nous voulons sur terre
Ériger le royaume des cieux.

Nous voulons être heureux sur terre
Et ne voulons plus nous priver ;
Le gros ventre ne doit plus dévorer
Le produit des mains laborieuses.

Il pousse ici-bas bien assez de pain
Pour tous les enfants des hommes,
Aussi roses et myrtes, beauté et désir,
Sans oublier les petits pois.

Des petits pois pour tout le monde,
Dès que les cosses éclateront !
Nous pourrons bien laisser le ciel
Aux anges et aux moineaux.

Et si des ailes nous poussent post-mortem
Nous vous rendrons visite là-haut
Et nous mangerons avec vous
Les saintes tartes et les gâteaux.

Et dans le dernier chapitre, l’instance lyrique est invitée par la déesse Hammonia à voir le futur de l’Allemagne dans le pot de chambre de Charlemagne (en résumé: ça pue.)

Bref, je le savais qu’il était politique, et qu’attendre d’autre d’un poète exilé, dont les oeuvres ont été interdites, voire brûlées, par la censure prussienne? Mais ce que me fait percevoir l’expérience de l’annotation dans un deuxième temps par rapport au premier jet de la traduction, c’est la puissance critique de l’allusion. Le texte par endroits assez badin et allusif fonctionne vraiment par couches superposées. Par exemple, l’évocation ci-dessus de Hoogstraaten et de Menzel, comme en passant, avant d’évoquer les livres brûlés, est en fait une charge non pas tant contre Hoogstraaten inquisiteur de Cologne, à l’origine des premiers martyrs du protestantisme, que contre Menzel, écrivain et critique réactionnaire, nationaliste ethnique, farouche adversaire du mouvement littéraire Jeune Allemagne, qui contribua à faire interdire les oeuvres de Heine, pour des raisons politiques teintées d’antisémitisme – ce qui est du reste, dans le Conte d’hiver, connoté par le rapprochement avec Hoogstraaten qui prônait la destruction des livres juifs. Heine n’accuse pas Menzel d’antisémitisme, mais en faisant le parallèle avec le sinistre inquisiteur, on comprend l’accusation. Autrement dit, “c’est là qu’on récolte la moitié du sel allemand”. Voilà ce que laissent apparaître les notes: du sel, du sel, du sel.

Cette expérience de traduction en plusieurs strates – le premier jet, comme horizontal pour l’énergie, le deuxième passage, plus vertical, pour la compréhension plus profonde, ne fait que confirmer que la traduction est une école de lecture. Et je finirai ce billet en remerciant GF de me confier traduction, annotation et introduction. On est, je pense, un peu sorti de l’époque où le traducteur était vu comme un prestataire de service mais pas un expert du texte, qui était souvent préfacé par quelqu’un de plus “gradé” – j’ai ainsi le souvenir d’une préface, très médiocre, de Michel Tournier aux Affinités électives de Goethe traduites par Pierre du Colombier. Alors qu’en réalité, cette lecture exhaustive – la seule lecture exhaustive, avec l’interprétation sur la scène, qui soit garantie: les critiques peuvent sélectionner des bouts et morceaux, les traducteurices, non – cette lecture exhaustive, donc, donne aux traducteurices un surplomb sur le texte

 



Citer ce billet
Claire Placial (2024, 14 mars). “C’est ici qu’on récolte la moitié du sel allemand” – traduire Heine à l’heure d’internet. langues de feu. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0p4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search