En vrac: sur les langues, la traduction, et le “monopole du savoir”

Début février, j’ai fait successivement deux missions à Lyon puis Grenoble aux deux bouts du spectre de mes objets de recherche. Samedi 3 février, la table ronde “La Réforme contre le monopole du savoir” que j’organisais avec Jérôme Laubner et Michèle Clément pour l’association RHR (Renaissance, Humanisme, Réforme). Puis, lundi 5, une journée avec mon amie et collègue géographe Myriam Houssay-Holzschuch, avec qui nous avons le projet d’écrire un article sur l’usage des langues qui ne sont pas l’anglais et le français dans l’écriture des SHS. De l’histoire des traductions de la Bible aux questions de domination linguistique dans les SHS contemporaines, en vrai le gouffre n’est pas si grand, voire ça n’est pas même un fossé. Je m’explique.

 

Lors de la table ronde, comme nous l’avons relaté dans le billet du carnet de RHR qui en fait le compte rendu, nous avons proposé à six spécialistes de la Réforme, venus d’horizons épistémologiques différents (le théologien Peter Opitz, les littéraires Olivier Millet, Marie-Christine Gomez-Géraud et Mathieu de la Gorce, les historiennes Marion Deschamp et Daniela Solfaroli Camillocci) de présenter des documents qu’ils et elles pensaient potentiellement peu connus du public constitué d’adhérents à RHR, de dostorant·e·s lyonnais, et de divers curieux, avant d’entamer des discussions autour des enjeux soulevés par ces documents. D’emblée le titre de la journée “La Réforme et le monopole du savoir” a fait partie des points qui ont animé les discussions, pendant la table ronde, ainsi qu’aux pauses. Est-ce vrai qu’avant la Réforme, le savoir était monopolisé, et par qui? L’Eglise catholique? les clercs? Et quel savoir? Un point qui a réuni la plupart des interventions était la question de la traduction de la Bible. Ont été en effet présentés: pa Peter Opitz des extraits de la préface de la Bible de Zurich de Zwingli; par Olivier Millet des extraits de la pièce liminaire qui tient lieu de privilège rédigée en latin par Calvin pour la Bible d’Olivétan; par Marie-Christine Gomez-Géraud plusieurs textes de Sébastien Castellion dont un extrait de l’épître au roi Edouard VI placé en amont de la Bible française; par Marion Deschamp  plusieurs gravures insérées dans des ouvrages luthériens allemands, représentant des scènes où la Bible est lue en public; et enfin si Daniela Solfaroli Camillocci n’a pas évoqué directement les traductions de la Bible, elle a présenté un texte touchant l’expertise des femmes vis-à-vis de la lecture et de l’enseignement de l’Écriture, de la théologienne Marie Dentière.

Nous avons commencé la mise en ligne des documents présentés par les intervenants, avec l’extrait de la préface de la Bible de Zürich, suivi de quelques “thèses” qu’en a abstraites Peter Opitz. Et c’est sur cela que je voudrais revenir ici, pour faire un pont vers la question des langues en SHS. Pour qui traduit-on? pour quoi traduit-on? contre quel monopole lutte-t-on en traduisant, quel monopole est-on susceptible néanmoins ce faisant de créer? Pour Zwingli et Leo Jud, il faut encourager le développement de traductions de la Bible, autrement dit, il faut éviter une situation de monopole du texte biblique.

L’opinion de beaucoup selon laquelle les différentes traductions conduisent à la discorde dans la foi et parmi le peuple de Dieu est fausse. Car les Églises de Dieu ne se sont jamais aussi bien portées que lorsque presque chaque Église a utilisé sa propre traduction. […] Ce serait un gain s’il y avait vingt, voire un nombre incalculable de personnes qui traduisaient la Bible en langues du peuple à partir de la base hébraïque, afin qu’elles puissent d’autant mieux instruire et enseigner les Eglises qu’elles dirigent. Chaque peuple peut la traduire dans sa langue, et pourtant il n’en résultera aucune discorde dans l’Église de Dieu. L’œil n’est pas le pied, la main n’est pas l’oreille, mais il n’y a pas de discorde dans le corps et entre les membres, même s’ils ne sont pas tous utilisés de la même manière. (je cite ici la traduction de Peter Opitz, publiée dans le billet de RHR cité ci-dessus)

f

C’est peu ou prou ce que, quatre siècles plus tard, Walter Benjamin défend dans La tâche du traducteur, quand il pose que les traductions foisonnantes sont le signe de la vie des oeuvres et de leur histoire, et non la preuve de l’échec des traductions. Mais pour Zwingli et Jud, traduire la Bible ça n’est pas simplement faire vivre une oeuvre: c’est permettre la diffusion de la Parole. Ils ne nient pas qu’il puisse y avoir de mauvaises lectures, de mauvais usages de l’Écriture, mais:

Et même si le diable et les hommes qui le servent abusent de l’Écriture, la falsifient et l’interprètent arbitrairement selon leurs vues [cf. Mt 4,1-11], l’Écriture en elle-même ne doit pas pour autant être méprisée, mais d’autant plus aimée et étudiée en profondeur.

Autrement dit, la crainte de l’hérésie ne doit pas mener à une interdiction de lecture, de traduction, de diffusion de la Bible et à une restriction de l’accès des laïcs au texte, mais au contraire, il s’agit d’instruire et d’équiper les communautés de croyants.

Quel lien avec les SHS en leurs langues? J’en fais au moins deux. D’abord, la question du monopole. Le monolinguisme (on lit la Bible en latin, on publie des SHS en anglais) entraîne, à des échelles certes différentes, des restrictions du lectorat et une forme de monopole aux mains de celles et ceux qui possèdent la langue unique. On sait, par exemple, que publier en anglais pour qui n’est pas locuteur natif de l’anglais entraîne un coût: coût d’apprentissage de la langue, puis de temps à rédiger moins fluidement qu’en sa langue natale, coût matériel que représente le fait de se faire traduire ou corriger. Mais pour celles et ceux qui ne savent pas l’anglais, c’est l’accès à tout un champ scientifique qui est compromis – je pense ici à nos étudiant·e·s, pour qui l’accès aux publications en anglais reste difficile. Et d’un autre côté, si l’on ne publie pas en anglais, on n’est pas lu au-delà de sa propre province du monde.

Ensuite, la question intrinsèque de l’intérêt de la prolifération linguistique. Cela reste implicite dans la préface de Zwingli et Jud (voire c’est un point qu’ils n’abordent pas même), mais la multiplication des traductions, si elle ébranle le monopole du texte en une langue unique, ne compromet pas son interprétation, au contraire, elle en multiplie la pesée du sens. D’où la thèse que nous souhaitons défendre avec Myriam Houssay-Holzschuch dans notre article futur: que le passage des langues, dans l’écriture des SHS, le recours aux traductions, le recours à l’importation de concepts étrangers (par étrangers j’entends ici: non anglais dans un texte en anglais), le fait que des non-anglophones écrivent en anglais en pensant depuis une autre langue, tout ceci porte aussi un gain, par la multiplication des perspectives. Un exemple  ici, dont je dois à Myriam la découverte: la politique éditoriale de la revue ACME, (A international journal for critical geographies, https://acme-journal.org/index.php/acme/index), qui propose, pour certains de ses articles, des traductions en diverses langues. L’article “Fuck Neoliberalism” de Simon Springer est ainsi disponible en treize langues, dont l’indonésien et le hindi, aux côtés du français, de l’allemand, du portugais. L’intérêt de cette multiplicité de traductions dépasse le fait qu’un locuteur du hindi qui, par hasard, et c’est assez peu vraisemblable, tomberait sur ce texte sans savoir l’anglais pourra le lire: chaque traduction prend des décisions intéressantes, sur la terminologie – à commencer par “Neoliberalism”, en continuant avec “fuck” et tous ses dérivés. Nombres de traducteurs gardent du reste un aller-retour dans leur texte entre une traduction des injures dans la. langue cible, et la référence à “fuck” et ses dérivés “fuck off”, etc. Où il apparaît d’emblée que la traduction n’est pas transparente, qu’il y a du jeu entre les langues — et donc, un intérêt à les multiplier

To be continued.

À continuer.



Citer ce billet
Claire Placial (2024, 3 mars). En vrac: sur les langues, la traduction, et le “monopole du savoir” langues de feu. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy28

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search