Sur la traduction du mot « übrigens » dans « La Mort de Danton » de Büchner

J’ai vu hier une représentation de La Mort de Danton, de Büchner, traduit par Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil, dans la mise en scène de Georges Lavaudant. Une expression française m’a sauté aux oreilles : « du reste », prononcé par Danton, à trois reprises au moins. Si j’ai ainsi tenu le compte de la récurrence de cette expression, c’est parce que je l’utilise moi-même si souvent que cela confère au tic, ce dont je suis tout à fait consciente, et que j’ai même in petto problématisé ce tic : « du reste » me sert souvent à introduire une forme de décochement dans le raisonnement, qu’il s’agisse de passer du particulier au général ou inversement, en montrant souvent une discordance, un paradoxe, de façon éventuellement ironique.

J’ai signalé à l’ami qui était avec moi au théâtre, et qui a lui aussi l’habitude de dire et d’écrire « du reste », encore que selon des principes peut-être différents, que Danton partageait ce tic avec nous. Il a aussitôt signalé que Danton disait « du reste » dans la traduction. Certes, comment faire de la lexicométrie à l’emporte-pièce à partir d’une traduction, et au théâtre qui plus est, sans texte sous les yeux? Il me semblait pourtant que « du reste » « collait » bien avec la caractérisation du personnage de Danton, qui passe constamment du général au particulier, de l’ironie au sérieux, et qui par ailleurs sous son comportement de viveur, de trousseur de catins, d’épicurien est marqué, dans la pièce du moins, par une forte pulsion de mort qui dépasse de très loin l’engagement politique. Le personnage dit, je cite de mémoire, « je préfère être guillotiné que guillotineur », soit, mais il me semble que cette explication de l’assentiment de Danton à sa mort prochaine par un argument d’éthique politique est, dans le système de Büchner, davantage un prétexte qu’une raison réelle.

Enfin il me semblait logique que ce personnage contradictoire dise « du reste » qui, dans l’usage que j’en fait, est un vecteur de contradiction ; Robespierre ne peut pas dire « du reste ».

Disant cela je reste cependant dans la langue française, et rien ne me permet d’affirmer que cette espèce de construction psychologique projetée sur le personnage de Danton soit dans le texte allemand de Büchner.

Je suis du coup allée voir dans le texte allemand. Seulement, je ne dispose pas de la traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil. J’ai en quelque sorte appliqué le bon vieux principe scolaire de la Rückübersetzung, de la traduction en sens inverse : « du reste », il y a fort à parier que cela traduise übrigens. Je me rappelais de deux scènes où j’avais entendu « du reste » dans la bouche de Danton : le dialogue avec Robespierre, et une des comparutions de Danton devant le tribunal révolutionnaire. J’ai pris mon édition allemande de Büchner et en ai trouvé un exemple dans le dialogue avec Robespierre. Voici la réplique en question, suivie de la traduction que j’en ai faite, faute d’avoir sous la main la traduction de Besson et Jourdheuil, dont j’espère qu’elle est publiée, parc que pour autant que j’aie pu en juger, elle semble excellente :

Danton. Du darfst es nicht proskribieren, ums Himmels willen nicht, das wäre undankbar; du bist ihm zu viel schuldig, durch den Kontrast nämlich. – Übrigens, um bei deinen Begriffen zu bleiben, unsere Streiche müssen der Republik nützlich sein, man darf die Unschuldigen nicht mit den Schuldigen treffen.[1]

Danton. Tu ne peux pas le bannir [le vice], au nom du ciel, ce serait de l’ingratitude, tu lui dois trop, par contraste, en l’occurrence. – Du reste, pour en rester à tes principes, on doit frapper en étant utile à la République, on n’a pas le droit d’atteindre les innocents en même temps que les coupables.

Une occurrence de « du reste » au moins était bien traduite du mot übrigens, en tout cas, le mot übrigens était bien employé par Büchner dans la bouche de Danton. J’ai voulu ensuite voir si d’autres personnages disaient übrigens (l’enjeu était de taille, j’avais parié une tablette de chocolat que Robespierre ne disait pas übrigens ou « du reste ». J’ai trouvé en ligne une édition numérisée de la pièce, et ai fait une recherche par mot.

Il y a quatre occurrence de l’adverbe allemand übrigens dans la pièce. Outre celle que j’ai cité plus haut, il s’agit des passages suivants :

Danton Ja, wahrhaftig, es war mir zuletzt langweilig. Immer im nämlichen Rock herumzulaufen und die nämlichen Falten zu ziehen! Das ist erbärmlich. So ein armseliges Instrument zu sein, auf dem eine Saite immer nur einen Ton angibt! – ‘s ist nicht zum Aushalten. Ich wollte mir’s bequem machen. Ich habe es erreicht; die Revolution setzt mich in Ruhe, aber auf andere Weise, als ich dachte.

Übrigens, auf was sich stützen? Unsere Huren könnten es noch mit den Guillotinen-Betschwestern aufnehmen; sonst weiß ich nichts[2].

C’est qu’à vrai dire, j’ai fini par m’ennuyer. Toujours se balader dans la même robe de chambre et tirer sur les mêmes plis ! Voilà qui est pitoyable. Être un tel pauvre instrument qui ne donne qu’une seule note sur une seule corde ! c’est à n’y plus tenir. J’ai voulu me mettre à l’aise. J’ai réussi, la révolution m’envoie me reposer, mais autrement que je ne pensais.

Du reste, sur quoi s’appuyer ? Nos putains pourraient toujours entrer dans l’ordre des sœurs de la Guillotine, sinon, je ne vois pas.

Legendre (besteigt die Tribüne). Vier Mitglieder des Nationalkonvents sind verflossene Nacht verhaftet worden. Ich weiß, daß Danton einer von ihnen ist, die Namen der übrigens kenne ich nicht. Mögen sie übrigens sein, wer sie wollen, so verlange ich, daß sie vor den Schranken gehört werden[3].

Legendre (monte à la tribune). Quatre membres de la convention nationale ont été arrêtés la nuit dernière. Je sais que Danton est l’un d’eux, je ne connais pas les noms des autres. Ils peuvent du reste être qui ils veulent, j’exige qu’ils soient entendus.

Danton. Meine Stimme, die ich so oft für die Sache des Volkes ertönen ließ, wird ohne Mühe die Verleumdung zurückweisen. Die Elenden, welche mich anklagen, mögen hier erscheinen, und ich werde sie mit Schande bedecken. Die Ausschüsse mögen sich hierher begeben, ich werde nur vor ihnen antworten. Ich habe sie als Kläger und als Zeugen nötig. Sie mögen sich zeigen.

Übrigens, was liegt mir an euch und eurem Urteil? Ich hab es euch schon gesagt: das Nichts wird bald mein Asyl sein; – das Leben ist mir zur Last, man mag mir es entreißen, ich sehne mich danach, es abzuschütteln[4].

Ma voix, qui s’est si souvent fait entendre pour la cause du peuple, va sans peine contredire la calomnie. Que les misérables qui m’ont accusé apparaissent ici, je les couvrirai de honte. Que les comités viennent donc, je ne répondrai que devant eux. J’ai besoin d’eux comme plaignants et comme témoins. Qu’ils se montrent.

Du reste, que m’importe de vous et de votre jugement ? Je vous l’ai déjà dit : le néant bientôt sera mon asile ; – la vie m’est un fardeau, qu’on me l’enlève, il me tarde de m’en débarrasser.

Deux de ces occurrences de übrigens sont mises dans la bouche de Danton, la dernière dans la scène dans laquelle je me souvenais avoir entendu « du reste ». On remarque qui plus est une construction récurrente dans les trois fois où c’est Danton qui dit übrigens : l’adverbe est placé en début de phrase ; la seconde phrase introduit un contraste certain par rapport à la première, et constitue un changement de plan : passage de la plaisanterie au sérieux dans le premier cas, et retour à des théories politiques plus générales (ne pas frapper les innocents avec les coupables) ; passage d’une sorte d’expression ironique d’un état dépressif au constat du manque d’appuis politiques dans le deuxième cas, donc encore une fois, retour au sérieux, malgré l’humour de l’évocation des putains comme sœurs de la guillotine ; dans la troisième occurrence, mouvement inverse, du plan politique général au plan personnel (aspiration au néant), sans humour ni ironie cette fois.

Une ces occurrence supplémentaire de übrigens n’est pas prononcée par Danton, mais par Legendre ; elle se distingue stylistiquement des trois autres notamment parce qu’elle s’insère au milieu de la phrase.

Quelques remarques sur l’utilisation de übrigens par Büchner et sur sa traduction en français. Il faudrait que je puisse consulter le texte français de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil pour l’affirmer avec certitude, mais je suppose que « du reste » traduit übrigens et seulement übrigens ; est-ce qu’il le traduit systématiquement, je ne sais pas, je ne me souviens pas avoir entendu « du reste » dit par le personnage de Legendre, mais il n’est pas possible de jurer de l’exactitude de ses souvenirs après avoir entendu une pièce de près de trois heures ! En tout cas, il me semble probable que les traducteurs ont ici réalisé dans le texte français la concordance qui existe dans le texte traduit, en ce qui concerne ce mot en tout cas, à dessein ou non (tant la traduction de übrigens par « du reste » n’est aucunement problématique).

Par conséquent, à l’échelle de ce mot, on peut estimer reproduit un terme qui chez Büchner participe, à mes yeux du moins, de la caractérisation du personnage de Danton, au moyen d’une forme d’idiosyncrasie dans l’usage du langage que le dramaturge lui prête, et qui s’avère à même de rendre compte des différentes strates de discours du personnage, qui lui donnent une épaisseur que les autres n’ont pas. À commencer par Robespierre, bien plus monosémique.

Est-ce que la concordance respectée dans le texte français provient d’un repérage par les traducteurs de cette idiosyncrasie du personnage ? C’est bien possible, d’autant que Jean-Louis Besson du moins est un grand spécialiste de Büchner, et qu’il connaît la pièce allemande sur le bout des doigts. Il est également possible que ce soit là un hasard heureux.

Du reste avant de spéculer sur les concordances dans cette traduction il faudrait faire des sondages sur des relevés lexicométriques plus variés et plus vaste. J’étais néanmoins contente de vérifier que ce trait de style que j’ai trouvé saillant dans la traduction entendue au théâtre avait bel et bien sa source dans le texte allemand.

 


[1] Dantons Tod, acte I, scène 6.

[2] Acte II scène 1

[3] Acte II scène 7.

[4] Acte III scène 4


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. maryse onana dit :

    très interressant , vivant et agréable à lire bien que le sujet semblât complexe et ‘ténu’ à la fois ,un bel exemple du fil d’Ariane du langage démêlé si habilement.
    Merci .

    • Claire Placial dit :

      Merci pour votre commentaire! Le sujet est ténu en effet. Mais outre que ce billet est un (long) clin d’oeil à l’ami qui m’a fait cette réflexion, « mais il dit du reste en traduction », il est rare que les analyses de traduction, et « du reste » les analyses linguistiques et discursives, ne reposent pas entre autres sur des indices ténus.

  2. Claire Placial dit :

    Chère équipe d’hypothèse,
    Un grand merci pour cette Une, et je profite de ce mot pour vous dire combien je suis heureuse d’avoir un carnet hébergé par une plate-forme dont l’équipe réalise un tel travail de lecture et d’édition.
    Je suis évidemment ravie et honorée d’être en une, avec cette belle gravure de Danton en fond de bandeau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *