Invoquer saint Jérôme? Notes éparses du 30 septembre

Ce qui est intéressant, quand on est nolens volens devenue Madame Bible-et-traduction sur les internets francophones, c’est qu’aujourd’hui beaucoup de clins d’oeil m’ont été adressés parce que c’est la Saint Jérôme – le jour où l’on fête Jérôme de Stridon, qui dans le catholicisme est saint et Père de l’Eglise, et dont le grand oeuvre est la traduction latine de la Bible appelée “Vulgate”. C’est peu dire que son empreinte pèse sur les imaginaires occidentaux: rarement texte aura été autant lu, discuté, commenté, illustré, paraphrasé que la Vulgate – et j’écris à dessein “la Vulgate” et pas “la Bible” étant entendu que, comme disait Meschonnic, nous ne lisons pas la Bible mais une traduction de la Bible, et c’est la Bible latine de Jérôme qui a donné lieu, par exemple, à tous les motets intitulés Nigra sum sed formosa d’après Ct 1,5 – ici celui de Palestrina – qui ont passé l’idée que la bien-aimée du Cantique est noire mais belle là où l’hébreu la dit noire et belle. Voir lien ici https://languesdefeu.hypotheses.org/559 [l’inséreur de lien bugue, fyi]

Bref. Saint Jérôme, patron des traducteurs, représentés dans l’iconographie comme un vieux en rouge, qui écrit dans un livre avec un autre livre ouvert (il traduit, c’est-à-dire) ou qui est en pénitence dans une grotte, avec des livres quelque part, et puis, suivant en cela la Légende dorée, un lion l’accompagne – il aurait recueilli et sauvé un lion qui lui serait resté fidèle: voilà ce que fait la foi, elle dompte les fauves. Depuis, les traducteurs ont coutume d’aller accompagnés de petits lions domestiques vulgairement appelés chats.

Albrecht Dürer, Saint Jérôme dans son bureau, source https://commons.wikimedia.org/wiki/File:D%C3%BCrer-Hieronymus-im-Geh%C3%A4us.jpg Scat, chat domestique, dans mon bureau, photo C. Placial

Il y aurait tant et tant à dire sur Jérôme, et beaucoup de chose dites déjà – sa fête qui, si l’on veut, est aussi celle des traducteurs ailurophiles, me donne surtout le prétexte à développer deux idées qui me sont réapparues aujourd’hui en échangeant sur twitter, ou ce qu’il en reste, avec Florent Moncomble, un collègue angliciste ton je rejoins globalement toutes les positions sur la langue et les politiques de la langue.

La première concerne la discussion qui s’est faite autour de ce tweet, qui s’interroge sur une page de manuel de français sur “les trois niveaux de langue”, ou registres de langue: familier, courant et soutenu.

Qu’est-ce qui ne va pas ici? Florent le développe par la suite: c’est l’équation familier = incorrect, et aussi l’espèce d’équation entre familier = oral, et soutenu = littéraire, poétique. Certes le langage oral tend à moins s’astreindre au respect du bon usage et de la grammaire, et la langue littéraire, qui prend le temps de l’élaboration, est davantage susceptible de se surveiller et d’être consciente de ses choix. Et pourtant.

Incorrect n’est pas familier, et vice versa. Si j’aurais su j’aurais pas venu est incorrect selon les règles de la concordances des temps, c’est oral, mais est-ce familier ou courant? Si je fais un affreux cuir en essayant de parler comme un académicien français avec des subjonctifs imparfaits, c’est incorrect et soutenu, et effroyablement pédant, malgré que j’eusse fait tant d’efforts (défense et illustration).

Littéraire n’est pas élevé. Villon, Rabelais (le torche-cul, par exemple), Céline, n’écrivent pas systématiquement dans un registre soutenu; et leur usage des gros mots, de l’argot, pour Céline d’une syntaxe oral sont des effets litétraires et non des fautes, et résultent précisément d’un travail littéraire.

Le lien avec Saint Jérôme? Je parlais récemment à mes étudiants de l’affaire littéraro-traducto-juridique autour de la publication par François Bon, pour Publie.net, d’une nouvelle traduction du Vieil homme et la mer d’Hemingway aux 50 ans de la mort de l’auteur – date à laquelle il était potentiellement libre de droits en Amérique du Nord, mais pas en France, où les droits étaient détenus pour 20 ans encore par Gallimard qui commercialisait la traduction de Jean Dutourd. En droit français, Bon était en tort, et Gallimard ne s’est pas privé de le lui faire sentir, en demandant, et obtenant, le retrait de la traduction du catalogue français de publie.net. Mais d’un point de vue de la réception française d’Hemingway, Bon avait bien raison de critiquer la traduction de Dutourd.

 

Les captures d’écran cracra ci-dessus ne montrent pas pas, en outre, le plus intéressant: les dialogues. Pour le dire vite fait: Le Vieil homme et la mer est une longue nouvelle, ou un court roman, qui montre le combat d’un homme au soir de sa vie avec un gros poisson. On prendra le récit au sens littéral, dans un sens économique, philosophique, allégorique: le poisson c’est l’argent, le poisson c’est le sens de la vie, etc. Les personnages sont d’humbles pêcheurs du Golfe du Mexique. Leurs échanges oraux, comme du reste le reste de la narration, sont d’un style parfaitement courant, assez paratactique, sans slang, sans créole, on pourrait dire une simplicité biblique. Mais que fait Dutourd? D’une part il commence l’incipit comme un conte: “Il était une fois…” là où il n’y a rien de magique du tout dans le récit, pas même de baleine blanche, juste un vieux et un gros poisson et des autres pêcheurs et une sale bête. Et puis surtout, Dutourd met de l’argot. “Le gamin”, “guignard”, là où on a “the boy” “unlucky”. Il ne fait pas que ça: il remet de la syntaxe. Bref. il élève la syntaxe et abaisse le vocabulaire, l’oralise. Ça n’est pas l’usage de la langue que fait Hemingway. L’action du livre est la même, mais le ton du livre, et du coup, l’interprétation du livre – ce genre d’allégorie biblique athée là, la cousine réaliste de Moby Dick un peu – ne tient plus aussi bien.

Et le lien avec le schmilblick c’est que ce traducteur fait ce qui se passe quand on croit que prolétaires = argot et que langue littéraire = syntaxe. Il projette des représentations de la langue et en oublie de vraiment regarder le texte.

La seconde concerne ce qu’on appelle en jargon grammatical la “dislocation à gauche” – le fait de ne pas structurer une phrase sujet verbe complément, mais d’antéposer le compliment (de le mettre à gauche, en somme) avec une reprise pronominale, voire carrément de redoubler le sujet. Par exemple: “le gâteau, je l’ai mangé” “le prof, il est pas venu”. Florent twitte ceci

 C’est somme toute encore une question de registres, et d’usage des registres. Finkielkraut, dans son rôle, déplore dans l’usage abondant de la dislocation à gauche par François Hollande, une tournure enfantine, le langage de quelqu’un “qui n’a pas grandi” – une enfance du langage si l’on veut, un défaut de compétence, une incorrection, voire une erreur, voire une faute, y compris morale. Ce que répondra tout sociolinguiste qui entend des gens parler, c’est déjà: la dislocation à gauche, elle est partout, dans toutes les bouches, dans toutes les plumes, dans cette phrase même. Je suis persuadée que si je m’enregistre faire cours à l’oral on en trouvera des tas. Est-ce que j’ai une langue enfantine? Je ne le dirais pas, même s’il est vrai que je ne m’astreins pas, en cours, à parler conformément aux préconisations de l’Académie française. C’est que les tournures de ce genre, incorrectes ou non, existent aussi parce qu’elles ont une utilité – comme le présentatif de la phrase précédente, voyez. Dans le sens où elles mettent en relief, en début de phrase, l’élément sur lequel on veut insister. 

Quel rapport avec Jérôme? J’y viens. Est-ce que la dislocation à gauche est un trait de langue familier, oral, enfantin? En français peut-être dans une certaine mesure – il est sans doute davantage oral qu’écrit, et dénote certes un registre plutôt familier. Mais ce qui est intéressant, c’est d’aller voir ailleurs, en l’occurrence en allemand. L’allemand est une langue qui conserve une flexion nominale (on décline les éléments du groupe nominal selon leur fonction dans la phrase), ce qui permet de jouer de façon très plastique sur la place des mots. Ich habe den Kuchen gegessen et Den Kuchen habe ich gegessen, c’est la même information – j’ai mangé le gâteau.

Je ne sais pas si on appelle dislocation à gauche des antépositions du COD du type “den Kuchen habe ich gegessen” – il n’y a pas besoin de reprise pronominale puisque le cas accusatif désigne bien “den Kuchen” comme le COD. Et donc ces deux phrases allemandes, c’est la même information, mais en même temps, non. En antéposant le COD on le met en exergue. Et du coup, en traduisant, on peut être tenté de formuler différemment, selon le contexte: j’ai mangé le gâteau, ou “c’est ce gâteau là que j’ai mangé” avec un accent sur le déictique dans den Kuchen – “le gâteau, je l’ai mangé” (mais je n’ai pas touché au fromage prends-en si tu veux). Etc.

Pour conclure. De ces deux petits cas, je dirai simplement ceci: que la traduction a tout à voir avec la pensée de la langue, la représentation de la langue, ce qu’on imagine être une langue “correcte”, “littéraire”, une “faute”. Elle rend visible, parfois, les représentations des traducteurs et traductrices, leur éducation, leurs a priori. Je n’en suis pas dépourvue. Car toit traducteur a un point de vue. La suite au prochain épisode.

 



Citer ce billet
Claire Placial (2023, 30 septembre). Invoquer saint Jérôme? Notes éparses du 30 septembre. langues de feu. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqcb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search