Traduire les citations. Pasolini en théorie, Heine en pratique.

Que fait un traducteur quand il rencontre dans le texte à traduire une citation ? Et particulièrement, quand cette citation est elle-même une traduction ? C’était le point théorique au programme de mon dernier cours de commentaire de traduction avec les italianistes. Nous étudions en effet la traduction française par José Guidi de Teorema de Pasolini ; au chapitre 20, intitulé « Può, un padre, essere mortale » (dans la traduction française : « Un père, peut-il être mortel ») Pasolini insère un long passage de la nouvelle de Tolstoï, La mort d’Ivan Illitch ». La fonction spéculaire de cette citation est assez limpide : dans le récit pasolinien, le père de famille, un riche bourgeois, est malade, et est soigné par sa fille et par l’hôte qui séduit un à un les membres de la famille ; dans la nouvelle de Tolstoï, un riche bourgeois, est soigné par un jeune paysan, Guérassime, caractérisé par la santé et la vigueur. La citation intervient à travers la lecture à haute voix que fait le jeune homme au père malade et alité.

J’avais choisi ce passage parce que je voulais faire réfléchir les étudiantes d’une part aux diverses solutions qui s’offrent au traducteur dans de tel cas, et d’autre part à la façon dont elles-mêmes, ne disposant que des deux textes de Teorema, en italien et dans la traduction françaises, pouvaient tenter de reconstituer la démarche du traducteur.

L’alternative qui se propose au traducteur devant une citation est la suivante : il peut soit traduire la citation depuis le texte source (dans le cas de Guidi, cela signifie traduire le texte italien en mettant sur le même plan le texte de Pasolini et la citation de Tolstoï dans une traduction italienne), ou il peut citer une traduction française faite directement sur le russe. Les deux solutions sont légitimes et ont chacune des avantages et des inconvénients. Si on traduit le texte italien qu’on a sous les yeux, on fait une traduction de traduction, avec le risque de s’éloigner d’un degré encore du texte de Tolstoï, mais d’un autre côté, puisqu’il s’agit de traduire Pasolini, traduire l’ensemble depuis l’italien permet de conserver les éventuelles correspondances terminologiques entre la citation et la narration, à l’échelle du chapitre du moins. Si au contraire on cite une traduction française, on prend le risque de créer une rupture de ton entre la citation et la narration, mais en revanche, le lecteur français pourra retrouver le texte de Tolstoï qu’il possède peut-être dans sa bibliothèque.

Voilà l’alternative posée de façon binaire ; il existe par ailleurs des solutions intermédiaires : on peut imaginer que le traducteur se fonde sur le français, mais corrige un mot ici où là pour ne pas rompre les échos internes au chapitre. La citation obtenue dans le texte français est alors un hybride de deux traductions.

Qu’a fait le traducteur, dans le texte étudié en classe ?

Une analyse qui s’en tient au texte de Pasolini et à la traduction de Guidi relève des indices contradictoires.

La graphie des noms propres est dans le texte italien typique de la transcription du russe en italien : on lit Tolstoi, Ivàn Il’ìc, Geràsim. Dans la traduction de Guidi en revanche, la graphie est celle de la transcription française du russe : « Tolstoï », « Ivan Illitch », « Guérassime ». Cela fait penser à une utilisation d’un texte français, ou du moins à une adaptation dans la traduction au lectorat français.

D’un autre côté, on constate une concordance extrêmement étroite de la citation de Tolstoï entre le texte français et le texte italien, concordance même plus grande que dans le reste de la traduction (j’ai déjà montré dans un précédent billet comment le traducteur semble véritablement éviter à toute force le calque). Si l’on part du principe que l’écart entre les deux textes serait théoriquement plus grand si la citation dans le texte français était empruntée à une traduction du russe vers le français, on peut supposer que c’est là un indice du fait que Guidi a traduit la citation en italien et n’a pas été chercher une traduction préexistante (ce qui aurait du reste été bien laborieux, puisque la citation, très longue, est en fait une sorte de compilation de passages de la nouvelle russe, l’effet de collage étant matérialisé par les trois points, présents dans l’italien et le français).

Un autre d’une probable traduction directement depuis l’italien sont obtenus par une brève recherche bibliographique – que les étudiants ne peuvent faire en classe, mais que j’ai faite avec le catalogue de la BnF. L’œuvre de Tolstoï est précisément citée par Pasolini : Sono parole di un libro di Tolstoi, i Racconti, aperto su una pagina de « La morte di Ivàn Il’ìc ; phrase que Guidi traduit ainsi : « Ce sont des phrases d’un livre de Tolstoï, les Récits, ouvert à une page de La mort d’Ivan Illitch ». Or je n’ai pas trouvé trace d’une publication en français de nouvelles de Tolstoï rassemblées dans un livre intitulé Récits. La nouvelle est traduite sous le titre La mort d’Ivan Illitch dans des recueils portant le titre des nouvelles avec lesquelles elle est réunie, ou, dans le cas de l’ancienne traduction d’Eléonore Tsakny, sous le titre Dernières nouvelles. Mais pas de Récits. Du reste on aurait plutôt en français « Nouvelles » que « Récits », qui pour le coup est un calque de l’italien.

De plus, une consultation de la traduction de 1948 (j’avoue ne pas avoir consulté les trois traductions antérieures à celle de Guidi) montre de sérieuses différences avec le texte français de Théorème. Là où on trouve chez Guidi « Celui qui toujours emportait le seau était le paysan qui tenait la cantine, Guérassime. Guérassime était un jeune paysan, propre, frais… », on lit dans la traduction de Robert Hofmann : « homme à tout faire Guérassime qu’on avait chargé de nettoyer après lui. Guérassime était un grand diable de moujik, frais et rose ». Guidi aurait-il utilisé cette traduction, celle qui sans doute était la plus répandue à l’époque où il traduit Teorema, qu’il aurait introduit dans le texte français des connotations, une tonalité générale, qui, quel que soit le texte de Tolstoï (auquel j’ai d’autant moins accès que je ne sais pas le russe), sont absentes du texte de Pasolini. Et en l’occurrence, c’est encore sans doute Pasolini qui prime ici sur Tolstoï.

En envisageant de consacrer un billet au problème de la traduction des citations, je me suis demandé dans quelles circonstances il m’était arrivé, en traduisant, d’avoir à faire le choix entre traduire l’ensemble du texte source depuis la langue source, citation comprise, ou de me référer à une autre traduction ou édition préexistante. Je n’avais pas le sentiment d’avoir été fréquemment confrontée à ce problème. Ce n’était pas complètement vrai. C’est surtout que je n’ai pas, en traduisant, vu dans les citations un problème crucial (alors que d’autres points problématiques, la question de la prosodie, le lexique récurrent par exemple, me posent problème de façon systématique et les choix que je fais sont alors pour la plupart conscients).

Il y a ainsi une citation de deux vers d’Homère dans le troisième chapitre du Livre de Le Grand que j’ai traduit en décembre dernier, et dont la traduction est consultable ici. Lorsque j’ai fait la première version de la traduction, je ne me suis aucunement préoccupée de savoir d’où venaient les quatre vers que je trouvais dans l’allemand, et les ai traduits comme ils venaient. Avant de mettre la traduction en ligne je l’ai reprise plus sérieusement, et j’avais acquis entre temps l’excellente édition critique des œuvres complètes de Heine (Sämtliche Aufgabe) dans l’édition de Düsseldorf (ici, volume 6, édité par Jost Hermand), j’ai pu en savoir plus sur la provenance de la citation en question.

Le texte allemand est le suivant :

Nicht mir rede vom Tod ein Trostwort, edler Odysseus!

Lieber ja wollt ich das Feld als Tagelöhner bestellen

Einem dürftigen Mann, ohn Erbe und eigenen Wohlstand,

Als die sämtliche Schar der geschwundenen Toten beherrschen.

Quatre vers que j’ai traduits ainsi :

N’espère pas par des mots me consoler de la mort, noble Ulysse !

J’aimerais mieux cultiver la terre tel un journalier

Au service d’un homme pauvre, sans héritage, sans biens propres,

Que régner sur la troupe entière des morts disparus.

Dans un premier temps, percevant l’intertexte homérique évident, j’avais supposé qu’il s’agissait d’un extrait de l’Odyssée, sans me demander outre mesure qui l’avait traduit ou s’il s’agissait véritablement d’une traduction ; je le trouvais en allemand dans un texte allemand, je traduisais le tout, sans autre forme de procès. Je conserve du reste la traduction originelle, en sachant néanmoins maintenant ce que je fais et pourquoi.

En l’occurrence, la consultation de l’édition critique, qui est très riche de renseignements sur les sources et les intertextes chez Heine, m’apprend (je traduis la note de Hermand) qu’il s’agit d’une « citation de l’Odyssée de Homère dans la traduction de Voss (chant II, V. 488-491). »

Hermand se trombe néanmoins : le passage n’est pas au chant II, mais au chant XI, puisque cette évocation des regrets d’Achille d’avoir perdu la vie est évidemment située dans l’épisode de la nekuia. Cette rectification, j’aurais sans doute réussi à la faire puisque le contexte indique qu’il s’agit de la nekuia, mais en l’occurrence, c’est en lisant l’Odyssée pour les cours de licence 1 qui l’ont au programme de littérature comparée, que je suis tombée comme par inadvertance sur ces vers, dans la traduction de Jaccottet, que j’ai reconnus parce qu’aussi bien les choix lexicaux que les choix de versification rendent la traduction de Jaccottet en un sens assez proche de celle de Voss :

Ne cherche pas à m’adoucir la mort, ô noble Ulysse!

J’aimerais mieux être sur terre domestique d’un paysan,

fût-il sans patrimoine et presque sans ressources,

que de régner ici parmi ces ombres consumées

Pour ma part, j’apprends ce ces quelques incursions bibliographiques qui m’ont fait découvrir la traduction de Voss et la confronter à celle de Jaccottet, plusieurs choses.

D’abord, j’ai le sentiment que la traduction depuis l’allemand (qui donc est de Voss) permet de rendre au mieux l’effet poétique du texte incorporé au récit de Heine. Dans les années 1820, les traductions de l’Odyssée en français sont soit en vers réguliers, soit en prose ; Jaccottet en 1955 est le premier à traduire en vers libre. Voss, à l’exemple d’Homère, et parce que le vers tragique allemand le lui permet, traduit en hexamètre (non dactylique du moins pas systématiquement) non rimés. Le vers libre français permet une fidélité au lexique et une reproduction de la forme versifiée, qu’un emprunt à une traduction antérieure aurait empêché. Citer la traduction de Jaccottet n’aurait pas eu grand sens, étant donnée qu’elle est rédigée plus de cent ans après l’œuvre de Heine, et ne peut être tenue pour équivalente à celle de Voss d’un point de vue de l’histoire de la traduction.

D’un autre côté, je constate que (contrairement à la traduction française, peut-être via l’italien, de Tolstoï incluse dans le texte français de Théorème de Pasolini, et à celle préexistante de Hofmann), les lectures que font Voss et Jaccottet divergent assez peu d’un point de vue du sens, alors que par ailleurs les vers libres de Jaccottet sont à mon sens la solution que je trouve la plus convaincante pour traduire les hexamètres grecs.

J’en conclus que si je traduis la citation allemande de la façon la plus littérale possible – en prenant garde par ailleurs à ce que la longueur des vers soit relativement harmonieuse, il se peut fort que je ne sois pas trop éloignée du grec, alors que je me fonde sur l’allemand. Je ne suis pas assez bonne helléniste, par ailleurs, pour traduire directement depuis le grec, ni pour commenter avec beaucoup de sûreté le rapport qu’entretiennent allemand de Voss et français de Jaccottet avec le grec, que voici néanmoins, et qu’on peut consulter en ligne ici :

Μὴ δή μοι θάνατόν γε παραύδα, φαίδιμ᾽ Ὀδυσσεῦ.

Βουλοίμην κ᾽ ἐπάρουρος ἐὼν θητευέμεν ἄλλῳ,

ἀνδρὶ παρ᾽ ἀκλήρῳ, ᾧ μὴ βίοτος πολὺς εἴη,

ἢ πᾶσιν νεκύεσσι καταφθιμένοισιν ἀνάσσειν.

Autrement dit, traduire la citation de l’Odyssée depuis l’allemand que je lis chez Heine sans remonter au grec, ni directement, ni en recourant à une traduction française autre, ne semble a posteriori pas poser problème outre mesure : ni le sens, ni la prosodie du texte n’en sont fondamentalement affectés. Par ailleurs, cela me paraît la seule façon possible de traduire toutes les citations de Voss présentes chez Heine de façon cohérente – puisque Heine fait référence à plusieurs reprises aux travaux de ce grand traducteur.

Du reste, c’est là un fait bien connu des commentateurs et des traducteurs de littérature secondaire : il est plus aisé de retraduire si l’on veut commenter à partir d’une terminologie qui soit adéquate au commentaire que l’on propose, ou si l’on traduit un commentaire qui cite abondamment un texte, afin que traduction du commentaire et du texte commenté concordent. Je l’ai amplement constaté dans ma thèse sur les traductions du Cantique des cantiques : bien des retraductions de ce texte, au demeurant fort court, ont eu pour principale raison d’être leur citation dans un commentaire. Ainsi Julien Darmon, traducteur en 2009 du commentaire juif, rédigé en hébreu, du rabbin Meir Leibusch Malbim, qui cite le texte hébreu du Ct, a-t-il préféré retraduire le Cantique plutôt que reprendre une traduction précédente, ce qui aurait généré une discordance entre texte et commentaire, une perplexité des lecteurs, et pour s’en sortir, un travail de rédaction d’un appareil critique quasiment équivalent à l’effort que représente une nouvelle traduction de ce court texte.

Pour conclure, et en revenir à Pasolini, il m’apparaît que ce problème de la traduction des citations est peut-être moins crucial que je n’ai voulu le faire apparaître dans le cours d’étude de la traduction. Ici, l’enseignante et la traductrice ne s’accordent pas. Comme souvent, l’enseignante voit des enjeux, des problématiques, là où la tradutrice traduit – quitte à élaborer, parfois a posteriori, des justifications. A posteriori puisque si les vérifications faites pour étayer la première version avait pointé des insuffisances manifestes, des défauts d’information, le texte français aurait été modifié : là où il ne l’est pas, c’est que la vérification a confirmé les solutions élaborées dans le premier mouvement spontané de la traduction du texte allemand qui est là, dont on cherche à rendre le sens, la forme, les effet, sans pour autant le décortiquer outre mesure. L’enseignante devra prendre garde à la surinterpétation : ne serait-ce que parce que la traductrice n’a pas matériellement le temps de vérifier chaque terme, de peser chaque mot.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. dictionnaire dit :

    Bonjour,
    Ces traductions peuvent montrer l’enrichissement de la langue française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.