Twitter et la recherche. Propos en vrac sur les heurs et malheurs d’une chercheuse sur les réseaux sociaux

Deux choses me poussent à écrire ce billet. La première, c’est les réflexions d’un troll de twitter, qui s’attaquait à une mienne amie, puis à une autre, puis à moi, en affirmant que les universitaires françaises ne travaillaient pas, la preuve: elles twittent! (quant à lui, n’est-ce pas, il twitte aussi, mais vous savez, c’est toute la différence. Le bon chercheur, il twitte, et c’est un bon chercheur; la mauvaise chercheuse, elle twitte, et c’est une mauvaise chercheuse). La deuxième, c’est que c’est la saison des recrutements et qu’il n’est pas impossible qu’un·e membre de comité de sélection passe sur cette page en se demandant ce que c’est que cette chercheuse qui twitte. Et je pense que nous autres les chercheurs sur twitter nous pouvons, de temps à autre, nous demander ce que nous faisons là. (Ce que nous faisons là: pourquoi nous y sommes. Ce que nous faisons là: qu’est-ce que nous voulons y faire?)

J’ai ouvert mon compte twitter en avril 2012, peu après avoir ouvert le carnet de recherche ici même, et pour en faire le service après vente. Et c’est de fait comme ça beaucoup que s’était développé twitter, dans l’ombre des blogs, pour mettre les auteur·ices de blog en contact les uns avec les autres. Et le fait est que la pratique que j’en ai eue dans un premier temps était celle d’un prolongement de la communauté des carnetiers hypothèses. Et puis, life happens when you are busy making other plans, et d’année en année, j’ai moins nourri le blog, prise que j’étais dans le tourbillon de la vie académique et de ses impératifs divers; en revanche, mon tempérament de grande bavarde et le fait que la pusillanimité est environ le dernier de mes défauts ont fait que j’ai investi ce réseau social qui m’apportait, certes, bien des occasions de procrastiner, mais aussi, bien des raisons de mieux travailler. Et c’est ce que je voudrais exposer aujourd’hui: comment Twitter a fait de moi une meilleure chercheuse, et une meilleure enseignante.

  • des amitiés

J’allais commencer par les éléments plus universitaires: twitter a élargi mes horizons épistémologiques, a agrandi ma bibliothèque, m’a apporté des collaborations… mais en réalité est-ce le primordial? je vais commencer non par les approches quanti mais par les approches quali: la plus importante chose que twitter m’a apportée, c’est des ami·e·s. Un lieu commun, récusé par les utilisateur·ices d’internet, consiste à opposer le réel (de la rencontre in real life, en chair et en os) au virtuel (des réseaux). Les liens tissés sur internet sont-ils virtuels, et parce que virtuels, non réels? Je crois que non. D’abord parce que le “virtuel”, le réseau, est souvent le lieu d’une prise de contact qui se perpétue irl – j’en veux pour preuve mes vacances des dernières années avec Julie, Laure, Myriam, Vanina, Céline, Steven, Charlotte, Azélie, à manger des fruits de mer et de la raclette en trinquant à la Science Française et en refaisant le monde.

  • un autre rapport, plus immédiat, avec les chercheur·euses et entre chercheur·euses

Un effet de twitter, quand on a un “gros compte”, c’est qu’on en vient bon an mal a à avoir une petite aura et à s’y faire entendre de personnes avec qui on ne serait pas en contact autrement. Alors ça n’est pas pour cela du tout que je me suis inscrite, mais c’est un des effets globalement positifs de ma présence sur les réseaux: régulièrement, des gens – par des gens, j’entends, souvent, des étudiant·e·s, pas forcément les mien·ne·s, me disent que voir des universitaires twitter les leur rend plus accessibles – surtout quand on twitte de façon assez personnelle, pas seulement sur notre activité professionnelle, mais aussi bien des photos de chats, des anecdotes de vacances, que des conseils sur la préparation de l’agrégation. Alors évidemment, j’ai été un peu dépassée par ma créature – par le compte que j’ai fait pour le chat, qui devient lui-même un objet d’étude en ce que les idiolectes félins développés pour ce compte de détente ont fait tâche d’huile dans la communauté des comptes félins et sont devenu des sociolectes. Mais à ce jour, cela reste ma seule oeuvre de fiction sur laquelle il y ait eu des productions universitaires!

Sur un terrain plus proche de mes recherches, j’ai le sentiment que twitter par exemple sur ce que c’est que d’étudier les traductions de la Bible d’un point de vue scientifique est à la fois un exemple de vulgarisation de mon travail, qui le rend accessible à des gens qui n’ont aucune raison de lire mes travaux universitaires, mais aussi un témoignage du fait que la Bible n’est pas la chasse gardée des croyant·e·s, et que du reste les croyant·e·s sont bien plus divers·e·s qu’on ne le pense volontiers.

Et inversement, qu’est-ce que j’ai appris en lisant des juristes, en lisant des sociologues, en lisant des linguistes…

  • une ouverture interdisciplinaire

Parce que de fait, un bénéfice de twitter, mais qui se confond finalement avec les délices de l’après-thèse quand je me suis enfin sentie libre de lire ce que je voulais parce que je n’avais plus de thèse à finir, ça a été l’échange avec des chercheurs et chercheuses de disciplines différentes de la mienne. Les carnets Hypothèses dont twitter était la vitrine n’y étaient pas pour rien, puisque dans mes premières interlocutrices sur twitter, il y a eu notamment Marie-Anne Paveau, dont le carnet la Pensée du discours découvert sur Facebook m’a convaincue d’ouvrir un carnet hypothèse – par la suite, les échanges avec Marie-Anne, sa générosité avec les jeunes chercheur·euses que nous étions, le carnet collectif Espaces réflexifs, ont fait évoluer mon écriture sur le carnet: plus numérique, moins académique, plus personnelle.

Mais sur twitter c’était encore autre chose: des sociologues, des géographes, des archéologues, des mathématicien·ne·s, des informaticien·ne·s, des linguistes, des chercheur·euses avec des compétences et des savoirs autres que les miens, avec des lectures différentes des miennes – et c’était bien éclairant quand, par exemple, j’ai découvert ainsi sur les conseils du géographe @yann_c que la “sociologie de la traduction” n’était pas de la sociologie des traducteurs, mais tout une vision interactionnelle appliquée notamment à la compréhension de la vie de laboratoire – je parle ici bien sûr des travaux de Callon et Latour.

Et cela va plus loin que la bibliographie: ce sont l’ensemble des usages universitaires des autres disciplines – voire, des autres pays, en échangeant avec des chercheurs aux Etats-Unis, au Québec… ) que l’on découvre dans leur variété: c’est sur twitter que j’ai entendu parler des wiki auditions des sections de sciences humaines, que j’ai compris à quel point les usages diffèrent sur les pièces d’une HDR – et aussi que je me suis fait allumer par des matheux quand j’ai posté des extraits de mon propre mémoire de synthèse, dont l’aspect d’égo-histoire leur paraissait complètement exotique, pour rester polie. En un mot: secouer un peu ses habitudes prises pour acquises en constatant qu’elles n’ont rien d’universel ne fait pas de mal.

  • une évolution de mes réflexions

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, dit-on – et les réseaux sont, quand on est pas complètement bouché·e, un lieu où l’on se frotte à l’altérité. Altérité des habitus scientifiques: peut-être qu’encadrer des doctorant·e·s dès avant l’HDR, comme le font de façon systématique les physicien·ne·s ou les informaticien·ne·s ça n’est pas complètement inutile. Altérité des opinions politiques: ma conception de la laïcité s’est précisée dans les débats – sur twitter, quand ça devient houleux et que ça se met à voler bas on appelle ça aussi des shirstorms – sur l’extension de la laïcité. Pour ma part je me situe résolument sur la ligne de feu l’observatoire de la laïcité qui avait pour boussole la loi de 1905 mais m’oppose à l’instrumentalisation de la laïcité à des fins racistes, par exemple.

Mais en lien avec la recherche, c’est sans doute la fréquentation numérique des traducteurs et traductrices qui m’a ici été le plus propices. Les traducteurs et traductrices sont nombreux·ses à avoir investi internet et les réseaux sociaux, sans doute parce qu’internet est un de leurs instruments de travail privilégiés, et que les réseaux permettent un compagnonnage et une collaboration bienvenues. En thèse, j’étais très meschonnicienne, avec une vision théorique de l’écoute de la lettre du texte qui peut se tenir (du moins j’ai essayé en traduisant Goethe et Heine) en traduisant des textes littéraires relativement anciens, mais qui ne tient plus, ou en tout cas qui se discute, en traduction pragmatique, en traduction pour le jeune public, pour le théâtre… Et c’est finalement sur twitter, et aussi sur facebook, que j’ai pu rencontrer des vrai·e·s traducteur·ice·s professionnelles: Noémie Grunenwald, Sika Fakambi, Olivier Mannoni, Susan Pickford…  Et mis de l’eau dans mon vin sur l’extension possible des théories meschonniciennes, et appris à mieux considérer les conditions sociales et économiques dans lesquelles sont produites les traductions, en descendant un peu du ciel des idées.

  • des collaborations

Et du coup, ce dialogue avec les traducteur·ices, avec les collègues universitaires, quand il se fait en public sur twitter (au contraire de facebook qui se fait entre “amis” et “amis d’amis” sur des pages qui restent privées en général), mène à toucher indirectement d’autres collègues et à agrandir le cercle… ce qui peut, le cas échéant, mener à des collaborations. C’est via twitter que j’ai été invitée au séminaire de traductologie féministe FELiCiTE organisé par Noémie Grunenwald, Vanina Mozziconacci, Samantha Saïdi et Héloïse Thomas, pour parler de “Traduction et exégèse féministe dans les Bible studies, par exemple – voir la vidéo ci-dessous, et aussi cet épisode du Arte book club sur la Genèse. C’est via twitter que j’ai rencontré Myriam Houssay-Holzschuch, géographe, avec qui je projette de travailler sur l’importation des concepts en langue extra-européenne, à l’intersection entre traductologie et épistémologie des SHS. Etc, etc.

Mais aussi deux doctorant·e·s, qui ont connu mon travail via Twitter! Ce qui permet, mine de rien, de sortir du bassin de recrutement local de son université. Il y a plusieurs façons d’avoir un rayonnement national ou international, mais manifestement, twitter a contribué à faire de moi la chercheuse qui parle de la Bible en traduction avec, ponctuellement, une approche d’études de genre.

  • le collectif

On reproche souvent à Twitter d’être le lieu d’une expression narcissique, le lieu de toutes les vanités. Et il l’est aussi, et je ne suis pas indemne de tout reproche à cet égard. Mais faire de Twitter un lieu intrinsèquement individualiste serait à mon sens une erreur. Twitter, pour moi, en tant qu’enseignante chercheuse, a été vraiment le vecteur d’une remise du collectif au coeur de la vie universitaire, en particulier pendant la crise du COVID. C’est sur Twitter que j’ai trouvé à la fois des ressources et conseils pour organiser le passage précipité au distanciel (ce qu’un twitto qui a depuis supprimé son compte avait appelé le “démerdentiel”, formulation qui avait été immédiatement adoptée par le twitter ESR cf ci-dessous), et du soutien moral – aussi une sorte de présence distante de personnes dans le même bateau tandis que, dirigeant mon département, multi-tâchant entre révision des MCC, réponse aux étudiant·e·s angoissé·e·s, écriture de mes travaux sur Pasolini pour l’agreg, domptage de plate forme de cours en ligne, etc etc, j’essayais de ne pas perdre pieds et travaillais 70h par semaine (littéralement: le compteur d’heures de fonction de l’ordinateur confirme). Aller sur twitter, pendant le “démerdentiel”, c’était à la fois échanger des photos de chats, poster des recettes de pâte à pizza, mais aussi se demander les uns les autres: quelle meilleure évaluation à distance, est-ce qu’on maintient les disserts? doit-on garder le temps limité pour les examens? comment prendre en compte les disparités des étudiant·e·s dans l’accès au matériel?

Que dire d’autre? Twitter a changé ma vie. Réellement. Certes il m’a fait perdre beaucoup de temps et m’a emportée dans des moments de colère ou d’angoisse dans certaines shitstorms dont je me serais passée – être féministe sur internet, c’est par exemple recevoir des menaces de viol sur les réseaux sociaux. Mais le positif l’emporte – sans quoi je n’y serais plus. Twitter m’a rendue moins bête, moins bornée. Il m’a fait rencontrer certain·e·s de mes meilleur·e·s ami·e·s. Il m’a fait beaucoup lire. Il m’a apporté mes deux doctorant·e·s. Donc un dernier mot:



Citer ce billet
Claire Placial (2023, 20 avril). Twitter et la recherche. Propos en vrac sur les heurs et malheurs d’une chercheuse sur les réseaux sociaux. langues de feu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqc7

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 juillet 2023

    […] Placial, “Twitter et la recherche. Propos en vrac sur les heurs et malheurs d’une chercheuse sur les réseau…“, carnets de recherche langues de feu, 20 avril […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search