Comment traduire “Aufhebung” et autres propos en vrac sur la traduction de la langue allemande

J’étais ce dimanche 16 avril à la conférence d’Olivier Mannoni dans le cadre du festival Le Livre à Metz, où il présentait son livre Traduire Hitler, dans lequel, je cite ici la présentation du livre sur Fabula,

il raconte ici la lutte au corps à corps avec une prose lourde et pernicieuse et les incidences plus personnelles de ce compagnonnage forcé. Face à une actualité où les démons semblent renaître, Olivier Mannoni nous alerte sur le pouvoir du discours tronqué, trompeur et d’autant plus efficace qu’il est simpliste

Dans l’entretien avec Élodie Karaki, Mannoni est revenu sur l’usage de la langue allemande par Hitler: une langue lourde, violente, qu’il a été choisi dans l’édition critique préparée avec plusieurs historiens de rendre sans l’atténuer, sans la lisser, pour qu’on perçoive en français la fabrique de la langue hitlérienne. De là, plusieurs considérations: sur la façon dont la langue allemande a été contaminée par le nazisme qui a laissé sa trace dans la signification et les connotations de bien des mots (duschen par exemple, prendre une douche, se colore du souvenir des “douches” des camps d’extermination); sur la polysémie de la langue allemande.

On pense parfois – et certains philosophes, comme Heidegger, l’ont théorisé – que la langue allemande, de par la morphosyntaxe flexionnelle (en français courant: les déclinaisons, qui marquent la fonction des mots), de par sa richesse de préfixe qui permet notamment de situer très précisément les objets dans l’espace, que la langue allemande donc est une langue particulièrement précise et claire. Olivier Mannoni lors de l’entretien soutenait que la langue allemande est potentiellement tout aussi imprécise, polysémique, floue que n’importe quel autre – et cela, les traducteurs et traductrices s’en rendent bien compte, puisque devant le texte à traduire ils et elles se demandent bien souvent: mais dans quel sens le prendre. M’ayant vue dans l’assemblée, Olivier Mannoni a répondu à une question de ma collègue Galyna Dranenko, qui était juste derrière moi, en disant quelque chose comme “puisque vous êtes à côté de Claire, demandez-lui comment on traduit aufheben“.

C’était une boutade, mais depuis hier je tourne aufheben dans ma tête. Aufheben, c’est le verbe qui a pour substantif Aufhebung, qui a été traduit par “dépassement” quand Hegel l’utilise, et s’est vulgarisé sous ce terme français via les traduction de Hegel. Mais auheben c’est bien plus que “dépasser”.

  • déjà si on examine sa composition: auf + heben, utilisation d’un préfixe séparable, plus ou moins équivalent à “sur”. Das Brot liegt auf dem Tisch = le pain est sur la table – et encore, là c’est liegen qui est infernal à traduire. heben: lever, globalement. Lever, relever, remonter. “Den Kopf heben” = lever la tête.
  • Mais comme souvent avec les verbes composés allemand, le sens du verbe est pluriel.
    • à la fois un sens concret, consistant à renforcer le sens de heben par la préposition “auf” –> auheben = ramasser quelque chose, voire récolter
    • à la fois un sens plus abstrait: annuler, abroger, comme quand on dit qu’on “lève” un siège: on ne porte pas un fauteuil dans les airs, rien n’est levé en l’air: on suspend une action militaire.
    • Etc, ça serait simple s’il n’y avait que cette alternative

Et donc, comme le dit le proverbe traducteur: “ça dépend du contexte”. Aufheben n’a pas d’équivalent strict en français, et le traducteur ou la traductrice devra peser, au moment de traduire, l’extension du sens du terme et décider non seulement de quel terme français il ou elle adopte, mais aussi de comment, du coup, il ou elle lit le texte allemand – ce qui est parfois indécidable.

Ce que disait Mannoni dans la conférence, et qui découle de ce que je viens juste d’écrire, c’est aussi qu’il n’y a pas “l’allemand”. Il y a les usages que les auteurs et autrices que nous traduisons font de l’allemand. Mon expérience de la traduction est assez minime, et temporellement et épistémologiquement cohérente: j’ai traduit Goethe et Heine, des écrivains du premier XIXe siècle, écrivant de la littérature. Et les problèmes de traductions n’étaient pas du tout les mêmes. Avec le paradoxe suivant:

  • quand je lis les Affinités électives de Goethe en allemand, je comprends globalement tout, mais je ne sais pas comment le traduire. Le vocabulaire de Goethe dans ce roman (au contraire du Faust contemporain) est très épuré, mais redoutablement polysémique et tendant à superposer sens concrets et abstraits de mêmes expressions. C’est quand même le seul auteur pour qui je me sois littéralement pris la tête sur le mot Gesellschaft (qu’on traduit habituellement par “société” mais qui au début du XIXe signifie aussi “compagnie”: in der Gesellschaft von Ottilie = en compagnie d’Ottilie. Mais puisque le roman est tout entier construit autour de la tension entre nature et culture, pulsion et société, et que le terme Gesellschaft est utilisé dans ses deux sens, n’est-ce pas légitime de tenter une concordance en français et de traduire le même terme allemand par le même terme français, en faisant somme toute fi du contexte?
  • quand je lis les Tableaux de voyage de Heine, beaucoup de mots m’échappent, mais la traduction est globalement bien moins “prise de tête” pour deux raisons: 1) une difficulté primordiale avec Heine est d’identifier les référents dans un lexique foisonnant puisant notamment aux argots étudiants, mais une fois que c’est fait, c’est fait. 2) j’ai avec Heine des affinités de syntaxe, je ne sais pas si ça fait de moi une bonne traductrice pour cet auteur, mais toujours est-il que le lisant je sais où vont mes priorités – à la syntaxe.

Bref, un texte éminemment lisible, analysable, compréhensible, qui ne pose pas de problème de compréhension à la première lecture, peut être un enfer de traduction. Une langue claire n’implique pas une langue traduisible – et d’ailleurs c’est un des problèmes du dogme de l’allemand langue claire: si ce qu’on énonce est si dépendant de la langue allemande qu’il n’est pas traductible, est-ce que cela ne fait pas justement obstacle à l’idée de l’allemand comme langue de la philosophie? mais c’est encore un autre débat.

 



Citer ce billet
Claire Placial (2023, 17 avril). Comment traduire “Aufhebung” et autres propos en vrac sur la traduction de la langue allemande. langues de feu. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqc6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search