Un lys est-il un lys? Traduction et représentation d’un exemple de realia bibliques

Un tweet de @Swaggospel aujourd’hui a mis en branle chez moi la machine à penser – qui, la pauvre, est un peu abrutie ces derniers mois par le travail, l’hiver, les tâches administratives, l’habilitation – parce qu’il pose une de mes questions préférées au monde: le lien entre les mots et les choses (rien que ça).

Le lys est une fleur biblique par excellence. Il y a des lys dans le Cantique des cantiques, par exemple :

Je suis une rose de Scharon, un lis des vallées

lit-on en Ct 2,1 dans la traduction de Samuel Cahen.

Et il y en a donc en Matthieu 6,26:

Et quant au vêtement, pourquoi vous inquiétez-vous ? Observez les lis des champs, comment ils croissent ; ils ne travaillent ni ne filent. (traduction Pierre Bonnet “de Neuchâtel”)

Le Christ, selon Matthieu, nous enjoint à ne pas “nous inquiéter pour notre vie” et à prendre modèle sur les oiseaux du ciel et les lys des champs. Comment cela parle-t-il à des lecteurs et lectrices de 2023? Si nous avons, je suppose, toutes et tous une idée de la façon dont les oiseaux du ciel “ne sèment ni ne moissonnent, ni n’amassent dans des greniers”, en revanche avons-nous déjà vu des lys dans les champs? D’où l’interrogation de Swaggospel. Les lys, pour un·e habitant·e de l’hexagone, ça n’est pas une fleur des champs, c’est une fleur de jardin, de fleuriste, d’église catholique, de représentations picturales de la Vierge, mais ça n’est pas une fleur des champs. Comment se fait-ce? Est-ce que les lys poussent dans les champs en Palestine?

Le problème me semble être ailleurs. Ce que nous appelons “lys” n’est pas exactement la fleur que vise Matthieu dans son texte. Il y a une double épaisseur de sens à considérer: le mouvement de la traduction d’une part, qui fait lire “lys” en français là où il y a un autre mot que “lys” dans le grec; la question plus vaste encore du référent: au-delà du mot utilisé, quel est l’objet que vise Matthieu précisément? Et cet objet, cette fleur, est-elle la même à l’époque du Christ en Palestine et à Jardiland à Metz?

Le texte grec de Matthieu est le suivant:

Καταμάθετε τὰ κρίνα τοῦ ἀγροῦ

Le terme utilisé, κρίνον, est le même qu’en Ct 2,1 dans la traduction des Septante, celle qu’avait potentiellement le rédacteur de l’Évangile de Matthieu sous les yeux en écrivant:

Ἐγὼ ἄνθος τοῦ πεδίου, κρίνον τῶν κοιλάδων.

Dans les deux cas, la Vulgate latine a rendu κρίνον par <em>lilium</em>

Considerate lilia agri quomodo crescunt.

Ego flos campi, et lilium convallium

Mais sous le latin et sous le grec, il y a encore l’hébreu pour le texte du Cantique:

אֲנִי חֲבַצֶּלֶת הַשָּׁרוֹן, שׁוֹשַׁנַּת הָעֲמָקִים. 

Se posent ici deux questions.
1) qu’est-ce qu’un שושנה ?
2) un lys est-il un lys?

Vous voyez qu’avec ces histoires de fleurs, potentiellement on part bien bien loi – on réveille le Kraken, c’est-à-dire la querelle vieille comme le langage entre nominalistes et réalistes, le fantôme de Guillaume d’Ockham va venir hanter nos rêves en criant “un lys est un lys est un lys”

Mais je vais répondre à mes propres questions.

Qu’est-ce qu’un שושנה ? Et bien, ça dépend. Ça dépend quand, notamment. Si en Israël vous achetez un שושנה pour la personne de votre coeur, c’est une rose que vous allez offrir. Mais en hébreu biblique on peut considérer que le terme désigne un genre de lys. Le même mot hébreu a donc visé (au moins) deux référents différents dans le temps, ce qui n’a rien d’extraordinaire non plus. Une toge latine n’est pas une toge d’universitaire, une culotte d’Ancien-Régime pas la même chose que ce que j’achète chez H&M, etc.

Un lys est-il un lys? Il y a deux questions dans cette question. D’abord, sommes-nous d’accord sur ce qu’est un lys? Le mot “lys” semble être l’hypéronyme désignant des lys bien différents, comme par exemple:

Lilium longiflorum, qu’on a sans doute communément à l’esprit en Europe continentale quand on pense à un lys. C’est aussi cette essence florale qui est le plus souvent représentée comme fleur de Marie et symbole de sa virginité, dans les Annonciations notamment – à gauche la photo sous licence creative commons de la page wikipedia consacrée au lys, à droite l’Annonciation d’un anonyme flamand conservée au musée des beaux arts de Bordeaux.

Mais le mot lys désigne aussi d’autres essences: le lys martagon des alpages, très différent dans la forme de ses fleurs et sa couleur rouge voire pourpre; le lys dit des sables, commun sur les littoraux méditerranéens.

Autrement dit, un lys est un lys, mais un lys n’est pas un lys.

Nous voilà bien.

Mais la vraie question, si l’on prend au mot Matthieu et que l’on observe les lys des champs, est sans doute plutôt: qu’est-ce qu’un lys des champs? Est-ce un des lys sus-cités? Et qu’est-ce que, tant qu’on y est, le שושנה du Cantique des cantiques

Si on en croit les traductions du Cantique, שושנה est possiblement

un lys – avec parfois des appareils de notes en précisant le type: certains traducteurs identifient par exemple un lys martagon, donc rouge, ce qui exclut le travail de la symbolique de la blancheur pure, et ce qui exclut aussi la cohérence botanique, parce que ce n’est pas demain la veille qu’on trouvera des lys martagons dans les plaines de Saron.

une rose

un muguet

un amaryllis

Notons au passage que la rose et le muguet sont préférés par les traducteurs protestants, bien heureux de trouver là une fleur qui évite le symbole marial du lys.

Y a-t-il une “bonne” traduction? Il faudrait pour répondre à cette question définir ce qu’est une bonne traduction et personne ici n’a ce genre de temps. Toutes ces traductions sont plus ou moins tenables: en langue parce que שושנה peut ou a pu référer dans le vrai monde à diverses sortes de lys et à la rose; “lys martagon” et “muguet” sont sans doute des choix suboptimaux si l’on cherche à viser le référent botanique qu’avait à l’esprit le rédacteur du Ct parce qu’on n’en trouve pas en Palestine, mais la traduction est-elle, a fortiori en matière biblique, toujours affaire de référence, d’identification des realia dans le vrai monde? Le poids de la tradition, des symboles n’est-il pas non plus capital? D’autant que, en matière de lys, il faut considérer encore une chose: l’évolution de la culture des essences florales depuis l’antiquité. De même qu’un chat persan au XVIIIe siècle n’a pas le nez si plat qu’un chat persan contemporain, les lys, iris, roses ont bien changé de physionomie depuis l’époque du Christ. Le lys des jardins, des fleuristes et des églises, le lys que l’on voit dans sa tête en lisant Matthieu en français, n’existait sans doute pas à l’époque de la rédaction des textes (et encore moins en Palestine). Mais comment faire pour juguler le pouvoir de la représentation du lys, induit par deux millénaires de réception des textes biblique et de travail du symbole? Deux millénaires de tradition pèsent sur nos représentations, l’anachronisme est inévitable, nous ne lisons pas le texte avec les mêmes référents que les rédacteurs de l’Évangile de Matthieu et du Cantique.

Enfin j’ai quand même mon idée: je parie mon goûter que le lys biblique est le lys des sables, ou lys maritime, pancratium maritimum, photographié ici sur un littoral israélien – photo issue de wikimedias

Un lys est un lys, un lys n’est pas un lys. שושנה est κρίνον est lys, et n’est pas lys. C’est l’exemple célèbre de Waletr Benjamin, quand il affirme que “pain” n’est pas “Brot” – et j’ajoute, que “pain” n’est pas “Brot” n’est pas לֶחֶם . Quand vous demandez du pain avec votre planche de charcuterie dans une brasserie française, on vous apporte de la baguette tranchée. Quand vous mangez l’Abendbrot en Allemagne, ça sera vraisemblablement du pain noir ou en tout cas pas du pain blanc, et le goût en sera aussi plus malté. Quand vous mangerez du לֶחֶם avec votre kemia à Jaffa, ça sera du pain pita. Mais à quoi ressemblait le לֶחֶם de la Bible hébraïque, le ἄρτος de “il prit le pain et le rompit”? On utilise le mot pain mais le pain n’est jamais le pain; et pourtant il est toujours le pain. Et c’est ainsi que le langage est une chose merveilleuse, mais bien compliquée.

Page de pub: j’avais il y a fort fort longtemps publié un article intitulé “Je suis la rose de Saron,  le muguet de vallées”. Végétation et toponymes, les traducteurs du Ct à l’épreuve de l’altérité, consultable sur HAL


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Placial (8 mars 2023). Un lys est-il un lys? Traduction et représentation d’un exemple de realia bibliques. langues de feu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqc5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search