L’épreuve de l’étranger au programme de khâgne – notes en vrac

Depuis une dizaine d’année, une épreuve intitulée d'”approche des sciences humaines” remplace à l’ENS Lettres et sciences humaines de Lyon feue l’épreuve de culture générale, à l’oral. Les candidat·e·s lisent quatre classiques des sciences humaines en autonomie et en analysent un extrait devant un jury pluridisciplinaire. Année après année je me réjouis, quand je tombe sur ce programme, d’y trouver des ouvrages qui ont beaucoup compté dans ma formation intellectuelle: L’Orientalisme d’Edward Said par exemple, Masculin/Féminin de Françoise Héritier. Cette année, un nouvel ouvrage entre au programme: L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, d’Antoine Berman. Un ouvrage fondateur pour ce qu’on pourrait appeler le “courant éthique” de la traductologie.

Hier, j’étais invitée par une amie et collègue enseignant en classe préparatoire à Montpellier, qui m’avait demandé de parler de cette oeuvre à ses étudiant·e·s – je l’ai fait bien volontiers, et reprends ici ce que je pense la substantifique moelle de cet ouvrage – étant bien entendu que j’écris ici rapidement des propos décousus: pour des propos plus méthodiques, on pourra se référer au livre de Céline Barral. Mais d’ores et déjà : je suis vraiment heureuse de l’existence de cette épreuve, même si j’entends bien la difficulté pour de très jeunes étudiants de se lancer dans des lectures parfois bien abstraites en quasi autonomie, et je me réjouis fort de la présence de Berman au programme.

Pourquoi les étudiant·e·s de khâgne gagnent-ils et elles à lire Berman?

La lecture de Berman a sans doute de quoi décontenancer un·e préparationnaire – l’objet de la traduction, d’abord, qui n’est guère abordé thématiquement (il l’est pratiquement par l’exercice de la version, mais rarement avec un vrai recul réflexif). En outre la portée historique de l’ouvrage, qui se concentre sur la traduction dans l’Allemagne romantique, peut sembler tirer dans les coins. Pour ma part je suis fermement persuadée que la lecture de ce livre peut servir de levier pour penser plein de choses.

Un premier élément est l’ancrage résolument interdisciplinaire du propos de Berman. L’auteur est philosophe de formation et traducteur d’ouvrages littéraires latino-américains; l’ouvrage au programme est issu de sa thèse inscrite en linguistique; la dimension historique – d’histoire des idées, mais aussi d’histoire littéraire et d’histoire sociale et culturelle – est très prégnante. De quelle discipline ressort l’ouvrage? Je serais bien embarrassée de trancher, sinon en disant: il s’agit d’un ouvrage de traductologie écrit par un philosophe. Or il me semble, et c’est ce que je veux défendre ici, que lire un livre de traductologie est susceptible d’éclairer bien des choses – à commencer par la pratique de la version, à continuer par la mise en perspective de ce que signifie traduire, et lire des traductions. Et la traduction est partout dans la vie des lecteurs – dans celle des préparationnaires de même, même si les programmes de littératures restent exclusivement choisis dans la littérature de langue française: en revanche en histoire, en philosophie, il n’est pas rare de lire des textes traduits. Se rendre compte que la traduction n’est ni une opération du saint esprit, ni une transformation mécanique des textes, mais qu’elle résulte de choix des traducteur·ices, variant dans le temps, l’espace, les idéologies: voilà qui me semble formateur.

Le tournant éthique de la traductologie

L’ouvrage d’Antoine Berman prend place à ce qu’on pourrait appeler un tournant éthique de la traductologie. Depuis quelques dizaines d’années à la parution du livre (en 1985 donc) la traductologie se constitue comme sous-discipline autonome, avec un objet propre (la traduction) mais des méthodes hybrides (empruntées à la linguistique essentiellement, mais aussi à la philosophie, à l’histoire, à l’esthétique). Ce développement est concomitant au développement des écoles de traduction visant à former des professionnels diplômés. Des premiers grands classiques de la traductologie ont paru, dans une veine héritée de la linguistique behavioriste (par exemple juste avant le livre de Berman, celui de Lederer et Seleskovitch, Interpréter pour traduire), ou historique et linguistique (dès 1955, les Belles infidèles ou la formation du goût classique de Mounin). Henri Meschonnic, qui a dirigé la thèse de Berman, s’est déjà illustré dans une toute autre veine en s’insurgeant contre une traduction qui en priorisant le sens vise le signifié en faisant fi du signifiant; il a construit toute sa poétique du traduire (titre de l’ouvrage capital paru en 1999) sur un réinvestissement de la lettre qui passe par une attention au discours: non pas ce que l’auteur veut dire, mais comment il le dit.

Cette attention à la forme est capitale chez Berman, et dans la lignée de Meschonnic, il défend une écoute de la lettre du texte, dans un rapport de sujet à sujet (le sujet traducteur prend en charge le discours du sujet auteur) et non de langue à langue. Cette bascule opérée entre “traduire des langues” vers “traduire des textes” va de pair avec une critique implicite d’une traduction fondée sur le modèle des “stylistiques comparées”, du type de celle de Vinay et Darbelnet. Dans de tels ouvrages, exploités notamment pour l’apprentissage de la version, la logique qui préside est celle des usages dans une langue donnée, et non de l’usage qu’en fait un auteur ou une autrice en particulier. Exemple: on va souvent considérer que le “génie de la langue française” est rétif à la répétition, là où l’anglais l’est moins; et du coup, introduire des variations en français là où l’anglais répète. Mais aussi: transposer les proverbes, chercher des équivalents non littéraux, etc.

Ce qu’entend montrer Antoine Berman, c’est que la traduction telle qu’elle se pratique et s’enseigne en 1985, est très largement ethnocentrique. On transforme un texte anglais, ou brésilien, ou chinois, en texte français, franco-français, qui “ne sent pas la traduction”, “donne l’impression d’avoir été écrit directement en français”. On le fait au nom du génie de la langue française, ou aussi au nom du confort de lecteur – un texte restant étranger, par exemple parce qu’il ne transposerait pas les proverbes, serait incompréhensible. C’est, selon Berman, une faute éthique. Le devoir du traducteur – la tâche du traducteur, pour reprendre le titre du célèbre essai de Benjamin – n’est pas, pour reprendre cette fois une métaphore de Heine, de costumer un auteur sauvage en français civilisé, mais d’accueillir l’étranger dans sa propre langue. (Oui, c’est politique. Oui, c’est transposable à la question de l’accueil des étrangers de chair et d’os)

Les vertus de l’anachronisme: le détour par les romantiques allemands

Le plan de L’épreuve de l’étranger est pour ainsi dire en chiasme, avec 1) une introduction manifeste bien étoffée 2) quelques chapitres monographiques consacrés à des figures individuelles: Luther, Goethe, Herder 3) quelques chapitres théoriques (la “versabilité infinie”, la traduction comme critique…) 4) derechef des chapitres monographiques (Schlegel, Schleiermacher…) 5) une conclusion théorique étoffée.

Si le plus grand nombre de pages est consacré aux romantiques allemands, en revanche le livre a pour centre de gravité non pas tant son centre que ses extrémités – l’expression de sa thèse sur la traduction comme rapport éthique, comme épreuve de l’étranger. En ce sens il ne s’agit pas tant d’un ouvrage d’histoire des idées nous permettant de redécouvrir la pratique et la théorie des traductions par les romantiques allemands, que d’un livre à thèse s’appuyant sur l’exemple des romantiques allemands pour promouvoir une nouvelle façon de traduire.

Mais du coup, pourquoi les romantiques allemands? Parce que, précisément, la génération de l’Athenäum (et un peu avant avec Goethe, et un peu après) a collectivement adopté une vision de la traduction que Berman appelle de ses voeux: une traduction qui ne plie pas l’étranger à une conception ethnocentrique, nationaliste de la littérature, mais qui postule au contraire la capacité d’accueil, et de transformation, de la langue d’arrivée.

Il faut dire que la situation allemande est singulière, en comparaison avec la France. Au contraire de la littérature française, italienne, espagnole, persane, sanscrite… la littérature allemande est une jeune littérature – son grand auteur, et déjà reconnu comme tel, Goethe, est encore vivant. Qui plus est elle se déploie dans un espace linguistique donné, celui des états “de nation allemande” germanophones, mais qui n’a pas d’unité politique. En 1800, l’Allemagne, ça n’est pas un État. Du coup, l’Allemagne est dépourvue de la coïncidence langue-nation-institutions qui permet en France de faire de Paris le centre intellectuel du royaume en même temps que le lieu du pouvoir. Par conséquent, il n’y a pas encore de modèle (enfin, pas, encore, je fais des raccourcis… moins qu’en France disons) esthétique, littéraire, proprement national – sinon dans la tradition orale des contes et mythes germaniques mais c’est une autre question: les modèles de la tragédie, de l’épopée, du roman, le vers même, sont des produits d’importation. Et qui dit importation, dans les flux du commerce du livre, dit traduction. Le génie des romantiques allemands, si l’on suit Berman, c’est d’avoir considéré que la traduction était une chance pour la langue, littérature et culture d’arrivée – que la littérature allemande allait gagner à importer des oeuvres étrangères, en élaborant des solutions traductives nouvelles – il cite l’exemple de l’invention par Voss de l’hexamètre allemand pour traduire Homère, et je rajoute: cette traduction de Voss à son tour inspire à Heine son Odyssée romantique qu’est la Mer du nord, rédigée en vers libre avec forces tournures syntaxiques inspirée du grec. Le rapport à la littéralité n’est alors plus jugé négativement comme une faute par rapport au génie de la langue d’arrivée, comme une tendance fâcheuse au calque, mais comme une capacité d’écoute de la textualité même du texte original, de son fonctionnement dans sa langue.

Que traduit-on quand on traduit?

En définitive, L’épreuve de l’étranger permet de se poser l’éternelle question des traductologues: que traduit-on quand on traduit?

Une langue?
Du sens?
Une culture?
Un texte?
Un auteur?

Bien évidemment on ne traduit jamais une seule chose. Mais la traduction est toujours question de choix et de négociation – une “hiérarchie de demande d’invariance” écrit Michael Schreiber: je souscris à cette définition pleinement. Maintenant la question, c’est à quel niveau accorder son attention prioritaire – Berman opte, dans une vision éthique du rapport entre auteur et traducteur, pour les deux niveaux du texte et de l’auteur, la question de la langue étant comme incidente.

Les sciences humaines s’écrivent – Berman et le style

Les étudiant·e·s qui passent les oraux d'”approche des sciences humaines” commentent donc un texte. Et puisqu’on parle de texte, puisqu’on parle de traduction comme lecture d’un texte, qui s’intéresse à la facture des textes au-delà de la langue où ils sont écrits et au-delà des seules idées qu’ils contiennent, c’est l’occasion de rappeler: les sciences humaines s’écrivent, comme de la littérature. J’entends par là que le style de Berman n’est ni celui de Meschonnic ni celui de Ladmiral – de même que celui de Judith Butler n’est pas celui de Françoise Héritier, etc. Il faut donc, en analysant Berman, prêter attention à son écriture. Quelques éléments:

La longueur et la fréquence des citations, qu’un étudiant du groupe d’hier interprétait comme un argument d’autorité, Berman s’appuyant sur les grands noms de la littérature allemande. Certes – par exemple avec l’exemple matriciel de Luther -, mais pas seulement. Mon hypothèse est aussi que ces citations, d’auteurs peu lus dans les classes françaises en 1985, permet à Berman de faire en creux dans son livre une anthologie du discours romantique allemand sur la traduction.

Détail savoureux: nombre de ces citations sont manifestement traduites par Berman lui-même, mais certaines traductions publiées dans des éditeurs commerciaux en français sont citées… en oblitérant le nom du traducteur. C’est typique de l’invisibilisation des traducteur·ices dans les travaux universitaires, comme si la médiation du traducteur ou de la traductricees sciences humaines était plus transparente ici que dans la traduction littéraire, ou comme si les sciences humaines n’étaient que contenu éminemment traduisible, sans style. Chez Berman tout de même ça pique. Mais peut-être est-ce imputable à l’éditeur plus qu’à l’auteur.

L’usage des italiques. Un vrai tic de Berman. Il les utilise pour les mots étrangers – nombreux à n’être pas traduits dans un ouvrage qui commence la “versabilité infinie”, c’est savoureux également. On lit donc la Bildung, etc. Mais aussi, Berman use très fréquemment des italiques pour singulariser et mettre l’emphase sur des concepts qui sont les pierres angulaires de son raisonnement. Je me surprends d’ailleurs moi-même à faire de même quand je viens de le lire ou que je le commente. A contrario, l’usage des guillemets, au-delà de la citation, lui sert à prendre des distances avec des termes “qu’il n’assume pas” (voyez, comme ça.). Intéressant feuilletage tonal, aux marges des usages universitaires.

Je voulais ajouter un paragraphe: “Après l’épreuve de l’étranger: héritages et dépassements” – ce billet est déjà trop long. La suite au prochain épisode!



Citer ce billet
Claire Placial (2022, 25 mai). L’épreuve de l’étranger au programme de khâgne – notes en vrac. langues de feu. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqc4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search