Pâques avec Pasolini – un triduum pascal de Lecce à Matera

Aujourd’hui, vendredi saint, j’ai fait gras. Ce midi j’ai mangé une bruschetta avec de la chair à saucisse et de la stracciatella – le dedans de la burrata, qui fait les fils. Et ce soir j’ai récidivé avec du jambon et du salame picante pour accompagner mon vin – du Salento, cépage Primitivo. Mon père, mort il y a presque trois ans maintenant, était athée, mais plus qu’athée, anticlérical. Enfant d’ouvriers chrétiens – mon grand-père dirigeait la chorale de l’église et tout le monde jouait au foot avec le prêtre – il n’avait, comme moi, pas eu la foi après l’âge de raison, mais il avait gardé cette espèce de tradition intériorisée: le vendredi saint, on fait maigre. Comme moi je prends toujours un rameau aux rameaux, mutatis mutandis on a gardé un truc. Bref depuis que je ne vis plus chez mes parents c’est à dire vingt ans, la moitié de ma vie, je me fiche bien de faire maigre le vendredi saint, mais aujourd’hui le fantôme de mon père m’a botté le train à me prendre en flagrant délit avec ma saucisse et mon jambon. Et moi de m’insurger sur le fait que quand même mon surmoi catholique est bien curieux, à prendre la forme d’un fantôme athée empêcheur de manger de la charcuterie pendant des vacances en Italie.

Il faut dire que j’ai bien donné à travailler à mon surmoi, en l’emmener passer Pâques en Italie, et pas dans n’importe quelle Italie, dans celle de Carlo Levi et du Christ s’est arrêté à Eboli et de l’Evangile selon Matthieu de Pasolini. Un de mes cinq livres préférés, un de mes cinq films préférés, et liés par une ville, Matera, où j’arrive après-demain dimanche de Pâques – ça ne fait pas sens, c’est une ville où être au vendredi saint, enfin la logique des itinéraires voyez-vous, la voiture à rendre à Bari mardi, tout ça.

Sur l’Evangile de Pasolini, j’ai déjà écrit il y a fort fort longtemps ce billet, qui portait plus précisément sur l’usage des langues et l’écriture – ou la non écriture – du scénario et des dialogues dans les films représentant la vie du Christ. Pasolini fait ce choix phénoménal de porter à l’écran le texte de Matthieu, c’est-à-dire que les mots prononcés sont ceux qui sont un discours direct dans l’Evangile de Matthieu, dans la traduction Pro Civitate Christiana. Un parti pris de littéralisme si l’on veut, mais où s’insère à l’écran, et bien, tout le travail du son et de l’image qui dépasse le texte: les images empruntent à l’art chrétien des primitifs italiens – les couvres chefs tout droits sortis des fresques de Piero della Francesca

la composition de la crucifixion de Mantegna.

Et puis tout le travail du casting: le Christ joué par un anarchiste espagnol, les disciples par des intellectuels italiens de gauche, les pharisiens par des latifundiaires locaux, les pauvres par des pauvres – s’il y  a une chose qui ne change pas, c’est la place des pauvres. J’en causais ici.

ça fait des années que je revois ce film tous les ans, pour Pâques souvent, et parce que j’ai beaucoup fait cours dessus. J’ai beaucoup fait cours dessus, parce que ce film est un exemple même de la façon dont on peut signifier. Pour faire du sens dans une oeuvre il n’y a pas que le langage conceptuel. Il y a l’image, il y a le symbole, il y a l’anachronisme. Le symbole, c’est: ce latifudiaire, enfin j’imagine que c’en est un, ce riche en tout cas à la belle moustache avec son accent méridional là, ce bourgeois italien de 1965 dont on n’a pas gommé la tête de bourgeois italien de 1965, c’est lui le pharisien en vrai. Les pharisiens de l’époque du Christ, ceux qui ne veulent pas partager les richesses, ils sont toujours là, ils sont propriétaires terriens ou médecins, ils ont une moustache bien taillée, et ils ne veulent pas soigner gratuitement les paysans malades de la malaria.

Et c’est là que Pasolini croise Carlo Levi.

Carlo Levi est un bourgeois juif gauchiste de Turin, qui a étudié la médecine, mais sa vocation c’est la peinture. Mutatis mutandis en 2022 il pourrait se retrouver à faire une thèse de littérature comparée ou des émissions sur France culture. Bref c’est un intellectuel né dans le coton avec des convictions de gauche, et Juif. Le souci c’est qu’il a 30 ans en 33, et que ce genre de profil-là plaît moyennement au régime fasciste. Alors lui, comme Leone Ginzburg le cofondateur des éditions Einaudi (père de l’historien Carlo Ginzburg, spécialiste de la sorcellerie en Italie, tout est dans tout), on l’envoie en “confinement”. En 1933 ça veut dire: une assignation à résidence dans un coin ravitaillé par les corbeaux. Et le peintre médecin juif marxiste turinois bourgeois là, on l’expédie dans le trou du cul de la Basilicate, à Aliano, de nos jours c’est à 1h30 de Matera ET de Potenza en voiture d’après Mappy, bref: c’est paumé. Là, il y a des latifundiaires absents parce qu’ils vivent à Naples ou Bari ou Lecce, des bourgeois dégénérés qui aimeraient bien avoir l’air mais qui ont pas trop l’air du tout, et des paysans miséreux qui font ce qu’ils peuvent, c’est-à-dire qui crèvent de la malaria et jettent des sorts.

Oui parce que le Christ s’est arrêté à Eboli.

Eboli c’est en dessous de Naples. Et le Christ s’est arrêté là. Il habite à Rome n’est-ce pas depuis un moment, mais il a pas réussi à descendre plus bas. C’est que d’un côté, les paysans de Lucanie (c’est le nom ancien de la région là, de la Basilicate) ils sont païens encore, ils croient aux esprits, aux sorts, aux revenants, il y a plein de sorcières. Et d’un autre côté, les chrétiens qui font leurs Pâques comme il faut, le médecin du village, l’instituteur, là, c’est pas des vrais chrétiens. C’est des gens qui veulent se faire payer par des gens qui n’ont rien du tout pour les soigner quand ils crèvent, du coup ils les soignent pas, du coup les paysans crèvent. C’est pas des chrétiens, ou alors des mauvais. Bref. Le Christ et son message d’égalité radicale là, il est pas descendu sous Eboli.

Le lien Pasolini Levi, il me crève les yeux, je ne vois que lui. Pourquoi filmer Jérusalem à Matera? Parce que ça fait très bien les tableaux des primitifs italiens d’une part, ce décor. D’ailleurs Gibson et al. ne s’y sont pas trouvés, ils ont filmé leurs vies du Christ là de même. ça fait bien l’affaire, pour Jérusalem. MAIS. Il n’y a pas que l’image. Il y a aussi le contexte social et politique. Ce que dit Pasolini en 1965 aux Italiens c’est: le Christ s’est arrêté à Eboli. S’il venait un anarchiste espagnol à Matera à vous dire de vous aimer les uns les autres (bordel), vous seriez foutus capables de le crucifier derechef.

Et donc voilà. Je n’ai rien trouvé de plus malin, pour des questions de calendrier, de dates des vacances scolaires et de l’agreg, que d’aller à Matera à Pâques, et en attendant je fais gras à Lecce pour le vendredi saint. ça remue des trucs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search