Après une visite de l’exposition Georgia O Keeffe – propos en vrac sur le corps paysage

J’ai visité hier l‘exposition Georgia O Keeffe qui a lieu jusqu’au 6 décembre prochain au centre Pompidou à Paris, avec quelqu’un qui à un moment dans l’exposition m’a demandé si, en littérature comparée, on comparait la littérature avec les autres arts. La réponse est oui, tout le temps: par exemple dans un cours très classique de licence 1 sur “mythe et littérature” où l’on va comparer plusieurs réécritures du mythe de Narcisse, et plusieurs représentations picturales du mythe de Narcisse; ou encore dans des cours plus pointus – se poser la question de l’iconographie et du sens en peinture est pertinent dans un cours d’introduction à l’herméneutique en master, par exemple.

Et puis le lendemain, regardant les quelques photos prises à l’exposition O Keeffe, cette illumination – la voilà la réponse que j’aurais dû faire – on peut voir chez O Keeffe une sorte de corps paysage, et ce procédé est commun à toute une tradition poétique ancienne et complexe.

Je m’explique. Deux motifs en particulier chez O Keeffe peuvent donner lieu à une lecture décelant sous un motif naturel – un végétal, un paysage – une deuxième figure, corporelle. D’abord, ses fleurs – en voici un exemple, exposé au Pompidou (l’image a été téléchargée du site du Pompidou ici)

Georgia O Keeffe, Series I White and Blue Flower Shapes, 1919 Huile sur panneau, 50.50 x 40.00 cm

Autre exemple : certains des paysages, développés plus tard dans la carrière de O Keeffe, après son installation une partie de l’année dans le Nouveau Mexique, peuvent évoquer le corps féminin. Ainsi cette peinture – dont je n’ai pas noté le titre et que j’ai prise en photo sur place, si bien que cette fois je n’utilise pas les photos du musée – m’évoque irrésistiblement la vue qu’une femme bien en chair et plus toute jeune peut avoir de son propre ventre – il n’est pas absolument impossible que ce soit là la projection d’une femme bien en chair et plus toute jeune, du reste j’ai été surprise en voyant la vidéo à la fin de l’exposition que O Keeffe a été toute sa vie très svelte.

Svelte, O Keeffe était, au moment de la vidéo, très marquée par l’âge – elle est morte à 98 ans – et en voyant la vidéo du musée (en voici ci-dessous une autre, qui est davantage un montage amateur, enfin qui a le mérite de nous faire voir le visage de l’artiste et sa peinture) j’ai associé, à tort ou a raison? les plis géologiques des montagnes rocheuses et ceux de la peau de l’artiste.

D’autres paysages peuvent laisser place à une lecture anatomique gravitant davantage vers le sud de la ceinture:

Georgia O Keeffe, Black Hills with Cedar 1941 – 1942 Huile sur toile, 40.00 x 76.00 cm

Dans cette toile, on peut voir si l’in veut une sorte d’intertexte pictural à L’origine du monde de Courbet, ce qui n’a pas échappé sur twitter à cette interlocutrice:

Mais la littérature dans tout cela me direz vous. J’y viens.

Ce qui me frappe ce matin en repensant à l’exposition, et à ce sentiment tenace d’avoir vu des sexes dans des fleurs et des chairs et des peaux dans des montagnes – et ceci au rebours des intentions déclarées de l’artiste qui affirme que si l’on voit des sexes dans ses fleurs cela dit davantage de notre esprit que de son travail. Est-ce la même chose pour les montagnes-peaux? – c’est le parallèle possible de ce paysage-corps avec le corps-paysage de la lyrique amoureuse.

Depuis le Cantique des cantiques la beauté du corps humain se célèbre par des rapprochements avec le paysage (ici le chapitre le plus caractéristique, dans la traduction liturgique). Ta peau comme la neige, ta bouche est une rose, ton père a volé les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux, etc.

Là où cela devient intéressant, c’est quand la comparaison fait système, et que la métaphore devient réversible. Le corps est un paysage, le paysage est un corps. Dans un contexte de poésie amoureuse, le désir du corps et du paysage se fondent. Quelques exemples.

Chez John Donne dans l’élégie To His Mistress Going To Bed, où la découverte du corps entièrement nu de la femme désirée est comparée à la découverte de l’Amérique (nous sommes au début du XVIIe siècle, les terres de l’Amérique sont perçues par les Anglais comme encore, et bien, vierges:

O my America! my new-found-land,
My kingdom, safeliest when with one man mann’d,
My Mine of precious stone, My Empirie,
How blest am I in this discovering thee!

Chez des poètes engagés comme Mahmoud Darwich ou Pablo Neruda, la comparaison du corps de la femme à la terre est intéressante en ce qu’elle fait de la poésie amoureuse lyrique autre chose que de la poésie amoureuse – on a parlé à propos de Darwich du fait qu’il développait un “lyrisme épique”, il y a sans doute de cela chez Neruda aussi. La poésie amoureuse échappe au personnel, à l’intime, pour se faire collective.

On lit ainsi chez Neruda, au sonnet 30 de la Centaine de sonnets, dans la traduction de Bonhomme et Marcenac:

Du mélèze et de l’archipel tu as les fibres,
cette chair travaillée par les siècles du temps,
des veines qui ont vu l’océan des troncs d’arbres,
un sang d’herbe tombé du ciel dans la mémoire.

Et personne pour recueillir mon coeur perdu
parmi les racines, dans la fraîcheur amère
du soleil que multiplie la fureur de l’eau,
là vit l’ombre qui me laisse voyager seul.

C’est pourquoi tu es partie du Sud comme une île
peuplée et couronnée de plumes et de bois
et j’ai senti l’odeur des bosquets vagabonds,

retrouvé le miel noir connu dans la forêt,
sur ta hanche effleuré les pétales obscurs
qui sont nés avec moi pour construire mon âme.

Cet exemple isolé peut être mis en tension avec l’intégralité du recueil, qui constamment fait de Matilde une créature végétale, minérale, mue par les vagues du Pacifique, goûtée comme la pomme, meuble comme la glaise, féconde comme le blé, etc. Mais derrière cette représentation imagée du corps de Matilde, c’est en réalité tout le Chili – et en particulier le Chili du Sud, Andin, montagneux, humide, rude – qui se dessine. On voit des échos de cette superposition de l’amour de Matilde et de l’amour de la terre dans des poèmes que j’avais déjà commentés ici.

Alors le rapprochement avec O Keeffe est-il justifié, je ne sais pas. O Keeffe (comme du reste Mahmoud Darwich qui refusait que l’on fasse de la femme dans la poésie autre chose que la femme par exemple en y voyant la figure de la Palestine… qu’il est pourtant à peu près impossible de ne pas voir) refuse les lectures sexualisantes de son oeuvre en tout cas pour ce qui est des gros plans floraux – je ne sais pas ce qu’il en est de ses peintures de paysages.

On touche ici à un problème méthodologique pour le ou la comparatiste: là où la poésie est explicite dans le rapprochement entre le corps et le paysage dans les exemples que j’ai cités, en revanche dans la peinture on n’a pas explicitement de comparant et de comparé (sauf à la limite dans les portraits végétaux d’Arcimboldo, si on veut, mais c’est encore autre chose). Si bien que si corps paysage il y a, il est construit par les yeux du spectateur ou de la spectatrice – moi hier qui voyait mon ventre et mes cuisses, ou celles d’une femme comme moi, dans des peintures des montagnes rocheuses. Maintenant quelle interprétation donner à ce corps paysage, ou a ce paysage corps, qui sous le pinceau de la femme artiste n’est plus celui de la femme désirée dans un cadre hétérosexuel qui objectifie largement la femme, dans la tradition poétique? Je n’en sais trop rien.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jaromil dit :

    Pour tenter d’équilibrer le ratio corps masculin/corps féminin dans la thématique corps-paysage, j’aime bien citer le “Chant des chants” de Brigitte Fontaine (la spécialiste du Cantique des cantiques connait sûrement cette variation, mais je ne t’ai jamais lu y faire allusion…)

    Tes joues sont deux colline caressées par la lune
    Ta barbe est une pinède odorante
    Tes yeux sont deux cygnes noirs fendant doucement l’eau
    Ton cou est comme le tronc d’un arbre sacré poli par les baisers des pèlerins
    Ta poitrine est une plage du sable le plus fin
    Les fruits de ton ventre sont deux prunes poudrées d’or au milieu de l’été
    près desquels s’élève un rameau plus doux que le pollen des lys
    Tes cuisses sont deux requins jouant dans l’océan
    Tes bras sont comme les plis d’un grand fleuve au printemps
    Et tes mains un nid de jeune fauve caressant

    https://www.youtube.com/watch?v=GXiTTEWzfTI

    Après, pour rebondir sur la question finale, je ne sais pas s’il faut absolument réfléchir dans un “cadre (hétéro)sexuel” mais je suis toujours surpris que les femmes artistes/artistes femmes ne s’emparent pas plus des corps masculins (en tout cas pas autant que les artistes gays il me semble). S’agirait-il d’une beauté intrinsèque supérieure du corps féminin ? D’une façon de s’inscrire dans une tradition esthétique ? D’une réappropriation du regard sur leur propre corps ? Ou alors il existerait vraiment un male gaze indépendamment de l’orientation sexuelle ? (je ne suis pleinement convaincu par aucune de ces hypothèses…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search