« Amour, vérité, liberté et soupe au crabe » – propos en vrac sur la supériorité des romantiques allemands

Ce billet, si l’on veut, s’inscrit dans la continuité de deux billets précédents: celui sur la traduction de 1 Cor 13 par Emmanuel Carrère, et celui sur Heine, Kant et la mer. « Amour, vérité, liberté et soupe au crabe », c’est emprunté à Heine – et le signe indubitable que le Liberté, Égalité, Choucroute de Jean Yanne a des prédécesseurs. Mais recontextualisons.

1826. L’éditeur de Heine le presse de rendre des textes pour compléter le deuxième volume des Tableaux de voyage. Heine publie alors, à la suite des deuxième et troisième parties de la Mer du Nord (voir billet précédent), un très curieux texte: Ideen. Das Buch Le Grand, autrement dit: Idées. Le livre de Le Grand. Ce titre énigmatique cache un livre à la fois extrêmement composé (en vingt chapitres formant une sorte de chiasme) et complètement composite, hétéroclite, qui relève à la fois de l’autobiographie, de la satire de l’université, et de la chronique politique. L’auteur y revient sur sa jeunesse et sa formation dans la Düsseldorf sous domination napoléonienne; sur les sources de son inspiration; et sur les espérances déçues du modèle napoléonien, qui portait dans les principautés allemandes d’ancien régime un vent de démocratie et d’émancipation.

C’est décidément une sale habitude chez les auteurs bibliques ou révolutionnaires de faire aller les valeurs et vertus par trois. Foi, espérance, charité – ou sa variante confiance, espoir, amour. Liberté, égalité, fraternité. Le XXe siècle introduit les moins sympathiques travail, famille, patrie, et Kinder, Kirche, Küche. C’est évidemment la devise révolutionnaire française que Heine a à l’esprit, et la superposition de la devise tripartite avec, comme disent les Allemands « la tricolore », le drapeau tricolore, quand il élabore sa propre tricolore: amour, liberté, vérité.

Voici le passage en question:

Mais pour l’instant ma gloire dort encore dans les carrières de marbre de Carrare, le laurier avec lequel on m’a pour rire orné le front n’a pas encore diffusé son parfum dans le monde entier, et si maintenant les riches Anglaises à voilettes verte se rendent à Düsseldorf, elles ne visitent pas la célèbre maison et vont directement à la place du marché et contemplent la statue noire et colossale d’un chevalier dressée au milieu de la place. Elle est censée représenter le prince électeur. Il porte un harnachement noir, une perruque à grappe descendant fort bas – quand j’étais petit j’ai entendu dire que l’artiste qui a fondu cette statue avait, pendant la fonte, remarqué avec épouvante que le métal n’allait pas suffire, et alors les bourgeois de la ville avaient accouru et avaient apporté leurs cuillers d’argent pour achever la fonte – je restais alors des heures debout devant la statue équestre à me creuser la cervelle : combien de cuillers en argent pouvait-il bien y avoir là dedans, et combien de tartelettes au pommes on pourrait acheter avec tout cet argent ? C’est qu’à l’époque ma passion c’était les tartelettes aux pommes – maintenant c’est l’amour, la vérité, la liberté et la soupe au crabe –

Heine évoque donc son enfance à Düsseldorf, la statue du prince électeur dressée sur la place, et sa gourmandise d’enfant amateur de tartes aux pommes que vend dans la rue un marchand ambulant. La « tricolore » du poète n’est introduite qu’en incise, et par contraste entre les passions sucrées du garçonnet, et les passions plus salées, et plus existentielles, de l’auteur adulte.

Le mot de passion, que j’ai traduit littéralement (en allemand: Apfeltörtchen waren nämlich damals meine Passion – jetzt ist es Liebe, Wahrheit, Freiheit und Krebssuppe), est à prendre au sens le plus fort qui soit. La passion: ce qui emporte l’enthousiasme et l’adhésion, le plat préféré qu’on recommande au restaurant ou qu’on se fait avec délectation (par exemple, j’ai pour ma part la passion du homard flambé au whisky). Mais aussi la passion: ce qui fait souffrir et mérite le sacrifice de sa vie. Liberté égalité fraternité, foi espérance charité, amour vérité liberté.

Que l’amour est la passion (la souffrance, et l’idéal) du poète cela ne surprendra personne, venant de la part de l’auteur du Livre des chants et de la Lorelei. Heine dans les tableaux de voyage est constamment amoureux, constamment éploré – dans le poème « Hommage », le cinquième de la Mer du Nord dans l’édition des Tableaux mais qui introduit le cycle dans Le Livre des chants, il expose ainsi l’hommage du don de ses poèmes à la nouvelle reine de son coeur:

Mais moi-même, ô reine,
Je m’agenouille devant toi,
Et en hommage, sur un coussin de velours rouge,
Je te remets
Le peu de raison
Que, par pitié, m’a laissé encore
Celle qui t’a précédée dans le royaume.

Ailleurs dans le Livre de Le Grand il écrit encore: « J’ai tant de bonnes choses à écrire que je n’ai pas besoin d’attendre davantage. Aussi longtemps que mon cœur est empli d’amour, et la tête de mes contemporains d’imbécilités, il ne me manquera pas de matière poétique. »

Ce parallèle entre l’amour dans le coeur, et la bêtise dans la tête des contemporains, est une bonne introduction aux deux autres couleurs du héraut romantique: vérité, liberté. Et c’est là que le romantisme allemand est supérieur au romantisme français – écris-je avec les très gros et assez peu scientifiques sabots de la chercheuse exténuée par une année difficile et qui n’a pas envie de faire, cette fois, dans la dentelle philologique, et qui par ailleurs trouve que c’est un bien beau programme ça, amour vérité liberté, même si des fois, comme toutes les passions, il pique un peu. Bref. La supériorité du romantisme allemand. Elle tient à la dimension politique et philosophique du programme.

Oui, les passions, oui, les emportements, c’est bel et bon, l’exploration de l’intériorité, la confrontation de la conscience individuelle à la nature, le fil conducteur de l’amour qui s’incarne dans les reines successives. Mais cette exploration de l’individualité, cet ébranlement de la raison (incarné dans Le Livre de Le Grand par la grande guerre des Raisonnables et des Fous) n’est pas coupé d’une revendication collective. Vérité et liberté doivent chez Heine être compris comme des valeurs ou principes qui ont très pragmatiquement affecté le poète: il est docteur en droit et auteur satirique, et la carrière universitaire lui est fermée à cause d’un mauvais esprit qu’on ne tolère pas d’un Juif converti – mais, selon son propre mot, « imperméable », dont la conversion n’a été que purement formelle, et du reste sans les effets escomptés pour la carrière. L’acharnement à défendre l’émancipation (des Juifs, des Grecs, des slaves…), la critique des Églises et des princes, sont aussi les passions de l’auteur – celles qui débouchent sur son exil à Paris en 1831.

Alors certes, le romantisme français ne manque pas de modèles d’auteurs engagés – on pensera évidemment à Hugo et, les mêmes causes amenant les mêmes effets, à son exil durant le Second Empire. Mais ce qui m’intéresse chez Heine, et dans le romantisme allemand de façon générale, c’est aussi l’articulation assez totalisante du personnel et du politique, sur fond de manifeste esthétique. On ne saurait comprendre complètement la Mer du Nord et ses innovations formelles inouïes (un recueil en vers libres! en 1826!) dans reconnaître l’influence sur Heine de la lecture de l’Odyssée, et pas de l’Odyssée en soi, mais dans la traduction de Voss: le style de Heine y est complètement empreint d’hellénismes, observables par exemple dans les propositions participiales. La traduction de Voss, la traduction des Grecs, la traduction en général, est pour les auteurs allemands du premier XIXe siècle l’occasion d’une pensée du style, d’une pensée des langues complètement originale (au sujet de quoi on lira avec profit l’ouvrage d’Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique), qui est aussi bien une éthique, une pensée du rapport à l’autre.

Bref, et avec toutes mes excuses pour la confusion du propos, c’est derrière cette tricolore « Amour, Vérité, Liberté » tout un monde intellectuel à la fois profus, divers, mais profondément cohérent que je vois émerger. Et puis le retour ironique au monde matériel, pour finir avec la soupe au crabe.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search