10- Anthologie poétique permanente. Heine, Kant, et la mer

Puisqu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même, dans l’Anthologie poétique permanente aujourd’hui, un poème de circonstances – puisque me voilà présentement dans une petite cuisine bretonne au retour d’une grande randonnée sous l’orage au plus à l’Ouest qui soit, c’est-à-dire au bout du bout du cap Sizun – les « Interrogations » de Heine, dans la deuxième partie de la Mer du Nord, et dans ma traduction, parue chez Classiques Garnier et disponible ici

Interrogations

Près de la mer, la mer déserte et nocturne,
Se tient un homme – un jeune homme,
Le cœur empli de peine, la tête emplie de doute,
Et, les lèvres sombres, il interroge les flots :

« Ah ! révélez-moi l’énigme de la vie,
L’atroce vieille énigme,
Qui déjà a fait s’agiter maintes têtes,
Des têtes dans des bonnets à hiéroglyphes,
Des têtes en turban et à béret noir,
Des têtes à perruque, et mille autres
pauvres suantes têtes d’homme –
Dites-moi, que signifie l’homme ?
D’où est-il venu ? Où va-t-il ?
Qui habite là haut sur les étoiles d’or ? »
Murmurent les vagues leur éternel murmure,
Siffle le vent, volent les nuages,
Scintillent les étoiles, indifférentes et froides,
Et un fou attend une réponse.

Le texte allemand:

Fragen

Am Meer, am wüsten, nächtlichen Meer
Steht ein Jüngling-Mann,
Die Brust voll Wehmut, das Haupt voll Zweifel,
Und mit düstern Lippen fragt er die Wogen:

»O löst mir das Rätsel,
Das qualvoll uralte Rätsel,
Worüber schon manche Häupter gegrübelt,
Häupter in Hieroglyphenmützen,
Häupter in Turban und schwarzem Barett,
Perückenhäupter und tausend andere
Arme schwitzende Menschenhäupter –
Sagt mir, was bedeutet der Mensch?
Woher ist er gekommen? Wo geht er hin?
Wer wohnt dort oben auf goldenen Sternen?«
Es murmeln die Wogen ihr ewges Gemurmel,
Es wehet der Wind, es fliehen die Wolken,
Es blinken die Sterne, gleichgültig und kalt,
Und ein Narr wartet auf Antwort.

Les romantiques allemands et la mer, c’est quelque chose. Quelque chose d’autre encore que l' »Homme libre, toujours tu chériras la mer » de Baudelaire, que je trouve un peu verbeux, un peu figure de style, un peu tu l’as vu ma belle analogie, pardon aux amateurs de Baudelaire, mais les romantiques français sont un peu nazes à côté de leurs homologues allemands, pour N raisons. -Voyez chez C. D. Friedrich, chez Brahms, chez Heine, comment la mer est plus que l’analogue de l’âme humaine, elle est le gouffre, elle est véritablement l’incarnation (la mer est elle incarnée?) du sublime kantien.

Kant, moi, j’y connais rien. Tout ce que je connais de Kant, c’est « est beau ce qui plaît universellement sans concept » sur quoi j’ai fondé toute ma dissert du bac, l’impératif moral qui est plus facile à dire qu’à faire, même pour les kantiens, et ce qu’en dit Heine, en l’occurrence il s’en moque. Un autre jour je citerai le passage du Voyage dans le Harz dans lequel un fantôme de philosophe apparaît au narrateur et lui prouve en citant la Critique de la raison pure que les fantômes n’existent pas. Et pourtant Heine fait son marché dans Kant, et même sous le vernis ironique de Heine, c’est très sérieusement que le poète pose à la mer les questions qui, somme toute, sont les questions kantiennes: « Que puis-je savoir ? », « Que dois-je faire ? », « Qu’est-ce que l’homme ? » « Que m’est-il permis d’espérer ? »

Là où néanmoins Kant expose en plusieurs volumes les réponses possibles à ces questions cardinales, la réponse du poète, qui dans le système du poème est la réponse de la mer, est: on ne le sait pas. On ne peut rien savoir. Les questions restent des questions, la mer n’a que la béance de ses flots et l’amertume de ses vagues à proposer.

C’est là au fond que le romantique allemand est supérieur au romantique français (à Baudelaire qui filait l’analogie entre la mer et l’homme, comme avant lui Pierre de Marbeuf, insistant sur la similitude, les parallélismes entre mer et amour): il ne s’agit pas de dire que la mer est comme l’âme, pour Heine. Mais que, confronté au paysage marin, la conscience du poète bute irrémédiablement, est renvoyée à elle-même. Dans La Mer du Nord, qui se présente comme une relecture et romantique, et allemande – nordique, avec vaisseaux fantômes, villes englouties, et Néréides moqueuses égarées parmi la froidure et les tempêtes – de l’Odyssée, il n’y a plus de système philosophique possible, ni de système analogique possible. « Que signifie l’homme? » L’objet de la moquerie des mouettes. « Qu’est-il permis d’espérer? » Pas grand chose puisque les Océanides lui répondent:

Ô fou, toi, le fou, toi le fou vantard !
Toi, l’accablé de chagrin !
Assassinés sont tous tes espoirs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search