“Là est la question” – métrique et traduction dans le monologue de Hamlet

“Être ou ne pas être, là est la question”, c’est une phrase de Shakespeare n’est-ce pas? Le début du monologue de Hamlet?

Oui, mais non. Shakespeare n’a pas écrit “Être ou ne pas être, là est la question”, il a écrit “To be or not to be, that is the question”.

Quoi ça n’est pas la même chose?

Non ce n’est pas la même chose. Shakespeare a écrit en anglais, et “Être ou ne pas être, là est la question”, ça n’est pas de l’anglais. C’est du français. Alors certes ça dit à peu près pareil. Mais un texte, ça n’est pas seulement ce que ça dit, c’est aussi ce que ça fait en le disant. Je m’explique très vite, après quelques exemples de traduction.

To be or not to be, that is the question  
Sein oder Nichtsein, das ist hier die Frage August Schlegel, 1798
Essere… o non essere. È il problema Eugenio Montale, 1933
Être ou ne pas être, c’est là la question François Victor Hugo, 1865
Être ou ne pas être: telle est la question André Gide, 1938
Être ou ne pas être. C’est la question Jean-Claude Carrière & Marie Estienne, 2003
Être, ou ne pas être, telle est la question Jean-Michel Déprats, 2002
Être ou ne pas être, la question est là André Markowicz, 1996

Je tire la plupart de ces exemples du petit volume de la collection “Translations” consacré à la confrontation de traductions du monologue par Fabienne Rihard-Diamond; le choix en est un peu arbitraire.

Première constatation: la première partie du vers de Shakespeare est rendue à peu près à l’identique par toutes et tous: les deux verbes à l’infinitif, séparés par la conjonction de coordination “ou”. Seule change légèrement la ponctuation d’une version à l’autre.

Deuxième constatation: la traduction de la deuxième partie du vers varie en revanche assez fortement. Dans le titre du billet et son amorce, j’écrivais “là est la question”, et sans doute avez-vous reconnu l’interrogation de Hamlet, et pourtant cette version-même, “là est la question”, n’en est qu’une parmi plusieurs. Pourquoi cette pluralité de traductions pour un syntagme anglais par ailleurs assez transparent au niveau du sens? Déjà remarquons une chose: la variété ne porte pas tant sur le seul substantif de ce syntagme (la question anglaise qui devient la “question” française, et, de façon intéressante, il problema, “le problème”, chez Montale. La divergence des traductions vient en effet quasi exclusivement de la prise en charge du présentatif that is the question, qui de fait peut en français être rendu différemment: voilà la question, c’est là la question, etc.

Mais tout, en traduction, n’est pas affaire de sens des mots. Et il y a un éléphant dans la pièce dont je n’ai pas encore parlé: le texte de Shakespeare est en vers. Et plus précisément, en pentamètres iambiques, c’est-à-dire que chaque vers comporte cinq accents, et que la place de ces accents dans le mètre le fait rythmer de la façon suivante: taDAM taDAM taDAM taDAM taDAM, peu ou prou. Ce vers anglais n’existe pas en français: un équivalent culturel (parce que dans les deux cas c’est le grand vers de la tragédie) pourrait en être l’alexandrin, mais l’alexandrin n’est qu’un équivalent culturel, pas un réel analogue du pentamètre iambique. Et ce, notamment, ou en fait surtout, parce que l’alexandrin français n’est pas structurellement accentué (même si la voix va affecter certaines syllabes d’une intensité supérieure, et faire ressortir une césure, etc.)

Or il se trouve que “to be or not to be, that is the question” est un pentamètre bien intéressant, parce qu’on peut le scander d’au moins deux manières:

to be or not to be, that is the question

to be or not to be, that is the question

Cette ambiguïté du reste fait tout le sel de la vidéo ci-dessous, où l’on voit N acteurs – et actrice – britanniques prestigieux dire le vers fameux en accentuant chacun un endroit différent du vers

Et c’est là qu’on voit que l’interprétation (théâtrale) est une interprétation (une herméneutique). (et un quart d’heure avant sa mort, monsieur de la Palisse, etc.). De fait, avec des mots rigoureusement identiques, le sens n’est pas exactement le même. Si on transpose en français: est la question ça n’est pas la même chose que là est la question. Dans le premier cas, on identifie le lieu de la question; dans le second, on identifie la nature essentielle d’une question primordiale.

Et ces nuances de rythme, donc, participent de la construction du sens, au même titre que le choix des mots.

[à ce stade là du billet j’aurais bien envie de glisser un propos sur le recoupement de la syntaxe et de la sémantique mais je ne suis pas encore assez bien assurée sur mes fondations conceptuelles, enfin on en reparlera]

Toujours est-il que si ces nuances de rythme dans le pentamètre iambique participent de la construction du sens, au même titre que le choix des mots, alors la traduction doit en tenir compte. Et c’est sans doute au flottement de l’accent dans la deuxième partie du vers que l’on peut imputer, autant qu’à la recherche d’une équivalence au déictique that, la variation des traductions.

François-Victor Hugo surtraduit légèrement, si l’on veut, en redoublant le déictique (“c’est la question”), là où Carrière et Estienne écrivent plus simplement “C’est la question”, qui en français a en outre le mérite d’éviter le “là la” peu heureux à l’oreille et à l’oral sur les planches. Déprats et Gide avant lui adoptent une solution classique dans la mémoire française, et une structure attributive analogue au that is anglais, avec telle est la question.

La solution qui m’intéresse le plus est cependant celle de Markowicz. En traduisant contre l’ordre des mots anglais par “la question est là”, Markowicz selon moi n’opère pas tant un écart par rapport à l’original, qu’une prise en compte d’une lecture valable du pentamètre iambique, qui mettrait l’accent sur le that is the question. Markowicz, qui expose notamment dans ses chroniques sur facebook son obsession de garder en français une trace du pentamètre shakespearien, s’appuie sans doute sur la diction française, qui tend naturellement à accentuer les fins de phrases: on peut ainsi s’imaginer le comédien prononçant “la question est “.

Preuve si l’on en manquait encore que l’on traduit toujours bien plus que des mots.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search