9- Anthologie poétique permanente: « Et j’exige pour tous le pain et le royaume » – avec Neruda

Comment les motifs éminemment chrétiens du pain et du royaume se retrouvent-ils dans l’un des sonnets d’amour d’un poète marxiste et en principe rigoureusement athée, Pablo Neruda? Voilà qui a bien embarrassé certain·e·s candidat·e·s de l’agrégation, qui voyaient mal l’usage qu’un poète charnel et terrien comme Neruda, écrivant qui plus est pour une femme unique, sa femme Matilde Urrutia, peut faire des symboles chrétiens du pain partagé et du royaume des cieux. Et pourtant la cohabitation est patente: voyez un peu, dans le sonnet 80.

80

De viajes y dolores yo regresé, amor mío,
a tu voz, a tu mano volando en la guitarra,
al fuego que interrumpe con besos el otoño,
a la circulación de la noche en el cielo.

Para todos los hombres pido pan y reinado,
pido tierra para el labrador sin ventura,
que nadie espere tregua de mi sangre o mi canto.
Pero a tu amor no puedo renunciar sin morirme.

Por eso toca el vals de la serena luna,
la barcarola en el agua de la guitarra
hasta que se doblegue mi cabeza soñando:

que todos los desvelos de mi vida tejieron
esta enramada en donde tu mano vive y vuela
custodiando la noche del viajero dormido.

Des voyages, du mal, mon amour, je revins
à ta voix, à ta main volant sur la guitare,
au feu interrompant de ses baisers l’automne,
à la circulation de la nuit dans le ciel.

Et j’exige pour tous le pain et le royaume
et pour le laboureur infortuné la terre:
de mon sang, de mon chant, que nul n’espère trêve.
Mais renoncer à ton amour serait ma mort.

C’est pour cela que joue ta valse, lune calme,
avec sur l’eau la barcarolle des guitares
jusqu’à ce qu’en songeant s’incline enfin ma tête.

Tout le mauvais sommeil de ma vie a tressé
Cette guirlande où vit et où vole ta main
en veillant sur ma nuit, voyageur endormi

(traduit par Jean Marcenac et André Bonhomme)

C’est un poème d’amour, indubitablement, un poème du retour, dans un recueil où la destinataire, Matilde, est envisagée comme une habitante de tous les endroits de la terre, et où la construction du recueil dessine un parcours géographique. Paysages sauvages des Andes chiliennes dans la section Matin, battus d’eau de pluie et de vagues, analogues des mouvements du désir qui anime les corps amoureux. Puis dans la section Midi le confort de la maison, domicile conjugal dont Matilde est l’âme et l’ordonnatrice. Enfin, dans la section Nuit, l’horizon de la tombe, mais qui se fait, plus que monument de pierre, retour à la terre et fusion à la terre. Le corps des amants, corps jouissant dans la section Matin, est dans l’intégralité du recueil caractérisé par sa matérialité, dans une poésie qui ne conçoit pas l’amour comme survivant à la mort dans un au-delà transcendant, mais comme un élan de fusion des corps entre eux, mais aussi, poétiquement, par la métaphorique, à la nature. Et de ce fait l’exaltation d’une femme précise – Matilde, ses cheveux fous, son buste menu, son corps de manzana carnal, de pomme de chair – projette bientôt l’amour individuel vers une dimension collective, dans une extension du corps des amants à l’univers qui les entoure.

C’est un amour matérialiste – au sens philosophique, pas au sens d’amour intéressé par l’argent – que celui de Matilde et du poète; et la réhabilitation de la matière amoureuse se fait par l’utilisation d’une métaphorique qui renvoie à la fois au paysage chilien, et aux symboles de la lutte collective – la séparation entre le lyrisme amoureux de la Centaine d’amour et l’épopée marxiste du Chant général est bien plus mince qu’il n’y paraît. C’est dans ce contexte qu’on peut ressaisir le pain et le royaume. Ce n’est pas d’une communion mystique qu’il s’agit dans le recueil, mais, si l’on veut, d’une communion matérialiste, d’une communion laïque. L’union des corps amoureux n’a plus pour parallèle, comme c’était le cas dans le Cantique des cantiques et la mystique espagnole, l’union de l’âme et de Dieu ou du Christ et du peuple de l’Église; il a pour parallèle le pain partagé et le royaume conquis – mais pas le royaume des cieux: le royaume d’ici bas, où poussent le blé et où Matilde, à la « nature de blé » passe au travers des pastèques dans l’avant dernier sonnet:

 

99

Otros días vendrán, será entendido
el silencio de plantas y planetas
y cuántas cosas puras pasarán!
Tendrán olor a luna los violines!

El pan será tal vez como tú eres:
tendrá tu voz, tu condición de trigo,
y hablarán otras cosas con tu voz:
los caballos perdidos del Otoño.

Aunque no sea como está dispuesto
el amor llenará grandes barricas
como la antigua miel de los pastores,

y tú en el polvo de mi corazón
(en donde habrán inmensos almacenes)
irás y volverás entre sandías.

D’autres jours viendront, où nous entendrons
se taire la plante avec la planète
et que de choses pures passeront!
Les violons auront une odeur de lune!

Le pain sera comme tu es, peut-être:
aura ta voix, ta nature de blé,
ce sont les chevaux perdus de l’Automne
qui parleront encore avec ta voix.

Et s’il n’en est pas comme il est écrit,
l’amour emplira de grandes barriques
comme le miel des bergers d’autrefois,

et toi dans la poussière de mon coeur
(qui contiendra des magasins immenses)
tu vas et viens au milieu des pastèques.

(traduit par Jean Marcenac et André Bonhomme)

100

En medio de la tierra apartaré
las esmeraldas para divisarte
y tú estarás copiando las espigas
con una pluma de agua mensajera.

Qué mundo! Qué profundo perejil!
Qué nave navegando en la dulzura!
Y tú tal vez y yo tal vez topacio!
Ya no habrá división en las campanas.

Ya no habrá sino todo el aire libre,
las manzanas llevadas por el viento,
el suculento libro en la enramada,

y allí donde respiran los claveles
fundaremos un traje que resista
la eternidad de un beso victorioso.

Au sein de la terre, j’écarterai
les émeraudes pour t’apercevoir
et toi d’une plume d’eau messagère
tu seras en train de copier l’épi.

Quel univers! Quel stimulant persil!
Quel navire voguant sur la douceur!
Et toi peut-être et moi aussi topaze!
Toutes ensemble sonneront les cloches.

Il ne restera plus que tout l’air libre
avec la pomme emportée par le vent
dans la ramée le livre succulent,

et au lieu où respirent les oeillets
nous fonderons un habit qui supporte
l’éternité d’un baiser victorieux.

(traduit par Jean Marcenac et André Bonhomme)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search