Une commande – traduire un quatrain de Dickinson pour @ccaro_ligne

Mon amie Caroligne – @ccaro_ligne sur twitter – me demande le week-end dernier si je voudrais bien lui traduire le quatrain de Dickinson qu’elle se fait tatouer – ça y est, c’est tatoué – mardi. Reprenant son message ce soir je m’y mets, on échange, et de fil en aiguille me vient l’idée de consacrer un billet à cette expérience de traduction sur commande, billet “en direct” de notre échange en DM que voici avec l’accord de Caroline.

Alors ça commence mal, voyez un peu:

Alors je plaide pas trop coupable. Déjà, Frog et Fog quand on est fatiguée, ça se confond. Ensuite finalement ça ne compromet pas trop le sens du quatrain si on considère que les grenouilles sont des allégories de la pluie (oui bon OK ça commence mal).
Ensuite, rapidement et sans réfléchir trop, je propose ceci:

Alors justifications et autocritique:

  • Les deux acteurs, le soleil et le brouillard, je les ai allégorisés avec des capitales et tout. Parce qu’il y a des capitales chez Dickinson, déjà, et qu’il me semble que la personnification est bien réelle chez Dickinson donc pourquoi pas, ça ne change pas l’effet outre mesure. Mais surtout c’est une question de rythme: même nombre de syllabes que chez Dickinson, et c’est sans doute mon principe majeur et premier en traduction: s’il y a un rythme quelconque dans le texte de départ, qu’on le retrouve plus ou moins isométrique dans le texte d’arrivée
  • Le gouvernement du jour: aucune raison de ne pas calquer: oui ça fait bizarre, cet usage de gouvernement, mais chez Dickinson aussi n’est-ce pas? Quelque chose me dit que s’il y a un vers du premier jet qui ne changera pas c’est celui-là
  • “révéla son jaune fouet” berk berk berk c’est vilain comme tout mais c’est on va dire le canevas de tarvail pour garder le sens et une rime
  • Au passage: chez Dickinson, rimes aux vers pairs. Ici je ne vais pas pouvoir les garder sans changer “jour” et je ne veux pas changer jour donc hopeula tour de passe passe (ou comme on dit, compensation): en français rime sur les vers impairs.
  • “Mettre en fuite”. Sémantiquement pas optimal mais nombre de syllabes satisfaisant.

Bilan du premier jet: je me rends compte – et vous l’expose – que vraiment la première chose que je pose c’est une sorte de cadre rythmique, et des choix qui ne sont pas tant sémantiques que littéraires – la personnification des acteurs par exemple.

Maintenant on retravaille.

Oui donc je n’aime plus Brouillard. Mettons Brume. On perd une syllabe, sauf à prononcer le -e final. Est-ce qu’on rééquilibre la fin du vers? à voir.

Modifications mineures et non.

  • l’horrible “révéla” disparaît (avec ce passé simple lourdingue et le côté “l’informateur révéla un scoop): fit voir permet quand même de garder l’idée que le soleil sort un rayon de son imper “took down” a en plus une nuance de verticalité que je perds, bon, à voir si on trouve mieux. Question rythme on a un octosyllabe et c’est cool – par parenthèse: je pense que dans ma tête je compte tellement les syllabes en traduisant, de façon inconsciente même, naNanaNAnaNAnaNa ici, que j’en viens à sélectionner dans ma mémoire francophone active les mots qui tombent bien, comme au tetris un peu.
  • Brume: oui c’est mieux, mais par contre ça pose des problèmes de rythme.

Du côté Caroline:

Preuve donc que mon histoire de rythme a des effets sur la lectrice qui sans faire naNanaNa dans sa tête trouve que ça claque mieux – c’est le but aussi. Maintenant je ne suis pas contente d’avoir un dernier vers en 5 syllabes. Je préférerais 6, ça ferait régulier à l’oreille française en reprenant l’alternance vers long/court. Une solution facile ça serait “Et il mit Brume en fuite”. Mais c’est facile, justement: et l’ennemi de la bonne traduction poétique c’est quand même la cheville visible qui permet de bricoler le compte de syllabes.

Mais peut-être déjà que la “fuite” ça n’est pas ça. Drove away, comme s’il menait une vache avec un fouet pour la faire sortir. “Fit partir”, mouais, bof.

Parce qu’en fait il n’y a pas que le sens des mots en traduction, et en poésie encore plus qu’ailleurs. Ce qui m’a fait je pense opter pour “mit Brume en fuite”, c’est la possibilité, comme en anglais avec “drove the Fog away”, c’est la possibilité d’encadrer le complément – ici brume – par le syntagme verbal. Du coup je peine à trouver mieux.

ça sera tout pour ce soir, on dort là dessus et on y repense demain!



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JFB dit :

    Déplacer la rime aux vers impairs pose je pense un problème métrique : le quatrain peut éventuellement se lire comme un distique si l’on rassemble les vers 1-2 et les vers 3-4 — comme le suggère d’ailleurs la ponctuation — et l’emplacement clé pour la rime ne peut alors se trouver qu’à la fin des vers pairs.

    Ceci dit, vos réflexions me font relire ma propre traduction d’un autre œil :

    Soleil et Brouillard voulaient
    Seuls gouverner le Jour —
    Soleil levant son Brillant Fouet
    Brouillard fit demi-tour —

    Cette idée de verticalité du « took down », je n’y avait pas pensé, mais en choisissant le verbe « lever » plutôt que « décrocher », « sortir », « tirer », « montrer » ou autre chose comme j’ai pu l’envisager, je me suis finalement conformé à cette idée, (même si la direction seule est conservée, à défaut du sens vers le bas). En réalité, je crois que c’est surtout le jeu de mot qui m’a plu, l’occasion d’utiliser le verbe « lever », si souvent associé au soleil, dans un sens moins habituel.

Répondre à JFB Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.