“Est-ce que tu pourrais me conseiller la meilleure traduction de la Bible?” (ou: comment répondre à la question récurrente et impossible))

Je pense que tous les universitaires ont une, deux, trois questions récurrentes qu’on leur pose tous les quatre matins, qui finissent par agacer dans leur récurrence, tout en étant souvent réellement fondées – dans mon cas il y en a deux : “et alors tu compares quoi?” quand je dis que j’enseigne la littérature comparée, et “qu’est-ce que tu me conseilles comme traduction de la Bible” (parfois formulé de façon plus absolue: “quelle est la meilleure traduction de la Bible?”)

J’ai tellement répondu à cette question, longuement à chaque fois, parce qu’on ne se contentera pas d’une réponse absolue (“la meilleure traduction c’est celle-là”: cette phrase ne passera pas par moi et a fortiori pas pour la Bible) – j’en viens maintenant à me dire que la meilleure chose à faire est encore de formaliser ces réponses en un billet.

* Pas une Bible, mais des Bibles

Mais d’abord: pourquoi est-il important de prendre la question au sérieux? Parce que, pour tout texte traduit, mais a fortiori pour la Bible dont l’histoire textuelle est *un peu* complexe, il n’y a pas “la Bible”. Pour paraphraser Meschonnic, on ne lit pas la Bible, on lit une Bible. La Bible en français ça n’existe pas, parce qu’il n’y a pas un autographe Jean, Paul, Jacques et les autres en langue française. Toute Bible lue en français est une Bible traduite, une version parmi plusieurs versions existantes. Demander quelle traduction est la meilleure, c’est déjà entériner quelque chose qui ne va pas de soi dans la lecture des textes traduits: que la traduction n’est pas l’original, ne peut pas l’être. Dans le cas de la Bible, la pluralité textuelle des différentes traductions s’appuie sur un autre type de pluralité textuelle: la différence des canons (le canon Juif ne comprend que la Bile hébraïque, le catholique repose sur la composition des Septante et ajoute des livres à l’Ancien Testament qui n’ont ou n’avaient pas d’original hébreu conservé, le protestant retourne aux sources hébraïques; autrement dit le canon protestant a quelques livres de moins que le catholique – on appelle les livres surnuméraires es “deutérocanoniques”, livres du deuxième canon). A la différence des canons s’adjoint la différence des langues sources: jusque 1943 les catholiques traduisaient depuis la Vulgate latine, les protestants et Juifs depuis l’hébreu.

Concrètement: dans une Bible catholique vous trouverez une section “livres poétiques et sapientiaux” où figurent le Cantique des cantiques et la Sagesse de Salomon, dans une Bible protestante vous ne trouverez que le Cantique, parce que la Sagesse est deutérocanonique. Même chose dans une Bible juive où, en outre, le Cantique sera classé parmi les “Cinq rouleaux” dans la section des “Ecrits”, puisque la Bible hébraïque n’opère pas le classement générique issu des Septante.

* Quelle traduction, et pour quel usage?

Quand on me demande un conseil pour choisir une traduction, ma première question est toujours celle-ci: “pour quel usage?” Il me semble en effet que l’usage que l’on fera de la traduction gouverne même le choix (ou non) d’une traduction confessionnelle. Parmi les types d’usages vraisemblables, on peut penser à

  • la volonté de lire dans une perspective confessionnelle le texte sacré du monothéisme auquel on se rattache: on veut avant tout une Bible juive / catholique / protestante
  • la volonté d’avoir une Bible d’étude avec des notes exégétiques (usage cumulatif avec le précédent)
  • la volonté d’avoir une Bible d’étude avec des notes philologiques (usage cumulatif avec le précédent et le suivant)
  • la volonté de lire un texte fondateur de la culture occidentale, pour comprendre l’art européen (art pictural, littérature)
  • la volonté de faire lire la Bible à des personnes dont l’accès à l’écrit est limité par manque de pratique, de vocabulaire… (usage antithétique des recours aux bibles d’études)
  • la volonté de découvrir des versions anciennes, contemporaines, originales de la Bible traduite autrement qu’en “français biblique” – chercher la rupture donc (usage antithétique des démarches confessionnelles)

Ceci étant posé, je n’estime pas de mon ressort de dire quelle Bible, pour chaque usage, est “la meilleure”. Parce que quand j’interviens comme historienne des traductions, mon rôle n’est pas d’être critique des traductions: la valeur d’une traduction est tout de même assez largement déterminée 1) par sa capacité à toucher son objectif que l’on peut définir avec la coïncidence avec l’usage pour lequel elle est prévue 2) par des critères assez largement historiques. Ce que je peux faire c’est, somme toute, de la biblio:

– indiquer le guide, un peu ancien maintenant, du toujours excellent Jean-Marie Auwers : La Bible en français, guide des traductions courantes.

– résumer le panorama des traductions courant, par confession :

Très succinct panorama des traductions de la Bible

* Traductions catholiques

  • Bible de Jérusalem (existe en versions d’étude)
  • Bibles de Maredsous, d’Osty… Moins diffusées néanmoins
  • Traduction liturgique (texte lu pendant la liturgie)

* Traductions protestantes

L’increvable Bible Segond, première édition 1874, révisions multiples dont la “Nouvelle Bible Segond”, existe en édition d’étude

La Bible du Semeur, traduction plus récente

* Traduction oecuménique: la TOB (traduction oecuménique), chrétienne, mais, donc, oecuménique

* Traduction à visée littéraire, mais très proche dans ses méthodes de la Bible de Jérusalem: la Bible de la Pléiade dirigée par Dhorme

Traductions juives

* la Bible du rabbinat: reprend la traduction de Zadok Kahn, plus que centenaire

* Traductions effectuées par des traducteurs juifs se revendiquant comme tels, mais sans label rabbinat

  • traductions de plusieurs livres par Meschonnic
  • traduction d’André Chouraqui, qui passe souvent pour être littérale, qui ne l’est en réalité pas tant que ça

* Traductions d’intérêt historique

  • La Bible de Castellion (1555) rééditée chez Bayard: étouffée par les Bibles calvinistes mieux diffusées, la version de Castellion est linguistiquement époustouflante, de la tenue de celle de Luther en Allemagne – elle n’a pu avoir la même aura pour des raisons de pouvoir: Castellion, opposant politique de Calvin, était à l’échelle de la francophonie à la marge de la marge.
  • La Bible de Port-Royal (celle que consultaient Hugo et Rimbaud), qui a le grand mérite d’être effectuée sur le latin de la Vulgate et de proposer un accès en français à la version latine qui a longtemps été la version consultée par les écrivains et au coeur de la liturgie
  • entre autres….

* Un ovni: la Bible Bayard, dont voici une excellente recension par le toujours excellent Jean-Marie Auwers.

Faire ses courses

Une fois exposée cette pluralité de traductions, ce que j’aurais tendance à conseiller, c’est de faire ses courses: se rendre en librairie, et, critères en tête (les confessions; les sources; l’époque de rédaction…), compulser les éditions existantes – où l’on se rend compte qu’une même traduction peut d’ailleurs donner N éditions variées en poids, prix, contenu (les notes varient notamment), illustrations…

Mais le numérique nous donne une autre possibilité: celle de compulser non les objets livres, mais les textes, en ligne, voir de les comparer page à page. Sur Lexilogos, on trouve ainsi des ressources très nombreuses permettant de comparer les traductions, que ce soit la page “La Bible en français” avec son répertoire de liens, ou, en ouvrant les liens, le site par exemple de l’Alliance biblique française permettant de comparer plusieurs versions.

Ces ressources en ligne sont en outre très précieuses si, pour une raison ou une autre, en ayant chez soi une Segond, une Bible de Jérusalem, une Port-Royal, une Osty, une Bayard, on souhaite contrôler la solution de la TOB. L’inconvénient (mineur néanmoins) est que toutes les traductions n’y sont pas: ni Meschonnic, ni la Bayard, ni la Bible de la PLéiade… ce qui en soi est un indice de la fonction de ces traductions, publiés chez des éditeurs littéraires qui ne souhaitent pas que les textes soient en accès libres, là où les sociétés bibliques ont en général oeuvré à la plus vaste diffusion possible de la Bible.

L’utilité de la multiplicité

Mais pourquoi s’en tenir à une seule version obtenue par comparaison? Pourquoi ne pas acheter plusieurs versions? (on me dira que tout le monde n’a pas le même vice collectionneur de traductions concurrentes que moi, ledit vice ne touchant, hélas pour mes étagères, pas que la Bible puisque j’ai trois Affinités électives et cinq Faust, environ). Parce que, comme l’écrit Augustin, en l’absence d’une lecture de la langue source, voire en surcroit:

17. Cette grande variété de traductions sert plus encore à l’intelligence des Écritures, qu’elle n’y met obstacle, quand on s’attache à les lire avec une véritable application. C’est en consultant plusieurs traducteurs que souvent on est arrivé à saisir le sens de quelques passages très-obscurs.

Outre l’intérêt théologique ou exégétique, le recours à des traductions très différentes permet aussi de prendre du recul par rapport aux habitudes stylistiques de la traduction biblique, qu’a dans l’oreille un lecteur possédant une vague culture chrétienne. Je suis personnellement assez peu fan de Chouraqui – voire je n’aime pas du tout sa traduction, mais il a pour utilité de secouer le cocotier en rompant, à dessein, avec la phraséologie traditionnelle. La Bible de Chouraqui, la Bible Bayard (que j’ai en bien meilleure estime), sont pour moi des versions dont le meilleur mérite est d’obliger le lecteur à réévaluer ses habitudes terminologiques, syntaxiques, à du coup “retraduire” mentalement la Bible. Mais je ne conseillerais pas ces versions pour découvrir la Bible, ni non plus pour étudier les intertextes bibliques dans la littérature. Le principe de l’intertexte étant de fonctionner sur la connivence du  lecteur partageant une culture commune, l’usage de traductions jouant sur la contradiction avec les habitudes de lecture serait contreproductif.

En conclusion de ce billet: manoeuvrer dans les traductions bibliques c’est revenir à ce grand principe du traducteur et du traductologue: tout dépend du contexte. Une traduction n’est pas “bonne” et a fortiori pas “meilleure” : elle est bonne en fonction de critères, d’objectifs remplis ou non, lesquels sont variables.

 

(après, si on me demande: quelle est ta traduction préférée? la réponse est: celle de Castellion, la Bible Bayard, et comme version classique de référence, la Segond)

Image à la une: Chat tentant d’échapper aux multiples versions de la Bible, C Placial


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Salut à vous,
    Il y a quelques petites coquilles (2 ou 3) dans le texte que vous feriez bien de relire et de corriger.
    Pour ce qui est de commenter, j’aimerais tout d’abord répondre aux commentaires précédant celui-ci.
    Il est bien précisé que les traductions de la bibles catholiques contiennent les livres deutérocanoniques (mot qui est d’ailleurs précédé d’une des coquilles précédemment évoquées). De plus, depuis 2010, en langue française, c’est la Traduction Œcuménique de la Bible qui est la plus complète, les versions précédentes que je connais contenait déjà les livres deutérocanoniques et cette dernière version de 2010 (qui a été révisée depuis) contient également des textes canonique exclusivement du christianisme orthodoxe. D’ailleurs, le projet (colossale) pour la version suivante est la traduction (je suppose du “canon minimum”…) des textes qui sont exclusif au christianisme éthiopien (ce projet pose d’ailleurs le gros problème du choix des textes sources comme c’est évoqué dans la préface (si je me souviens bien) de la Traduction Œcuménique de la Bible dans sa version de 2010 (dont j’ai la révision de 2015).
    La traduction de la bible de David H. Stern est très confessionnelle, en effet, il s’agit de la traduction de référence du “Judaïsme messianique”. Elle est sûrement très intéressante, mais de ce que j’ai compris à mot couvert d’un “juif messianique” (et je peux déduire un peu la même chose de l’un des deux commentaires encensant cette traduction), elle est aussi intéressante que la bible d’André Chouraqui tout en étant plus “facile à lire” (et vu son prix, elle rapporte certainement de l’argent à ce mouvement, aucun mal à cela, il faut juste le savoir dans un but de clarté). Quand à sa qualité de traduction par rapport au texte source (ou plus tôt à la mise en regard des textes sources entre “nouvelle” et “ancienne” “alliance”), il est bien possible que ce soit le cas, comme il est possible que ce soit simplement des choix confessionnels, je suis incapable d’en juger. Ce qui est sûr, c’est que, vu son prix, la traduction d’André Chouraqui me suffi (bon, en réalité, je l’ai payée et je n’ai jamais été livré suite à une brouille personnelle qui fait que je ne l’ai jamais réclamée).
    Maintenant, que j’ai répondu aux commentaires, je réponds sur le texte et en commençant par la traduction d’André Chouraqui justement, elle est souvent considérée comme très littérale parce que beaucoup de mot ne sont que transcrits (ou translittéré). Je pense qu’André Chouraqui est un homme de son temps (avec peu d’outil informatique qui aurait pu lui être utile pour cette traduction) et qu’il s’est attaqué seul à un gros corpus, d’où le fait qu’elle soit moins littérale que ce qu’elle aurait pu l’être si une équipe avait travaillé dessus, néanmoins, il faut souligné un certain effort dans le sens de la littéralité (outre les mots qui ne sont que transcrit, ou translittérer si vous préférez), par ailleurs, la perception de littéralité vient aussi du fait qu’il parlait couramment l’israélien moderne, quand on connaît aussi bien ou plutôt presqu’aussi bien la langue de traduction que la langue source, nécessairement, on va vouloir mettre certaines nuance que l’on connais dans la langue source ou simplement que l’on est plus apte à percevoir. Ceci étant, j’ai bien parlé d’israélien moderne et non d’hébreux biblique, je pense donc que cette connaissance peut aussi éventuellement être problématique pour certain termes dont le sens à changé avec le temps (et ce, même s’il connaissait la différence de sens en question, car on a beau savoir, on peut avoir une perception induite qui s’avère erronée dans une vision plus large, d’un verset par exemple (enfin, je ne fais que supposer).
    À titre personnel, j’aurais ajouté un autre critère de sélection: la portabilité, bien sûr, avec les ordinateurs et autres téléphones portables, c’est moins recherché, mais tout de même la “Segond 21” en version de poche, elle est bien pratique, de même que d’autres versions de poches (dont certaines au corpus limité, souvent aux évangiles et aux psaumes, voire l’un ou l’autre textes, je ne sais plus très bien, la seule qui est passé dans mes mains m’a été donné un matin et je l’ai redonné le soir même un quelqu’un qui la cherchait depuis des années).
    Enfin, je trouve vos notions d’“usage cumulatif” et d’“antithétique” assez partial (qui vont dans un sens déterminé clair pour vous, mais que l’on peut tout a fait voir autrement), personnellement, je trouve très utile d’avoir des bibles de différents buts pour assez bien d’usages, par exemple, la bible liturgique et la Segond 21 (qui a un vocabulaire et des choix de traduction plus “populaire” et en même temps plus osé, l’optique étant de traduire un maximum de mots, exit les transcriptions (ou translittération) de “Lilith”, “Léviathan” et autres “Béhémoth” — ce dernier étant d’ailleurs traduit par “bêtes” ou “bétail” dans certains cas et gardé tel quel dans d’autres, souvent à des fins emphatiques et ce dans bon nombre de traductions), sans parler de “Tohu Bohu” qui doit lui être traduit depuis plus longtemps que cette version, malgré que cet expression soit passé en français, sans pour autant refléter le sens du texte hébreu biblique), ce mélange permet de s’exprimer dans un français très contemporain et clair (car la désambiguation de la bible liturgique du texte dans un but oral donne un texte plus clair à l’écrit aussi), et donc, pour faire des citations à un publique non-averti, je trouve que c’est une bonne méthode de partir de la traduction de la bible liturgique que je modifie à mon idée en fonction de la traduction de la Segond 21 (hors textes deutérocanoniques, bien sûr où là, je vais plutôt chercher à “nuancer” par la Traduction Œcuménique de la bible).
    Autre exemple pour ce qui est de l’étude biblique, bien sûr que les critères que vous invoqués sont important, mais la Segond 21, même sans notes de bas de pages est aussi intéressante, justement pour cette question de vocabulaire avec des traductions “osées” précédemment évoquée dans le cadre d’une comparaison des traductions.
    Bref, s’il est crucial de savoir pour quel usage une bible a été écrite, on peut très bien tirer profit pour ce même usage de qualités d’une autre traduction de la bibles écrite dans un autre but.

  2. Francois Perrey dit :

    Bonjours. Vous oubliez de dire quand terme de traduction les bibles Catholiques ont l’a particularité d’être complète et d’avoir une traduction beaucoup plus juste que celle des protestantes qui a la connaissance on plus de 20000 erreurs de traductions dans les mots ce qui n’est pas rien et sans parler d’avoir enlevé 6 livres pour un soi-disant non canonique. L’orgueil de l’homme. Donc ce n’est pas pour faire un apanage de la foi catholique mais comme même la vérité est là. Pour ma part la Bible de référence est la Vulgate ( de St Jérome, fait environ en 400ans et elle reste solidement une bonne traduction) puis celle de Crampon de 1923 et celle de Jérusalem. Avec celà vous partez sur un bon pied. Maintenant je dirai que l’essentiel , certe d’avoir une bonne Bible mais de mettre en pratique ce qui est écrit puisque c’est la parole de Dieu et que la parole est vivante. Et il s’agit non pas de prendre que ce qui plaît à soi-même ou selon son bon plaisir mais de tout prendre comme un élément essentiel au salut de l’âme. Donc l’étude “oui” mais la mette en pratique c’est mieux encore : savoir peu mais bien. Et aussi il faut beaucoup prier pour ne pas perdre de vue les vrais sens de la parole . Car de nos jours bien des théologiens ni l’exigence de l’enfer alors que c’est écrit constamment dans le nouveau Testament. La prière est le fondement d’un bon savoir. Tant aussi pour la traduction, ce qui n’est que n’est que dans d’église catholique en terme de prière.

  3. Francois Perrey dit :

    Vous oubliez de dire quand terme de traduction les bibles Catholiques ont l’a particularité d’être complète et d’avoir une traduction beaucoup plus juste que celle des protestantes qui a la connaissance on plus de 20000 erreurs de traductions dans les mots ce qui n’est pas rien et sans parler d’avoir enlevé 6 livres pour un soi-disant non canonique. L’orgueil de l’homme. Donc ce n’est pas pour faire un apanage de la foi catholique mais comme même la vérité est là. Pour ma part la Bible de référence est la Vulgate ( de St Jérome, fait environ en 400ans et elle reste solidement une bonne traduction) puis celle de Crampon de 1923 et celle de Jérusalem. Avec celà vous partez sur un bon pied. Maintenant je dirai que l’essentiel , certe d’avoir une bonne Bible mais de mettre en pratique ce qui est écrit puisque c’est la parole de Dieu et que la parole est vivante. Et il s’agit non pas de prendre que ce qui plaît à soi-même ou selon son bon plaisir mais de tout prendre comme un élément essentiel au salut de l’âme. Donc l’étude “oui” mais la mette en pratique c’est mieux encore : savoir peu mais bien. Et aussi il faut beaucoup prier pour ne pas perdre de vue les vrais sens de la parole . Car de nos jours bien des théologiens ni l’exigence de l’enfer alors que c’est écrit constamment dans le nouveau Testament. La prière est le fondement d’un bon savoir. Tant aussi pour la traduction, ce qui n’est que n’est que dans d’église catholique en terme de prière.

  4. Marc Jeanfavre dit :

    Hello, les amis, mon avis sur la meilleure traduction de la Bible, est “La Bible Juive complète” de David H. Stern, c’est une version récente, mais très proche de la racine des termes hébreux, ce qui donne une véritable lumière sur le sens de certains versets, un exemple: Matthieu 24.12 : (traduction Louis Second) :”Et parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira”. (traduction David H. Stern) :” Et parce que leur éloignement de la Torah se sera accrue, l’amour du plus grand nombre se refroidira”. On voit ici que la version Stern est très pointue, parce que le terme : “iniquité” est beaucoup trop vaste et peu précis.
    Le seul point négatif de la Bible Stern est son prix : 96.- en Suisse, c’est effectivement un peu cher, à part cela c’est une vraie réserve à trésors, je possède 15 traductions différentes, il y en que deux à ma connaissance qui vont dans le même sens, c’est la version Stern et la Version Chouraqui, parce qu’ils ont été chercher la vraie définition de la racine des mots, ce qui ne veut pas dire que les autres traductions ne valent rien, au contraire, c’est une richesse de les comparer, et le Seigneur, Lui, n’est pas limité par les différentes traductions, il peut se révéler comme il le veut, Gloire à Lui seul ! Merci de m’avoir lu, Soyez Bénis, joyeux Noël et bonne année 2021
    Marc Jeanfavre

    • Lormieres dit :

      Bonjour frère en Christ, vous lire dans le commentaire va m’éviter de mettre un commentaire car j’allais émettre ce que vous avez émis à la fin “Le Seigneur, lui, n’est pas limité par les différentes traductions, Il peut se révéler comme il veut, Gloire à lui seul !”
      Que Jésus-Christ vous bénisse Richemont.
      Affection Christ.
      Anne-Marie
      Soeur en Christ, Évangélique, par la grâce de Dieu, née de nouveau, baptisée par le baptême par immersion et du Saint-Esprit.

  5. LECLERCQ dit :

    Bonjour

    J’ai une vieille concordance de 1874 sandoz & fischbacher à laquelle je tiens et avec laquelle j’apprécie travailler.

    Je désire trouver une bible en un seul volume de cette même période à peu près
    Quelle version puis je trouver, prendre ?

    Faut il opter pour :
    une osterval 1744-1849-1877-1881 ?
    Une oltramare 1872 ?
    Une segond de 1880 ?
    Une oltramare segond 1885 ?

    Ou autres…. ?
    La démarche est inverse car : la bible d’origine de cette concordance de 1874 imp. sandoz & fischbacher est composée de 9 VOLUMES , inabordables et pas pratique.

    Merci de faire suivre ma recherche
    Bien cordialement
    m. leclercq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search